Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

lundi 18 août 2014 à 23h30min

Le premier ministre était dans les champs de la région du Sud-Ouest les 13 et 14 août 2014. Le chef du gouvernement est allé constater de visu l’état de la campagne agricole, discuter avec les acteurs et leur apporter du soutien. Traditionnellement bien arrosée, cette région a connu ou connait une pluviométrie capricieuse cette année. C’est une situation dans l’ensemble disparate entre les provinces de la région. Mais, les yeux levés vers les cieux, les producteurs espèrent que les gouttes précieuses tomberont en quantité suffisante pour que la campagne soit fructueuse.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Généralement bien arrosée, la région du sud-ouest a vécu ou vit encore une pluviométrie capricieuse cette année. La situation n’est cependant pas alarmante. Mais puisque le stress hydrique est rare dans cette partie du pays, il inquiète. Le premier ministre dit avoir choisi cette région pour la situation relativement difficile qu’elle vit. Dans les provinces de la Bougouriba et du Ioba, le développement des cultures est moyen. Selon Célestin Pascal Kaboré, directeur régional du ministère de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, les stades phénologiques les plus dominants pour les céréales sont la montaison, la floraison et un début d’épiaison pour le maïs. Quant aux deux autres provinces de la région, Poni et Noumbiel, les spéculations sont en général aux stades de plantule et montaison.

« Ces visitent nous permettent d’améliorer nos politiques, nous voyons que d’année en année, les décisions que nous prenons à l’issue de ce genre de tournée permettent d’apporter des solutions aux préoccupations des paysans. Je voudrais les encourager et leur dire de tenir bon » a précisé Luc Adolphe Tiao, comme pour dire que ce n’est pas de la routine.

Les plantes ont soif

La poche de sécheresse a affecté l’ensemble de la région entre avril et juillet. Mais les pluies commencent à tomber et le retard se rattrape progressivement dans l’ensemble. Ce n’est pas le cas pour certaines zones qui craignent le pire. Dans le Noumbiel par exemple, il ne pleut pas ou du moins, les pluies sont mal reparties dans le temps. Le bas-fond rizicole aménagé de Ouadiel attend désespérément pluie. La dernière, date du 24 juillet. Et depuis, plus rien, d’où l’inquiétude des producteurs des 5 villages qui exploitent le site. Les grandes pluies qui tombent ne peuvent être retenues par manque de barrages ou de rivières dans les différentes parties de la région. Le premier ministre a indiqué qu’« avec la pluviométrie devenue capricieuse, il faut s’orienter résolument vers la recherche de variétés plus résistantes dont le rendement peut être élevé. Il faut investir également davantage dans la réalisation de retenues d’eau. Pendant longtemps, cette zone n’a pas pu bénéficier de retenues parce qu’on se disait qu’il y avait naturellement de l’eau. On a focalisé les barrages dans le centre et le nord de notre pays ». Dans un contexte marqué par le changement climatique il a prôné l’adaptation des producteurs à cette nouvelle donne. Il ne faut plus continuer à compter sur la pluie, a-t-il poursuivi.

Les encadreurs agricoles insuffisants

Ils sont aux cotés des producteurs pour des appui-conseils. Les encadreurs sont un maillon essentiel pour l’amélioration de la production agricole mais leur nombre est insuffisant. Selon le ministre de l’agriculture, Mahama Zoungrana, la moyenne doit être d’un encadreur pour moins de 10 villages. La réalité est loin de là. Chaque encadreur a en charge 30 villages. Pour le premier ministre, c’est un aspect important à prendre en compte parce qu’il ne s’agit pas d’avoir de grands espaces, mais surtout d’être bien encadré. « Tant qu’il n’y aura pas de spécialistes pour encadrer les producteurs », nos efforts seront vains, a dit le chef du gouvernement.

Les producteurs rencontrés ont noté une amélioration dans l’obtention des intrants (engrais et semences) ces dernières années. Cependant, l’engrais que l’Etat subventionne pour eux ne permet pas de couvrir tous les besoins. Le premier responsable de l’agriculture s’est réjoui que les paysans réclament, parce que ces derniers qui étaient réticents à son utilisation, il y a quelques années, ont maintenant compris son importance. Cependant, il a noté que la demande est forte si bien qu’il est difficile de la satisfaire. Mais l’implantation d’une usine nationale de production dans les années à venir contribuera à couvrir la demande sans cesse croissante.

L’équipement agricole qui fait défaut aux paysans a été également relevé par ceux-ci. Les efforts sont faits pour mécaniser l’agriculture, mais il est impossible de satisfaire tout le monde. Les autorités ont de ce fait, plaidé pour le regroupement des paysans en pool, pour utiliser par exemple les tracteurs ou autres outils qui sont mis ou seront mis à leur disposition.

Des producteurs leaders

Le premier ministre a également rendu visite à des producteurs dont les pratiques innovantes font d’eux des agriculteurs modernes qui peuvent inspirer les autres. Fait partie de ceux-là, Bertrand Somé dans le village de Gnaba, commune de Diébougou. Ce dernier a réussi à faire de la récupération des sols dégradés, sa chasse gardée et son expérience est concluante. Sa production agricole en bonne évolution contraste avec celle des autres villageois.

Un autre modèle qui a reçu la visite du chef de gouvernement, c’est Nahondomo Pallenfo qui a développé une variété de manioc, c’est lui le principal fournisseur de boutures à l’ensemble des producteurs de manioc du pays. Dans le village de Tonkar dans la commune de Gaoua, ce producteur qui y exploite plus de 150 hectares le long du fleuve Poni, cultive du manioc, du riz, de l’arachide et du maïs. Il attend un bénéfice net de 49 millions de FCFA à la fin de la saison. Très admiratif, le premier ministre a souligné qu’il est la preuve qu’on peut devenir riche en travaillant la terre.

Quant à Somda Sylvain à Ouizine dans la commune de Dissin, il a compris l’importance des fosses fumières. Il en a développé 9 ce qui lui permet d’avoir des rendements importants sur ces sols.

Un agropole dans le sud –ouest

Luc Adolphe Tiao et sa délégation ont aussi visité le bas-fond rizicole de Oronkua dans la province du Ioba, l’unité de transformation du manioc de Diébougou, et la ferme avicole de Colette kambou à Gaoua. A chaque étape, le premier ministre a remis du matériel de production constitué essentiellement de charrettes, des brouettes et des tricycles pour l’irrigation de complément.

Pour une réponse globale face aux difficultés relevées par les acteurs, le chef du gouvernement a estimé qu’il fallait développer un agropole dans la région « à l’instar de ce qu’on a pu faire avec le MCA (Ndrl, Millenium Challenge account) dans le Sourou. Le potentiel existe, il est énorme, les terres sont bonnes, il y a des fleuves. Il s’agit maintenant de réaliser les barrages, et de pouvoir créer de grands périmètres de culture. Cela contribuera à booster l’agriculture dans cette région, ce qui contribuera aussi à assurer la sécurité alimentaire ».

Tiga Cheick Sawadogo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 août 2014 à 19:58, par le boss
    En réponse à : Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

    Objectif principal du premier ministre : visiter les chantiers, les ateliers et les champs agricoles... Car il s agit bien de simples visites. Bah !! Au moins on pourra justifier les centaines de millions en termes de carburant et frais de mission. En tout cas la route qui passe a cote de chez moi devrait etre goudronne depuis 1998. La voie qui passe devant mon atelier devrait etre goudronne comme deviation depuis 2010. Les deux deviations faites sont tellement alterees qu elles sont dangereuses en cas de grande pluie. Quand il pleut j ai peur de sortir de chez moi et quand j arrive a sortir je prie Dieu pour pouvoir rentrer sauf. Tout cela en plein coeur de Ouagadougou, capitale de mon pays emergent. Beaucoup de courage Lucky Luc et que Dieu nous sauve.

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2014 à 23:11, par serenité
    En réponse à : Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

    Dites moi chers compatriotes : que fait LAT a part visiter des chantiers et des champs ? Je sais qu’il est communicateur de formation et que par consequent on ne peut lui demander de s’hazarder sur des terrains economiques ou financiers. Mais vraiment, meme s’il faut faire semblant quoi ! Depuis qu’il est revenu du Canada sans nous apporter un seul contrat, il ne fait que visiter le Burkina. S’il faut un remaniement, qu’on le fasse dès a present afin que les choses bougent. Et dire que tous ces deplacements coûtent cher au tresor public. Quand tu parles on dit que tu es jaloux. Et pourtant !

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2014 à 23:25, par serenité
    En réponse à : Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

    Pour remettre 3 charettes et 2 motos on a besoin de tout ce cortège ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2014 à 23:35
    En réponse à : Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

    Un deux trois, visite de chantiers, de champs. Ce PM a été nommé pour visiter le Burkina ? Je pense qu’il ya des techniciens payés par l’Etat pour effectuer ces visites, que ce soit dans le domaine des infrastructures ou de l’agriculture. Mais non, DJ LAT prefere visiter avec une forte delegation. Combien tout cela nous coute ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2014 à 23:53, par sidsoba
    En réponse à : Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

    On parle d’ebola. Tous nos voisins sont en etat d’alerte. On veut prevenir. Pendant ce temps, LAT lui, visite des champs pour perturber les travaux de nos vaillants cultivateurs. Salif Diallo avait raison de dire qu’au Faso, on se lève le matin et on se demande ce qu’on fera.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 05:23
    En réponse à : Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

    Le 1er ministre découvre enfin quelques réalités des problèmes de nos paysans à croire que la journée annuelle du paysan avec notre président ne sert à rien depuis des lustres. Pour dire qu’il serait temps de passer la main à d’autres personnes à la tête de ce pays fin 2015. A l’heure du bilan, vous allez encore nous rabattre les oreilles que vous avez ceci ou cela et qu’il reste à faire pour continuer vos chantiers (et que dire de celui de l’usine de tomates à Loumbila pour résorber les pertes en tomates à l’arrêt depuis un an ?). Bref, 3 décennies à ce rythme et nous sommes juste devant le Niger, bon dernier de la classe en matière de développement. Il n’y a pas de quoi pavoiser, messieurs les Cdpistes et autres griots de service. Et, que fait-il notre 1er paysan à la tête de ce pays, il est à l’extérieur en train de se promener ? visiblement, les préoccupations de nos braves paysans ne l’intéressent pas !

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2014 à 17:34, par yen ya boin
    En réponse à : Campagne agricole : Luc Adolphe Tiao dans les champs du sud-ouest

    Abah pour lat est doux dèh tellement il s’ennuie qu’il sillonne tout le burkina pour aller faire la causette aux agriculteurs ne voit il pas qu’il ya pleins de chantiers inachevés à ouaga où bien il moyens plus les ouagalais son disque est rayé donc c’est sur les provinciaux il veut aller faire attalakou

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés