Virus Ebola : le Burkina Faso a son plan de riposte

mardi 12 août 2014 à 06h41min

Avec plus de 1 000 morts dans les quatre principaux foyers que sont la Guinée Conakry, la Sierra Leone, le Libéria et le Nigéria, le virus Ebola est plus qu’un sujet de préoccupation. Chaque pays se prépare au pire. Le Burkina Faso a mis en place son plan de riposte.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Virus Ebola : le Burkina Faso a son plan de riposte

« 36°3. C’est bon vous pouvez passer. Merci et bon voyage ». Muni d’un thermomètre à laser qu’il tenait à une quinzaine de centimètre de la tempe d’un voyageur fictif, Benjamin Tassembédo devra roder son langage à ce genre de propos. Il fait partie de l’équipe paramédicale mise en place au niveau de l’aéroport international de Ouagadougou pour la surveillance d’éventuel cas de virus à Ebola. Une première étape de désinfection à la descente d’avion, une deuxième de contrôle de santé (carnet de vaccination notamment pour les vaccins internationaux), une troisième de contrôle de police (validité des documents), la machine est désormais bien rôdée à l’aéroport, et ce depuis jeudi 07 août dernier. Un seuil de température corporelle à ne pas atteindre au cours de ce contrôle faute de quoi on est déclaré « suspect » : 38°5.

« Lorsque nous avons une température supérieure ou égale à 38°5, nous allons inviter ce passager à rejoindre le poste de santé pour un entretien beaucoup approfondi avec un médecin. Cet entretien permet de voir si en dehors de l’argument de température il y a d’autres arguments cliniques en faveur d’un cas suspect d’Ebola, mais également des arguments épidémiologiques à savoir s’il a fréquenté un pays en épidémie ou s’il a emprunté un circuit qui aurait pu le mettre en contact avec un malade qui souffre de la maladie Ebola. Si c’est un cas suspect de maladie à virus Ebola, en ce moment l’ambulance viendra le chercher pour le transférer dans un centre de prise en charge aménagé actuellement à Yagma. », nous explique Docteur Zilfrid Ouédraogo, Directeur régional de la Santé de la Région du Centre.

Un site de prise en charge à Yagma

Ce site de prise en charge de Yagma est situé à la sortie nord ouest de Ouagadougou. Yagma qui selon Dr Amédée Prosper Djiguemdé Secrétaire général du Ministère de la Santé, a la particularité d’être une zone cloisonnée. Plus de 20 kilomètres du centre ville, on ne pouvait pas espérer mieux pour un centre appelé à accueillir des cas éventuels de porteurs de virus hautement contagieux et mortels.

Périmètre bien délimité à l’intérieur de la cour, désinfection obligatoire pour tous y compris pour le personnel soignant qui doit y accéder en tenue médicalisée. Equipe de veille, poubelle unique, kit à usage unique, tout transpire le cloisonnement ici. L’objectif étant d’éviter au maximum toute autre contamination.

Des salles de mise en observation, toutes équipées conséquemment. Trois salles de mise en observation avec 8 lits pour commencer, le centre devra à la fin de son aménagement complet disposer de plus de 30 lits d’observation.

Aussi bien dans les gares ferroviaires qu’au niveau des frontières, des dispositions auraient été prises pour renforcer la surveillance. « Si les éléments cliniques et épidémiologiques sont en faveur, l’agent de santé même dans le CSPS le plus reculé a tous les arguments pour reconnaître un cas de maladie à virus Ebola. Et le dispositif mis en place est tel qu’en remontant par le Médecin chef de district le cas parvient à la direction régionale de la santé pour être transféré au centre de prise en charge », fait remarquer Dr Ouédraogo.

Ce dispositif de sécurité sanitaire fait partie du plan de riposte du Burkina Faso pour faire face à tout éventuel cas d’infection à virus Ebola. Un plan d’un coût global d’environ treize (13) milliards de francs CFA, axé selon le Ministre Léné Sebgo de la santé autour de 3 grands thèmes :
-  Le renforcement de la surveillance épidémiologique aussi bien à l’intérieur des villes qu’au niveau des frontières
-  Le renforcement des capacités des personnels de santé
-  La dynamisation des comités régionaux, provinciaux et départementaux de lutte contre les épidémies pour le renforcement entre autres des mesures d’hygiène.

Ebola a déjà tué plus de 1 000 personnes

En plus des précautions d’usage qui consistent à éviter la viande sauvage, notamment les rongeurs ; et aussi les roussettes vecteurs notables du virus, ce conseil pour finir du ministre : « chacun peut avoir son rôle à jouer en disant et répétant à son voisin « Lave tes mains chaque fois que tu quittes les toilettes, lave tes mains chaque fois que tu va manger. » Des gestes anodins mais des gestes importants ». Avec les cas décelés en Guinée Conakry, en Sierra Leone, au Libéria et dernièrement au Nigéria avec un total cumulé de plus de 1 000 morts, c’est toute l’Afrique de l’Ouest qui est sous la menace de ce virus mortel. Le seuil épidémiologique est atteint et plus aucun pays de la région n’est à l’abri.

Samuel Somda

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés