Religion : La Soudanaise chrétienne condamnée à mort pour "apostasie", est arrivée aux Etats-Unis

vendredi 1er août 2014 à 23h55min

La Soudanaise chrétienne condamnée à mort pour avoir refusé de se convertir à l’islam puis acquittée après une mobilisation internationale, Meriam Ibrahim Tehya Ishag, est arrivée jeudi aux Etats-Unis, accompagnée de ses deux enfants et de son époux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Religion : La Soudanaise chrétienne condamnée à mort pour

A son arrivée à Philadelphie, sur la côte est, Meriam a été saluée par le maire comme une "combattante de la liberté dans le monde". Selon les médias, le maire de la ville lui a remis un modèle de la Liberty Bell - la "Cloche de la liberté" -, symbole de l’indépendance des États-Unis.

La jeune femme de 26 ans, ses deux enfants en bas âge et son mari, Daniel Wani, citoyen américain, ont rejoint ensuite Manchester, dans l’Etat du New Hampshire (nord-est des Etats-Unis), où réside le frère de M. Wani.

Après avoir quitté le Soudan la semaine dernière avec l’aide du gouvernement italien, la famille a passé huit jours à Rome, où Ishag a rencontré le pape François, visité le Colisée, fait du shopping et "appris à vivre à nouveau", a-t-elle dit.

Depuis fin juin, Mme Ishag et sa famille étaient réfugiées à l’ambassade des Etats-Unis au Soudan, après avoir tenté de rejoindre ce pays.

Née d’un père musulman et d’une mère chrétienne orthodoxe qui l’a élevée dans sa confession après le départ du père quand elle avait cinq ans, Mme Ishag s’est convertie au catholicisme juste avant d’épouser son mari chrétien fin 2011, selon l’archevêché catholique de Khartoum.

Elle a refusé d’abjurer sa foi chrétienne au profit de l’islam devant la cour qui l’a condamnée à mort le 15 mai. Cette condamnation pour "apostasie", prononcée en vertu de la loi islamique en vigueur au Soudan qui interdit les conversions, avait finalement été annulée en appel le 23 juin, après que l’affaire eut provoqué un tollé international.

Elle a également été condamnée à cent coups de fouet pour "adultère" car, selon l’interprétation soudanaise de la charia, toute union entre une musulmane et un non-musulman est considérée comme un "adultère".

AIP

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés