Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

mercredi 2 juillet 2014 à 22h15min

« Qu’est-ce que vous gardez du Burkina ? ». Question d’un confrère à une expatriée en fin de mission au Burkina. « Ah oui ! La circulation dans la capitale. C’est incroyable. (…). C’est un véritable enfer… C’est vraiment cette image-là qui me restera gravée dans la tête ; image d’usagers intolérants. Ouf ! Je ne pourrai jamais l’oublier », réponse subite et vigoureuse, comme si elle attendait l’occasion. Voilà, nous y sommes…Ces propos résument bien le calvaire de la circulation à Ouagadougou. La circulation dans la capitale burkinabè, on ne le dénoncera jamais assez.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

Le phénomène de l’intolérance en circulation a atteint une telle proportion inquiétante qu’il est de plus en plus fréquent d’entendre dire que« à Ouaga, quand tu sors de chez toi matin, tu ne sais pas si tu vas revenir ». C’est révoltant ! ‘’Tout’’ le monde est pressé et ‘’tout’’ le monde a la priorité. Conséquence ? Il n’y a plus de priorité pour personne. Et là, bonjour les dégâts !

Certes, l’état des infrastructures, des voies en particulier, y est pour nombre d’accidents mais, faut-il aussi le souligner avec vigueur, l’intolérance est une « autre » cause majeure. Certains accidents ne s’expliquent pas, sont ridicules tant il suffisait d’un geste de tolérance pour les éviter.

Vitesse, précipitation et intolérance, ça n’a pour résultat que la « merde ». Dans la circulation à Ouagadougou, chacun croit être dans son droit ; personne n’a un devoir. Même quand on se retrouve dans une situation où on ne peut pas passer, on refuse catégoriquement de laisser passer ceux qui peuvent le faire pour faciliter la situation à tout le monde. Personne ne veut être tolérant envers l’autre. On ne supporte pas voir l’autre passer avant soi. On s’en fout ! De nombreux embouteillages, d’innombrables accidents auraient pu être évités, si on était tolérant. C’est devenu pratiquement un effet de mode. Et le pire est que ces usagers hors-la-loi « imposent » aux autres, soucieux de respecter les règles et la prudence en circulation, de faire comme eux, au risque de ne pas poursuivre leur chemin.

En d’autres termes, ces usagers qui sont respectueux de la circulation se voient obligés de faire comme eux, c’est une question de survie. « Circuler mal est, parfois, devenu un moyen pour échapper aux désagréments », est-on porté de croire.Ce qui est vraiment dommage car à cette allure, le non-respect des règles de la circulation se trouve être le principe et l’observation des règles en circulation, une infraction.

En attendant peut-être des solutions plus appropriées, chacun de nous peut (et doit) essayer d’être un vecteur de sensibilisation dans son environnement, en provocant la causerie pour faire passer le message sur la nécessité de la tolérance, de l’observation du bon sens et du respect des règles élémentaires dans la circulation.

Oumar L. OUEDRAOGO

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 juillet 2014 à 22:00, par ayirikem
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Ouaga doit être refait sans un plan de circulation on assistera toujours a des cas malheureux

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 10:08, par VIVIVIVI
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      La population du Burkina a besoin d’etre eduquer. Il faut dire qu’en plus d’etre ignorants, aigres, jaloux, envieux et arrogants, le Burkinabe (la majorite qui est du secteur informel) est trop sale, aucun comportement hygienique. Il faut un pouvoir autoritaire pour gerer ce pays.

      Répondre à ce message

      • Le 3 juillet 2014 à 19:47, par Abdoul
        En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

        Je suis parfaitement d’accord avec ce commentaire. Le citoyen burkinabè a besoin d’une véritable éducation à l’hygiène publique comme privée, au civisme, aux règles élémentaires de la vie publique. Cela n’est possible qu’avec des dirigeants respectueux eux-mêmes des lois et autoritaires vis-à-vis de leurs administrés.

        Répondre à ce message

      • Le 3 juillet 2014 à 19:48, par Abdoul
        En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

        Je suis parfaitement d’accord avec ce commentaire. Le citoyen burkinabè a besoin d’une véritable éducation à l’hygiène publique comme privée, au civisme, aux règles élémentaires de la vie publique. Cela n’est possible qu’avec des dirigeants respectueux eux-mêmes des lois et autoritaires vis-à-vis de leurs administrés.

        Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 12:42, par Dommage
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Il y a deux ans j’étais venu au BURKINA FASO avec des amis en(MISSION HUMANITAIRE)pour des réalisations qui, normalement devraient se poursuivre de façon régulières.
      Figurez vous que les années d’après la mission à été sans suite et les réalisations interrompues.
      la cause ? la circulation à OUAGADOUGOU !
      vous avez le droit de ne pas me croire.
      ils ont eu peur et avec raison.
      pas de marquages au sol,manque de panneaux de signalisation ,non respect du code de la route.
      personnellement je ne sais pas si les députés en parlent dans l’hémicycle.

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 15:17, par El Hadj YANOGO
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      C’est le CDP qui est responsable de tous les actes malveillants et de tous les maux qui minent nos routes et la circulation. Travaillons à l’anéantir et tout ira bien !

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 16:48, par Le patriote
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Cher "ami", j’ai eu la chance de tourner dans les quatre coins de l’Afrique ces dernieres années et je peux vous assurer que en matière de routes (que vous appelé plan de circulation je suppose), Ouaga n’a rien à envier aux autres. Le problème n’est donc pas à ce niveau. Le problème, c’est ce que le jounaliste appelle l’intolérence. 1. Il y’a trop de "villageois" à Ouaga, sur-excités de posséder une moto ou une voiture. 2. Il y’a aussi l’analphabétisme. Je pense qu’il y’a une corrélation forte entre le niveau d’éducation et la courtoisie dans la circulation. 3. Il y’a encore très peu de voitures à Ouaga. Allez y voir a Johanesburg, Nairobi et autres et vous comprendrez que le fait que les gens se disent pressé, c’est parce que la route est dégagé. Quand il faut prendre 2h parcourir les 5 km de votre maison a votre bureau, vous verrez que tous le monde va se lever tôt et circuler doucement. A ouaga, on se leve tous au meme moment (7h30) pour arriver au bureau à 8h. Avant 7h30, toute les voies sont désertes.

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 16:57, par Faso Kanu
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Je ne crois pas que la solution soit dans la reprise des routes ou autres. La solution est dans la prise de conscience qu’on est pas seul à rouler sur la voie publique. Faire attention aux autres c’est faire attention à soi-même aussi. Même sur des autoroutes, si des comportements de ce genre prévalent (des gens qui refusent de s’arrêter à des feux rouges, de marquer des stop, qui font des dépassement à droite, qui sont toujours pressés pour aller ouvrir leurs magasins/bureaux et attendre, ignorent les policiers, etc.), il y aura toujours des accidents. Il y en a même qui passent au nez et à la barbe des jeunes volontaires des VADS. D’autres déplacent les bras tendus (pour demander l’arrêt) de ces jeunes dévoués et passent. Que pensez des pères de familles qui transportent leurs enfants sur des motos et passent allègrement au feu rouge ? Quelle éducation pensent-ils donner à ces enfants-là ? Des bandits en puissance ! Que pensez des gens en voitures qui sont pressés de rentrer chez eux parce qu’une pluie se prépare ? Et le Faso ira en s’enfonçant.

      Répondre à ce message

  • Le 2 juillet 2014 à 22:22, par kberbo
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Cet article est vraiment clément parlant de la circulation à ouaga. C’est plus que l’enfer ; des gens y meurent tous les jours. Mon opinion : il faut un nouveau pouvoir ayant une réelle légitimité pour sensibiliser les usagers, sinon actuellement les gens sont tellement pleins de colère et d’aigreur que le régime actuel est d’un secours nul. Monsieur le journaliste, vous parlez de sensibilisation ? Non, personne à ouaga n’écoutera personne, seule l’autorité de l’Etat s’imposera et cela passe par une autorité légitime car la présente ne pèse rien.

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 12:26, par Tiemtoré Zakaria
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      vous avez tendance à trouver la solution a tout dans l’alternance ? mais sachez que l’alternance en elle même n’est pas une solution s’il n’ya pas une capacité de changement. Un changement de mentalité, de comportement, de compréhension et ça ce n’est pas la légitimité ou l’autorité d’un pouvoir qui peut faire ça sinon on risque de tomber dans la dictature. C’est chacun qui doit prendre conscience du phénomène.

      Répondre à ce message

  • Le 2 juillet 2014 à 22:26
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Ne voyez pas seulement le desordre de la circulation comme un simple desordre de la circulation. Regardez cela sur le plan symbolique. Ce desordre est a l’ image de la gouvernance, de la maniere dont on traite le bien commun, dont les gouvernants percoivent leur role et leur place wet percoivent leurs "sujets". Tout ce tient. Voila un president qui a epuise ses mandats et qui tente de forcer pour rester. Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et ce qui est en bas est exactement comme ce qui est en haut.

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 06:53, par UN FRERE
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Ne voyons pas tout sous l’angle de la politique. Ce que notre journaliste depeint ici est le comportement de vous et moi de tous les jours à ouaga ; je dirai même dans tout le Burkina car c’est ce qui est vécu par tous partout ailleurs au Burkina ( Koudougou ; Bobo ; Fada Banfora , Ouayigouya, Tenkodogo, et j’en passe). Ceux qui meurent en circulation c’est le citoyen lambda qui pour la plupart ne connait rien de la politique mais qui la subit. La majorité des accidents à Ouaga se passe entre motocyclettes. Cette mauvaise circulation s’explique en partie par le fait que 99,99 % les motocyclistes conduisent sans permis ; donc sans notion du code de la route. Ils ignore tout de son devoir et droit quand on emprunte un route. Triste mais c’est ce que vous et moi avons fait ou faisons ou même allons faire. Que faire donc face à cette situation pour éviter d’être témoins des situations malheureuses que nous observons à Ouaga ( au Burkina en général) avec les conséquences désastreuse ? Des efforts sont faits certes par certaines personnes comme notre cher journaliste mais il faudrait aussi songer à organiser des assises sur la circulation dans nos villes afin de réfléchir sur les moyens ( infrastructures, lois, règlementation et sensibilisation) de résoudre le problème. C’est une question d’interet national. UN FRERE RESTE UN FRERE.

      Répondre à ce message

      • Le 3 juillet 2014 à 08:31, par UN FRERE RESTE UN FRERE
        En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

        are-ton de toujours politise les chose.un article qui nous rappel que nous somme tous frère et de nous accepte comme telle.

        Répondre à ce message

      • Le 3 juillet 2014 à 09:32, par toussida
        En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

        je te félicite cher frère pour ta hauteur de vue, mais je crains fort que la phase sensibilisation est passée depuis longtemps combien de morts allons nous encore tolérer avant de réagir pour mettre fin à cet hécatombe ? il faut que ceux qui choisissent délibérément de contrevenir aux lois soient rattrapés et punis à la hauteur de leur forfait ; pas de passe droits. la loi rien que la loi et la même pour tout le monde. que celui qui doit payer une contravention paie la contravention ou voit son engin retiré et vendu aux enchères pour le bien de la collectivité que celui qui doit aller en prison aille en prison paye ce qu’il doit à la société. l’état qui a le monopole de la force légale doit prendre ses responsabilité ou démissionner.

        Répondre à ce message

      • Le 3 juillet 2014 à 11:14
        En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

        En réalité, l’état a démissionné depuis longtemps et nos gouvernants, empêtrés dans leur mal gouvernance, ont réduit l’autorité de l’état à néant. Pour les motos, es-ce si compliqué d’imposer le code de conduite au moins ? es-ce si compliqué de rendre obligatoire le port du casque ? es-ce si compliqué de brider les petites motos pour qu’elle ne puisse pas dépasser 50 km/heure ? Es-ce si compliqué de mettre en fourrière les camions qui transportent des marchandises et des hommes comme du bétail ? es-ce si compliqué de faire le oode de la route à l’école une heure par semaine par exemple, etc. Pour dire simplement, que nos dirigeants sont les premiers responsables de cette situation. Et, dire que certains veulent que Blaise continue après 2015 avec sa chienlit comme le disait un certain général de Gaule en son temps.

        Répondre à ce message

  • Le 2 juillet 2014 à 22:30, par vero1er
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Félicitations pour cet article. Je crois qu’il fait mettre en place des brigades spéciales pour confisquer les engine de ces fouteurs de merde

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet 2014 à 23:12
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    tout ça la c’est affaire de article 37 et sénat là qui rend les gens tendus

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet 2014 à 23:28
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Courage,cher journaliste ! A force de parler ça va aller

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 00:51, par sida
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    C’est de ca que les forces de securite devrait s’occuper.Mais malheureusement on les a forme’ uniquement pour matter les manifestations.Dommage pauvre Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 00:57, par Dignite
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Je ne pense pas que la question soit la vitesse. Je vis dans un pays ou les gens circulent plus rapidement qu’au Burkina. Mais comme le journaliste a bien su le dire, c’est le respect des consignes routières qui fait défaut au Burkina ; aussi le port du casque, que l’on veuille ou pas, c’est une solution qui sauvera beaucoup de vie. Il faut surtout renforcer la loi a ce niveau. Ici, si tu cause un accident dans lequel une vie est ôtée, tu vas en prisons plus une amende d’au moins 30 000 000 de Fr CFA. Quelqu’un qui a pris une goute d’alcool ne doit pas conduire... Je pense que ce sont des mesures draconiennes de ce genre qu’il nous faut.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 02:02, par un automobiliste écoeuré
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Vraiment superbe article ! En fait ce n’est pas de l’intolerance mais de l’arrogance. Tout automobiliste se croit un "grand mr ou une grande dame"et fait ce qu’il veut puisqu’on est dans un pays où la justice est particulièrement laxiste avec les assassins et tous ceux qui ne respectent pas les lois.faites particulièrement attention aux grosses 4x4 fonds rouges et aux doubles-cabines fonds rouge ou blanc.cela s’explique peut être aussi par le fait que beaucou n’ont pas eu leur voiture à la sueur de leur front mais plutot grâce aux detournements de deniers publics ou aux cachets de la corruption.donc ils roulent avec ces vehicules en toute arrogance et en mettant la vie des autres en danger

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 07:41, par dai
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      cher frère automobiliste, le problème n’est pas seulement au niveau des automobilistes. avez vous cherché à savoir les motocyclistes roule à combien à l’heure ? les radars ds la ville devraient s’appliquer aussi au motocyclistes. les plus intolérants et imprudents sont les motocyclistes à qui on devrait exiger un permis de conduire A1 avant de circuler. bcp ne comprennent rien du code de la route. et ils roulent à vive allure sans prêter attention à personne. d’autres sont aigris pcp quand on te voit à voiture, on pense que tu fais parti de ceux qui a détournés les deniers publics pour se l’octroyer bref, il y a bcp à redire. et moi je pense que la seule façon de sortir de tout ça, c’est un nouveau régime qui doit mettre de l’ordre. si non ce régime n’a plus rien à faire pour pouvoir instaurer de l’ordre dans ce pays. je crains fort que s’ils font le forcing et passe, après 2015, ça sera pire. l’incivisme va augmenté personne ne respectera rien puis-qu’après tout les plus hautes autorités en ont fait autant tripatouillant la constitution en sont article 37.

      Répondre à ce message

      • Le 3 juillet 2014 à 10:25
        En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

        Je suis entièrement en accord avec ce qui est écrit là.
        Il faut obliger les conducteurs à posséder un permis, quelque soi ton engin (mobylette ou voiture).
        Il faut obliger les cyclistes à connaître ou même présenter un certificat de connaissance du code de la route.
        Il faut amender fortement ceux qui enfreignent ces mesures.
        Quand tu fais un accident avec un motocycliste, la première chose que la police lui demande c’est le permis de conduire. Mais qu’elle autorité dans ce pays oblige un motocycliste a posséder le permis avant d’enfourcher sa moto ? Les sociétés d’assurance assure même ta moto sans que tu ne présente un document certifiant que tu sais conduire et circuler. Observer juste les conducteurs de triporteurs qui se comportent comme motocycliste quand ça l’arrange ou chauffeur de voiture quand ça l’arrange.
        Beaucoup de personnes circulent mal par ignorance du code et règles de conduite, alourdi par le manque de courtoisie et de tolérance. Il y en a qui pensent que les feux et autres clignotants servent à décorer les engins. Tout ça c’est mis pour respecter des règles de conduite très simples du : attention je tourne à gauche ou je tourne à droite.
        J’étais soulagé en voyant les VADS, mais dommage, la police n’a aucune autorité dans ce pays. Aller voir dans un carrefour quand il y a coupure d’électricité et qu’il n’y a pas les feux tricolores autonomes, le simple principe de la priorité à droite est vite oublié.
        La circulation dans le pays, pas seulement Ouaga est un problème d’éducation et d’autorité. Les deux manquent terriblement. Dommage pour le burkinabé qui se dit intégre.

        Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 08:12, par spyckly
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Il n’y a qu’à Ouaga qu’on peux voir deux motocyclistes qui se rentrent dedans de plein fouet comme le montre la photo, c’est vraiment le paroxysme de l’intolérance...

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 08:22, par vanhelsing
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      certes ! il y’a effectivement ces automobilistes sans scrupule qui se croit tout permis !! mais sur les motos, les plus inciviques restent les gars du secteur informel !! mécaniciens, petits commerçants.. bref !! ils sont sont tout le temps excités sur leurs motos, je ne sais trop pourquoi !! 90% des accidents à moto sont causés par ces derniers !! ils font trop la vitesse, ne respectent pas les feux, se faufilent partout !! l’analphabétisme y est aussi pour quelque chose !! quant un peuple est illettré et analphabète, eh bien les sensibilisations ne servent pas a grand chose !! il faut la politique du bâton !! tu brule un feu, on retire ton engin contre payement de 10mill fr. il faut des mesures fortes sinon les sensibilisations ne serviront à rien !! la preuve, combien de personnes liront cet article ? eh bien !! ce serait toujours vous et moi !! la grande masse est a rood-wooko entrain de courir dans tous les sens !! les émissions à la télé sur la sécurité routière ne serviront encore qu’a ceux qui sont lettrés et qui surtout regardent la télé !! la grande masse la encore ne regarde pas ces genres d’émissions !! il faut des mesures fortes et directement applicables sur le fait !! l’expérience vaut mieux que la science !! si on récupère ta moto une ou deux fois et tu paye 15mill ou 20mill pour la récupérer, tu n’est plus bête pour recommencer !! de toutes les façons, tu pourra toujours essayer et on verra !! sinon on mettra 100ans a sensibiliser mais y’aura rien !! n’est pas un bon citoyen qui le veut mais qui le comprend d’abord !!

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 11:26, par Fatima
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Frère automobiliste, je crois que le tord est partagé. j’étais à moto pendant longtemps et je pensais la même chose. J’ai pu acquérir une voiture pas très classe, et je commence à savoir qui du 4 et du 2 roux circule mal.Parlant de 2 roux, il ne faut pas occulter les vélos qui sont aujourd’hui pleins à Ouaga surtout que la plupart de ces derniers ne maîtrisent pas les règles de circulation.Chaque soir vers 19h lorsque je veux quitter la goudron pour la voix rouge qui mène chez moi, malgré le clignotant sans compter le fait que je peut attendre prêt de 5 mns faisant attention aux 2 roux qui continuent malgré que le feu soit au rouge, je me fait insulté accompagné de gesticules par plusieurs 2 roux. Chose que j’ai décidé de ne plus considérer. Il est vrai que certains automobilistes sont bien arrogant, car j’en ai été témoin aussi mais comme beaucoup l’on dit cherchons à être plus tolérant et à moins convoiter autrui qui a une situation meilleure à la notre. il ya des gens qui travaillent beaucoup, honnêtement et en récoltent les fruits. Tandis que d’autres ne veulent pas fournir des efforts pas sont envieux. je suis dans le privé et j’ai essayé avec des employers qui ne veulent pas accepter des conditions auxquelles moi même je me soumet et qui prefèrent abandonner le travail pour peut être revenir demander pardon pour ré-embauche après avoir tourner là ou le salaire était irrégulier. essayer aujourd’hui de récuperer un enfant de la rue ou les femmes en train de mendier au bord des voix pour voir ce que certains vont vous montrer.La police qui est aujourdh’ui aidée par les VADS doit beaucoup se deployer et aussi lutter contre l’insécurité. Aussi l’action sociale dont certains employers détournent les dons pour les stocker dans des magasin et revendre et le ministère de la promotion de la femme doivent se déployer sur le terrain pour éviter que certains parents ne conduisent leurs enfants aux facilités de l’aumône de la rue, exiger l’école pour tous les enfants (MEBA). Personnellement je préfère le travail d’un enfant plutôt que sa mendicité car cela l’habitue à l’argent avec des parents qui ne pourront pas lui en donner par la suite et bonjour le banditisme et la délinquance par la suite surtt qu’il n’a pas appris à travailler. Pour faire du Burkina un havre de paix, chacun de nous doit apporter sa pierre. L’intolérance que nous sommes en train de cultiver ne nous mènera à rien de bon sans oublier nos progénitures. il est facile de basculer dans les hostilités que d’en sortir (cas malheureux de certains de nos pays voisins), sans oublier qu’en cas d’hostilité ceux qui ont les moyens quittent rapidement le pays et ce ne sont que les moins disants qui restent pour tout subir.

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 06:40, par sole
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Le intolérance et un manque de formation dans matéria d’une circulation et un bon plan de viavilidad.
    Il est commencé dans les écoles et se termine avec un bon contrôle policier. Une loi de passage où sont priorisés les piétons qui sont les les plus faibles.
    Dans la rue du Ouagadougou le plus faible il est pis protégé.
    Des piétons, des bicyclettes, des motocyclettes, des tourismes et de petits véhicules, et finalement les autobus et les camions, sans cet ordre aussi les sanctions par incumplimineto des normes de circulation.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 08:15, par trop d’aigris dans la place
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Humm..que voulez vous les gens sont trop wèda (aigres) ils roulent en essayant de résoudre les équations de leurs problèmes souvent il yen a qui oublient même qu’ils sont en train de circuler tellement les équations dépassent les problèmes en tout cas la circulation à Ouagadougou un véritable labyrinthe

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 08:16, par La censure
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Où en est-on avec le projet du métro ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 08:22, par trop d’aigris dans la place
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Humm..que voulez vous les gens sont trop wèda (aigres) ils roulent en essayant de résoudre les équations de leurs problèmes souvent il yen a qui oublient même qu’ils sont en train de circuler tellement les équations dépassent les problèmes en tout cas la circulation à Ouagadougou un véritable labyrinthe c’est devenu sauve qui peut tu sors le matin quand tu rentres le soir il faut demander une messe d’action de grâce tellement c’est pas évident souvent tu as raison et des chauffards viennent te cogner et ont le culot de faire basculer la vérité de leur côté bref la circulation du Burkina façon est à l’image de son gouvernement et de ses autorités façon trop de laxisme

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 08:38, par Dimathème
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    L’article est trop clément. Je prend mon cas le mardi 1er juillet 2014. Sur une route séparée par un terre-plein, le mec en moto qui refuse de continuer et aller tourner fait demi-tour, en plus il roulait côté voiture, heureusement j’ai freiné à temps. Il m’insulte" tu es malade, tu es fou où quoi, tu ne me vois pas ?" Si je l’avais percuté, on me brûlait mon véhicule (vu que c’est devenu la mode) avant de chercher à comprendre. Mais bon pour être honnête, j’ai saisi le poignet et immobilisé, les VADS sont intervenus sinon je l’aurai cassé le bras et j’assumerai. Entre nous si chacun roule sur la portion de piste qui lui est assignée ça fait quoi ? Les polices (nationale et municipale) au lieu de s’attaquer au véritable problème de la circulation ( non respect des panneaux, priorité à gauche dans les sens giratoire, circulation des motos sur les portions automobiles....) sont préoccupés à être des topographes à flasher les automobilistes. Pourquoi ne flash t-on pas aussi les motos ? Les panneaux et autres n’ont-ils pas valeur pour eux ? Ce sont des usagers de la route à ce que je sache. les bolides sans immatriculations qui circulent dans Ouaga, c’est normal ? Je ne crois pas. Si chacun mettait un peu d’eau dans son vin et si chacun faisait ce qu’il a à faire, on vivrait mieux dans ce machin de capital. webmaster tu ne trouves pas que j’ai déjà été trop censuré...

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 08:47
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Bonjour

    Je viens juste constater qu’au Burkina et à Ouaga en particulier, les gens savent ROULER( Démarrer et faire bouger un engin par exemple) , et ignore tout de comment CIRCULER ( Les règles élémentaires à Observer dans la circulation).

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 08:51, par Filsdupaysan
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Merci bien pour cet article. Il m’arrive des fois de m’arrêter au bord la voix une fois par semaine pour rien que regarder la circulation.
    1) Pas respect de feux tricolores, pas de respect de voix à emprunter (voix de voitures utilisées par les motos, vélos.... ;
    2) Des enfants sur des grosses motos et bonjour à la vitesse ;
    3) 90% des motocyclistes circulent sans casque ;
    4) 99% des gens conduisent sans ceinture de sécurité et 50% sans permis ou permis de conduire PAYES !
    Face à cette situation, que FAIRE ?
    Je prends la responsabilité sur moi même de circuler avec mon casque et ou mettre la ceinture de sécurité, je me force de respecter la vitesse autorisée en ville mais avec ma propre compréhension, je vais doucement. je respecte les FEUX tricolores.
    Tous mes enfants, mes frères et sœurs qui habitent avec moi SONT OBLIGES de se comporter ainsi sinon, je retire la monture. Chacun doit savoir que la vie est sacrée, nous devons la protéger.
    Les autorités municipales on échoué sur le plan de sécurité routière, les policiers préfèrent le radar que réguler la circulation. Ils préfèrent les amendes que les conseils et face à cela tout le monde fait comme il veut.
    La responsabilité est partagée mais soyons responsables

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:07, par toussida
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    la faute est à l’état qui a démissionné de ses obligations et devoir de protéger les personnes et leur bien (devoir régalien) sinon comment comprendre qu’une poignée de hors la loi en impose à la majorité sans être inquiété ? des usagers en infraction manquent d’écraser des policiers dans l’exercice de leur fonction et la situation au lieu de révolter les autres usagers provoque au contraire l’hilarité. c’est triste pour mon pays. la solution ? sévir,sévir et encore sévir force doit rester à la loi. sinon ou va t’on là ?

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 09:41, par patrie1
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      je crois que le problème est profond et est a l’image du malaise social du pays.
      le chacun pour soi, les supeur mogo puissant insolant et revoltant, la divinisation de l’argent, bref. on voit plus son prochain comme soi même.
      sans être de l’opposition et en toute honnêtété, le problème vient du regime qui a laissé s’installer les germes de l’intolerance vis a vis de son prochain. l’injustice, la corruption, l’impunité, le detournement et j’en passe. c’est simplement revoltant et les gens ont mal dans leur peau.

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 09:41, par patrie1
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      je crois que le problème est profond et est a l’image du malaise social du pays.
      le chacun pour soi, les supeur mogo puissant insolant et revoltant, la divinisation de l’argent, bref. on ne voit plus son prochain comme soi même.
      sans être de l’opposition et en toute honnêtété, le problème vient du regime qui a laissé s’installer les germes de l’intolerance vis a vis de son prochain. l’injustice, la corruption, l’impunité, le detournement et j’en passe. c’est simplement revoltant et les gens ont mal dans leur peau et ça se recent sur leur comportement quotidien.

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:17, par Waza
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Chapeau à l’auteur de cet article. La tolérance est une grandeur d’esprit qui manque effectivement aux usagers de la route à ouaga. Il est temps que chacun se penche sur la question afin d’être un vecteur de messages de changement de comportements. Soyons tolérant et humain

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:19, par tapseureula
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Très bonne analyse. Je suis d’accord avec tout votre argumentaire. C’est un problème de tolérance, de mœurs. J’ai eu la chance de circuler dans bien de capitales de la sous région et même d’ailleurs. A Yaoundé, ils ont trois fois plus de voitures en circulation et trois fois moins de feu tricolores, mais la circulation est propres parce que les gens sont tolérants. Rappelez-vous que quand les allemands ont envahi Londres et que les armes crépitaient en pleine ville, les gens respectaient toujours les stops. Ici, la première goutte de pluie et c’est la débandade. Personne ne respecte plus rien. C’est un problème de mentalité. Quelqu’un roule devant vous à 20 km/heure et vous obstrue parce qu’il est au téléphone, mais arrivé au feu il bondit à 100 à l’heure pour passer pendant que le feu est au rouge. Je crois que le seul moyen est de rétablir l’autorité de l’état et sévir sans pitié. Le Burkinabé ne comprend que le langage de la violence.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:20, par Assane
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Il ya pourtant une solution à tout problème. On peut faire comme en Italie c’est-à-dire instaurer un permis de conduire pour moto et motocycle.
    Ici en Italie par exemple pour obliger les automobilistes à être disciplinés, ils ont introduit la règle du permis de conduire à point. C’est-à-dire que tous les permis livré parte avec 20 points à l’origine et si vous commettez des infractions, comme par exemple passer aux feux rouge, on vous enlève 4 points dans votre permis. Et donc au fur à mesure que vous perdez les points, vous risquez de rester sans le droit de conduire. Lorsque les points sur votre permis sont fini on vous retire votre permis de conduire et là vous êtes obligé de payer pour vous inscrire à une auto école et pour pouvoir récupérer les points perdu enfin d’avoir le droit à la conduite.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:27
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Intolérance c’est le mot, ou bien un orgueil débordant c’est tout. Moi, à mon humble avis, la sensibilisation n’apportera plus rien, il y a tellement de feux tricolores a Ouaga, et en plus les VADS pour que l’on évite ces accidents. Quand quelqu’un brule les feux ou ne respecte pas les autres usagers, c’est un acte de bravoure et de héroïsme, je crois qu’il faut aller dans le vrai sens de la répression, une vraie répression qui te conduire en prison, ou un retrait de ton engin. Souvent ceux sont des actes considérés comme criminels, fini la sensibilisation, ou les contraventions de faible montant, si on veut gagner ce combat l’autorité doit montrer sa vraie force.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:32, par Lynn Hien
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Que fait l’Etat pour y remedier ?

    J’ai l’impression que le gouvernement n’en est pas conscient quand bien meme tous les jours, des gens se fracassent les parties du corps et d’autres y laissent simplement la vie.
    Je crois qu’il y a ceux qui connaissent le code de la route et ceux qui ne le connaissent pas et ces derniers sont la majorité.
    Pourquoi le gouvernement ne peut il pas installer des panneaux électroniques géants en ville pour montrer aux gens comment circuler ? Une liaison avec la TNB et ces panneaux électroniques géants placeés dans plusieurs grandes rues pourraient aider avant que l’Etat ne se decide enfin à faire faire le code de la route à tout le monde. C’est une suggestion.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:33, par toussida
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    la faute est à l’état qui a démissionné de ses obligations et devoir de protéger les personnes et leur bien (devoir régalien) sinon comment comprendre qu’une poignée de hors la loi en impose à la majorité sans être inquiété ? des usagers en infraction manquent d’écraser des policiers dans l’exercice de leur fonction et la situation au lieu de révolter les autres usagers provoque au contraire l’hilarité. c’est triste pour mon pays. la solution ? sévir,sévir et encore sévir force doit rester à la loi. sinon ou va t’on là ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:34, par yeux rouges
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    L’intolérance a atteint son summum dans notre pays ! Que Dieu nous protège !

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 09:44, par LEBON
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    BONJOUR, à mon avis il faut imposer le permis moto à tous les propriétaires de motocyclette.

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 10:41, par Le Yemb
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Grand merci au journaliste pour cet article. A mon avis, il faut une rigueur dans le respect des règles de la circulation routière. Que l’on permette aux policiers par exemple de faire leur travail. on n’a pas besoin d’éduquer encore car lorsque vous êtes arrêtés à un feu au rouge, et qu’un imbécile vous klaxonne derrière de le libérer le passage.certains brulent le feu meme devant la Gendarmerie ou devant le Commissariat.la rigueur rien que la rigueur.

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 10:36, par LE COQ DU MATIN
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Si tu es en véhicule, tu mets le clignotant, on te dépasse quand même et on s’en fout ,c’est d’ailleurs quand tu mets le clignotant qu’on accélère pour te dépasser, tu n’a qu’à regarder avant de tourner, on arrive au feu on s’arrête et on laisse le feu derrière soi, on regarde ceux d’en face , quand ils vont commencer à bouger on va bouger ; le feu est vert et puis on est arrêté avec l’esprit ailleurs, 30 secondes à une minute d’égarement.
    On voit un usagé qui traverse la voie, on continue de rouler à 100 à l’heure et on met le klaxon, il n’a qu’à bouger vite !

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 11:14, par &VIENNE15
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Cultiver la tolérance est une des bonnes solutions. Il est pourtant important de noter l´impact de la corruption le « RIP-OFF » de certains agents de la circulation qui laisse à désirer. Un délit de circulation qui se laisse par rigueur régler avec un billet de 1000f ("chef, mana-wana") ne gratte pas la conscience de l´auteur qui pourra même y perdre un jour sa vie.

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 17:20, par THOM SANK
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Bonsoir à tous, moi personnellement à regarder ce qui se passe dans mon pays j’ai des larmes aux yeux. le BURKINA était reconnu dans la sous région pour ses valeurs intrinsèques (travailleur, digne, loyale, courtois, tolérant...). Que voulez-vous mes amis si le PAYS EST MAL DIRIGE. A notre enfance on voyait des modèles d’HOMMES A QUI ON VOULAIT S’IDENTIFIER.... Si SANKARA POUVAIT REVENIR. Que dieu sauve le BURKINA

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 11:31, par La citoyenne
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Ignorance et intolérance. Politisons les choses. Qui peut être tolérant quand on se croit plus grand et unique en son genre ? De quels moyens dispose un policier pour m’attraper sur ma yamaha ? Je n’ai pas peur de cogner un policier parce que j’ai vu des escrocs bien traités à la MACO ; des 4x4 qui viennent faire parenté à plaisanterie avec la sécurité pour demander excuses et liberté ; la police nationale en a aussi libéré et quand on leur demande pourquoi, la réponse est qu’ils n’y peuvent rien. Et les fils à papa qui reçoivent les excuses de leurs bêtises parce qu’ils sont jeunes ? Il y a des personnalités dans ce pays que je n’arrête pas de harceler pour vengeance. Et quand je vois une escorte présidentielle me bloquer au soleil pendant une heure avant de passer, je brûle après. Car les sapeurs même n’ont pas ce pouvoir. Et ces gros commerçants et transporteurs qui ont permis de tuer ? La loi n’y peut rien sans la fermeté. Votre pays est foutu.

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 14:28, par VRAI
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      karissa.. moi je vous dis que le burkinabe ne sait pas du tout circuler ! beaucoup d’invertebrés occupent inutilement la voie la plus à gauche sur un boulevard alors que cette voie est faite pour le depassement exclusivement ! tu achèves ton depassement, tu te ranges à droite,,,et quelqu’un d’autre vient te depasser, si tel est que ce dernier est plus pressé que toi !. c’est difficile de piger ça ? MERDE !
      lors de mon dernier sejour au pays, à cause de quelques molusques du genre j’ai rater un rdv très important car arrivé en retard !notez que là où je vis, sans exagerer il y’a 1000 fois plus de véhicules qu’au faso mais chaque usagé est conscient qu’il n’est pas le seul sur la route !

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 14:52, par Eh affaire
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Très bel article à saluer. sincèrement dit, la circulation à Ouaga est très préoccupante. Moi, particulièrement, je ne comprends pas pourquoi on ne fait qu’une émission de sensibilisation "FEUX ROUGE,FEUX VERTS" uniquement en fin d’année comme si l’imprudence et l’intolérance comme le dit notre journaliste n’atteint son paroxysme qu’en ce moment. Le peuple Burkinabè a vraiment besoin de sensibilisation.
    Aussi, je pense que les maisons d’assurance devrait vraiment s’impliquer dans cette affaire, si elles pouvaient avancer en chiffres d’Affaires en indemnisation des victimes d’accidents par an, elles en seraient les 1ères à s’investir.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 15:00, par Kampiti
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Bel article, très réaliste. Il s’agit d’un vrai cri de cœur. Mais au finish pour sensibiliser qui ? C’est nombreux illettrés qui n’auront aucune connaissance de votre écrit, ou pour nos dirigeants en perte de toute autorité régalienne ? De toutes les façons ça ne changera rien (c’est très frustrant, nous le savons tous). C’est une évidence que le comportement citoyen est à l’image de la façon dont les gens circulent ; cela a été vérifié dans tous les pays. Les ouagavillois font ce qu’ils veulent et nos dirigeants ont perdu toutes fonctions régaliennes, en ne faisant rien qui puisse troubler leurs sommeils. Pour cela, autant ne pas intervenir, au risque de laisser partout s’installée l’anarchie : au petit peuple de régler ses comptes (provoquant plusieurs fois des morts souvent des innocents), pourvu qu’il n’y ait pas de manifestations ou d’émeutes (visibles) qui dérangent la quiétude de nos premiers responsables. On a beau construire des grandes artères et des échangeurs à gros frais, s’il n’y a pas un contrôle réel sur les usagers afin de les amener à de comportements plus civiques, les dépenses seront vaines, car les pertes de vies sont déjà énormes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 15:28, par sissi
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Les images de ce accident me font encore pleurer ma cousine écrasée gratuitement à Ouaga le 4 mars alors qu’elle se rendait à son poste de travail au ministère.Elle n’avait que 67 ans.PAIX A TON ÂME "COUZ" Une vie réussie, pleine d’avenir mais fauchée un matin. Partout dans le monde, il se passent des accidents. Mais à Ouaga ces accidents sont la plupart dus à l’indiscipline, une vitesse due à ce que j’appelle la "griserie collective à la vitesse". Le problème de la circulation à Ouaga et au Burkina doit être traité au titre de la cause nationale. Car c’est un sérieux problème de santé publique. mais hélas, il y a d’autres préoccupations sans grand intérêt qui engloutit les finances avant même leur existence : sénat, référendum. On ne travaille plus. Quand un tissus social, moral abîmé , le manque de concentration, avec les soucis du lendemain, on ne peut qu’assister à ce pique d’accident élevé.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 16:01, par jasibo konzeoogi
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    L’article est plus un coup de gueule qu’autre chose, si bien que l’auteur en fin de compte ne mène aucune analyse et reste au niveau du trivial. Quand par exemple il fait appel au bon sens : le code de la route ne repose pas sur le "bon sens" d’individus participant à ce jeu dangereux quotidien qu’on appelle circulation. Si le CODE existe, c’est bien pour harmoniser les "bons sens" individuels dont on sait qu’ils relèvent plus des états d’âme que d’une vision partagée de ce qui serait un comportement raisonnable. Et c’est là que ceux qui disent de ne pas "voir la politique partout" ont tort. Le politique est responsable de la circulation au même titre que de la planification budgétaire, de la politique agricole ou sanitaire !
    L’indiscipline n’est pas la chose la mieux partagée au Burkina, et c’est malhonnête de vouloir renvoyer tout le monde dos à dos en prétendant que l’on circule pareillement mal à Fada, Gaoua,Ouaga. Jusqu’à présent,un nombre malheureusement décroissant de citoyennes et citoyens à Bobo et Banfora marquent systématiquement les stops en s’immobilisant MÊME QUAND ILS SONT SEULS DANS LA RUE... Pourquoi les habitudes ouagalaises sont-elles en train de s’imposer à tout le pays ? Cela vaut-il seulement pour la circulation ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 16:08, par guimbo
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    ouaga c’est pour les ouagalais or les gens veulent vivre comme au village. comportement villageois et habitant ouaga c’est le seul probleme à mes yeux.

    Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 21:58, par Le doyen de Cocody
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Jasibo konzeogi,je ne sais pas comment tu lis les articleus de presse. Je m’excuse,je ne suis pas journaliste mais quand tu as un écrit devant toi,aie l’intelligence de le placer dans son contexte et dans son esprit. A la fin,on voit bien que l’auteur veut susciter la discussion et que cela interpelle tout le monde. Pourquoi voulez-vous qu’on prenne au cas par cas,les problèmes des gens ? Ce n’est pas parce que tu as des problèmes dans ton foyer que tu dois sortir pour verser ta bile dans la circulation. C’est là que ceux qui disent de ne pas tout politisé ont une longueur d’avance sur toi
      Autre chose,tu confonds règle et bon sens (je comprends que c’est une question de niveau de langue et surtout de culture générale),mais lis très précédents. On ne saute pas dans un sujet aussi sérieux et émouvant comme on saute sur son lit. Ici,c’est sérieux. Voyez-vous la photo ? Arrive-tu à identifier l’appartenance politique des victimes ? Bref,pas sérieux,reste chez toi et ne vient pas étaler ton inhumanisme et ton ignorance.

      Répondre à ce message

    • Le 3 juillet 2014 à 22:03, par abibmar1
      En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

      Es ce pas mieu avoir un permie de moto avant de roule.aller a l’auto ecole faire un court de permie de moto ?

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 20:07, par gwen48
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    je viens au Burkina depuis 20 ans et toujours cette circulation de DINGUES !! j’ai aussi appris qu’il n’y avait plus d’éducation routière à l’école.. alors les enfants reproduisent seulement ce que font leurs parents ... griller un feu rouge parce que l’on prend juste la voie de droite (pourquoi s’arrêter ??)doubler par la droite et couper la route pour prendre la voie de gauche... première chose que font les hommes en achetant une moto : enlever les rétroviseurs(ben oui on est pas des filles !!!)respect de rien juste penser à soit et aller au point suivant... (ne sachant pas si l’on va arriver au vu du non respect des autres et donc de soit même !!! j’oubliais.. si je me fais arrêter pour non port du casque, pas de ceinture de sécurité il suffit de donner quelques argent et le tour est joué !!! la vie n’est pas un jeu il n’y a de touche replay quand on est mort...

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2014 à 11:57, par yissozhenky
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    le sujet est vraiment d actualité.je me demande parfois a quoi servent les échangeurs.tout le monde veut aller le mème sens les gens optent pour des racoursis (côté ouaga inter)metant la vie des autres en danger.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2014 à 13:23
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Bel écrit pour rappeler à chacun ces b.a.ba. C’est vraiment sérieux, cette histoire de circulation à Ouaga

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2014 à 13:51, par Rouky
    En réponse à : Circulation à Ouaga : L’intolérance, un véritable phénomène de mode

    Vraiment, très bel article. Merci vivement à l’auteur. A chaque fois que je suis de séjour à Ouaga, je suis obligée d’emprunter un taxi pour mes courses. Changeons car le phénomène est d’abord individuel avant d’(être politique.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés