Les à-côtés de la marche-meeting de l’opposition du 23 août

lundi 25 août 2014 à 00h03min

Comme à chaque grande rencontre, les faits et gestes ne manquent pas pour apporter un plus à l’objet principal. Malheureusement, ces-à-cotés, contrairement à ce qu’on aurait souhaité, ne sont pas tous gais.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Notre consœur de Lefaso.net, victime d’un vol

En sortant ce matin pour la marche-meeting, Amélie Gué, pourvue, comme d’habitude, du punch qu’on lui connaît, ne pouvait s’imaginer un retour à la rédaction sans son téléphone portable qui, dans de telles circonstances, sert aussi d’outil de travail (qu’elle a d’ailleurs utilisé pour faire vivre l’événement en direct aux internautes). Malheureusement, elle sera dépouillée de son appareil après tout le travail et quelques temps après le retour des manifestants sur le lieu du meeting pour la clôture. En plus du téléphone et autres contacts, c’est aussi tout ce qu’elle avait fourni comme effort en termes de sons, d’images et de notes qui s’est volatilisé.
Elle n’est pas la seule victime, car, selon des sources, un autre confrère aurait perdu son ordinateur portable également au même lieu.
Comme quoi, dans ce genre de regroupements, chacun vient avec ses intentions. Malheureusement !

Une « guerre » de positionnement entre mouvements

S’il y a une chose qui n’est également pas passée inaperçue, c’est aussi cette « lutte » de positionnement sur l’aire du meeting entre les mouvements et associations de lutte contre le référendum. Chaque organisation de la société civile voulait occuper la meilleure position pour se donner de la visibilité. Ce qui n’a pas manqué de créer parfois des tensions entre membres de mouvements.

Un individu arrache le micro à Zéphirin Diabré

Pendant l’intervention de Zèph (Zéphirin Diabré), et pendant que les manifestants étaient tous « scotchés » à ses lèvres, un inconnu, déjouant, la vigilance de la sécurité est monté sur le podium. Il a foncé tout droit et a arraché le micro des mains du chef de file. Mais il n’a pas eu le temps de prononcer qu’un bout de phrase : « je vais dire la vérité » qu’il a vite été maîtrisé par la sécurité. Le public s’est rué sur l’intéressé, prêt à en découdre. N’eut été l’intervention de Bénéwendé Stanislas Sankara, qui a d’ailleurs essuyé aussi des coups, le jeune aurait passé de la vie à trépas. Il a été conduit, difficilement au commissariat de police de Bogodogo pour sa sécurité et certainement pour être interrogé sur les raisons de son agissement.

Ce gérant de parking qui souhaite beaucoup de marches-meetings…

En tout cas, ce n’est un secret de polich’ que de dire que les mobilisations de part et d’autre des « anti » et « pro » referendum constituent une vraie traite pour de nombreuses personnes. Hormis les lieux de commerce (boutiques, kiosques à café, vendeurs d’eau, etc.), les initiatives spontanées sont également une bonne source d’entrée d’argent. Parmi ces activités spontanées qui procurent des revenus, se trouvent les parkings. Là, il faut débourser la somme de 100 francs, 200 f CFA par endroits, avant de rejoindre l’aire du regroupement. Le nombre imposant d’engins donne une idée du « business ». Ce samedi 23 août, un « parkeur » ‘’débordé’’ dans son « gombo » n’a pas pu s’empêcher de laisser échapper, large sourire aux lèvres et devant certains de ces clients du jour, « Ouahii, s’il pouvait avoir meeting tous les week-ends quoi, nous on n’allait même pas se plaindre dans pays-là ».

La guerre des concepts….

Dans l’ambiance infernale avant le début de la marche, l’on a constaté une véritable rivalité entre cris de guerre. Ainsi, dans le tintamarre des coups de sifflets, pouvait-on entendre des slogans de toute époque. « Hey ! », qui veut dire n’essaie pas ou ne fais pas. « ya yaa boin ! », expression ‘’propre’’ à cet artiste burkinabè en vogue ; Floby et qui, littéralement, peut signifier ‘’quand même, n’exagère pas’’. Ou encore « An té Son », qui veut dire ‘’on n’accepte pas ‘’.

On s’arrache les sifflets et les cartons rouges

Les vendeurs de sifflets et de cartons rouges ne regretteront pas leur ingéniosité. Comme si on était au stade pour un match de football, rarement on a entendu retentir autant de coups de sifflets. Avoir un sifflet était quasiment une nécessité pour se faire entendre. « Comment on va faire, il faut faire beaucoup de bruits ! », confie un manifestant, déboursant ses 200 francs au grand plaisir du vendeur qui se réjouit de l’engouement. C’est le même constat avec les vendeurs de cartons rouges, ce fameux carton de Hama Arba Diallo, brandi au stade du 4-août lors du meeting du 31 mai dernier.

Avec tout ce business en ces temps qui courent, ‘’notre’’ « parkeur » ne doit pas être le seul dans son « vœu ardent de voir les marches-meetings se tenir tous les week-ends » ; seulement, il semble avoir dit haut ce que certains diraient tout bas !
Ce chauffard qui a fait tomber les journalistes

Un camion a été mis à la disposition des journalistes pendant la marche pour leur permettre de bien faire leur travail. Ainsi, du haut du véhicule, ils avaient une vue d’ensemble sur la foule. Bonne initiative des organisateurs ! Seulement, c’était sans compter avec le chauffeur qui, certainement se sentant dans l’ambiance, n’a pas rendu les choses faciles. En effet, dans son élan avec le mouvement, il ne manquait pas de marquer des arrêts brusques, à telle enseigne que des journalistes, du haut, sont plusieurs fois tombés à l’intérieur du camion. Certains ont eu des douleurs et sont restés assis pendant tout le trajet. Un désagrément qui a conduit des marcheurs à menacer ouvertement le chauffeur afin qu’il aille doucement pour ne pas blesser « leurs yeux et leurs oreilles » que sont les journalistes.

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés