Confiscation de cartes d’électeur à Bobo : Le RPOH accuse le parti majoritaire

vendredi 25 juillet 2014 à 00h56min

Le Rassemblement des partis politiques de l’opposition du Houet (RPOH) a animé un point de presse ce mercredi 23 juillet 2014. Portant essentiellement sur un cas de confiscation de cartes d’électeur par une femme du nom de Watta « surnom », cette conférence a été transformée en un réquisitoire contre les pratiques « frauduleuses » du parti au pouvoir au cours des élections.

Confiscation de cartes d’électeur à Bobo : Le RPOH accuse le parti majoritaire

Habitante du secteur 31 de Bobo-Dioulasso, Dame Watta se trouve être au centre d’une histoire de confiscation de cartes d’électeur dans son quartier. Selon les faits relatés par le Rassemblement des partis de l’opposition du Houet (RPOH), Watta ferait partie d’un réseau de collecteurs de cartes d’électeur du parti au pouvoir dans la ville de Bobo. Pour retirer le précieux sésame, Watta donnerait du sucre ou de l’argent aux femmes. Avec en sus une promesse d’accès au fonds d’appui aux femmes initié dans le cadre des mesures sociales du gouvernement. Selon le RPOH, cette pratique courante au Burkina est largement répandue à Bobo-Dioulasso. Et c’est en plein « travail » que des jeunes vont alerter Watta sur le caractère condamnable de ses agissements. En guise de défense, elle va convoquer (dans la journée du 15 juillet) Dao Amidou et Paré Moumouni au commissariat du secteur 15 de Bobo (Ouezzin-ville) pour répondre des faits de « menaces de mort ». Une fois au commissariat, les deux jeunes vont être arrêtés. A leur tour et toujours selon le RPOH, des jeunes du secteur 31 vont s’organiser pour demander la libération de leurs camarades. Heureusement et grâce à des interventions, Dao Amidou et Paré Moumouni vont recouvrer la liberté.

Le RPOH interpelle la CENI

Selon Moussa Zerbo, le coordonnateur du RPOH, la sortie médiatique de son organisation a pour but d’interpeller les instances décisionnelles comme la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et ses démembrements, les forces de l’ordre et de sécurité (police, gendarmerie…) sur les cas de fraudes au cours des élections. Pour lui, la confiscation des cartes est une pratique courante dans le parti majoritaire : « De par le passé, une fois ces cartes collectées, les intéressés ne les verront que le jour des élections. Et toute personne se désolidarisant du parti ne reverra plus son précieux sésame ». Continuant sur sa lancée, Moussa Zerbo va donner des pistes sur les stratégies de fraude qu’il impute au parti majoritaire : « Selon nos investigations, les propriétaires des cartes sont généralement rassemblés chez les différents collecteurs la veille et le jour du scrutin où sont installés de grosses marmites de riz gras avec des gros morceaux de viande et des sacs remplis de billets de banque. Tous les ingrédients réunis, le sale boulot peut commencer… ».

Ousséni BANCE.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés