Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

jeudi 26 juin 2014 à 22h53min

Le ministre de la promotion de la femme et du genre, Nestorine Sangaré a scruté, ce jeudi, 26 juin, au cours du traditionnel point de presse du gouvernement, le guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin. Entre acquis, difficultés et perspectives, le ministre a situé toute la portée de l’initiative.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

Le guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin, selon le ministre Nestorine Sangaré, est une réponse du gouvernement au plaidoyer mené par les femmes à travers leurs différents cadres de réflexion dont le forum des femmes en septembre 2012, la journée internationale de la femme en 2013 et en 2014 ainsi que bien d’autres cardes de réflexion où il est ressorti que l’un des obstacles majeurs à la promotion de l’entreprenariat féminin est l’accès aux financements. « C’est sur la base de ces différentes informations et face à l’urgence des besoins que le gouvernement a décidé de la mise en place rapide du guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin dans le cadre des mesures sociales lancées le 24 mars 2014 », a expliqué le ministre de la promotion de la femme et du genre, Nestorine Sangaré.

Ce fonds est, à en croire le ministre, une réponde rapide à un besoin et une « mesure transitoire » vers la mise en place d’un Fonds national d’appui à l’entreprenariat féminin. A travers l’initiative, le gouvernement vise entre autres, explique-t-elle, à faciliter l’accès des femmes ou des groupes de femmes au financement pour le développement de leurs entreprises, proposer des produits financiers adaptés aux besoins des femmes entrepreneures, aider les femmes à sortir de l’informel en créant des entreprises formelles, accroître les revenus des femmes et contribuer à une réduction significative de la pauvreté chez les femmes et filles.

14 milliards de besoins de financement pour « seulement » 3549 dossiers

Lancé officiellement le 5 mai dernier, le guichet spécial a, selon le ministre, enregistré à la date du 25 juin, 17 mille formulaires individuels et 4 mille 500 formulaires de groupe distribués sur toute l’étendue du territoire. En retour, 14 mille 23 dossiers (individuels et en groupe) ont été déjà réceptionnés et acheminés au FBDES (Fonds burkinabè de développement économique et social). 3549 dossiers ont été dépouillés pour un besoin de financement exprimé à 14 milliards de francs CFA. Une somme qui dépasse « largement » la somme disponible (elle est de 5 milliards de francs CFA). Pourtant, fait constater le ministre, « ce ne sont-là qu’une partie des dossiers ». D’ores et déjà, des réflexions sont engagées pour répondre à la demande.

« Une initiative permanente et non opportuniste avec des critères bien définis »

« Le fort engouement des femmes et leur totale adhésion au fonds en disent long sur la pertinence de l’opération », a déclaré Nestorine Sangaré. Selon elle, loin d’être une initiative ponctuelle et opportuniste, la mise en place du guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin (avec des conditions « souples » de taux d’intérêt de 3 à 4%) est le résultat d’un processus. C’est une réponse, affirme-t-elle, à une réelle préoccupation des femmes qui s’inscrit dans la longue suite des initiatives prises par le gouvernement. Ce fonds est dédié aux femmes entrepreneures qui ont besoin de crédit allant de 2 à 50 millions de francs CFA. Ce fonds, poursuit-elle, vient répondre aux besoins des femmes qui ne sont pas au stade des activités génératrices de revenus mais qui n’ont pas aussi la possibilité d’accéder à d’autres fonds et à des crédits en banque, tout simplement parce qu’elles n’ont pas de garantie ou parce que les taux d’intérêt leur sont inaccessibles. « Ce n’est donc pas un crédit destiné à tout le monde mais plutôt à un public cible intermédiaire. Il est destiné aux femmes qui ont déjà leurs activités mais qui ont besoin de coup de pousse sous forme d’investissement ou de fond de roulement pour développer davantage leur entreprise », a précisé le ministre. Une fois les dossiers acheminés au FBDES, ils sont soumis à une présélection en tenant compte de la nature du projet (production, transformation et service), des pièces à fournir et du respect des conditions définies dans la fiche de demande. Une deuxième sélection est ensuite faite pour retenir les projets bancables. Cette sélection est faite sur la base des critères bien définis.

Il s’agit de la qualité de la promotrice (expérience dans le domaine, apport personnel), la pertinence du projet (la faisabilité et l’originalité), la rentabilité (contribution à la richesse nationale et à la création d’emplois, etc.), l’historique financier du compte de la promotrice pour les crédits supérieurs à 5 millions et un entretien avec les demandeurs de plus de 5 millions. L’entretien tient compte de la langue parlée par la candidate au financement, si elle ne comprend pas le français. Nestorine Sangaré a affirmé que toutes les dispositions seront prises pour qu’une femme qui s’exprime dans une langue nationale donnée puisse le faire.
Malgré les difficultés matérielles, humaines et financières, Nestorine Sangaré a affiché sa volonté à faire de ce « coup de pousse » aux femmes, un réel succès.

Projection et actions futures …

En vue de garantir le succès de l’opération, confie le ministre, des actions fortes doivent être engagées. Il s’agit de mobiliser les ressources financières et humaines pour accompagner les femmes à l’élaboration des plans d’affaires et au remplissage des fiches, former les promotrices en gestion et en entreprenariat, suivre les activités des promotrices sur le terrain. Toujours dans ce chapitre, on note la mobilisation de ressources supplémentaires pour faire face à la forte demande, l’établissement d’une passerelle entre ce guichet et les autres fonds afin d’orienter les dossiers qui ne seront pas retenus vers ces fonds. Aussi, sera-t-il poursuivi le processus de sélection des dossiers, le point des dossiers réceptionnés à la date de clôture fixée pour le 30 juin 2014 et l’amélioration de la communication. L’objectif à terme étant la mise en place d’un fonds permanent de l’entreprenariat, il s’agira également pour le Ministère de la promotion de la femme et du genre de finaliser les documents y relatifs.

Oumar L. OUEDRAOGO

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 juin 2014 à 18:17, par RV
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Le gouvernement risque de payer cher son populisme. Les femmes déçues vont rejoindre la grogne.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 18:52, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    - Madame le Ministre de la Promotion de la Femme et du Genre, moi YAMYÉLÉ, je suis un Agriculteur, pas un cultivateur avec une petite daba entrain de gratter le sol crr..crr..crr... Donc, il y a certaines choses qui m’intéressent et que j’observe sur le terrain. Par exemple, votre collègue Monsieur Mahama ZOUNGRANA, Ministre de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire a mis en œuvre une politique d’équipement des femmes en charrues et charrettes à très faible coût. Madame la Grande Ministre, avez-vous un seul jour approché votre collègue pour avoir la situation de cette opération ? L’avez-vous concerté une seule fois pour voir comment assurer un suivi conjoint de l’utilisation de ce matériel ? Voire faire enssemble une évaluation de l’impact de cette opération sur les rendements agricoles des femmes et surtout sur leurs revenus ? Voilà là où vos fameuses directions régionales désœuvrées devraient s’investir avec celles régionales de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire ! Madame la super Ministre, avez-vous parlé avec votre collègue des Ressources Animales et Halieutiques, Mr Tinga Jérémie OUÉGRAOGO ? L’avez-vous approché pour savoir quelles actions conjointes vous pouvez mettre en œuvre en direction des femmes pour diminuer leur pauvreté ? Savez-vous que l’élevage à cycle court est celui à même de sortir une masse critique de femmes de la pauvreté que ce soit en ville ou en campagne chez nous ici ? Lors de vos fameux Conseils de ministres, à la pose, vous pouvez au moins lui tapoter à l’épaule et lui dire : ‘’Alors Tinga ? Que pouvons-nous faire ensemble pour les femmes ? On en parle en début de semaine prochaine ?’’. De tout ça, rien ! Seulement des jamjobas et des festivités !!!!! Avez-vous approché le Ministre de la Santé, Mr. Léné SEBGO pour voir comment votre ministère pourrait contribuer en partenariat avec le sien pour sensibiliser les femmes à l’hygiène, aux soins maternels et infantiles, à la couverture vaccinale des enfants pendant les 5 premières années de leur vie ? Je pourrai en parler à n’en pas finir tellement il y a du boulot pour votre ministère ! Et c’est par cela que la position de ministère transversal s’exprimerait comme le Genre lui-même. Vous ne savez pas seulement travailler Madame ! Prenez-moi comme consultant et payez-moi grassement et je vous largue plein d’idées toutes faisables les unes les autres et sans avoir besoin de budget faramineux et donc d’embêter encore les PTF !

    Par Kôrô Yamyélé encore piannnn !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 27 juin 2014 à 08:46
      En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

      Koro Yamyélé ; tu connais ce proverbe qui dit que les enfants respectent le vieux pour sa sagesse et son sens de la justice, mais quand il déconne, ils lui arrachent la barbe, sans anesthésie ! Là tu as déconné et je vais te le dire ; tous les sujets que tu as évoqués ont été traités par la ministre, il suffit de te renseigner ; sur les charrues, tu as entendu parler des technologies accordées aux femmes récemment ? C’était une bataille de la ministre et elle a eu les fonds pour ça et qui répond à ta question ; tu as déjà entendu parler de la prise en charge des soins gratuits pour les femmes enceintes ? ça existe pourtant !
      Non, il faut arrêter de dire que la ministre fait des djanjobas le 8 mars avec ses copines ; cette date existe avant elle et elle lui survivra. Mais cette année, tu as vu qu’elle a combiné forum des femmes et 8 mars pour économiser les sous ? Il y en a qui critiquent Sangaré bêtement ; elle dit que les Fonds sont mis à la disposition par le gouvernement, ce qui est vrai ; ce n’est pas Blaise qui a sorti l’argent de sa poche ; si des gens en campagne racontent n’importe quoi, la ministre a le devoir de dire que c’est le gouvernement qui s’occupe des fonds. Maintenant si une femme dit qu’elle ne veut pas des fonds du gouvernement de Blaise, c’est son problème

      Répondre à ce message

    • Le 27 juin 2014 à 10:26, par Rapoug-Yandé
      En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

      Merci Kôrô Yam, tu aurais pu PM car tu viens de donner au Ministère de la promotion de la femme et du genre sa lettre de cadrage. ça c’est un véritable tableau de bord mieux que mes djandjobas et autres jérémiades "Tout le monde prédit du mal à BC".
      Nesto, pardon il faut prendre en compte ce que Kôrô vient de dire et tu pourras t’en sortir. Le volet laisse aux structures habilitées ; ça c’est pas ton job. Il faut travailler avec les autres ministères pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie des femmes.

      Répondre à ce message

      • Le 28 juin 2014 à 02:43, par Citoyen libre
        En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

        Kôro, vous faite de l’exagération, avec beaucoup d’appréhensions. Si vous suiviez l’actualité de ce ministère vous auriez du savoir que ce département travaille pour les femmes. Quelques rappels pour vous éclairer :
        -  savez-vous que l’opération 100 000 charrues piloté par le MASA et dont 50% doivent revenir aux femmes est une initiative du ministère de la promotion de la femme et du genre, une initiative exprimée à l’endroit du Chef de l’Etat lors du 1er forum national des femmes tenu à Bobo en 2008 et à laquelle le président du Faso a répondu favorablement ?
        -  savez-vous que le MPFG a organisé courant décembre 2013-janvier 2014 des ateliers d’informations dans toutes les régions pour d’une part davantage expliquer le programme aux femmes et les amener à souscrire, et d’autre part inviter les autorités locales de respecter le quota de 50% pour les femmes ?
        -  savez-vous que le 6 mars 2014 à Banfora, Madame la Ministre a dit de vive voix au Chef de l’Etat que contrairement à ce qui était prévu, que le bilan à mi-parcours fait état de ce que 48% des charrues sont revenus aux femmes au lieu de 50%. C’était en direct à la RTB (radio et télé). Madame la Ministre pouvait-elle avoir ces données si son département n’avait pas fait le suivi de l’opération ?
        -  savez-vous que le MPFG a mis en place des cellules pour la promotion du genre dans tous les ministères et institutions publiques et que ces cellules sont dirigées par les Directeurs généraux des études et des statistiques sectorielles, ceux-là mêmes qui ont la charge de la planification dans les ministères ? Que ces cellules veillent à ce que le genre et les femmes soient pris en compte dans les actions de leurs ministères ? que tout récemment, chaque ministère et institution a rendu compte au MPFG (à la demande bien entendu du MPFG) de ce qu’il fait en matière de prise en compte du genre et des femmes dans ses activités ?
        -  toutes ces activités du MPFG, la presse en a fait échos. ET pour vous aider dans la vérification, allez par exemple sur le site du MPFG (www.mpf.gov.bf) et tapez par exemple « opération 100 000 charrues » et vous verrez que ce ministère fait ne dort pas et travaille en synergie avec les autres ministères, et même plus !
        -  un petit conseil : ayez souvent cette attitude quelque peu journalistique d’aller à la source avant de vous…
        Du courage, pour des critiques constructives et fondées !

        Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 19:14
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Merci pour vos nombreux efforts ! Cela justifie toute l’utilité de la mesure

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 19:18, par pierre franfu
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    En toute franchise,nous admettons les efforts multiples que vous abattez.continuez ainsi,nous sommes avec vous !courage et bon travail.nous sommes a 100% avec le régime Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 19:29, par l’imbattable
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Nous saluons cet courage et cette détermination de Nestorine Sangare,et merci pour tout ce qu’elle fait pour la gent féminine au pays des hommes intègres.Tous doit contribuer a l’émergence de notre cher patrie le Burkina qui il faut le dire qui regorge en son sein des femmes plus que des hommes,il faudra mettre alors cette main d’oeuvre en pratique et l’initiative du ministre de la promotion est la bien venu si on peut le dire ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 19:49
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Cela ressemble à une usine à gaz pour enfumer tout le monde. Avez-vous évalué d’autres fonds que vous aviez mis en place dans le passé avant de vous lancer tête baissée avec ce nouveau fond ? Je suis désolé mais si une femme entrepreneur vient demander jusqu’à 50 millions de F CFA sans aucune garantie, c’est qu’il y a forcément problème quelque part ! Bref, on ne doit pas se précipiter à créer un fond pour le plaisir d’en créer un mais encore aurait il fallu faire une étude sérieuse sur la question des femmes entrepreneuses dans ce pays. On est presque sûr que la majorité des crédits ne sera pas remboursée car c’est de l’opportunisme comme pour les soit disants militants au stade du 4 aoùt qui ont empoché leur argent, regarder les vedettes et partir dès que les discours du CDP ont commencé.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 20:04, par Pr
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Il est trop tard, tous ceci c’est de l’achat de conscience, mais ca ne marchera pas ! Ce que nous voulons c’est le changement. Nous allions prendre cet argent, mais nous allions vous dégagé. Toutes ces manigances ne marcherons pas ! Nous allions vous balayé !!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 21:18
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Mme la ministre, merci pour tous ces détails et courage à vous dans la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 22:01
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    ça c’est concret, clair et net ! je demande aux politiciens de laisser les femmes bénéficier de ce fond avec l’engagement de rembouser ; Salif qui a dit de prendre qu’ils font annuler une fois au pouvoir, c’est irresponsable ; ce n’est pas comme ça qu’on va apprendre aux femmes à bien gérer leur boite ; quand on prend un crédit on rembourse ; c’est une question d’honneur et de respect ! Mme Sangaré chapeau !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 22:38, par Ka
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Madame Nestorine, vous n’êtes ni économiste ni un gestionnaire attitré, mais une pilleuse de la caisse de l’état pour votre plaisir et non ce qui est mieux pour le peuple : rappelez-vous de votre prétention à Banfora pour s’amuser avec vos camarades ? Une journée qui a coûté des millions, uniquement que pour vous amuser en groupe, si vous ne pouvez pas gérer 5 milliards, vous demandez les 14 milliards pour votre gosier. SVP, permettez l’alternance pour que des vrais économistes et des vrais gestionnaires prennent la caisse de l’état pour faire avancer notre pays. Regardez vos Joux aujourd’hui, et ceux dont il y a quelques temps ? Pensez à vos camarades qui peinent dans les boulevards et dans les villages pour vendre du ganyoré afin d’avoir un repas par jour.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juin 2014 à 20:39
      En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

      Et toi Ka, tu es économiste ? Et puis ça veut dire quoi économiste ? Le PM n’est pas économiste mais tu peux dire qu’il fait moins le travail que les Tertius et autres Issouf Ouédraogo ou Roch ? Tu racontes du n’importe ! Sache qu’on n’a pas besoin d’être économiste pour bien diriger un ministère ; si tu suis l’actualité, tu auras vu que des banques dirigées par des économistes reconnus ont fait faillite et il a fallu que des non économistes interviennent pour les sauver ! La BND, la CGP, SIFA ont été gérés par des économistes mais ça fait faillite !
      Si tu as des critiques objectives à faire à la ministre, prend ta plume et écris courageusement un article que tu envoies à Fasonet qui va publier avec ton nom en bas ! Sinon, fiche lui la paix !

      Répondre à ce message

      • Le 28 juin 2014 à 12:58, par Ka
        En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

        Bien vu, c’est pourquoi notre pays est toujours le dernier au classement mondiale depuis que le CDP est au pouvoir avec des distributions de postes de responsabilité a des personnes incompétentes et non qualifiés. Pour Gérer un ministère de cette importance, il est normale de le confier a une personne de formation adéquate et un bagage intellectuelle avancé. Je connais ta Nestorine plus que tu crois, alors restons là.

        Répondre à ce message

        • Le 28 juin 2014 à 15:07, par ais
          En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

          Ka, tu connais le bagage intellectuel de la ministre ? Tu crois que tu es plus intelligent que la ministre ? Je ne la connais plus que n’importe quel Burkinabè, mais j’ai lu qu’elle a fait des études au Canada sur les femmes et qu’elle était consultante sur les questions liées aux femmes ; c’est pourquoi Tiao l’a prise dans son gouvernement ; maintenant si tu sais qui elle est ; dis le pour que l’opinion burkinabè le sache.
          Pour revenir à ton affaire d’économiste, tu fais fausse route ; Lula, l’ancien président du Bésil était syndicaliste et il a fait du bon boulot ; Giscar est un économiste, mais il a fait du mauvais boulot en tant que président en France ; Thomas Sankara n’était pas économiste, mais il a bien géré l’argent du Burkina ! Alors ne raconte pas n’importe ! Je suppose que tu es économiste et tu veux qu’on t’appelle pour diriger un ministère ; si c’est ça dis le et vas voir Blaise lui proposer tes services

          Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 23:05, par ZIZA
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Felicitations et du courage madame la Ministre ! Il est vraiment temps que l’on quitte les activités remuneratrices de revenus pour se tourner vers le vrai entreprenariat pour les femmes.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 23:09, par Celine ouedraogo
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    vriment madame, la creation du fonds d’appui à l’entreprenarif feminine serait un ouf de soulagemnt pour nous les femmes. quant à la présente opéarion, elle est salutaire meme s’il est visible que les 5 milliars seront insuffisants

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2014 à 23:47, par l’orpailleur
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Nestorine la choucroute du régime. c’est toi encore !!! le cdp a dit aux femmes que c’est l’argent de blaise et toi, comme tu sais chanter les louanges du chantal et de son mari, on t’envoie pour dire aux femmes que blaise ne peut pas financer les projets. le mechant meurt toujours de son propre poison. les femmes sont déçues de ton blaise. vous pensez que le bon Dieu va vous accompagner dans votre cruauté ? au contraire, Dieu donne toujours longue vie à l’opprimé pour qu’il voit comment il va punir son oppresseur. toi, blaise tu étais fils de paysan, tu mangeais à peine quand tu étais enfant. Dieu a vu en toi un esprit éclairé capable de protèger la veuve et l’orphelin et t’a élévé au rang de chef d’etat. aujourd’hui tu veux renier ce Dieu et tu te prends toi même pour Dieu et ton frère françois se prend pour demi Dieu. vous faites des veuves,des orphelins et des affamés. voilà !! le moment est venu. vous allez payez tout ça devant le peuple de Dieu. c’est pourquoi Dieu endurci vos coeur pour vous faire payer.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2014 à 09:04, par La vérité
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    "Ce n’est donc pas un crédit destiné à tout le monde mais plutôt à un public cible intermédiaire. Il est destiné aux femmes qui ont déjà leurs activités mais qui ont besoin de coup de pousse sous forme d’investissement ou de fond de roulement pour développer davantage leur entreprise". Bien dit mais il fallait informer vos maires et autres du CDP de cette condition car j’image les frustrations que cela va engendrer. Des femmes ont dépensé des milliers de franc pour le montage de leur projet, abandonné leur occupation pour aller s’aligner en attendant leur tour juste pour déposer. D’autres ont fait des déplacement pour aller déposer. Imaginons une femme qui quitte Sindou pour aller Banfora déposer parce que tout simplement le maire et autres ténors du CDP leur ont dit que c’est de l’argent mis à la disposition de toutes les femmes. Madame la ministre, la gestion de ces fonds risque de créer plus de problème au CDP. Pour ma part, je pense qu’une réduction des enveloppes financières serait nécessaire afin d’éviter des frustrations ( de 2 million à 200 mille). Là beaucoup de femmes auront et cela réduira les frustrations. Sinon l’opération a permis d’appauvrir les femmes.
    Une vendeuse de galette peut devenir opératrice économique mais si vous voulez qu’elle fasse quelque chose avant de l’aider mais elle va démarrer avec quoi.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2014 à 10:36, par Touba
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Madame le Ministre, lors que j’observe les fiches de demande, je n’aperçois pas toutes les analyses que l’on peut faire des critères de choix. A vrais dire, je pense que je ne donnerai aucun sous à quelqu’un qui me présente un projet d’entreprise sous cette forme a moins que je ne veuille faire de l’humanitaire c’est à dire cadeau. La femme qui à besoin de 50 millions a quelle difficulté avec les banques si son projet est bancable et qu’elle peut rembourser. La seule différence donc avec vous s’est le taux d’intérêt. Si vous me parlez de garantie je pourrai accuser le gouvernement de légèreté coupable ou distribution de nos contributions sans évaluation du risque lié au recouvrement de ce "crédit". Il était bon à mon avis de passer par les Institutions de Micro-Finances avec lesquelles vous allez discuter des conditions. Ces IMF sont dans leur domaine et peuvent nous assurer le retour du crédit afin le fonds puisse servir d’autres femmes qui n’auront pas eu la chance d’avoir de financement à l’étape actuelle. Sans rancune, je soupçonne une distribution d’argent à des amis et autres à des fins de campagne sans se soucier du recouvrement.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2014 à 10:53, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    (WEBMASTER, met mon post sans hésitation ni murmure. Si tu ne le fais pas, sache que tu ne rends pas service à NESTORINE et elle va continuer dans les NESTORINADES puisqu’ici je lui donne des idées et des orientations en critiquant les incapacités de son ministère. Donc met mon post).

    - Madame le Ministre de la Promotion de la Femme et du Genre, moi YAMYÉLÈ, je suis un Agriculteur, pas un cultivateur. Donc, il y a certaines choses qui m’intéressent et que j’observe sur le terrain. Par exemple, votre collègue Monsieur Mahama ZOUNGRANA, Ministre de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire a mis en œuvre une politique d’équipement des femmes en charrues et charrettes à très faible coût. Madame la Grande Ministre, avez-vous un seul jour approché votre collègue pour avoir la situation de cette opération ? L’avez-vous concerté une seule fois pour voir comment assurer un suivi conjoint de l’utilisation de ce matériel ? Voilà là où vos fameuses directions régionales désœuvrées devraient s’investir avec celles régionales de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire ! Madame la super Ministre, avez-vous parlé avec votre collègue des Ressources Animales et des Halieutiques, Mr Tinga Jérémie OUÉGRAOGO ? L’avez-vous approché pour savoir quelles actions conjointes vous pouvez mettre en œuvre en direction des femmes pour diminuer leur pauvreté ? Savez-vous que l’élevage à cycle court est celui à même de sortir une masse critique de femmes de la pauvreté que ce soit en ville ou en campagne chez nous ici ? Lors de vos fameux Conseils de ministres, à la pose, vous pouvez au moins lui tapoter à l’épaule et lui dire : ‘’Alors Tinga ? Que pouvons-nous faire ensemble pour les femmes ? On en parle en début de semaine prochaine ?’’. De tout ça, rien ! Seulement des jamjobas et des festivités !!!!! Avez-vous approché le Ministre de la Santé, Mr. Léné SEBGO pour voir comment votre ministère pourrait contribuer en partenariat avec le sien pour sensibiliser les femmes à l’hygiène, aux soins maternels et infantiles, à la couverture vaccinale des enfants pendant les 5 premières années de leur vie ? Je pourrai en parler à n’en pas finir tellement il y a du boulot pour votre ministère ! Et c’est par cela que la position de ministère transversal s’exprimerait comme le Genre lui-même. Vous ne savez pas travailler Madame ! Vous avez créé des directions régionales mais elles sont dépourvues de tout pour fonctionner. Les Directeurs et Directrices n’ont rien comme budget et sont obligés de quémander avec les ONG et projets pour pouvoir faire ’’quelque chose’’. Vous avez fait une structuration du niveau national jusqu’aux communes pour des concertations dans le cadre du Genre, mais aucun niveau de cette instance ne marche et sur le terrain, certains ignorent simplement leurs rôles. Il y a un FCG (Fonds Commun Genre) mis en place par les PTF pour financer des projets dans le Genre et vos agents sont incapables de chercher une synergie d’action avec ce Fonds. Au lieu de chercher une synergie avec ce fonds déjà existant, vous créez parallèlement un FNG (Fonds National Genre) et comme par compétition ou complexe d’infériorité, vos agents crient partout : ’’Si le FNG est fonctionnel, le FCG va se dissoudre dedans. Il ne peut pas avoir 2 fonds sur le même thème !’’. Quelle petitesse d’esprit ! Vous ignorez que le FCG est un outil des bailleurs de fonds qui l’alimentent avec leurs fonds. Et le vôtre, le FNG ? Comment l’alimentez-vous pour qu’il soit jusque-là vide ???? Vous devriez vous adosser sur le FCG pour faire démarrer le FNG et créer des synergies avec le FPDCT et d’autres fonds existants sur le terrain. En plus, votre manque d’idées et de flair vous a fait manquer une occasion car le fonds dit ’’Fonds Blaise’’ par le CDP pour financer les projets des femmes devrait être capturé par vous pour commencer votre fameux FNG. Mais rien ! Madame la ministre manque de flair et de vigilance, et au dernier moment vous vous affichez pour expliquer ! Mais expliquer quoi encore puisque les politiciens vous ont largement devancé ! Madame la super Ministre, vous manquez d’idées et d’initiatives et la tyrannie que vous avez instaurée comme mode de gestion du personnel a fait que toutes les bonnes idées se sont tues dans votre ministère, laissant seuls les griots chanter telles des alouettes autour de vos oreilles ! Prenez-moi comme consultant et payez-moi grassement et je vous largue plein d’idées toutes faisables les unes les autres et sans avoir besoin de budget faramineux !
    NB : Moi je ne fais que critiquer, même de manière acerbe en donnant aussi des idées et des orientations dans mes critiques. Il faut qu’on critique ceux que nous appelons ’’nos dirigeants’’ afin qu’ils s’améliorent. L’idée de Ministère politique a envahi Madame et donc techniquement, elle ne sait plus que faire. Pourtant il y a plein de choses à faire par son ministère !!!!!!! Madame ignore que son ministère n’est pas celui de l’article 37, un ministère vide de sens et de contenu !!!!

    Par Kôrô Yamyélé piannn de piennn !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2014 à 19:50, par Sans Aucune Rancune
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Décidément c’est maintenant que la nouvelle tombe comme un couperet pour signifier que les 5 milliards ne sont pas destinés à toutes les femmes.Pour qu’une femme puisse entreprendre,il faudrait d’abord financièrement l’épauler.Mais si l’on exige qu’elles exercent une activité,alors il restera toujours une bonne frange de femmes qui resteront toujours pauvres.Et celles qui se seront ruinées pour espérer bénéficier de ce projet,quelle ne sera leur déception de s’en savoir exclues.C’est vraiment dommage ce retard de communication qui épargnerait certaines femmes de se dépouiller du peu de leurs ressources financières.Il y aura beaucoup de femmes frustrées.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2014 à 09:12, par Ka
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Cher anonyme derrière son ordi on peut tout dire sans réfléchir loin, je ne suis pas un économiste ni un banquier, un simple Burkinabé Lambda plus près de vous. Excusez-moi, mais il faut dire un chat un chat, lors de la festivité de la journée internationale de la femme a Banfora, Nestorine a dilapider des millions de francs dans la caisse de l’état pour faire la fête avec des invité trier sur volet. Ce jour dans mon village à 10 km de Banfora, une femme était mourante par manque de moyen de transport pour aller faire un césarienne et surtout manque de matériels dans un centre médicale plus proche, plus tard nous avons appris que l’enfant est décédé à l’accouchement.
    L’argent utilisé pour cette fête pouvait équiper 10 centres médicaux, construire 10 écoles, et subvenir au besoin des villageois qui meurent de faim. Si j’étais a sa place c’est dont je ferai avec cet argent, ‘’’’’faire ce qui est mieux pour le peuple et non faire mieux pour ce qui est pour un seul individu ou pour soi-même.’’’’’ Les emprunts dont nous parlons en ce moment, pour l’obtenir, je parle des 14 milliards qu’elle demande, il vous faut présenter sa carte de CDP. Le Burkina est un village, et nous nous connaissons tous, Nestorine n’a pas de qualification pour son poste.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2014 à 12:56, par Ka
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    Cher anonyme derrière son ordi on peut tout dire sans réfléchir loin, je ne suis pas un économiste ni un banquier, un simple Burkinabé Lambda plus près de vous. Excusez-moi, mais il faut dire un chat un chat, Lors de la festivité de la journée internationale de la femme a Banfora, Nestorine a dilapider des millions de francs dans la caisse de l’état pour faire la fête avec des invité trier sur volet. Ce jour dans mon village à 10 km de Banfora, une femme était mourante par manque de moyen de transport pour aller faire un césarienne et surtout manque de matériels dans un centre médicale plus proche, plus tard nous avons appris que l’enfant est décédé à l’accouchement.
    L’argent utilisé pour cette fête pouvait équiper 10 centres médicaux, construire 10 écoles, et subvenir au besoin des villageois qui meurent de faim. Si j’étais a sa place c’est dont je ferai avec cet argent, ‘’’’’faire ce qui est mieux pour le peuple et non faire mieux pour ce qui est pour un seul individu ou pour soi-même.’’’’’ Les emprunts dont nous parlons en ce moment, pour l’obtenir, je parle des 14 milliards qu’elle demande, il vous faut présenter sa carte de CDP. Le Burkina est un village, et nous nous connaissons tous, Nestorine n’a pas de qualification pour son poste.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin 2014 à 15:36, par @LE DUC@
    En réponse à : Guichet spécial d’appui à l’entreprenariat féminin : Déjà 14 milliards de besoins de financements exprimés

    c’est un projet opportuniste et aventuriste mis au point pour payer une fois de plus l’électorat féminin. mais vous les membres du cdp pouvez tout faire, mais sachez que vous êtes à la croisée des chemins.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés