Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

lundi 18 août 2014 à 23h30min

Que dire encore de plus sur la circulation dans la capitale burkinabè et qui n’a pas encore été dit ? Certaines bonnes gens semblent même se résigner face à la situation, la jugeant d’« intenable ». Pour une bonne frange aussi, la situation est simplement « gâtée » ; pour dire qu’on a dépassé le seuil du « rattrapage ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sécurité routière : et si on  planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

Ouagadougou, cette ville où les engins de tous gabarits font la traite et où le quotidien « ne peut exister » sans cette folle ambiance. « La circulation de Ouaga peut rendre dingue ! ». Et c’est pendant qu’on n’a pas fini d’« admirer » ce « bel » spectacle que surgit ce qu’il convient d’appeler le « phénomène des tricycles », ces fameux taxi motos (ou moto taxis, je ne sais trop). Tout ce qui est facile à retenir en eux, c’est leur rivalité à semer la merde dans les artères de la capitale. C’est à croire que ces gens-là sont l’expression parfaite, raffinée de l’incivisme routier à Ouagadougou. Sincèrement, les comportements des « rouleurs » de tricycles sont de trop dans ce qui n’allait déjà pas dans notre circulation. Pour emprunter et ravir la colère au « frère »… : « avant, c’était les fenêtres de l’enfer qui s’étaient ouvertes mais maintenant-là, ce sont les portes ». Je me demande s’il existe une seule personne à Ouagadougou qui parlerait de ces engins en bien ! « Ils exagèrent », « ils se droguent », « ce sont des hors-la-loi », « des dangers publics ». Des qualificatifs à leur encontre pullulent. Si certains ont le courage de piper mot pour les qualifier, d’autres parmi des usagers qui ont été victimes de leur incivisme coupent simplement court : « Il faut les laisser avec Dieu ».

Au nom de la débrouillardise… et du pain quotidien !

Tout est connu. Ce n’est pas facile. Avoir un « taxi moto » est quelque chose de positif, en principe. Car, Dieu seul sait combien de « bouches » nourrit chaque taxi moto. Sans doute que ça contribue à résoudre plusieurs problèmes en faveur de la société. Et ce, en plus des nombreux services que ces « engins » rendent aux populations à travers leurs missions premières : le transport. Mais, cela doit-il justifier ce phénomène d’incivisme ? Ne peuvent-ils pas être utiles en observant la discipline, les règles et le bon sens ? En circulation, quand certains d’entre eux manquent de faucher quelqu’un, ce sont des propos du genre : « il fallait t’arrêter voir… » ou encore on entend dire avec fierté : « de toute façon, nous, c’est comme une pierre : si elle tombe sur toi, c’est toi qui perds ; tu tombes sur elle aussi, c’est toi qui perds ». Pour tout simplement faire comprendre que c’est vous qui perdez, à tous les coups. Qu’il vous cogne ou c’est vous qui le cognez. N’est-ce pas cette conception d’ailleurs qui pousse certains d’entre eux à occuper toute la voie en circulation ! Ils font ce que les véhicules ne font pas ; au milieu de la chaussée, vous avez du mal à savoir s’ils continuent leur chemin ou doivent-ils tourner à leur gauche. Certains ne se gênent pas aussi de se livrer à des zigzags sur la voie. Le premier usager à attirer leur attention ou à leur faire la remarque en a, en général, pour sa rançon. Que c’est pénible !

Inciter la création d’une structure faîtière pour minimiser le phénomène

Il faut, impérativement, trouver une solution pour minimiser les dégâts et désagréments provoqués par ces tricycles. Certes, il y en a parmi qui sont respectueux des règles et de la personne humaine que sont les autres usagers, mais les mauvaises graines semblent les éclipser. Les autorités (communales ou nationales, je ne sais trop) doivent prendre à bras-le-corps le phénomène. Il faut prendre des mesures et suivre ces mesures dans leur application. Ça y va de la sécurité de la ville et partant, de la population. Les cas d’incivisme et autres mauvais comportements sont légions et provoquent chaque jour des sentiments d’impuissance et de frustration chez les populations. Il faudra peut-être que la commune essaie de voir comment sensibiliser ces « gars-là » dans un premier temps et ensuite passer à la répression. On pourrait essayer de les inciter à mieux s’organiser autour d’une vraie structure faîtière, à l’image d’autres corporations similaires. Un travail intense de sensibilisation doit donc être fait. Passé cette étape, il faut sévir par la répression, et sans relâche. Il faut donc encadrer leur présence, et d’urgence.

Oumar L. OUEDRAOGO

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 août 2014 à 14:07, par L’Intègre
    En réponse à : Sécurité routière : et si on se planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    Merci bcp, mon cher ! Vraiment, la situation nous dépasse car les autorités semblent se résigner. Ces engins font du ravage. Mais nos dirigeants ont décidé de fermer les yeux là-dessus.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 17:03
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    Merci d’attirer l’attention sur ces tricycles
    Nous oublions aussi la manière dont roulent certains motocyclistes, au lieu de doubler à gauche ils voud doublent à droite tout en ignorant tous les désagrément qu’ils peuvent se créer et créer aux autres. Que le ministère du transport essait de sensibiliser la population en donnant quelques conseil sur le code routier à la radio et à la télé. Si non à cette allure personne ne pourra encore rouler à Ouaga. Je me dis qu’ils ne savent pas qu’on ne double pas à droite et certains se permettent d’insulter quand bien même on veut leur faire comprendre que ça ne se fait pas. Que DIEU protège le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 17:45, par ayirikem
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    Je suis la seule personne a demander a nos autorités de former ces jeunes gens pour le permis de conduire chose qui n a pas été faite on a au kadiogo plus de 5000 tricycles

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 18:37, par dogobié
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    je pense que les autorités laissent faire parce que ces genres d’activités résorbent le chômage. Aucune autorité ne veut mécontenter personne et soulever des révoltes. Voyez aussi un peu dans les sites aurifères où pullulent des enfants (filles, garçons) de moins de 15 ans,en somme des mineurs. surtout pendant, ces vacances ces sites sont devenus l’eldorado des élèves garçons comme filles. Que deiendont ces enfants dans 5 ou 10 ans si rien n’est fait ? Surement des drogués et des malades chroniques à la charge de la société.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 18:51, par Derrida Deux
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    La securite routiere au burkina ne saurait se regler comme un phenomene a part. La securite routiere qui est geree de facon cahotique est la pointe de l’ iceberg de la gouvernance au pays.Personne ne pourra demeler cet echeveau en se cantonnant a des mesures danms la rue et sur la rue mais en revisitant tous les copmpartements de notre vie publique. On ne peut pas regler l’ insecurite et le desordre routiers sans parler des grands pouvoirs, pas des pouvoirs des hommes forts.Dans la circulation comme dans la vie admnistrative et politique, ce sont ceux qui sont forts qui s’ imposent. Sinon on t’ ecrase et si on va en justice, tu as beau avoir raison, les decisions de justice ne seront jamais executees. Donc, n’ isolons pas ce probleme. Replacons - le dans le contexte d’ un etat desorganise avec un systeme judiciaire decrie, des agents de la securite routiere plus presses d’ empocher les 1000f ou 500f que de constater et de punir des manquements au code routier.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 18:54, par Calao de Midi
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    Ne perdez pas votre temps. Il y a des grands de ce regime qui ont achete ces agents accidencigenes et les pauvres prete- noms roulent avec ca pour nous tuer pourvu que les sous rentrent.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 20:09
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    Merci Mr le journaliste, que Dieu te bénisse et te donne la force de pouvoir toujours parler de ce genre de questions, de réelles préoccupations pour TOUS les individus de la société. C’est un vrai problème que chacun vit à l’intérieur de lui. Merci et que vivement, que nos autorités se reveillent ! C’est vraiment URGENT.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 22:42, par Katokato
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    Bonne occasion pour parler de cette affaire de 3 roues à Ouaga et à Bobo. Selon moi, comme cela est le cas dans pas mal de villes du monde, tout motocycliste, qu’il soit à 2 roues ou trois, devrait être initié au code de la route et cela devrait être obligatoire. Cette initiation devrait coûter 5000 francs CFA, pas plus. L’argent ainsi récolté devrait permettre d’améliorer les panneaux de signalisation ou augmenter le salaire des policiers ou engager de nouveaux policiers. C’est peut être de l’utopie, me diraient certains mais cela aura le mérite de conscientiser au moins 10% des usagers, c’est déjà ça. En ce qui concerne Bobo où les 3 roues remplacent les taxis qui se réduisent au chômage, les autorités devraient non seulement verbaliser le conducteur ou le détenteur des taxis moto qui embarquent des passagers, mais aussi les passagers qui acceptent de monter dans ces engins. La somme réclamée aux passagers devrait être 3 fois le prix d’une course en taxi voiture. Bien entendu, une communication à la radio et télévision devrait au préalable être faite en précisant le jour de la mise en application de cette mesure. Toutes ces propositions sont bien efficaces à condition que les policiers soient intègres et ne cèdent pas à la corruption . Cette dernière condition est la clef du succès. Il y’a bien d’autres propositions, certes meilleures mais celles-ci sont celles qui me viennent à l’esprit à la lecture de l’article ci-dessus. J’espère que nos autorités (une au moins), liront ces propositions qui vaudraient mieux que rien. À bon entendeur.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2014 à 06:07, par DUFOUR
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    il faudrait que les conducteurs de moto taxis passent un permis de conduire et que le poids et le gabarit des charges soient réglementés pour limiter les accidents

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2014 à 06:07, par DUFOUR
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    il faudrait que les conducteurs de moto taxis passent un permis de conduire et que le poids et le gabarit des charges soient réglementés pour limiter les accidents

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2014 à 13:31
    En réponse à : Sécurité routière : et si on planchait sérieusement sur le cas de ces taxi-motos ?

    Merci d’avoir soulever cette importante question. Mais au delà des taxi-motos, c’est toute la circulation et la sécurité routière qu’il faut revoir. Non seulement les gens circulent mal, l’incivisme persiste mais il y a aussi des voitures, des camions, des motos qui ne devraient tout simplement plus rouler, de vrai dangers public ! aucune règle n’est respectée, les gens brulent les feux comme ils veulent. Et pourtant, des lois existent mais ne sont jamais appliquées ! Par ailleurs il est impossible que chaque individu aie son propre moyen de déplacement privé que ce soit voiture, moto, velo, taxi-moto ! aucune ville au monde ne peut le supporter. Cela veut dire que l’améliortaion de la circulation routière passe aussi par le développement de transports en commun acceptable pour le communn de mortel. Il faut par exemple développer un système de transport scolaire que ce soit privé ou public, non seulement cela va améliorer la circulation mais aussi la sécurité pour les enfants ! Enfin on a l’impression que dans ce domaine aussi l’Etat a tout simplement démissioné, laissant les gens se débrouiller ! Que Dieu sauve le Faso !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés