Alexandre Diakité à propos des « Un an » du mouvement Balai citoyen : « Notre silence après le 28 juin n’est pas un remord. Nous revenons en force »

samedi 23 août 2014 à 08h30min

Le mouvement politique Balai citoyen aura un an le 25 août prochain. En prélude à cet anniversaire, la section régionale de Bobo-Dioulasso a fait état de leur bilan jugé assez satisfaisant au cours d’une conférence de presse le jeudi 21 aout 2014. Alexandre Diakité et ses collaborateurs n’ont pas passé sous silence la marche réprimée du 28 juin contre Salia Sanou avant de décliner les actions revendicatives à venir.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Alexandre Diakité à propos des « Un an » du mouvement Balai citoyen : « Notre silence après le 28 juin n’est pas un remord. Nous revenons en force »

Alexandre Diakité, coordinateur régional du mouvement citoyen et politique Balai Citoyen a été le principal animateur du point de presse des « un an » dudit mouvement. Un mouvement qui serait resté près de deux mois sans faire parler de lui depuis la marche du 28 juin contre le maire de la ville de Bobo-Dioulasso, Salia Sanou. Un silence qui était loin d’un remord, encore moins d’un regret selon le coordinateur qui confie qu’il s’agit plutôt d’une stratégie pour bien revenir sur la scène politique bobolaise. « Nous avons entendu beaucoup de choses dénigrantes sur notre mouvement après cette sortie. Mais il faut dire que la répression de la marche a réconforté plus d’une personne parce que les rangs du balai citoyen se renforcent de jour en jour », fait-il savoir. Quant au bilan a proprement dit, M. Diakité, avant de le juger satisfaisant rappelle quelques activités qui ont été réalisées. On retiendra avec lui que le mouvement Balai citoyen depuis sa création a fortement contribué à la prise de conscience des populations quant à leur implication dans la gestion de la chose publique. Entre autres activités menées à cet effet, les 96 heures du 1er Cibal en la personne de feu Thomas Sankara, en octobre 2013, la marche du 28 février pour soutenir les populations déguerpies du non-loti dans l’arrondissement n°3, le sit-in devant la Sonabel pour dénoncer les incessants délestages, le sit-in suivi de la marche, le 24 mai pour réclamer la réhabilitation totale du CHUSS de Bobo, la campagne « touche pas à ma constitution », des conférences sur des thèmes interpellateurs etc…

Et le coordinateur Alexandre Diakité d’estimer que le bilan est assez satisfaisant en ce sens que le mouvement a suscité un regain de confiance auprès du peuple burkinabè. « Le balai citoyen a permis à beaucoup de citoyens de se prendre en charge eux-mêmes mais également de s’impliquer dans la gestion des biens publics », précise-t-il. Depuis sa naissance, a-t-il renchéri, le mouvement grandit de jour en jour et ne draine que du monde autour de ses actions. Il a, à en croire Diakité, apporté plusieurs solutions pour le bon fonctionnement des structures étatiques.

Le balai citoyen revient en force à Bobo-Dioulasso !

La reprise des activités de Balai citoyen sera marquée le samedi 23 août par un reboisement à Dindèrèsso (15 kilomètres de Bobo-Dioulasso). Un don de sang pour sauver des vies est aussi prévu dans les jours à venir sur la Place de la Mairie. Celles (activités) revendicatives et interpellatrices ne seront pas en reste. Le Balai citoyen compte revenir sur le cas spécifique de l’hôpital Souro Sanon. « Nous avions donné 3 mois pour la réhabilitation totale de cette formation sanitaire. Nous avons malheureusement constaté que rien n’a bougé. Bien au contraire, l’hôpital va de mal en pis », déplore M. Diakité.

Pour ce qui est de la lutte contre l’organisation du referendum, le Balai citoyen va encore marcher pour que ce projet, que ce soit du referendum, de la modification de l’article 37 ou de la mise en place du Senat soit totalement rejeté. Le coordinateur et ses collaborateurs fortement mobilisés avaient à leurs côtés les vieux arrêtés par la gendarmerie le 28 juin dernier. A la question de savoir si tout va pour le mieux entre la coordination nationale et régionale au regard des discordes d’après la marche sur la mairie où une délégation aurait fait le déplacement à Bobo et vice-versa. Diakité répondra tout simplement qu’il s’agit d’une « cuisine interne » du mouvement. « Tout va bien. Et nous sommes déterminés pour réussir la lutte », foi d’Alexandre Diakité qui avait une pensée pour les victimes du vol d’air Algérie et de l’explosion dans le quartier Larlé à Ouagadougou, sans oublier également Ebola.

Bassératou KINDO

Pour le Faso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés