L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

Point de vue • mardi 5 août 2014 à 21h44min

« Le Président du conseil régional de l’Ordre des médecins de Ouagadougou attire l’attention du public et des partenaires que les médecins suivants : Dr Dumont Olivier Daniel André et Dr Mondiet Caroline, exerçant au Centre médical International de Ouagadougou (CMI) ne sont pas inscrits au tableau de l’Ordre des médecins du Burkina et par conséquent sont interdits d’exercer la médecine dans la région ordinale de Ouagadougou. Tout document à caractère médical délivré par ces deux personnes est de nul (..) », lit- on, dans un communiqué publié le mercredi 23 juillet sur Lefaso.net.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

Que les médecins m’excusent d’entrée de jeu car personne ne voudrait avoir un corps si incontournable contre soi. Évidemment, ils sont si incontournables, les médecins, que ce qui se passe même dans leur jardin nous intéresse. La santé est très importante. Tout ce qui touche aux travailleurs de la santé intéresse le citoyen lamda, comme moi, qui ne peut que se soigner au Burkina Faso (quand j’y vivais, en ce qui me concerne).

De l’origine de l’Ordre : Une esquisse historique et sociologique

Parler de l’Ordre (professionnel) des médecins ou de l’Ordre des journalistes ou de l’Ordre des experts comptables ou de tout Ordre revient à mettre au centre du débat ce qui compte comme profession et son pendant, ce qui n’est qu’occupation. C’est peut- être, sans le savoir, faire référence à deux théories sociologiques longtemps discréditées par les sociologues eux- mêmes, mais qui ont toujours la vie dure : La théorie des traits du professionnalisme et le structuralisme- fonctionnalisme. Je ne vais pas entrer dans les arcanes de ces théories pour ne pas tenir la jambe à des lecteurs qui ne sont pas tous des spécialistes. Ces théories sont tombées en désuétude parce que la société a tellement évolué qu’elles ne peuvent plus servir vraiment, si jamais elles aient servi. Mais le premier modèle des traits s’ appuyait sur ce qui fonde le professionnalisme : (1)Les habiletés basées sur le savoir ; (2) l’ éducation et la formation , généralement dans une université ; (3) les diplômes découlant d’ examens et concours ; (4) l’ organisation formelle ; l’ existence d’ un code de conduite, etc. Le manque de fondements théoriques de ce modèle arbitraire, comme vous pouvez le remarquer, est clair. Néanmoins, la médecine et la profession d’avocats en sont venues à être la profession (par excellence), les autres étant les cousins pauvres et lointains, donc des occupations. Quant au structuralisme – fonctionnalisme, avide d’harmonie en société, n’aimant pas qu’on parle d’intérêts divergents, donc de lutte entre les différents groupes, il soutient que toute structure existante concourt au bon fonctionnement de la société. Ces ordres professionnels existent donc pour le plus grand bien de la société et s’ils n’existaient pas, il aurait bien fallu les inventer.

Pourquoi le communiqué ? Je n’ai pas souvenance que l’Ordre ait déjà fait un communiqué de ce genre. Ce communiqué de l’Ordre des médecins cache- t- il un aveu d’impuissance ? Est-ce une manière de prendre le peuple à témoin dans son effort difficile de mettre de l’ordre dans une profession pratiquée dans un contexte où le respect des règles est juste une question de gabarit (si je suis fort, c’est moi la loi, si je suis faible, je dois courber l’échine) ? Ce point de vue n’est pas pour répondre à ces questions, somme toute légitimes, mais pour les poser surtout, afin de nourrir la réflexion. Ce n’est pas non plus pour défendre l’Ordre des médecins qui a certainement les moyens de s’offrir un avocat –défenseur professionnel, ni pour pourfendre aucun ordre d’aucune sorte. Il se veut simplement une contribution pour la juste compréhension de la notion de l’Ordre (professionnel), en épousant une perspective historique et sociologique critique, et en approchant la question avec un scepticisme bienveillant.

Je commence par décliner ce que l’Ordre n’est pas, une association, ni un syndicat, ni un parti politique. Si l’Ordre était cette libre association, il ne s’appellerait plus Ordre mais Désordre, avec les lettres écrites comme des œufs brouillés, en désordre. Il y a de la contrainte dans l’ordre. L’armée, ce n’est pas l’armoire. C’est l’une des plus belles phrases que je retiens toujours de mon service militaire. Les règles dans une société saine ont un caractère contraignant. Quand elles donnent l’impression de ne plus l’être, on à faire à une société dysfonctionnelle, sur la route de la décadence.

Bien entendu, on pourrait débattre du bien- fondé de l’existence de l’Ordre, de tout Ordre professionnel, jusqu’ au jour du jugement dernier. Mais en attendant, l’Ordre n’est pas facultatif, puisqu’ il existe par la volonté de la loi votée par notre Assemblée Nationale. Cela veut dire que même ces médecins qui voudraient ne pas y adhérer et payer par exemple leurs cotisations, doivent se plier aux exigences de l’Ordre. Historiquement, Bernard G. Shaw disait que l’idée de l’Ordre, c’était juste une manière de protéger des privilèges corporatistes, certaines activités humaines qu’on appelait Profession Libérale ; d’ où la distinction entre Profession et Occupation. Sous ce regard, il n’y aurait donc que quelques professions. La médecine, la prêtrise, le métier des armes et les avocats. Le reste n’est qu’’occupation. Ne nous en offusquons pas, nous autres "roturiers", car nous sommes toujours utiles. Seulement, nous ne sommes pas d’ une profession stricto sensu. Discutable, n’est-ce pas ? Tentative d’exclure certaines personnes de certaines activités déclarées prestigieuses aussi ? C’est ce qu’exactement pense ce Shaw qui luttait pour la justice sociale et qui a eu à refuser de s’inscrire en tête de liste dans une élection en Irlande où il aurait gagné assis sur une chaise longue.

Quels étaient donc en termes opérationnels, c’est- à- dire mesurables, les critères, pour avoir la qualification si honorable de profession ? Une profession demande de longues années d’études qui donnent droit à une expertise très poussée. Dans une profession, il y a les gardiens du temple, un groupe qui contrôle l’entrée et l’exit au corps. C’est pourquoi il y a par exemple le barreau pour les avocats et l’ordre des médecins pour les médecins. Subjectif, n’est-ce pas ? Un autre critère, c’est que ces professions sont fortement rémunérées (pardon, sans être puriste du français qui est une langue d’emprunt, il est très commun de lire « renumérer », ce qui réveille mon urticaire de petit professeur qui professe certes, mais qui n’exerce pas une profession !) Ou, à tout le moins, elles sont prestigieuses. Un prêtre n’a pas de bulletin de paie mais tout le monde s’accorde à reconnaître qu’un prêtre, ce n’est pas n’ importe qui. Qui n’aimerait pas compter un prêtre dans sa famille ?

Si je dis petit professeur, en fait , je ne fais que faire écho à un ami avocat avec lequel j’ ai toujours gardé de très bons rapports depuis l’ Université de Ouagadougou où il a fait son droit avant de s’ envoler pour la france ; C’est lui qui a utilisé ce terme pour parler de moi ; j’ aurais pu en prendre ombrage si l’ enseignement était pour moi un pis- aller. Fort heureusement, j’ai une identité « professionnelle » bien établie. On s’était perdus de vue depuis longtemps. Puis un jour, un ami commun à nous tous nous invite à partager un repas chez lui. C’était dans les années 95. Je m’y rends avec ma femme et mon petit garçon. Il se met à s’amuser avec mon garçon, puis lui lance soudain. « Il ne faut pas être professeur comme ton père, hein ! ». J’ai été piqué au vif. Les autres invités, eux, sont sans voix. Mais au lieu de m’emporter, j’ai ri et j’ai corrigé : « Dis- lui plutôt de ne pas être un mauvais professeur » car tous les avocats ne sont pas des bons et tout le monde ne peut être avocat ni ne veut être avocat et c’est tant mieux pour la société car le monde deviendrait une cour de justice, un capharnaüm où on n’en finirait pas de se chicaner par avocats « interposés », comme aurait dit l’autre si l’on retournait dans le temps. Avec la maturité acquise aujourd’hui, il ne veut même plus que je rappelle cette bourde qu’il a commise en bonne compagnie. Mais au fond de moi, je comprends d’ où il vient. Sans peut- être connaître l’histoire des Ordres, il reproduisait les perceptions sociétales qui instaurent une préséance entre les activités humaines qui ne sont pas forcément liées à leur utilité objective. Puisque toute activité est utile. Même le balayeur de bureau, ce travailleur « invisible » qu’on oblige à raser les murs dans les services, est très utile. Il suffit qu’il soit absent deux ou trois jours pour qu’on se rende compte qu’un maillon de la chaîne est absent. Et la chaîne n’est aussi forte que le plus faible de ses maillons.

Pour clarifier davantage la notion d’Ordre, je prends l’exemple sur les enseignants, un corps que je comprends mieux. Les enseignants ne sont pas ceux qui choisissent leurs collègues. Ils n’ont pas non plus la force de renvoyer qui ils veulent de leur corps. Même s’ils ont un collègue terrible qui fait la classe à leurs enfants et qui leur enseigne des concepts faux, ils ne peuvent que constater les dégâts, en référer au directeur ou au proviseur ou au recteur qui va saisir le Directeur de l’Enseignement qui va saisir le Ministre et tenez- vous bien que tous ceux - ci n’agissent plus vraiment en tant qu’enseignants, mais en tant que bureaucrates- vigiles, mais jamais en tant que collègues. Ce long processus pour se débarrasser d’un mauvais enseignant ne fait que corroder le « professionnalisme » des enseignants selon l’acception originelle de profession. Intéressant, n’est-ce pas ? Et pour la sélection d’un enseignant, on a recours à des collègues mais à la fin, ils ne décident pas vraiment de qui va être enseignant ou pas, et cela se passe jusqu’ à l’université où les dossiers sont étudiés par d’autres collègues qui émettent leur avis juste technique ; mais c’est le ministre qui décide finalement sur avis du recteur. Cela est la preuve, pour les plus gentils, que l’enseignement, tout au plus, ne peut être qu’une semi- profession. Vous voyez un début du pourquoi l’enseignement est un peu déconsidéré, non ? Les raisons ne sont pas seulement économiques comme « les petits salaires d’instituteurs « ou « les petits salaires de professeur assistant » comme le public aime à rire de ceux à qui il confie pourtant et toujours ce qu’il a de plus précieux, ses enfants, et qu’il se plait à ridiculiser, comme si on ne pouvait pas dire petit avocat, petit médecin. Il suffit de préfixer le mot « petit » à tout et on a le « petit » quelque chose que l ‘ on souhaite avoir. Les médecins et les avocats, eux, ont le pouvoir de radier l’un des leurs du corps. Les enseignants doivent souffrir leur collègue déficient à bien des égards.

Maintenant, de l’origine du mot Profession avec son Etiologie, pour parler comme un médecin qui a eu l’onction de l’Ordre des médecins, sinon ce serait du dole comme aime à le dire Maître Dah Loz près la Cour Déni DeuxJustice. Critères sûrement discutables car les professeurs d’université, et même du secondaire, ont longuement étudié, eux aussi. Ils ont une expertise, eux aussi, des salaires, eux aussi, même si on ne les appelle pas honoraires. Le mécanicien aujourd’hui qui travaille avec des machines sophistiquées a aussi beaucoup étudié et il a une expertise que n’ importe qui n’a pas. Des enseignants du primaire, du secondaire comme du supérieur font de la consultation qui leur rapporte assez bien. Chaque jour que Dieu fait, ils sont appelés à prendre des décisions. Ils ont un impact certain sur leur communauté, ils sont des agents du changement, ils sont des leaders indiscutables ; en somme, ils pourraient aussi former un ordre au regard de ce qu’ils font et incarnent. Mais rien à faire. Ils n’appartiendront pas à une profession (libérale) pour autant. Tant pis. Je crois même que c’est eux qui ont enseigné les médecins et autres avocats. Je peux me tromper. Mais le produit est professionnel (selon l’origine de Profession) tandis que le producteur ne l’est pas. Illogique ? Non, c’est comme ça. Ce sont des règles (arbitraires) qui ont été édictées. Donc, en attendant que les choses changent, l’Ordre des médecins est dans l’ordre, dans son rôle et a droit de regard sur l’orthodoxie et la régularité des actes et de la pratique de la profession.

Ailleurs, on a des médecins taxi- maîtres faute de remplir les conditions de l’Ordre National

Le problème, si on était dans une société où chacun fait ce qu’il doit faire, une société décomplexée vis- à- vis du blanc et de l’occident, et respectueuse de nos propres règles pour notre vivre ensemble, l’Ordre n’aurait peut- être même pas à se fendre d’un communiqué. Ou du moins, ce communiqué allait venir après que ces contrevenants à la pratique de la médecine au Burkina sont déjà au frais. C’est un manque de respect pour nos institutions et pour notre pays, que des individus viennent exercer la médecine de cette façon cavalière. Personne ne devrait faire ici chez nous ce qui va à l’ encontre de nos lois, ce qu’il ne peut pas faire chez lui. Mais s’il le fait aussi, c’est qu’il nous a bien regardés. Comme le fantôme qui ne t’attaque la nuit que s’il t’a bien observé le jour. Criminels, ils le sont, parce que l’exercice de la médecine chez nous est aussi codifié et règlementé comme chez les autres. Exercer cette profession sensible sans l’autorisation de l’Ordre, que l’on soit philosophiquement d’accord avec l’idée des Ordres ou pas, c’est opérer dans l’illégalité. Ce n’est pas un crime sans victimes. Quand il s’agit de la vie des hommes, la réaction des autorités aurait dû être plus prompte. L’ordre des médecins, aussi volontaire qu’elle soit, n’a pas la force de contrainte avec elle. Elle a donc besoin d’être accompagnée dans son action par la puissance publique.

Aux États- Unis, et c’est un chiffre de 2010, plus de trois mille médecins étrangers ne peuvent pratiquer la médecine. Des milliers de médecins ont émigré aux États- Unis avec l’espoir légitime de réaliser le rêve de leur vie. On ne peut rien leur reprocher. Tout homme a le droit de rechercher son propre bonheur là où il pense le trouver, mais dans le respect des lois du pays où il réside. Une fois aux États- Unis, ils doivent souvent d’ abord apprendre la langue à un âge où le cerveau n’est plus très plastique. Encore plus, ils doivent se préparer pour un examen très rigoureux en deux parties. La première partie est théorique, et il est mieux d’y réussir du coup car elle te permet d’avoir un placement dans les cliniques assez facilement. Faire un tel examen deux fois déjà vous place très loin derrière sur la longue liste d’attente de la residency (un peu l’équivalent de l’internat pour les étudiants en 7ème année de médecine chez nous au Burkina). C’est si rigoureux que je connais un ou deux médecins burkinabè qui ont dû abandonner la quête de la pratique de la médecine pour repartir au pays. Des centaines et des centaines de médecins sont des chauffeurs de taxi à New York City.

Ils le sont, non qu’ils ne savent plus être médecins, mais simplement parce que la législation en la matière est très stricte. Dans ce pays organisé où la loi n’ est pas écrite pour les autres mais pour tout le monde, l’ ancien maire de New Orleans en Louisiane ira en prison pour au moins cinq ans pour avoir accepté des pots de vins et pour avoir été convaincu d’ enrichissement illicite ; dans ce pays, Spitzer, l’ ex- gouverneur de l’ État de New York, a perdu son poste pour avoir été pris dans un réseau de prostitution même si les enquêtes ont révélé par ailleurs qu’ il n’ a jamais utilisé l’ argent public pour ses lubies ; dans ce pays, l’ ancien gouverneur de l’ État de l’ Illinois, Blagojevich, est en train de payer pour avoir tenté de« vendre » un poste de sénateur. Donc ce n’est pas dans un tel pays que n’ importe qui pourrait s’installer aisément comme médecin avec cette insouciance qu’il n’y a rien au village. Les occidentaux n’ont pas une moralité supérieure aux autres. Ils appliquent seulement les textes qu’ ensemble ils ont arrêtés. Il est permis de louvoyer avec la loi, mais gare à vous si vous êtes pris. Ce qui n’est pas souvent le cas sous nos cieux, d’ où le laxisme effrayant du système judiciaire (j’y reviendrai plus loin).

Mon Médecin doit être au- dessus de tout soupçon

Quand nous allons voir notre docteur, savons - nous s’il dispose des compétences minimales pour au moins ne pas laisser des ciseaux dans notre ventre après opération comme le Dr. … à Bobo dans les années 1970 ? Comment pouvons- nous le savoir ? Devrions- nous nous soucier même de cela en plus d’être tenaillés par le mal qui nous a conduits à lui ? Ce n’est même pas cela notre rôle, même si nous le pouvions. Savons-nous s’il ne va pas prescrire 65mg de somnifère à notre enfant au lieu de 6,5mg comme ce qui s’est passé à Yalgado dans les années 2000 et qui a enlevé à jamais la vie au petit Bationo, paix a son âme ? (Son papa avait porté l’affaire en justice en son temps, mais je ne crois pas que ce soit allé bien loin. Mais, c’est une autre affaire. ) Non, nous ne pouvons le savoir. Il y a une asymétrie dans la connaissance entre le médecin et son patient, et partant, une asymétrie de pouvoir. Nous leur confions notre santé, notre vie, comme un chèque que nous émettons en blanc, sur la base de la confiance. Donc, nous avons le droit de voir notre docteur sans nous poser des questions sur ses compétences et sa moralité. Dans tous les cas, une fois que nous allons le voir, il a toute latitude d’exercer son pouvoir de vie ou de mort sur nous. Nous n’y pouvons rien. Fort heureusement, la plupart sont au service de la vie, pas de la mort, à part quelques brebis galeuses comme dans tout corps de métier. Sinon, rien ne les empêche de faire de nous ce qu’ils veulent. Ces questions de compétence et de moralité sont, dans l’entendement du malade, résolues en amont. Pour être un bon médecin, il ne suffit pas d’être compétent pour bien accomplir les devoirs de sa charge. Il faut aussi avoir les dispositions, dont la bonne moralité. Il revient donc à l’ordre des médecins d’être la sentinelle de la tour de garde. Il lui appartient de mettre de l’ordre dans une profession dont l’utilité publique n’a jamais été à démontrer. Comme l’Ordre des avocats qui s’assure que les avocats qui sont en principe les défenseurs des plus faibles ne sont pas en fait ceux- là même qui dépouillent la veuve et l’orphelin.

L’ Ordre des Médecins ne peut prospérer qu’accompagné par une Justice forte et équitable

Selon le Pr. Charlemagne Ouédraogo, l’exercice de la profession de médecine est régi par la loi n°28/2012 de l’Assemblée nationale, loi promulguée par décret signé par le président du Faso à la date du 12 juillet 2012. Ce qui veut dire que cette loi est en vigueur. Et nul n’est censé ignorer la loi. L’Article 37 de ce document (on ne parle pas de corde dans la case d’un pendu)dit que personne ne peut exercer la profession de médecin au Burkina Faso s’il n’est pas inscrit au tableau de l’ordre. Les deux docteurs incriminés ne sont pas inscrits au tableau de l’Ordre. Ce fut aussi le cas de Dabo l’africain qui croupit aujourd’ hui en prison.

Mais on peut comprendre. Au Burkina, les décisions de justice elles- mêmes, on s’en moque, pour peu que l’on se croit fort. L’Ordre a dû se contenter de ce communiqué pendant que les deux individus continueront de poser leurs actes médicaux. Si l’Ordre ne peut même pas les empêcher d’exercer, comment pourra -t - il faire appliquer son édit de ne pas honorer les ordonnances et autres ? C’est à rire, tout de même. Par exemple, nous avons une justice qui n’a pas encore démenti sa réputation sulfureuse de justice défaillante, aux ordres, et qui ne rougit même plus d’être aussi dysfonctionnelle, une justice folle comme une vache carnivore. Et apparemment, ce n’est pas demain la veille qu’elle compte faire amende honorable. Elle n’est pas seulement carnivore mais cannibale, cette justice- là, puisqu’ elle pratique sa déprédation sur les fils et filles de ce pays, sur ses propres enfants qu’en principe, elle se devait de protéger. Ô Mère Courage ! Dans tous les cas, carnivore ou cannibale, c’est toujours le même matériau de base, avec à la différence que dans un cas, c’est la viande, et dans l’autre, la viande de l’homme, nuance, avec l’ horreur en sus !

Cette justice, elle- même, n’est pas une création ex nihilo. Elle n’est pas sortie de nulle part. Elle est le produit d’une société qui perd ses repères moraux où les valeurs de bonne gouvernance ne sont pas les mieux partagées. Malheureusement, on s’attendrait à ce que la justice soit le dernier bastion, la citadelle imprenable dans une société où la morale agonisait il y a une vingtaine d’année, foi de médecin reconverti en homme politique, donc témoignage doublement crédible. Sans soins, elle doit être morte et bien morte maintenant, cette morale. Et en toute logique, pourquoi devrions- nous nous attendre à une digne sépulture ? Vous comprenez pourquoi on ne peut qu’être envahi par la pestilence de sa dépouille en putréfaction avancée, une pestilence qui irradie tous les aspects de la vie de l’Homme jadis Intègre, même et surtout la médecine.

C’est parce que nous sommes dans un système où l’existence de la "justice" ressemble souvent à l’absence de justice, puisqu’ elle est à plusieurs vitesses ; il est clair qu’aujourd’hui, il vaut mieux connaître un juge ou quelqu’ un qui connait un juge que de s’attacher les services d’un avocat qui connaît le droit, aussi brillant soit- il. Il a beau faire les effets de manche, allier à merveille le fond et la procédure, s’abîmer dans les envolées lyriques, à la fin, c’est le juge qui prononce « sa » sentence. Ces deux mis en cause devraient être en prison en attendant que le public sache pourquoi et quelle urgence les a amenés à exercer la profession sans l’accord préalable de l’Ordre. Comme Mr. Dabo l’ africain qu’on vient de cueillir dans une de nos cliniques et qui n’avait pas non plus été inscrit sur la liste de l’Ordre des médecins. En son temps, sur dénonciation de plusieurs médecins qui trouvaient les ordonnances médicales inacceptables pour un médecin qui a prêté le serment d’ Hyppocrate, et qui ont levé le lièvre, l’Ordre n’avait pas eu besoin de faire un communiqué. Il avait simplement bondi sur l’infâme pour l’empêcher de nuire davantage, comme un tigre qui n’a pas besoin de décliner son identité avant de bondir sur sa proie. Le sieur Dabo a été simplement embarqué par la gendarmerie comme un malpropre, et illico presto.

Pourquoi aujourd’hui donc on met en garde le public tout en laissant Mr. Dumont Olivier Daniel André et Madame Mondiet Caroline libres de poser des actes médicaux ? Sans être de la profession, je suis convaincu que les actes médicaux ne se limitent pas seulement à prescrire par exemple des ordonnances que l’on peut ne plus honorer avec ce communiqué. Voire. Mais que dire de certaines opérations directes sur les patients peut- être, comme les conseils ? Je peux me tromper. Je ne sais pas, mais on a l’impression que ce n’est pas tellement la même manière de traiter le même problème selon que l’on s’ appelle Dabo ou Daniel André ou Mondiet, et cela peut poser problème, du moins au niveau de l’homme de la rue. Il se peut, pour l’Ordre, que ce soit une manière de dire au public qu’il fait son travail mais qu’il est limité par le mur géant de l’état d’anomie dans lequel nous baignons. Dans ce cas donc, il appartiendra à la population de se lever et de chasser ces deux charlatans modernes car on ne doit pas négocier avec sa propre santé, si la justice ne veut pas nous protéger. On a vu des menuisiers venus d’Outre- mer se déclarer ingénieur en ponts et chaussées dans ce pays. Alors, qu’est-ce qui nous dit que ces soit- disant docteurs ne sont pas au fond des auxiliaires de santé dans leur pays et qui jouent aux spécialistes du cœur sous les tropiques ? Qu’ils prouvent le contraire en prenant attache avec l’Ordre des médecins du Burkina. Ce ne doit pas être compliqué. La santé, c’est ce qu’on a de plus précieux et on n’a pas tous l ‘argent pour aller se soigner à l’Hôpital Val- de – Grâce en france en cas de complication. Et je suis sûr que ce communiqué n’aurait jamais eu lieu si nos deux expatriés n’avaient pas fait entorse à la déontologie et s’ils n’avaient nargué l’Ordre dont ils ont ignoré royalement la convocation, se disant peut- être en territoire conquis. Encore le syndrome du fantôme qui vous connaît qui vous attaque !

Serait-ce parce qu’il s’agit d’expatriés d’Outre- mer, pour le moins qu’on puisse dire, si je me fie à la consonance de leur noms ? Ça veut dire qu’en attendant, c’est au patient ou client (c’est la même chose depuis la marchandisation de la santé) d’être vigilant. L’ordre des médecins a du mérite rien qu’en mettant le public en garde. Mais il est mon humble avis que le serpent a été tué à moitié. Il pourrait toujours mordre à moitié. Or, personne ne veut mourir, même à moitié. Mais quid de la force publique ? Je ne comprends pas non plus pourquoi dans le communiqué, l’Ordre parle de Mr. Dumont Olivier Daniel André et de Madame Mondiet Caroline en utilisant le titre de Dr.(Docteur) . Remarquez que quand on daigne utiliser le titre de docteur pour celui qui médite toujours sur son comportement dans les liens de la justice, on met entre guillemets, pour ne pas dire que c’est un faux docteur, un faux docteur dont les patients disent pourtant du bien alors qu’il a exercé pendant des mois.

A mon avis, tant qu’ils n’ont montré patte blanche avec l’Ordre, ces expatriés ne sont pas plus médecins que moi, que Mr. Dabo, en tout cas, ils sont moins médecins que nos tradipraticiens, dont certains d’ ailleurs sont reconnus par les services de santé. Comment l’Ordre peut- il même être sûr qu’ils ont été médecins dans leur vie mais qu’ils seraient simplement des médecins non en règle vis-à- vis de notre Ordre national ? A l’heure actuelle, ces personnages devraient être à la gendarmerie. C’est la meilleure protection du public. S’ils n’y sont pas, nous ne pouvons que spéculer et accuser notre justice (qui nous a toujours fait faux bond quand on avait besoin d’elle) d’avoir encore prévariqué. A ce que je sache, le procureur du Faso peut s’auto- saisir de situations (potentiellement) graves. Si l’on attend qu’il y ait mort d’homme avant de les empêcher de nuire, ce ne sera pas moralement acceptable car la population a besoin d’être protégée. Et l’Ordre existe pour mieux rendre service au public.

Le public a plus intérêt à ce que l’Ordre des Médecins soit un Ordre fort qui rayonne dans la société. Nous avons tout à gagner. Normalement, ses décisions devraient avoir force de loi, si ce n’est déjà le cas. Mais au regard de la situation de notre justice, j’aimerais savoir ce qui adviendra de ces deux mis en cause s’ils s’entêtaient à exercer la profession de médecins illégalement. Est-ce que l’Ordre pourra les envoyer en prison comme il se doit en pareil cas de figure ? Par contre, s’ils pensent être dans leur droit parce que le Burkina Faso serait un no man’s land, ils ont des voies de recours. Et s’ils ne le font pas et continuent de faire comme si de rien n’était, est-ce que l’Ordre est sûr que la justice va les suivre ? Si la justice ne les suit pas, l’Ordre qui n’aura émis que des menaces vaines, paraîtra baba. Il deviendra alors un lion édenté et devra s’auto-dissoudre car devenu superflu. L’ordre joue donc gros, en mon sens.

Chasser le renard d’ abord, un mot de prudence à la poule par la suite

En guise de conclusion, nous sommes dans l’obligation de tenir l’Ordre des médecins à un degré de rigueur très élevé. Est- ce sûr que tous les médecins , même nationaux, qui exercent sur le territoire national sont inscrits au tableau de l’Ordre et reconnus comme tels ? Payent- ils tous leurs dus ? Nous avons un Ordre des médecins. Faudrait- il fermer les yeux sur les médecins qui se mettent en dehors de cet organe, faire semblant d’ignorer qu’ils sont en situation irrégulière et juste les suspendre quand il y a malfaisance ? Un ordre fort est un ordre qui dispose aussi du nerf de la guerre. Et puisque l’Ordre des médecins n’est ni une association ni un syndicat ni un parti politique où l’adhésion devrait se faire volontairement, en principe, tous les médecins pratiquant sur le territoire national sont membres de facto ou alors ils devraient cesser d’exercer la profession. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas. Alors, l’Ordre gagnerait à balayer devant chez lui d’ abord, à nettoyer ses écuries d’Augias à lui. Les Ashanti disent que la femme qui porte du coton en sous-vêtement doit se garder de sauter par- dessus les flammes comme nos filles aimaient à le faire au village au clair de lune. En un mot comme en cent, l’Ordre ne grandira en crédibilité, en efficacité, et en efficience que s’il se fait respecter, et la voie royale pour ce respect, c’est la rigueur et l’application de ses propres textes. Regardez vous-mêmes. Parlant de l’africain qui exerçait sans diplôme même s’il connaissait apparemment son travail, tel est le titre paru dans les journaux : « Jugé pour usurpation de titre, le « Docteur » Dabo risque 5 ans… ». Pour les « expatriés », comme si Dabo lui- même n’en était pas un puisqu’ il n’est pas burkinabè, on parle de médecins, de Monsieur et de Madame. Ils sont respectables, eux. Seulement, ils n’étaient pas en règle vis- à- vis de l’Ordre : « Interdiction d’exercer pour deux médecins : La loi doit être ... »

Il se peut que je n’aie pas assez d’éléments comme beaucoup de lecteurs pour apprécier objectivement et faire entièrement justice à l’Ordre des Médecins, avec mes « insinuations » de petit professeur. Que les uns et les autres m’en excusent si j’ai fait fausse route. Ce serait de bonne foi. Mais il est bon de savoir qui a amené ces individus non reconnus par l’Ordre des médecins qui n’ont aucun égard pour nos lois. La réponse à cette question expliquera pourquoi nos « guérisseurs » expatriés officient dans un Centre Médical International sans daigner avoir l’approbation de l’Ordre des médecins. L’Ordre des médecins devra communiquer davantage avec le public qui est la raison d’ être de son existence.

Touorizou Hervé Somé, Ph.D.
Maître de Conférences (Associate Professor)
Sociologie de l’Éducation/ Éducation Internationale Comparée
Ripon College, Ripon
Wisconsin 54971
Email : burkindi@gmail.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 août 2014 à 22:39
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    La suspension de ces medecins est juste de la jalousie.
    Le centre medicale international soigne principalement les etrangers au Burkina.
    Les autres medecins burkinabé ont envie de leur statut....
    Arretez donc vos balbutiement

    • Le 6 août 2014 à 07:14, par parisienne4
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      En effet ; je ne comprend pas cette polémique crée par "L’ordre des Médecins".
      Ce même ordre a interdit depuis belle lurette au CMI ( centre médical internationale ) de prodiguer des soins à plus forte raison d’ausculter des malades BURKINABE. Et cette EXCEPTION est suivie à la lettre.
      Je défie quiconque n’a pas une autre NATIONALITE d’essayer de contourner cet état de fait.
      Cette SEGREGATION est le fait de nos Médecins et de personne d’autre.....!
      Comprenez et concluez selon votre entendement.......!!!!!!!!!!!

      • Le 6 août 2014 à 13:19, par KanMeme
        En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

        Madame que coûte t-il à votre CMI de se conformer aux lois nationales ? Croyez vous qu’un médecin Burkinabé sous prétexte de ne soigner que des patients de son pays d’origine ou d’Afrique peut ouvrir une officine dans votre pays, la France je suppose, et en toute quiétude ? Il faut arrêter l’hémorragie là ! Quel est ce désordre que vous voulez créer chez autrui tout simplement parce que vous avez affaires à des dirigeants aux ordres ? Un peu de sérieux s’il vous plait

    • Le 6 août 2014 à 07:53, par Agro
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Mon frère, qu’ils montrent "pattes" blanches à l’Ordre des Médecins tout simplement.

    • Le 6 août 2014 à 09:40, par Tapsoba®(de H)
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Ainsi donc,si un faux médécin s introduit dans ce centre médical international parce qu un abri à tous ceux qui ont la possibilité(?)de se soustraire aux lois du Burkina et y massacre des "patients étrangers" par incompétence,la responsabilité du Burkina n est-elle pas engagée ? Si les médécins qui y travaillent sont enviés par les autres comme vous le suggérez,que leur coûte de prouver leur "supériorité" en se conformant aux règles de la république ? Jalousie pour jalousie,l arrivée de ces deux "médécins" incriminés au Burkina précède-t-elle le vote de la loi ou c est l inverse ? Sont-ils les seuls à exercer leur profession dans ce centre médical ?

    • Le 6 août 2014 à 10:37, par Tapsoba®(de H)
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Ainsi donc,si un faux médécin s introduit dans ce centre médical international parce qu un abri à tous ceux qui ont la possibilité(?)de se soustraire aux lois du Burkina et y massacre des "patients étrangers" par incompétence,la responsabilité du Burkina n est-elle pas engagée ? Si les médécins qui y travaillent sont enviés par les autres comme vous le suggérez,que leur coûte de prouver leur "supériorité" en se conformant aux règles de la république ? Jalousie pour jalousie,l arrivée de ces deux "médécins" incriminés au Burkina est-elle antérieure au vote de la loi ou c est l inverse ? Ces deux médécins sont -ils les seuls à exercer leur profession dans ce centre médical ?

  • Le 5 août 2014 à 22:42, par djoum
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    le dur qui dure
    je pense que Mr Hervé Somé à baliser le terrain, il a montré la voie à suivre à l’Ordre des Médécins qui, je pense,semble négocier pour se faire entendre et se faire respecter. Sinon , la voie à suivre pour arrêter ces 2 individus est bien tracée maintenant. Si réellement çè des hors la loi, ils sont pas chez eux pour se foudre de nos lois et règlements, qu’on les envoie en prison en entendant que la lumière soit faite. et je pense que c’est ce qui allait se passer si jamais ce comportement avait été constaté par d’autres personnes de leur genre en France. c’est un défi qui est aussi lancé à nos forces de l’ordre et magistrats si jamais ils n’arrivent pas à faire respecter nos lois en vigueur

    • Le 6 août 2014 à 09:10, par Jamanatigui
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Le respect des règlements commence par leurs respects internes. Si les étrangers viennent nous trouver dans une situation ordonnée, il ne leur viendra pas à l’idée d’engendrer le désordre. Le domaine médical est par excellence le domaine du désordre. Tout le monde a peur des médecins donc personne n’ose agir en mettant leurs intérêts en cause en commençant par le ministère de la santé. Sinon pourquoi de va et vient entre le public et le privé et qui se fait au détriment du public ? Pourquoi autoriser une personne à Ouvrir une clinique sans avoir présenté une liste du personnel qu’elle a recruté ? Les médecins sont puissants et ceux qui manquent du décernement ne peuvent qu’emploi cette puissance au service du mal.

  • Le 5 août 2014 à 22:55, par Jamanatigui
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Merci pour cette contribution fort enrichissante malgré les digressions illustratives. L’ordre dans l’exercice de la médecine doit s’exercer à tous les niveaux et doit concerner tous les médecins nationaux comme expatriés. Malheureusement cette réaction de l’ordre des médecins ressemble fort à un règlement de comptes qui ne dis pas son nom. L’exercice illégal ne se limite seulement à l’absence d’inscription dans l’ordre mais aussi au respect d’un certain nombre de code déontologique. Un médecin fonctionnaire qui exerce comme mercenaire dans les cliniques est il mieux que ces médecins qui exercent sans inscription préalables dans le tableau de l’ordre. Il serait intéressant que l’ordre s’intéresse aussi à ses aspects. Dire aux toubib de choisir d’exercer en libérale ou comme fonctionnaire et non les deux à la fois. Les juristes au moins ont pu maitrisé leurs éléments à ce niveau : on exerce dans le privé ou dans le public et non à la fois au public et au privée.

    • Le 6 août 2014 à 04:11
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Jamanatigui, si le medecin est reconnu pa l’ordre des medecins, au Burkina, la ou il exerce n’ est pas important. Il peut meme le faire sous l ;eau. mais s’ il n’est pas reconnu, alors, la, ca pose probleme. Les cliniques son t toujours au Faso, n ; est-ce pas, Donc y a pas le feu.
      Maintenant, il se pose une question de deontologie qui doit etre laissee a l’ aprreciation de la fonction publique et du ministre. Il ne faut pas melanger les decisions administratives et le travail de l’ ordre.

    • Le 6 août 2014 à 07:42
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      L’ordre des medecins a ses prerogatives et l’Etat Burkinabe les siennes. il appartient a ce dernier de faire respecter la loi par tous ses fonctionnaires (fonctinnaires commercants, fonctionnaires entreprenaurs etc.)y compris les medecins.L’ordre rappelle veille au respect des regles deontologiques et ethiques en matiere de pratique medicale.

    • Le 6 août 2014 à 08:09, par CB
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Soyez un peu honnêtes ! Parce que bon nombre de burkinabè brûlent allègrement les feu tricolores, alors la police ne doit pas arrêter quelqu’un pris en flagrant délit ! C’est une occasion à saisir par les populations pour dénoncer toute personne exerçant dans l’illégalité ! Il appartient aux burkinabè et c’est à leur profit un futur bon fonctionnement de cet Ordres et des autres par ailleurs !

    • Le 6 août 2014 à 09:11, par Luxmealex
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Je félicite l’Ordre des médecins pour ce communiqué. Arrêtons de dire n’importe quoi quand nos institutions prennent des initiatives pour faire respecter la loi dans nos pays. Notre pays a fait l’effort de voter les lois mettant en place les Ordres professionnels dans le secteur médical pour réglementer la profession dont les dérives sont tant décriées. Il a même octroyé des subventions pour aider à faire fonctionner ces Ordres. Pourquoi se plaindre quand on veut mettre en pratique les lois au lieu d’encourager l’Ordre ?
      La question est simple : ces médecins étrangers ont-ils respecté la législation en vigueur avant d’exercer la médecine dans notre pays ? Sinon ils devraient être sanctionnés. Sachez que même si vous êtes titulaire d’un doctorat en médecine doublé d’une spécialisation obtenus à Ouagadougou, Abidjan, Dakar ou même d’un autre pays hors Union européenne vous ne pouvez exercer la médecine en France. Pourquoi n’importe quel médecin français peut-il exercer chez nous sans même daigner remplir les formalités légales qui ne sont d’ailleurs pas très contraignantes ? Notre sois-disant pauvreté ne doit pas être la porte ouverte à l’anarchie

    • Le 6 août 2014 à 09:13
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Jamanatigui aide nous a resoudre le cas de tous ces fonctionnaire du public exercant au prive : commercants, entrepreneur, etablissement prives d’enseignement pour les profsseurs, etc. C’est l’Etat qui laisse faire sinon...
      Qui sait peut etre que vous le faites a dessein sinon faites respecter la loi par tous

    • Le 6 août 2014 à 10:07, par Para
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      SVP nous ne devons pas permettre à des gens de s’élever au dessus de nos loi.C’est à dire que la signature et la volonté de notre PF ne vaut rien pour les expatriés dans notre propre pays. Je ne suis pas medécins mais je pense que dans les professions libérale même étant dans le publique il est permis d’occuper les temps libre(certains exagèrent). Ce n’est par ce qu’il y a des brébis galeuses qu’il permette à n’est porte qui de se voutre de nos loi.L’inscription à l’ordre permet de vérifier s’ils sont vraiment des medécins assermentés. Parlant de jalousie s’il vous pour votre inforamtion il y a nombre d’expatriés qui préffèrent consultés des medécins burkinabè qu’étrangés.

    • Le 6 août 2014 à 10:09
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Il s’agit plutôt du DR Charlemagne Ouédraogo et non du Professeur Charlemagne Ouédraogo . Attention aux usurpation. de titre.

    • Le 6 août 2014 à 11:45, par bebyaanda
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Bravo l’ordre des médecins !
      Mais où était l’ordre des médecins lorsque DR CHOCHOI médecin légiste de son état est venu "charcuter" notre brave Juge NEBIE ? A ce que je sache, il devrait élire domicile ne serait-ce que momentané pour pouvoir exercer, mais rien de tout ça.Il faut commencer par là en faisant un communiqué courageux pour dénoncer cet acte d’autopsie qui s’est faite dans l’illégalité et donc son rapport devient du coup caduque.

  • Le 5 août 2014 à 23:26, par burkina04
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    bonne analyse. la source du problème se trouve dans ce que nous somme devenus : le contraire du burkindi.mais ce quoon a perdu on peut le retrouver, il suffit de croire et d’essayer

  • Le 6 août 2014 à 04:11
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Jamanatigui, si le medecin est reconnu pa l’ordre des medecins, au Burkina, la ou il exerce n’ est pas important. Il peut meme le faire sous l ;eau. mais s’ il n’est pas reconnu, alors, la, ca pose probleme. Les cliniques son t toujours au Faso, n ; est-ce pas, Donc y a pas le feu.
    Maintenant, il se pose une question de deontologie qui doit etre laissee a l’ aprreciation de la fonction publique et du ministre. Il ne faut pas melanger les decisions administratives et le travail de l’ ordre.

  • Le 6 août 2014 à 06:01
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Le désordre des médecins ! Si vous étiez "Ordonnés", pourquoi donneriez-vous des rendez-vous dans vos cliniques en lieu et place de l’hôpital public ?

  • Le 6 août 2014 à 07:14, par parisienne4
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    En effet ; je ne comprend pas cette polémique crée par "L’ordre des Médecins".
    Ce même ordre a interdit depuis belle lurette au CMI ( centre médical internationale ) de prodiguer des soins à plus forte raison d’ausculter des malades BURKINABE. Et cette EXCEPTION est suivie à la lettre.
    Je défie quiconque n’a pas une autre NATIONALITE d’essayer de contourner cet état de fait.
    Cette SEGREGATION est le fait de nos Médecins et de personne d’autre.....!
    Comprenez et concluez selon votre entendement.......!!!!!!!!!!!

    • Le 6 août 2014 à 13:19, par KanMeme
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Madame que coûte t-il à votre CMI de se conformer aux lois nationales ? Croyez vous qu’un médecin Burkinabé sous prétexte de ne soigner que des patients de son pays d’origine ou d’Afrique peut ouvrir une officine dans votre pays, la France je suppose, et en toute quiétude ? Il faut arrêter l’hémorragie là ! Quel est ce désordre que vous voulez créer chez autrui tout simplement parce que vous avez affaires à des dirigeants aux ordres ? Un peu de sérieux s’il vous plait

  • Le 6 août 2014 à 07:42
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    L’ordre des medecins a ses prerogatives et l’Etat Burkinabe les siennes. il appartient a ce dernier de faire respecter la loi par tous ses fonctionnaires (fonctinnaires commercants, fonctionnaires entreprenaurs etc.)y compris les medecins.L’ordre rappelle veille au respect des regles deontologiques et ethiques en matiere de pratique medicale.

  • Le 6 août 2014 à 07:53, par Agro
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Mon frère, qu’ils montrent "pattes" blanches à l’Ordre des Médecins tout simplement.

  • Le 6 août 2014 à 08:02, par tuenmavé
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Très bel article qui met bien à nu la situation rocambolesque dont il traite.

    En vérité il y a quatre enseignements à tirer de cette situation :
    1) le décret portant loi sur la création de l’ordre n’existe que depuis 2012, à moins que ce ne soit une relecture d’une loi plus ancienne. Que ce passait-il avant cette date ? Les médecins qui nous soignaient alors étaient "homologués" par qui ?

    2) Le CMI, remplace l’ex Centre médical français (CMS) qui a existé pendant près de 30 ans, si ce n’est plus. Comment les médecins qui y officiaient étaient-ils suivis par l’ordre, s’il en existati un en ce temps ?

    3) Tout le peuple burkinabè a été temoin de la réalisation de l’autopsie du juge Nébié, à Ouagadougou (circonscription ordinale de ceux qui ont publié le communiqué), par le "Docteur" Chochoix. Il n’y a pas eu de communiqué des mêmes à ce jour, sauf à croire que le "Docteur" Chochoix ait pu en moins de 48h, obtenir son adhésion à l’ordre. Il me souvient que l’ordre ne s’est manifesté que pour décrier les dires du ministre prote-parole du gouvernement sur l’absence de compétences au Burkina pour réaliser un tel acte.

    4) Le président de l’ordre dans une interview, indique que les concernés ont bel et bien déposé leurs demandes d’adhésion à l’ordre et depuis un certain temps. Pourquoi n’ont-ils pas eu leur admission dans des délais autorisés, sachant qu’il y a manque criard de médecins dans ce pays ? Si leurs dossiers sont mauvais, que l’autorisation leur soit refusée et l’information donnée au peuple. Mais si les dossiers sont bons, pourquoi cela traine-t-il ?

    En définitive, cet ordre n’est pas crédible et c’est bien là le problème de fond. Des brebis galeuses de l’ordre voudraient s’en servir pour régler des comptes de leur petit ami (un cardilogue semble-t-il) qui aurait eu maille à partir avec le Dr Dumont au CMI. Jusqu’à cette altercation, l’ordre savait que les mis en cause pratiquaient sans sa réponse formelle (leurs dossiers avaient été reçus et aucune réponse n’avait encore été donnée) et ne pipait mot. Inconséquence, inconséquence !

    A suivre de près, car il peut y avoir des rebondissements intéressants dans cette affaire, où le serment d’Hypocrate, semble ne pas exister, surtout pour l’ordre en premier lieu. Car il faut bien le dire, s’il ne faut en aucun cas accepter de se faire soigner par quelqu’un qui n’en aurait pas les coméptences, cela peut faire des victimes, il faut aussi se souvenir que si ces deux sont coméptents et que l’on les empêche pour des querelles de clôchers, quid des patients qui ont dû être renvoyés ailleurs, à cause de la situation et dont on a aussi mis la vie en danger, si ce n’est plus ?

  • Le 6 août 2014 à 08:09, par CB
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Soyez un peu honnêtes ! Parce que bon nombre de burkinabè brûlent allègrement les feu tricolores, alors la police ne doit pas arrêter quelqu’un pris en flagrant délit ! C’est une occasion à saisir par les populations pour dénoncer toute personne exerçant dans l’illégalité ! Il appartient aux burkinabè et c’est à leur profit un futur bon fonctionnement de cet Ordres et des autres par ailleurs !

  • Le 6 août 2014 à 08:23, par DROITAUBUT
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Contribution fort argumentée.Concernant la piste judiciaire, l’ordre des médecins peut citer directement les mis en cause à comparaître devant le tribunal correctionnel pour exercice illégal de la profession de médecin. Pas besoin que la police judiciaire ou le procureur soient impliqués pour démarrer cette procédure, tout se passera à l’audience ! il suffit de réunir les textes applicables et prouver qu’ils ne sont pas inscrits au tableau de l’ordre pour obtenir leur condamnation !

  • Le 6 août 2014 à 09:10, par Jamanatigui
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Le respect des règlements commence par leurs respects internes. Si les étrangers viennent nous trouver dans une situation ordonnée, il ne leur viendra pas à l’idée d’engendrer le désordre. Le domaine médical est par excellence le domaine du désordre. Tout le monde a peur des médecins donc personne n’ose agir en mettant leurs intérêts en cause en commençant par le ministère de la santé. Sinon pourquoi de va et vient entre le public et le privé et qui se fait au détriment du public ? Pourquoi autoriser une personne à Ouvrir une clinique sans avoir présenté une liste du personnel qu’elle a recruté ? Les médecins sont puissants et ceux qui manquent du décernement ne peuvent qu’emploi cette puissance au service du mal.

  • Le 6 août 2014 à 09:11, par Luxmealex
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Je félicite l’Ordre des médecins pour ce communiqué. Arrêtons de dire n’importe quoi quand nos institutions prennent des initiatives pour faire respecter la loi dans nos pays. Notre pays a fait l’effort de voter les lois mettant en place les Ordres professionnels dans le secteur médical pour réglementer la profession dont les dérives sont tant décriées. Il a même octroyé des subventions pour aider à faire fonctionner ces Ordres. Pourquoi se plaindre quand on veut mettre en pratique les lois au lieu d’encourager l’Ordre ?
    La question est simple : ces médecins étrangers ont-ils respecté la législation en vigueur avant d’exercer la médecine dans notre pays ? Sinon ils devraient être sanctionnés. Sachez que même si vous êtes titulaire d’un doctorat en médecine doublé d’une spécialisation obtenus à Ouagadougou, Abidjan, Dakar ou même d’un autre pays hors Union européenne vous ne pouvez exercer la médecine en France. Pourquoi n’importe quel médecin français peut-il exercer chez nous sans même daigner remplir les formalités légales qui ne sont d’ailleurs pas très contraignantes ? Notre sois-disant pauvreté ne doit pas être la porte ouverte à l’anarchie

  • Le 6 août 2014 à 09:13
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Jamanatigui aide nous a resoudre le cas de tous ces fonctionnaire du public exercant au prive : commercants, entrepreneur, etablissement prives d’enseignement pour les profsseurs, etc. C’est l’Etat qui laisse faire sinon...
    Qui sait peut etre que vous le faites a dessein sinon faites respecter la loi par tous

  • Le 6 août 2014 à 09:40, par Tapsoba®(de H)
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Ainsi donc,si un faux médécin s introduit dans ce centre médical international parce qu un abri à tous ceux qui ont la possibilité(?)de se soustraire aux lois du Burkina et y massacre des "patients étrangers" par incompétence,la responsabilité du Burkina n est-elle pas engagée ? Si les médécins qui y travaillent sont enviés par les autres comme vous le suggérez,que leur coûte de prouver leur "supériorité" en se conformant aux règles de la république ? Jalousie pour jalousie,l arrivée de ces deux "médécins" incriminés au Burkina précède-t-elle le vote de la loi ou c est l inverse ? Sont-ils les seuls à exercer leur profession dans ce centre médical ?

  • Le 6 août 2014 à 10:07, par Para
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    SVP nous ne devons pas permettre à des gens de s’élever au dessus de nos loi.C’est à dire que la signature et la volonté de notre PF ne vaut rien pour les expatriés dans notre propre pays. Je ne suis pas medécins mais je pense que dans les professions libérale même étant dans le publique il est permis d’occuper les temps libre(certains exagèrent). Ce n’est par ce qu’il y a des brébis galeuses qu’il permette à n’est porte qui de se voutre de nos loi.L’inscription à l’ordre permet de vérifier s’ils sont vraiment des medécins assermentés. Parlant de jalousie s’il vous pour votre inforamtion il y a nombre d’expatriés qui préffèrent consultés des medécins burkinabè qu’étrangés.

  • Le 6 août 2014 à 10:09
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Il s’agit plutôt du DR Charlemagne Ouédraogo et non du Professeur Charlemagne Ouédraogo . Attention aux usurpation. de titre.

  • Le 6 août 2014 à 10:23, par Critique
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Je crois que les intervenants devraient recentrer le débat et reconnaître la justesse de l’envolée narrative de notre cher professeur, ma foi pas si petit ! Comparer le désordre organisé constaté chez les praticiens du public ou du privé à cette violation flagrante qui dans le pays d’origine de ces personnes là serait l’équivalent d’un homicide volontaire ! Je me demande bien de quelle espèce d’intellectuel, si j’ose dire, notre pays s’est-il doté pour aller à contre-courant d’un constat qu’un simple profane, pour ne pas rabaisser nos valeureux paysans, pourrait aisément comprendre. Parler de surcroît d’espèces sonnantes et trébuchantes et de "jalousie", propos dignes d’une "bagarre de rue" en pareille circonstance, me laisse sans voix. La question n’étant pas "qui soignent-ils ?" mais "Où exercent-ils ?", il ne souffre pas de doute qu’il y a infraction, fussent-ils tous les deux diplômés des plus grandes fac de médecine outre atlantique.
    C’est avec une certaine curiosité que je tendrai l’oreille pour connaitre le fin mot de l’histoire, et surtout à quelle acrobatie se livrera la force publique pour résoudre cette fumeuse affaire !

    • Le 6 août 2014 à 15:10
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Bravo monsieur Critique !
      Les burkinabè font pitié ! il se trouve des gens pour faire des analyses à vous pousser au Suicide ! Le complexe de colonisés ! S’il s’était agi d’asiatiques, de ghanéens ou de nigérians, pour ne citer que ceux là, les mêmes demanderaient qu’on les pendent !
      Descendants d’esclaves et de colonisés ! Et toujours liés !!!

  • Le 6 août 2014 à 10:37, par Tapsoba®(de H)
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Ainsi donc,si un faux médécin s introduit dans ce centre médical international parce qu un abri à tous ceux qui ont la possibilité(?)de se soustraire aux lois du Burkina et y massacre des "patients étrangers" par incompétence,la responsabilité du Burkina n est-elle pas engagée ? Si les médécins qui y travaillent sont enviés par les autres comme vous le suggérez,que leur coûte de prouver leur "supériorité" en se conformant aux règles de la république ? Jalousie pour jalousie,l arrivée de ces deux "médécins" incriminés au Burkina est-elle antérieure au vote de la loi ou c est l inverse ? Ces deux médécins sont -ils les seuls à exercer leur profession dans ce centre médical ?

  • Le 6 août 2014 à 11:01
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Et que dire des infirmiers ou aide soignants qui délivrent des ordonnances au BF ?

  • Le 6 août 2014 à 11:45, par bebyaanda
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Bravo l’ordre des médecins !
    Mais où était l’ordre des médecins lorsque DR CHOCHOI médecin légiste de son état est venu "charcuter" notre brave Juge NEBIE ? A ce que je sache, il devrait élire domicile ne serait-ce que momentané pour pouvoir exercer, mais rien de tout ça.Il faut commencer par là en faisant un communiqué courageux pour dénoncer cet acte d’autopsie qui s’est faite dans l’illégalité et donc son rapport devient du coup caduque.

  • Le 6 août 2014 à 11:54, par Moud
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    C’est bien, mais c’est trop long et très laborieux à lire. On a des céphalées à la fin. Essayez d’être plus concis les prochaines fois. Sinon, tout ce que vous dites est vrai (même si j’ai dû lire en diagonale certains paragraphes pour aller vite !)

    • Le 6 août 2014 à 20:46, par CHRIS
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Bjr,
      merci Hervé, on voit que ton séjour aux USA t’a permis de soutenir ta thèse et bravo pour cet écrit fort enrichissant.
      mais n’oublies pas de venir de temps en temps dispenser des cours d’anglais à l’UO dont tu es un des produits ; il faut donc penser à apporter tes enseignements à la jeune génération qui n’a malheureusement pas bénéficié de ce nous avons eu à l’UO (bourse, P50, LVS et autres L2).
      Encore MERCI pour cet éclairage
      bon courage

      • Le 9 août 2014 à 22:34
        En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

        Merci, Chris. Je voudrais te signaler que je suis en règle vis- à vis de mon engagement décennal car j’ ai enseigné pendant 7 ans au lycée et je suis passé à l’ encadrement à la DGIFPE pendant 5 ans avec comme bureau un petit manguier dans la cour du MESSRS. Sérieusement ! Mais malgré cela, j’ ai parcouru tous les quatre coins du Faso, de Nouna à Kouka en passant par Solenzo, de Niangologo à Dori, de Tougan à Diapaga, de Ouahigouya à Gaoua. Je l’ai fait avec tant d’autres insepecteurs et conseillers sans le moindre bureau, sans chaises, tous assis sur le même banc bancal sous le rachitique manguier du MESSRS. Chose qu’ un membre d’ une « Profession » n’ aurait pas acceptée aisément, avec raison quand même. Je crois que l’un des problèmes des enseignants, c’est qu’ ils se font fouetter eux- mêmes en offrant la verge au bourreau. Leur passion pour le métier et le transport devant les élèves à qui ils se sentent redevables plus qu’ à tout, fait qu’ on les connait : Ils feront toujours le travail, au -delà du devoir. Même si on les met dans une paillotte. Depuis que j’ai quitté, je ne suis pas sûr que les choses soient mieux. Je suis sûr que toi tu as eu la « veine » d ’ appartenir à un corps qu’ on n’ appelle pas le corps enseignant ou celui des encadreurs (des enseignants : Piig pa son nouun). J’attends un contrat en bonne et due forme, et dans la limite de mon temps. Déformation géographique oblige, j’ ai appris à fonctionner sur des règles qu’ on ne change pas du jour au lendemain comme les constitutions à l’ africaine, des règles qui restent contraigantes pour les parties contractantes. Enfin, je rigole. Si tu as des cours que tu veux que j’ assure, ce n’ est faisable que du 15 mai au 14 aout. Même pro bono, gban ssan, je suis prêt. Je l’ ai deja fait pour Costa Rica, je peux bien le faire pour mon pays et l’ institution qui m’ a tout donne. J’ ai dégagé l’ été pour mes recherches mais je peux m’ accommoder. Mais je ne sais pas si tu es dans le secret des dieux : a- t- on vraiment besoin de la qualité encore pour l’ UO ? Mais si tu as le besoin, fais- moi signe et je descends a L’ UO, mon alma mater pour qui j’ai tout le respect même si l’ État semble avoir abandonné ce joyau avec ses enseignants et étudiants à eux - mêmes, au délitement.Plus il y a la cross- pollinisation, mieux ca vaut pour une Univers- ite.
        Envoies- moi un email afin que l’ on puisse se tailler une bavette.

    • Le 6 août 2014 à 21:39
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      TrTres bon !prochainement vous allez sauter seulement 3 paragraphes et ainsi de suite vous allez tout lire et commencer meme a ecrire vous- meme. Quelqu’ un a dit que si tu veux cacher quelque chose a un negre, il faut le mettre sur ecrit. La connaissance ne se gagne pas cadeau.
      Pithagore a marche a pieds des milliers de kilometres depuis la Grece pour apprendre les maths et la philosophie en Egypte. Et rtu penses que le Prpfesseur la est ne avec son bagage ? Je ne dis pas qu’ il n’ est pas ne intelligent mais il a arrose cette intelligence, il a coupe les mauvaises herbes et il a mis du fumier dedans pour que ca pousse. Vous pouvez faire comme lui.Le cerveau ne s’ use que si tu passes le temps a manger du porc au four et a boire la biere sans reflechir.

  • Le 6 août 2014 à 12:19, par Togssissida
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Questions ??? Est ce qu’un médecin doit être un affairiste et oublier la souffrance des patients ??? L’Ordre des médecins donne-t-il le bon exemple ?? Suivez mon regard !
    Si on devait parler des médecins en général, à peu d’exceptions près, je crois qu’à l’issue, l’Ordre même serait dissout. Parlez des vrais déviances de beaucoup de médecins (même l’ordre) au lieu de nous divertir avec ces faux problèmes. Merci

  • Le 6 août 2014 à 13:09, par GABI
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    on avait pas besoin de discriter leur nom.on devait plutot les inviter à s’inscrire à lordre des medecins ;on remet pas en cause leur diplome.Beaucoup de nos medecins ont été formés en France et aujourd’hui certains sont devenus des professeurs.

  • Le 6 août 2014 à 13:19, par KanMeme
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Madame que coûte t-il à votre CMI de se conformer aux lois nationales ? Croyez vous qu’un médecin Burkinabé sous prétexte de ne soigner que des patients de son pays d’origine ou d’Afrique peut ouvrir une officine dans votre pays, la France je suppose, et en toute quiétude ? Il faut arrêter l’hémorragie là ! Quel est ce désordre que vous voulez créer chez autrui tout simplement parce que vous avez affaires à des dirigeants aux ordres ? Un peu de sérieux s’il vous plait

  • Le 6 août 2014 à 14:34, par DERRIDA
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Ou bien ce monsieur et cette dame dont on ignore pour l’instant s’ils sont médecins ou pas ne soignent-ils que des étrangers et pas de burkinabè, ce qui explique qu’ils ne se sentent apparemment pas du tout concernés par les contraintes de l’Ordre burkinabè, et qu’ils puissent répondre aux interpellations du pr Charlemagne par un mépris arrogant, comme pour dire que l’Ordre n’a aucun pouvoir sur eux, et alors ils relèvent d’un Ordre au dessus et en dehors de l’Ordre burkinabè (un dés-ordre dans l’ordre), en même temps qu’ils rendent alors visible un incroyable désordre dont on ne peut même pas dire s’il est le désordre de l’Ordre lui-même ou celui introduit par ces monsieur et dame comme un ver dans le fruit... 2. Ou bien ces deux individus soignent aussi des populations burkinabè et, en effet, on a du mal à croire que c’est finalement aux patients/clients de prendre leur disposition pour éviter les 2 monsieur et dame mis en cause : c’est comme si c’était aux citoyens d’un pays de gérer eux-mêmes leur sécurité ! Et du coup on se demande à quoi sert l’Ordre burkinabè des médecins, tout comme on se demanderait à quoi servent les forces de sécurité dans un pays ! Peut-être sommes-nous dans un désordre sans nom au Burkina Faso, mais généralisé, et à forte capacité de...CONTAMINATION ET DE CONTAGION (genre Ebola ?), jusque donc dans la Justice dont les manquements à la justice sont encore le nom de ce désordre !! Bref, pour prolonger et dramatiser ton questionnement, commençons même, médecins, politiciens, juristes, citoyens burkinabè, par nous demander ce qui rend ainsi possible, CHEZ NOUS, ce qui serait difficilement possible voire impossible AILLEURS : le désordre jusque dans l’Ordre : une maladie sans doute, qu’aucun médecin et praticien attitré ne pourrait jamais soigner, qu’il soit de l’Ordre où en dehors, au-dessus ou en-dessous...

  • Le 6 août 2014 à 14:35, par DERRIDA
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Ou bien ce monsieur et cette dame dont on ignore pour l’instant s’ils sont médecins ou pas ne soignent-ils que des étrangers et pas de burkinabè, ce qui explique qu’ils ne se sentent apparemment pas du tout concernés par les contraintes de l’Ordre burkinabè, et qu’ils puissent répondre aux interpellations du dr Charlemagne par un mépris arrogant, comme pour dire que l’Ordre n’a aucun pouvoir sur eux, et alors ils relèvent d’un Ordre au dessus et en dehors de l’Ordre burkinabè (un dés-ordre dans l’ordre), en même temps qu’ils rendent alors visible un incroyable désordre dont on ne peut même pas dire s’il est le désordre de l’Ordre lui-même ou celui introduit par ces monsieur et dame comme un ver dans le fruit... 2. Ou bien ces deux individus soignent aussi des populations burkinabè et, en effet, on a du mal à croire que c’est finalement aux patients/clients de prendre leur disposition pour éviter les 2 monsieur et dame mis en cause : c’est comme si c’était aux citoyens d’un pays de gérer eux-mêmes leur sécurité ! Et du coup on se demande à quoi sert l’Ordre burkinabè des médecins, tout comme on se demanderait à quoi servent les forces de sécurité dans un pays ! Peut-être sommes-nous dans un désordre sans nom au Burkina Faso, mais généralisé, et à forte capacité de...CONTAMINATION ET DE CONTAGION (genre Ebola ?), jusque donc dans la Justice dont les manquements à la justice sont encore le nom de ce désordre !! Bref, pour prolonger et dramatiser ton questionnement, commençons même, médecins, politiciens, juristes, citoyens burkinabè, par nous demander ce qui rend ainsi possible, CHEZ NOUS, ce qui serait difficilement possible voire impossible AILLEURS : le désordre jusque dans l’Ordre : une maladie sans doute, qu’aucun médecin et praticien attitré ne pourrait jamais soigner, qu’il soit de l’Ordre où en dehors, au-dessus ou en-dessous...

  • Le 6 août 2014 à 14:48, par Sos
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Merci Mr somé. Qui veut exercer la profession de médecin au Burkina doit montrer qu’il possede son Doctrat. Evitons l’histoire d ce médecin légiste qui devait à mon avis monter qu’il est réelement médecin puis légiste avant

  • Le 6 août 2014 à 15:06
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Et tu proposes quoi dans tout cela ! Il faut supprimer l’ordre des medecins ?

  • Le 6 août 2014 à 15:10
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Bravo monsieur Critique !
    Les burkinabè font pitié ! il se trouve des gens pour faire des analyses à vous pousser au Suicide ! Le complexe de colonisés ! S’il s’était agi d’asiatiques, de ghanéens ou de nigérians, pour ne citer que ceux là, les mêmes demanderaient qu’on les pendent !
    Descendants d’esclaves et de colonisés ! Et toujours liés !!!

  • Le 6 août 2014 à 15:12
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Rassures-toi des sans formation en matière de santé consultent en Côte d’Ivoire et peut être même au Burkina. Ce n’est pas une raison pour que des français qui savent ce que c’est qu’une loi ne respectent pas la nôtre !

  • Le 6 août 2014 à 15:15
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Monsieur Agro ! Si c’est la règle dans notre pays, qu’ils le fassent alors ! On ne leur demande peut être pas plus que cela. Mais au moins qu’il respectent nos us et coutumes ! Ca te vas ?

  • Le 6 août 2014 à 15:19
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Mon cher ami ! Je crois que c’est tout l’Etat du Burkina Faso qui est à dissoudre ! Es-tu au courant que le président de ce pays qui fonctionne mal et le cas de l’ordre dénoncé en est un des aspect refuse de quitter à la fin de son mandat !
    Vous luttez à côté !

  • Le 6 août 2014 à 15:36, par DERRIDA
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Ou bien ce monsieur et cette dame dont on ignore pour l’instant s’ils sont médecins ou pas ne soignent-ils que des étrangers et pas de burkinabè, ce qui explique qu’ils ne se sentent apparemment pas du tout concernés par les contraintes de l’Ordre burkinabè, et qu’ils puissent répondre aux interpellations du dr Charlemagne par un mépris arrogant, comme pour dire que l’Ordre n’a aucun pouvoir sur eux, et alors ils relèvent d’un Ordre au dessus et en dehors de l’Ordre burkinabè (un dés-ordre dans l’ordre), en même temps qu’ils rendent alors visible un incroyable désordre dont on ne peut même pas dire s’il est le désordre de l’Ordre lui-même ou celui introduit par ces monsieur et dame comme un ver dans le fruit... 2. Ou bien ces deux individus soignent aussi des populations burkinabè et, en effet, on a du mal à croire et accepter que c’est finalement aux patients/clients de prendre leur disposition pour éviter les 2 monsieur et dame mis en cause : c’est comme si c’était aux citoyens d’un pays de gérer eux-mêmes leur sécurité ! Et du coup on se demande à quoi sert l’Ordre burkinabè des médecins, tout comme on se demanderait à quoi servent les forces de sécurité dans un pays ! Peut-être sommes-nous dans un désordre sans nom au Burkina Faso, mais généralisé, et à forte capacité de...CONTAMINATION ET DE CONTAGION (genre Ebola ?), jusque donc dans la Justice dont les manquements à la justice sont encore le nom de ce désordre !! Bref, pour prolonger et dramatiser ton questionnement, commençons même, médecins, politiciens, juristes, citoyens burkinabè, par nous demander ce qui rend ainsi possible, CHEZ NOUS, ce qui serait difficilement possible voire impossible AILLEURS : le désordre jusque dans l’Ordre : une maladie sans doute, qu’aucun médecin et praticien attitré ne pourrait jamais soigner, qu’il soit de l’Ordre où en dehors, au-dessus ou en-dessous...

    • Le 6 août 2014 à 21:58, par Calao de Midi
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Bravo, Derrida, Vous avez compris meme que ce desordre dans l’ Ordre n’ est pas un epiphenomene. Si tu vois le leopard avec des taches, si tu veux le soigner de ses taches, faut voir dedans. Ce qui es dans les os, va sortir dans la chair. C’ est le noumene meme qui s’ impose a nous.

    • Le 6 août 2014 à 22:01
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Cette affaire n’est rien d’autre qu’une envie de l’ordre des medecins de mordre dans le gateau des medecins incriminés. Autrement, de simples correspondances entre les parties auraient pu regler le problème d’inscription au tableau de l’ordre. Alors, comme les commers, on se chahute pour la clientèle. Ce communiqué est vraiment cousu d’un fil rouge ! le malade n’est qu’un prétexte.

  • Le 6 août 2014 à 19:55
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Bonsoir à tous et à toutes !

    S’il y a des lois il faut les respecter ; si c’est la loi qui n’est pas "bonne" il faut la modifier !!

    Nul n’est au dessus de la loi et nul n’est censé ignorer la loi !

    A bon entendeur salut !

  • Le 6 août 2014 à 20:46, par CHRIS
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Bjr,
    merci Hervé, on voit que ton séjour aux USA t’a permis de soutenir ta thèse et bravo pour cet écrit fort enrichissant.
    mais n’oublies pas de venir de temps en temps dispenser des cours d’anglais à l’UO dont tu es un des produits ; il faut donc penser à apporter tes enseignements à la jeune génération qui n’a malheureusement pas bénéficié de ce nous avons eu à l’UO (bourse, P50, LVS et autres L2).
    Encore MERCI pour cet éclairage
    bon courage

    • Le 9 août 2014 à 22:34
      En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

      Merci, Chris. Je voudrais te signaler que je suis en règle vis- à vis de mon engagement décennal car j’ ai enseigné pendant 7 ans au lycée et je suis passé à l’ encadrement à la DGIFPE pendant 5 ans avec comme bureau un petit manguier dans la cour du MESSRS. Sérieusement ! Mais malgré cela, j’ ai parcouru tous les quatre coins du Faso, de Nouna à Kouka en passant par Solenzo, de Niangologo à Dori, de Tougan à Diapaga, de Ouahigouya à Gaoua. Je l’ai fait avec tant d’autres insepecteurs et conseillers sans le moindre bureau, sans chaises, tous assis sur le même banc bancal sous le rachitique manguier du MESSRS. Chose qu’ un membre d’ une « Profession » n’ aurait pas acceptée aisément, avec raison quand même. Je crois que l’un des problèmes des enseignants, c’est qu’ ils se font fouetter eux- mêmes en offrant la verge au bourreau. Leur passion pour le métier et le transport devant les élèves à qui ils se sentent redevables plus qu’ à tout, fait qu’ on les connait : Ils feront toujours le travail, au -delà du devoir. Même si on les met dans une paillotte. Depuis que j’ai quitté, je ne suis pas sûr que les choses soient mieux. Je suis sûr que toi tu as eu la « veine » d ’ appartenir à un corps qu’ on n’ appelle pas le corps enseignant ou celui des encadreurs (des enseignants : Piig pa son nouun). J’attends un contrat en bonne et due forme, et dans la limite de mon temps. Déformation géographique oblige, j’ ai appris à fonctionner sur des règles qu’ on ne change pas du jour au lendemain comme les constitutions à l’ africaine, des règles qui restent contraigantes pour les parties contractantes. Enfin, je rigole. Si tu as des cours que tu veux que j’ assure, ce n’ est faisable que du 15 mai au 14 aout. Même pro bono, gban ssan, je suis prêt. Je l’ ai deja fait pour Costa Rica, je peux bien le faire pour mon pays et l’ institution qui m’ a tout donne. J’ ai dégagé l’ été pour mes recherches mais je peux m’ accommoder. Mais je ne sais pas si tu es dans le secret des dieux : a- t- on vraiment besoin de la qualité encore pour l’ UO ? Mais si tu as le besoin, fais- moi signe et je descends a L’ UO, mon alma mater pour qui j’ai tout le respect même si l’ État semble avoir abandonné ce joyau avec ses enseignants et étudiants à eux - mêmes, au délitement.Plus il y a la cross- pollinisation, mieux ca vaut pour une Univers- ite.
      Envoies- moi un email afin que l’ on puisse se tailler une bavette.

  • Le 6 août 2014 à 21:32
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Un écrit fleuve pour rien !

  • Le 6 août 2014 à 21:39
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    TrTres bon !prochainement vous allez sauter seulement 3 paragraphes et ainsi de suite vous allez tout lire et commencer meme a ecrire vous- meme. Quelqu’ un a dit que si tu veux cacher quelque chose a un negre, il faut le mettre sur ecrit. La connaissance ne se gagne pas cadeau.
    Pithagore a marche a pieds des milliers de kilometres depuis la Grece pour apprendre les maths et la philosophie en Egypte. Et rtu penses que le Prpfesseur la est ne avec son bagage ? Je ne dis pas qu’ il n’ est pas ne intelligent mais il a arrose cette intelligence, il a coupe les mauvaises herbes et il a mis du fumier dedans pour que ca pousse. Vous pouvez faire comme lui.Le cerveau ne s’ use que si tu passes le temps a manger du porc au four et a boire la biere sans reflechir.

  • Le 6 août 2014 à 21:58, par Calao de Midi
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Bravo, Derrida, Vous avez compris meme que ce desordre dans l’ Ordre n’ est pas un epiphenomene. Si tu vois le leopard avec des taches, si tu veux le soigner de ses taches, faut voir dedans. Ce qui es dans les os, va sortir dans la chair. C’ est le noumene meme qui s’ impose a nous.

  • Le 6 août 2014 à 22:01
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Cette affaire n’est rien d’autre qu’une envie de l’ordre des medecins de mordre dans le gateau des medecins incriminés. Autrement, de simples correspondances entre les parties auraient pu regler le problème d’inscription au tableau de l’ordre. Alors, comme les commers, on se chahute pour la clientèle. Ce communiqué est vraiment cousu d’un fil rouge ! le malade n’est qu’un prétexte.

  • Le 7 août 2014 à 02:06
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Tu n’es pas obligé de te cultiver, pauvre bougre !

  • Le 7 août 2014 à 11:02, par La sagesse
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Bonjour à toutes et à tous,
    Comme on dit souvent"c’est un serpent qui se mord la queue" ou pire "c’est la quadrature du cercle" ! Ces médecins ne peuvent pas adhérer à l’Ordre des médecins du Burkina simplement parce que la structure où ils exercent (le CMI)n’a pas encore d’agrément ! Il faut d’abord régler cette question d’agrément du CMI avant que ces " pauvres" médecins ne s’affilient à l’ordre !
    Ce problème d’agrément est posé depuis plusieurs années au Ministère de la Santé et l’Ordre est bien au courant. Il faut le résoudre et le reste viendra...Le communiqué vient comme une campagne de publicité !!!!
    Bien à vous !

  • Le 7 août 2014 à 16:03, par El Hombre libro
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    C’est un professeur agrégé, ce monsieur ! je vs l’apprends.

  • Le 9 août 2014 à 22:34
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Merci, Chris. Je voudrais te signaler que je suis en règle vis- à vis de mon engagement décennal car j’ ai enseigné pendant 7 ans au lycée et je suis passé à l’ encadrement à la DGIFPE pendant 5 ans avec comme bureau un petit manguier dans la cour du MESSRS. Sérieusement ! Mais malgré cela, j’ ai parcouru tous les quatre coins du Faso, de Nouna à Kouka en passant par Solenzo, de Niangologo à Dori, de Tougan à Diapaga, de Ouahigouya à Gaoua. Je l’ai fait avec tant d’autres insepecteurs et conseillers sans le moindre bureau, sans chaises, tous assis sur le même banc bancal sous le rachitique manguier du MESSRS. Chose qu’ un membre d’ une « Profession » n’ aurait pas acceptée aisément, avec raison quand même. Je crois que l’un des problèmes des enseignants, c’est qu’ ils se font fouetter eux- mêmes en offrant la verge au bourreau. Leur passion pour le métier et le transport devant les élèves à qui ils se sentent redevables plus qu’ à tout, fait qu’ on les connait : Ils feront toujours le travail, au -delà du devoir. Même si on les met dans une paillotte. Depuis que j’ai quitté, je ne suis pas sûr que les choses soient mieux. Je suis sûr que toi tu as eu la « veine » d ’ appartenir à un corps qu’ on n’ appelle pas le corps enseignant ou celui des encadreurs (des enseignants : Piig pa son nouun). J’attends un contrat en bonne et due forme, et dans la limite de mon temps. Déformation géographique oblige, j’ ai appris à fonctionner sur des règles qu’ on ne change pas du jour au lendemain comme les constitutions à l’ africaine, des règles qui restent contraigantes pour les parties contractantes. Enfin, je rigole. Si tu as des cours que tu veux que j’ assure, ce n’ est faisable que du 15 mai au 14 aout. Même pro bono, gban ssan, je suis prêt. Je l’ ai deja fait pour Costa Rica, je peux bien le faire pour mon pays et l’ institution qui m’ a tout donne. J’ ai dégagé l’ été pour mes recherches mais je peux m’ accommoder. Mais je ne sais pas si tu es dans le secret des dieux : a- t- on vraiment besoin de la qualité encore pour l’ UO ? Mais si tu as le besoin, fais- moi signe et je descends a L’ UO, mon alma mater pour qui j’ai tout le respect même si l’ État semble avoir abandonné ce joyau avec ses enseignants et étudiants à eux - mêmes, au délitement.Plus il y a la cross- pollinisation, mieux ca vaut pour une Univers- ite.
    Envoies- moi un email afin que l’ on puisse se tailler une bavette.

  • Le 9 août 2014 à 22:42, par Jeune Medecin de l’ Ordre
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Dommage. Et si c’ était toi plutôt qui avait un cerveau plumage de canard ? L’ eau glisse aisément sur le dos du canard. Même l’ eau du fleuve Styx n’ y pourrait rien. Monsieur, si vous cognez votre tête à une cruche et que ça sonne creux, n’ en déduisez pas du tout que la cruche ne contient rien. Il y a des fortes chances que ce soit votre tête qui est vide. Ce monsieur doit certainement déranger vos intérêts mercantiles.

  • Le 9 août 2014 à 23:08, par Andouille
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Vous avez vu la qualite des reactions ? Donc tout le monde est bete sauf vous. Bravo.

  • Le 15 août 2014 à 04:45
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Monsieur du 6 août qui disez que c’est un écrit fleuve pour rien, en statistiques on vous appelles les outliers, donc ceux qui mentent mêmes dehors en plein jour(out et lier). Si vous avez vu le nombre de répondants probablement plus intelligents que vous qui approuvent, vous devez demander au Webmaster d’ enlever votre Post a la con. Il est vrai que vous bénéficiez de cette situation d’ expatrié privilégié mais essayez de vous démarquer de vos intérêts néo-toubabou et vous allez comprendre.

  • Le 15 août 2014 à 04:45
    En réponse à : L’Ordre des Médecins du Burkina a parlé : Questionnement autour d’un communiqué

    Monsieur du 6 août qui disez que c’est un écrit fleuve pour rien, en statistiques on vous appelles les outliers, donc ceux qui mentent mêmes dehors en plein jour(out et lier). Si vous avez vu le nombre de répondants probablement plus intelligents que vous qui approuvent, vous devez demander au Webmaster d’ enlever votre Post a la con. Il est vrai que vous bénéficiez de cette situation d’ expatrié privilégié mais essayez de vous démarquer de vos intérêts néo-toubabou et vous allez comprendre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés