Forum des leaders du Sanguié (3e édition) : « Que le flambeau du Sanguié s’élève un peu plus haut chaque jour »

jeudi 21 août 2014 à 20h59min

Le Cercle pour la culture du leadership au Sanguié (CerCLeS) a organisé pour la troisième fois consécutive son forum des leaders. La commune de Pouni a accueilli les 16 et 17 août 2014 cette édition. « Leadership féminin dans le Sanguié : apprendre et forger par l’exemple et l’expérience des aînées » a été le thème retenu. La mobilisation a été de taille. Présent à l’ouverture, Beyon Luc Adolphe Tiao, Premier Ministre, a encouragé cette initiative.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Forum des leaders du Sanguié (3e édition) : « Que le flambeau du Sanguié s’élève un peu plus haut chaque jour »

Les filles et les fils de la province du Sanguié n’ont pas marchandé le déplacement de Pouni. Plus de 1500 participants ont pris part de façon active et effective au forum des leaders du Sanguié. Selon Jean Basco Bazié, coordonnateur du CerCLeS, cette 3e édition a été celle de la consolidation de l’initiative et son rayonnement dans toutes les sous-zones de la province. « Le Conseil Communal de Pouni s’est impliqué dans la préparation du forum et dans sa tenue ». Le CerCLeS a structuré le forum pour lui donner les moyens de ses ambitions. A Pouni, le premier ministre a rendu un hommage au CerCleS pour cette initiative. Beyon Luc Adolphe TIAO a soutenu qu’au-delà des divergences politiques, les filles et les fils du Sanguié doivent penser à l’unité, à la cohésion sociale et au dialogue constructif pour permettre à la province d’avancer. De l’avis du Premier Ministre, les relations intergénérationnelles et le leadership féminin prônés par le 3ème forum des leaders du Sanguié sont deux piliers importants pour le développement. Le leadership féminin dans l’administration publique et privée ; en milieu des affaires ; en milieu social ; dans la sphère politique sont les quatre panels retenus par CerCLeS pour ce forum. Ils ont été animés par des femmes et chacune selon son expérience dans son domaine. Le ministre Basga Emile Dialla a présidé les travaux de ces panels.

Conclusions et recommandations.

Des conclusions du forum, il ressort que le bon leader est celui qui a de la vision. Il sait communiquer et donner l’exemple par l’action. La culture gourounsi est favorable à la promotion de femmes leaders. La province du Sanguié dispose d’un potentiel non négligeable de femmes leaders. Le leadership n’est pas synonyme de longues études quand bien même de bonnes études contribuent à forger le leadership. L’environnement juridique actuel est favorable à la promotion du leadership féminin. Le soutien des époux est nécessaire et déterminent à l’émergence et au renforcement des femmes leaders.

Les participants ont recommandé : « La poursuite de la tenue régulière du forum des leaders du Sanguié (tous les deux ans) et son meilleur encrage dans l’environnement institutionnel local et national ; un accroissement des efforts en matière de formation des jeunes filles en vue de faciliter leur insertion socioprofessionnelle. A ce titre, il recommande la création de centres de formation technique et professionnelle dans les trois zones géographiques de la province (Sud, Centre et Nord) ; l’accroissement des investissements en matière de promotion des activités génératrices de revenus des femmes en vue de renforcer leur pouvoir économique au sein des ménages. Pour le Coordonnateur du CerCLeS, l’engagement est pris par tous « de faire chaque jour un peu plus pour que le flambeau du Sanguié s’élève un peu plus haut ».

Des palmes du leadership dans le Sanguié

L’innovation majeure est la distinction de filles et fils du Sanguié qui par leurs activités diverses restent des leaders et des boussoles pour la jeunesse de la province. Ils ont reçu du CerCLeS des palmes du leadership à ce forum. Il s’agit de Tertius Zongo, et de Feu Lieutenant-Colonel Badembié P.C. Nézien dans la catégorie des palmes « d’Honneur » ; Abbé Nicolas Bado et Feue Jacqueline Bassolé/Kansolé pour les « Initiatives communautaires de développement » ; Marie Blanche Bado/Ouando pour la catégorie « Grands commis de l’Etat », le Pr Laurent Bado et le Dr André Bationo pour la catégorie : « Enseignement supérieur et recherche scientifique » ; Feu Batia Léon Nagalo dans la catégorie « Opérateur économique ». Jean Bosco Bazié, le coordonnateur du CerCLeS a remercié les aînés et l’ensemble des filles et fils du Sanguié qui ont soutenu l’initiative et ont permis le plein succès du forum.

Il a invité les autorités à une attention soutenue à ce type d’initiative de mobilisation et de renforcement de la cohésion sociale au niveau local et national. Après Pouni, cap sur 2016 pour un 4e forum pour lequel le CerCLeS propose de plancher sur le thème de la diaspora proche et lointaine et sa contribution au développement du terroir. Des contacts avec les frères et sœurs de l’extérieur sont entrepris afin d’étudier la faisabilité au plan thématique et organisationnel.

Simon Céphas BAMOUNI

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 août 2014 à 09:41, par SOS Commune de Réo
    En réponse à : Forum des leaders du Sanguié (3e édition) : « Que le flambeau du Sanguié s’élève un peu plus haut chaque jour »

    Appel lancé au Vaillant Maire acteul de Réo et aux Honorables Députés du Sanguié afin de penser à la route qui relie Réo à Goundy via Zoula. En effet, les basfonds situés non loin des marchés de Zoula et Goundy rendent la circulation très pénible pour les usagers de cette voie en saison de pluie, sans compter le reste du trajet en certains endroits de cette voie de 11 km. Le basfond de Goundy est presqu’infranchissable lors de grandes pluies ; en temoigne le nombre de fois les sapeurs-pompiers ont été bloqués en allant chercher des malades graves ou femmes en difficultés d’accouchement pour évacuer à Koudougou.
    Solutions : il faut monter la voie au niveau du basfond de Goundy à plus de 1 mètre du niveau du sol avec 2 ou 3 ponts sur une distance de près de 150 mètres. A zoula, il faut refaire le pont avec cette fois-ci un passage pour l’eau en bas. Le pont actuel est une digue et l’eau est obligée de contourner et remonter sur la voie plus loin, détruisant ainsi cette partie. Merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés