Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

samedi 26 juillet 2014 à 06h02min

Au Burkina, contrairement à certains pays africains pris pour exemple, seul le mariage célébré devant un officier d’état civil est reconnu comme tel. Les mariages religieux n’ont pas de reconnaissance officielle. Pourtant, l’on constate que le mariage religieux a toute sa place dans la société burkinabè, tant il est sollicité. C’est certainement l’une des raisons pour lesquelles une certaine opinion est favorable à sa reconnaissance officielle au Burkina. Et de plus en plus, le débat sur la question prend de l’ampleur. Selon vous, doit-on reconnaître le mariage fait à l’Eglise ou à la Mosquée au même titre que celui célébré à la Mairie ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

Issouf Sawadogo, étudiant : « Si vraiment on peut revoir les textes au Burkina »

Pour ce qui est de la reconnaissance du mariage religieux, nous avons eu un jour même à faire un débat sur le référendum. Et moi, je disais ce jour-là que si le référendum, c’est pour revoir toute la Constitution, je suis partant. Parce que cela me fait mal de savoir que je suis marié et qu’on considère encore que je vis en concubinage. Alors que chez nous les musulmans, le mariage religieux est primordial ; si tu passes devant le maire et que tu n’es pas passé à la Mosquée, c’est comme si tu n’es pas marié. Il faut d’abord le mariage religieux pour pouvoir consommer son mariage en passant par la Mosquée, avoir la bénédiction des parents et ainsi de suite. A la mairie on ne parle pas de dot alors que la dot par exemple est obligatoire chez le musulman. Sans imam, il peut avoir mariage mais sans dot il ne peut y avoir mariage. Si vraiment on peut revoir les textes au Burkina pour prendre en compte le mariage religieux, faire de sorte que ceux qui se marient à la Mosquée, à l’Eglise puissent avoir des papiers qui attestent qu’ils sont mariés, cela pourrait encore être plus bénéfique pour l’ensemble des Burkinabè. Parce que ceux qui sont mariés à la Mosquée ou à l’Eglise sont les plus nombreux. Cela protège aussi les femmes. Si le mariage religieux n’est pas connu, c’est facile de se lever un jour et dire à sa femme de ramasser ses bagages pour partir. Par contre, si c’est reconnu officiellement, les procédures normales de divorces seront suivies et c’est un moyen de protection.

Larissa B. Fofana, employée du privé : « Je trouve que ce n’est pas normal qu’on… »

Il faut le considérer au même titre que le mariage civil. A partir du moment où on délivre des attestations de mariage à l’Eglise ou à la Mosquée, je pense que ce devra logiquement être reconnu. Je trouve que ce n’est pas normal qu’on ne reconnaisse pas le mariage religieux. D’ailleurs, le mariage religieux est obligatoire. Pourtant, quand tu te marie à la mairie sans passer par la Mosquée ou l’Eglise, ton mariage n’est pas reconnu. Donc, le passage devant le maire devient un complément.

M. Elsa, Agent de Bureau : « Le mariage religieux est spirituel et protège tout le monde »

Je suis vraiment d’accord que le mariage religieux soit reconnu officiellement. Je prends juste l’exemple du Niger où le mariage célébré à la mairie n’a pas de valeur en tant que telle ; seule le mariage religieux a plus de la valeur. Si vraiment cela pouvait se passer au Burkina, on allait être très heureux. Et puis, la crainte de Dieu pour s’être marié à l’Eglise ou à la Mosquée fait qu’il y a moins de divorce. Pourtant au niveau du mariage civil, vraiment si vous arrivez au palais de justice, vous verrez un tas de dossier de divorce. Le mariage religieux est spirituel et protège tout le monde car la crainte de Dieu plane toujours dans le couple. Donc, même s’il y a des problèmes, on essaie de tout faire pour que les choses aillent dans le bon sens.

Oumou D., ménagère : « Le mariage religieux a beaucoup d’avantages »

Le mariage religieusement célébré doit avoir une reconnaissance officielle. Il faut que nos autorités songent à cela. Mettre cela dans la législation pour que le mariage célébré à la Mosquée ou à l’Eglise évoluent aussi comme dans d’autres pays. Réellement, quand on passe devant la Mosquée ou à l’Eglise, il y a la crainte de Dieu. Le mariage religieux a beaucoup d’avantages. Il faut vraiment revoir cela pour que les choses puissent s’arranger.

O. Michel S., mécanicien auto : « Il y aura trop de célibataires si…. »

Demander aux gens de passer forcément devant le maire pour le mariage, c’est réduire le nombre de marier et créer plus de célibataires et de concubinages. Il y a des gens qui ont peur de passer devant le maire avec toute la solennité que cela implique et les préparatifs que cela demande. Et puis, pour quelqu’un qui n’a pas le sang-froid, la pression du jour du mariage peut l’amener à répondre par « non » là où il doit dire « oui ». Pourtant c’est de bonne foi qu’il a engagé son mariage. Il faut revoir les choses vite pour prendre en compte le mariage à la Mosquée et à l’Eglise, sinon il y aura trop de célibataires et de concubinages.

Justin M. S, entrepreneur : « Il faut que le ministère des droits humains mène le combat »

C’est une faute à réparer très rapidement car c’est une injustice. Comment voulez-vous que dans un pays où la majorité des populations sont non seulement attachées aux religions mais également analphabètes, qu’elles aillent forcément à la mairie pour voir reconnaître son mariage ? Je pense que le ministère chargé des droits humains et de la promotion civique doit inscrire cela dans son combat. C’est essentiel. C’est incompréhensible que quelqu’un qui vit des décennies avec sa femme et ses enfants et en bons termes soient traités de célibataires parce qu’il n’a pas dit « oui » devant le maire. Quand même, soyons sérieux ! On est dans quel monde comme cela ? C’est ce qu’on appelle même discrimination.

P. L. Ouédraogo : « laissez cela en l’état »

Si on accepte qu’on est dans un Etat laïc, il faut aussi accepter ses exigences. Reconnaître le mariage religieux serait enfreindre au principe de laïcité, toute chose qui pourrait nous coûter chère. Pour minimiser l’obstacle qui fait que les gens ne veulent pas marier devant le maire, il faut revoir les coûts de mariage, les procédures et même la solennité. Il faut célébrer le mariage le plus simplement possible. Je pense donc qu’il faut laisser la chose en l’état. D’ailleurs, je pense que le mariage ne doit pas être un jeu d’enfant.

Propos recueillis par Le Facilitateur

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 juillet 2014 à 08:30, par Sidsoba
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Avec le mariage forcé qui existe toujours dans nos contrées, surtout chez nous les musulmans, il ne sera pas intéressant de les confondre. Au moins que le mariage religieux soit célébré, je veux dire en présence du marié et de la mariée afin d’écarter toute pression cachée de mariage forcé.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2014 à 16:02, par Mathias
      En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

      Le problème est mal posé. On ira vers des contradictions avec le code civil et le droit dans son ensemble dans certains cas. certaines religions acceptent le mariage entre mineur/adulte d’autres tolérantes pourraient accepter le mariage entre personnes de même sexe sans compter la complaisance de certains religieux pour la délivrance d’actes. Le Burkina n’étant pas isolé dans le monde, que vaudra certains documents ainsi délivrés pour les personnes ayant affaire dans des pays étrangers (immigration, pension, regroupement familial...).
      Ne pensons pas à notre seul confort. Le mariage peut se célébrer tranquillement entre les futurs mariés et leurs témoins habillés comme si on allait au travail...

      Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 08:47, par @lpha2014
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Je suis également d’avis qu’il faut laisser les choses en l’état. Pour cause : toutes les communautés religieuses n’ont pas le même degré d’organisation, ce qui peut ouvrir la porte à de graves dérives. Si on reconnait le mariage célébré hors de la mairie, nous pourrions asssister à des mariages contraires aux dispositions du copde des personnes et de la famille. Ces mariages étant en principe valables, (du moins tant qu’il n’y a pas un recours) que fait-on si un homme se marie deux ou trois fois en cachette ou si on marie une fillette de douze ans ? Même si on arrive a annuler un mariage illégal, pourra t-on pour autant effacer les effets de ce mariage ? Cela peut très bien se passer. NE changez rien. Il faut tout simpleme,nt sensibiliser la population et simplifier les procédures

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 08:47
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Bien,il faut simplement reconnaitre le mariage religieux. C’est inadmissible que je fasse mon mariage dans mln lieu de culte et qu’on continue de m’appeler celibataire

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 09:13, par Tiergou
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Bonjour !
    Pour beaucoup d’intervenants, le mariage religieux, c’est l’Eglise avec grand e et la Mosquée. N’est ce pas réducteur ?
    Avant l’arrivée des arabes et des européens, nos arrière grand-parents et grand-parents ne se mariaient-ils pas ? Ne construisaient-ils pas de foyers solides ?
    Si la mairie fait peur, que dire de l’Eglise et de la Mosquée, où il y a plus de participants, de témoins.
    Le débat est ailleurs et en relation avec l’évolution de notre société et du monde.L’universalisation des choses nous amène forcément à adopter des mesures conformes à cela. En là, la mairie devient incontournable. C’est mieux ainsi pour tous dans un Etat laïc et tolérant.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 09:35, par Sylvanus
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    J’ai lu avec intérêt les commentaires de tous ceux qui ont été interviewés, et je trouve que ça a du sens. Je note 2 tendances, celle de la majorité en faveur de la reconnaissance, et celle du dernier interviewé qui est en faveur du maintient en l’état des choses. Je prend note de la nécessité de respecter la laïcité de l’État, mais je rejoins la majorité des interviewés pour dire que pour moi, le plus important est le mariage religieux. Je n’imagine pas une seconde de mon mariage sans la bénédiction et la protection spirituelle dues au mariage à l’église. Concernant le mariage traditionnel, quand bien même la tendance est à la simplification, il demeure d’actualité parce que même les religions dites révélées le tolèrent ; alors pourquoi pas la loi qui est sensée être faite pour une vie plus harmonieuse en société ? La loi ne saurait être faite en ignorant les aspirations et les attentes de la population. Moi je ne suis pas contre le mariage légal, dans la mesure où j’ai besoin des instruments et dispositions de la loi pour protéger mon couple. D’un autre côté, il faut reconnaître que toutes les religions n’accordent pas la même valeur au mariage du point de vue des droits de la femme, la place des enfants dans le couple, le divorce, les droits du couple vis-à-vis du reste de la communauté, le régime matrimonial, le partage des responsabilités dans le couple, etc. De ce point de vue, il y a lieu d’harmoniser, en faisant d’abord un travail législatif à la base qui va consister à prendre en compte les textes formels de chaque religion en la matière, et pour les religions qui n’en disposent pas, les amener à faire un minimum de codification des rites applicables à tous leurs membres. Ces textes religieux formalisés seront alors considérés hiérarchiquement en dessous du code des personnes et de la famille, et appliqués au cas par cas. Ainsi pratiquement, des officiers d’état civil pourront participer aux offices religieux pour en attester la conformité avec les textes de loi, et apposer les sceau de l’État sur le document produit. Ainsi, tout comme le couple choisit son régime matrimonial, il devra choisir le "régime religieux" qui lui sera appliqué, et le reste coulera de sens : mode de vie, progéniture, succession, héritage, divorce/dissolution, etc. Il va sans dire qu’un mariage scellé à l’église (ou à la mosquée, ou dans la case des fétiches) ne saurait voir son sort réglé comme n’importe lequel au tribunal sans aucun égard pour le "régime religieux" sous lequel il a été célébré. Si tout est bien ficelé, le rôle de l’État va se résumer à 2 niveau : constater la libre volonté de 2 citoyens de s’unir afin de leur procurer la protection de la loi, et contrôler les procédures pour éviter les abus et les dérives préjudiciables à l’une ou l’autre des parties, et même à l’ordre et la sécurité de l’ensemble de la société. En tout état de cause, on se rend compte que la question est d’actualité, mais qu’il va falloir une réelle volonté politique, un long et fastidieux travail de sensibilisation et de concertations, et surtout ne rien décider avec précipitation. Et pour réduire les scepticismes et éviter l’échec prématuré, il vaudrait mieux attendre que la question de la modification de l’article 37 et connexes soit réglée.

    Répondre à ce message

    • Le 26 juillet 2014 à 17:37, par Tapsoba®(de H)
      En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

      Voilà un faux débat.S il est vrai que l acte de mariage est gage de protection du couple devant la loi ,le droit positif en la matière applicable au Burkina et reconnu dans le code de la famille et des personnes est-il incompatible au couple fondé réligieusement ? Un mariage scellé sous le "régime réligieux" et quelle législation ? Est-ce à dire que nous serons dans un pays avec des codes de la famille confessionnelles ou traditionnelles dans une république dite laïque ? Les couples réligieusement formés ne régularisent-ils pas leur union parce qu il y aurait des dispositions contraire à leur croyance ? La vraie question qui mérite d être posée est pourquoi moins de mariages civils dans notre pays.Interrogez les couples dans les provinces/départements ou communes/villages,pas les minorités citadines ouagalaises ou bobolaises mais les populations du pays réel, ce qu elles entendent par mariage civil et ses implications et vous serez édifiés.Il faut que les masses comprennent d abord qu un mariage célébré devant le maire ou son représentant n a rien à voir avec leur pratique réligieuse ou traditionnelles donc pas incompatible tant que cette pratique n enfreind pas les règles/loix de la république ou immorale.Au contraire c est simplement une voie de sécurisation des couples.Si beaucoup sont encore rétissents à franchir le pas,c est plus le refus de reconnaitre à la femme des droits dans le foyer qu autre chose.Voilà la réalité.Il faut d abord travailler les mentalités.

      Répondre à ce message

      • Le 27 juillet 2014 à 19:57, par Sylvanus
        En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

        Je vous suis tout à fait, cher répondant. Je constate que vs devez avoir une veine juridique poussée, contrairement à moi. Je pense tout de même, sans vouloir polémiquer, que vs et moi avons une manière différente d’aborder le sujet, et donc d’aboutir à des conclusions visiblement opposées. Loin de moi l’idée de vouloir dénigrer les raisons qui ont prévalu à la légalisation du mariage, ni remettre en cause la sacro-sainte laïcité de l’État. En fait, et pour me résumer, je voudrais d’une part qu’on règle le problème qui fait "fuir" les mairies en simplifiant la procédure légale, et en l’associant étroitement à l’office religieux pour ceux qui le désirent ; d’autre part, le fait pour l’État d’inclure la pratique religieuse dans ses textes consacre sa reconnaissance officielle de ces pratiques, en même temps qu’il signifie aux religieux que leurs adeptes sont avant tout des citoyens qui ont un minimum de droits et devoirs communs. Je ne vois même pas en quoi le principe de la laïcité est remise en question ici. Je n’ai que des notions de droit, mais je sais vaguement que le principe de la hiérarchie des normes permet, pour des juristes avertis, de mener le débat sans inquiété votre laïcité. Ainsi, les textes religieux formalisés seront des sortes de textes spécifiques applicables à l’individu qui a fait son choix délibérément. Il y a bien des textes qui s’appliquent aux militaires, d’autres aux médecins, d’autres encore aux magistrats, mais qui ne s’appliquent nullement à tous ceux qui ne font pas partie de ces catégories ! Et tous ces textes spécifiques sont dans la hiérarchie des normes, obligés de se conformer aux textes qui leurs sont supérieurs sous peine de nullité. Bref, le cadre sied peu à ce genre de débat, mais je pense que c’est une question d’actualité qui mérite d’être prise en compte dans des cadres beaucoup plus formels et appropriés. En attendant, il serait bien de s’inspirer de ce que fait l’Église catholique qui, de plus en plus, met tout en œuvre pour s’assurer de la sincérité et du libre arbitre de ceux qui désirent se marier, mais sans occulter la place de la famille et de la société dans la vie du couple. En l’état actuel, il n’y a pratiquement rien qui oppose l’Église catholique au code des personnes et de la famille (en ce qui concerne en tout cas la célébration du mariage). Si donc les autres parvenaient aussi au même niveau d’organisation, pourquoi la loi et la religion ne reconnaîtraient pas le même document signé en un seul et même lieu, avec une procédure administrative très simplifiée ? Laissons le débat se poursuivre et grandir jusqu’à parvenir au lieu souhaité, au lieu de prôner le statuquo au nom d’une quelconque laïcité qui n’est pas le problème ni l’objectif ici.

        Répondre à ce message

    • Le 26 juillet 2014 à 19:35, par Tiankadi
      En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

      Il parait qu’à Miami ( Floride, USA ) ,les futurs époux vont signer leurs engagements devant le maire sur un document qui sera remis au prêtre qui célébrera le mariage religieux.A la fin du mariage religieux, le prêtre et les mariés apposent sur le document remis par la mairie leurs sigatures à l’emplacement réservé au mariage religieux.Seul le mariage religieux est célébré avec temoins, parents, amis et autres invités. On retient qu’un seul acte de mariage est délivré pour les deux types de mariage . L’état et l’église main dans la main pour valider un mariage.Nos institutions de mariage pourraient le vérifier et peut être s’y inspirer.

      Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 09:46, par Le réaliste
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Pour que les mariages religieux soient reconnus, il faut que les religieux revoient les procédures de célébration : Que les deux mariés soient présents, qu’il ait au moins un témoins pour l’époux comme pour l’épouse et qu’ils signent tous sur un document qui sera reconnu comme c’est le cas déjà chez les catholiques.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 10:44, par youblo
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    La question ne devrait même pas se poser. L’africain a mal à sa culture, à ses origines. le mariage civil est une affaire de blanc. Le complexe d’infériorité tue les africains. Tout ce qui est du blanc est meilleur. Qui ne reconnait pas son père parce que le mariage ne s’est pas célébré devant un officier de l’état civil ? sauvegardons nos cultures. A quoi servent nos ministères de la culture alors ? j’ai honte quand je vois des peaux noires se comporter en blancs. Dans les mariages coutumiers il y avait un respect entre les couples et la fidélité existait. aujourd’hui pendant qu’on est devant le maire, les rendez se fixent. Des enfants qui portent le nom d’autrui au nom d’un prétendu acte de mariage. Regardez les divorces, dans le vrai mariage coutumier cela n’existait pas et les enfants étaient du mari. Il n’y avait pas de tromperie car le jour de l’accouchement, le vrai père est connu sinon pas d’accouchement. moi je suis issu d’un mariage coutumier et je suis pas le dernier de la société. Et d’ailleurs quand j’ai un souci et que j’évoque le nom et prénoms de mon père, je suis soulagé.

    Répondre à ce message

    • Le 26 juillet 2014 à 20:22, par Freman
      En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

      Suis d’accord avec toi Youblo. Et je vais compléter en disant que je crains même que les "blancs" (et d’une manière générale l’occident) n’aient pas la même conception du mariage que nous africains. Je crois que chez eux, le mariage est plus fondamentalement lié à la sexualité et au matériel. Alors que chez nous, c’est une véritable institution sociale qui fait passer l’individu d’un statut A à un statut B.
      A ceux qui veulent qu’on continue à ingurgiter ces affaires de blancs, je leur pose une seule question : si le "mariage civil" tel qu’il le conçoivent était si bien, pourquoi la tendance actuellement là-bas est la vie en concubinage ? Vous avez compté le nombre de Ministres français qui n’ont que des compagnes (compagnons) en lieu et place d’épouses (époux) ?

      Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 10:46
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Je pense qu’il faut humblement reconnaitre que c’est une injustice que certains subissent à cette allure. Pourquoi ne pas reconnaitre vraiment le mariage religieux ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 10:48, par Kontacts
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    L engagement devant Dieu est aussi important que l engagement devant les hommes !!!ce n est pas une robe blanche et une belle cérémonie c est un sacrement très important pour les chrétiens.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 10:52, par apson oueder
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    bien dit tous ça ,et le mariage coutumier, n’est-ce pas un mariage religieux ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 11:21, par ADT
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Je suis musulman pratiquant. Pour moi il faut éviter l’amalgamme car nous un Etat laïque. Je ne vois pas comment quelqu’un qui se marie au village où aucun simbole de l’administration est présent pourra faire valoir ce mariage devant la loi. Qu’est ce qui empêche un citoyen burkinabé qui veut faire prévaloir son union d’aller devant le maire ? Si c’est le cas, à la naissance dès lors que le baptème est célébré, l’enfant doit être considéré comme déclaré et enregistré mais où ?
    Les réligions ont leur règles et l’administration est tout autre.
    Avis à ceux qui veulent régulariser leur situation de se présenter devant le maire ça coûte moins cher que le mariage religieux.
    Il penser plutôt à comment décentraliser les actes de mariage en allant de village en village pour les établir que de vouloir faire prévaloir les mariages religieuses. Comment et qui va établir ces actes ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 11:41
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Il faut éviter de semer le desordre ds le mariage. Donc,je prefère que çq reste comme tel.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 11:56, par Soumaila
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Laïcité, laïcité. Arrêtons de toujours faire copier coller avec cette France ou la morale a foutu le camp depuis longtemps et qui veux prétendre être l’exemple universel. Oui, restons nous même et glorifions nos valeurs

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 12:21
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Il faut avoir le courage de légaliser le mariage religieux. Moi,je suis mariée avec mon homme religieusement et tout se passe bien. On se sent bien,hyper bien et c’est l’essentiel.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 12:29, par fasobiiga
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Ce n’est pas uniquement le mariage religieux qu’il faut reconnaître. C’est toute la constitution copiée de celle de la France et collée sans aménagement qu’il faut tout simplement refaire.
    Il faut en un mot refaire une VRAIE constitution burkinabé qui prend en compte notre culture et notre réalité sociale et arrêter de singer les Français.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 13:23, par citoyen
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    bel article. la non prise en compte du mariage religieux et coutumier est la base du mal social de nos jour.sa prise en compte au même titre que le mariage civil diminuera les tares de notre société( divorce répété, corruption du fait de l’impact économique du mariage civil aujourd’hui,....). le ministère de la promotion de la femme doit revoir sa politique te mener son combat dans le sens de la prise en comte juridique du mariage religieux et coutumier, si vraiment il lutte pour la défense des droit de la femme. pourquoi les jeunes refusent de s’engager de nos jours ? Simplement parce que le mariage civil tel que pratiqué de nos jours appauvri considérablement et contribue à l’endettement. la reconnaissance du mariage religieux viendra résoudre toute cette problématique.
    alors Mme Nestorine SANGARE à vos marques si vous êtes réellement là pour la cause des femmes.!

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 13:24, par sida
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Ici ou je vis le mariage religieux est reconnu officiellement.A l’avance,le couple fait une demande de mariage a la mairie et le maire leurs delivre une fiche de mariage vierge.Le jour du mariage a l’eglise ou a la mosquee,l’autorite’ religieuse qui celebre le mariage signe et fait signer par les marie’ et leur temoins.Cette fiche est retournee a la mairie les jours suivants et le maire constate officiellent le mariage ,complete toutes les formalite’ administratives et retourne la fiche de mariage aux marie’

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 13:56, par Lawakilia Toé
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Je suis un partisan de la légalisation non seulement du mariage religieux, mais aussi du mariage coutumier. J’ai déjà évoqué cette question au cours d’un atelier organisé par le ministère en charge de la promotion de la femme et du genre. Il faut que nos textes juridiques prennent en compte nos réalités socioculturelles. Nous savons tous que la légalisation du mariage coutumier et religieux présente beaucoup d’avantages.Au plan social, la reconnaissance de ces deux formes de mariage, outre le mariage civil, permettra de valoriser nos valeurs culturelles. Elle contribuera au renforcement de la protection de la femme dans la mesure où elle permettra d’éviter les mariages précoces et les mariages "forcés". Il ressort des conclusions d’une étude que près de 75% des burkinabè ne sont pas mariés à l’état civil. Cette étude montre à suffisance que les populations ne se reconnaissent pas dans le mariage civil et restent rattachées au mariage coutumier et religieux. C’est une réalité sociale indéniable. Le législateur doit s’inspirer de cette réalité. La loi, disait Portalis, est faite pour les hommes et non les hommes pour la loi. Ne soyons pas complexés, personne ne viendra valoriser notre culture à notre place. Le Mali, le Sénégal, le Niger ont bien compris l’importance de la légalisation, et ils l’ont fait. Le Gabon a déjà engagé des discussions y relatives depuis 2009 et y arrivera je l’espère ! Si nous voulons protéger aussi bien les femmes que les hommes, il faut que le Burkina légalise le mariage coutumier et religieux. Au plan économique, il est évident que la reconnaissance du mariage civil par les textes, comme le seul mariage valable, oblige les futurs mariés, dans la pratique, à faire célébrer trois mariages (civil, coutumier et religieux). Or, la célébration de ces trois mariages a un coût, difficile à supporter par le burkinabè moyen. En légalisant ces trois formes de mariage, on permet aux futurs mariés d’opérer un choix, et ainsi on gagnerait financièrement quand on sait que le coût du mariage coutumier ou religieux est nettement moins lourd que le mariage civil. Oui à la légalisation des mariages coutumier et religieux ! Oui à la prise en compte de nos réalités socioculturelles dans nos textes de loi !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 18:20, par alison
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Soyons réaliste, jusqu’à preuve du contraire dans notre pays c’est le mariage religieux qui compte le plus personne ne va aller se marier à la mairie seulement et commencé à vivre ensemble sans passer à la mosquée ou à l’église. Donc il faut le reconnaître on ne peut pas être appelé célibataire, vivre en concubinage alors qu ’on est marié religieusement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2014 à 18:34
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    bsr. je suis homme et je suis du cote de ceux qui veulent la reconnaissance du mariage. toutes les femmee doivent se battrent pour la reconnaissance au de faire de se pavener a chaque 8 mars sans rien faire de bon et de concret.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2014 à 16:45, par PAR SAKAKOUNOU
      En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

      JE PRÉFÉRAIS QU’ON GARDE LES CHOSES COE TELLE CAR NOUS SOMMES DANS UN ÉTAT LAÏC.COMME VOUS LE SAVEZ LE BRASSAGE ENTRE LES RELIGIONS PAR LE CANAL DU MARIAGE EST PLUS OU MOINS ACCEPTE.IMAGINONS QU’UN CHRÉTIEN ET UNE MUSULMANE QUI DOIVENT S’UNIR PAR LE LIEN DU MARIAGE IL SERAIT DIFFICILE QUE CE MARIAGE SOIT CÉLÉBRER A LA MOSQUÉE OU AU TEMPLE.JE SUIS POUR,MAIS COMPTE TENUE D’UN CERTAIN DE NOMBRE DE PARAMÈTRE GARDONS LA SITUATION TELLE ET POUR ÉGALEMENT RENFORCER CETTE COHÉSION RELIEUSE QUI A TOUJOURS RÉGNÉ ENTRE LES RELIGIONS AU BURKINA.

      Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2014 à 20:20, par le dur qui dure
      En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

      je pense que çè faux débat que de vouloir dire que le mariage réligieux doit être aussi légal et reconnu com le mariage civil. si on estime que la peur de divorser après un mariage réligieux est effective, alors je ne vois pas pourquoi après avoir célébrer un mariage réligieux qu’on ne puisse pas passer juste à la mairie pour régulariser sa situation.le mariage civil est moins coûteux que le mariage religieux (coût de la dôte etc...). les frais de célébration à la mairie ou à la préfecture ne dépassent pas 10.000cfa contrairement à ce qu’on pense, sauf si on veut en faire un mariage pompé comme on dit souvent. c’est pas obligatoire tout çà. conclusion, je suis pas d’avis pour la légalisation de l’acte réligieux, c’est une fuite en avant et qui cache une mauvaise intention. si vraiment çè une question de moyens qui est mise en cause

      Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2014 à 08:14, par in-challah
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    je veux a mr sidsoba qu’il doit se repentir parce qu’il ne connait rien de l’islam.en islam il n’ya pas de mariage forcé

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2014 à 09:14, par Colombie
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Attention, il N’ya pas de mariage forcé en Afrique, parlons plutôt de mariage arrangé. Le mariage en janvier de nos 2 premiers ministres gourounsi en janvier, est-il forcé ? Nous avons des valeurs traditionnelles qu’il nous faut coute que coute préserver. Tout n’est parfait, c’est à nous alors de travailler à corriger les imperfections.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2014 à 13:28, par Dagara Dooh Kambire Daba
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Je ne comprends pas les gens. Est-ce que vous savez que dans les pratiques dagara, c’ est le nom de famille de la maman que l’ enfant porte au lieu du nom de famille de son papa ? Cela suit la logique que c’est la maman la seule personne a savoir si l’ enfant est vraiment de son mari ou pas. Ca ne veut pas dire que les dagara ont moins confiance en leurs femmes que les autres. Dans tous les cas, c’est connu, tout homme craint que sa femme puisse aller voir ailleurs. La jalousie masculine est dangereuse. Une deuxieme raison est la reconnaissance de la contribution de la femme dans l’ oeuvre de construction de ce monde. C’est pourquoi quelqu’ un qui tue une femme, meme accidentellement , aura plus de probleme de reparation expiatoire quue si tu tuais un homme, ce qui n’est deja pas facile. Je n’ entre pas dans les details ici qui relevent des inities.
    Mais aujourd’ hui,avec le code de la famille, est-ce que vous savez qu’ on suit le mouvement general de tous les burkinabe. On donne le nom du pere a l’ enfant, ce qui est une blessure culturelle mais on supporte plus ou moins.Parce qu’ on se dit que quand on est ensemble, il y a des choses que tu vas perdre tchotchogo. Maintenant des gens qui ont leur religion qui ne saurait etre la religion de tout lemonde nous demande de legaliser leur mariage a eux. Mais ca va pas, dans la tete, non ? D’ ailleurs avec cette notion fluide de la religion, comment voulez - vous qu’ on amarre nos institutions a ca ? Comment definissons-nous meme la religion aujourd’ hui ? Meme Boko Haram se reclame de la religion. Meme des sectes farfelues comme les raeliens qui disent que l’ honmme a ete cree par les Elohims a partir d’ une cellule, pourtant on ne les voit pas aujourd’ hui enlever une cellule de quelqu’ un pour fabriquer un bebe(conneries !)se reclament de la religion. Les gars, soyons serieux.
    Un Dagara qui reclame qu’ on change le code de la famille au nom de sa culture puisque le mariage religieux est une culture et le nom de famille chez les dagara est aussi une culture. Or on me dit que toutes les cultures se valent. Donc, quand vous raisonnez, il faut savoir que quand on vit ensemble, on ne gagne pas tout sur toute la ligne. Il faut savoir lacher du lest et avec zeste.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2014 à 14:47, par Mike
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    le mariage religieux et spirituel ne protègent personne car l’Homme n’a plus peur de Dieu encore moins de son semblable.seule la loi et sa batterie de sanctions en cas de non respect peut le dissuader et protéger le plus faible (homme ou femme).

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2014 à 15:45, par SIDYATIM
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Il faut qu’une véritable réflexion soit menée sur le sujet. La loi est faite pour réguler la cité dit-on ; il se passe que dans notre cité beaucoup de couples sont unis seulement par un mariage religieux qui malheureusement ne confèrent aucun droit aux époux. je pense sincèrement qu’il n’est trop tôt pour les législateurs se penchent sur le sujet afin que des femmes et des hommes retrouvent les droits civiques que confère le mariage....

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2014 à 19:17, par paneur
    En réponse à : Le Plateau du week-end… : Faut-il reconnaître le mariage religieux au même titre que le mariage civil ?

    Vous devriez comment par la question suivante : sommes nous tous obligés d’avoir chacun une religion ? ??

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés