Transparence dans les industries extractives : L’ITIE-BF présente le 3e rapport aux populations de Zabré

lundi 23 juin 2014 à 22h50min

L’initiative volontaire, l’ITIE (Initiative pour la transparence dans les industries extractives) vise à renforcer la gouvernance des revenus issus de l’exploitation des ressources minières, pétrolières et gazières. Le Burkina y a adhéré en 2008 et a été déclaré « pays conforme » en février 2013. Le rapport 2011 est disponible depuis décembre 2013.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transparence dans les industries extractives : L’ITIE-BF présente le 3e rapport aux populations de Zabré

Et comme l’exige l’ITIE, les contenus de ces rapports doivent être partagés avec l’ensemble des citoyens du pays et particulièrement les populations affectées par l’activité extractive. Le secrétariat permanent de l’ITIE-BF a donc initié des sorties de terrain dans une dizaine de communes abritant des sociétés minières pour des séances de dissémination du document. L’équipe chargée de la présentation du document était à Zabré le 20 juin 2013. Là, elle a présenté le document et apporté des éléments de réponse aux multiples questions des participants.

Ce 3e rapport ITIE-BF constitue le premier depuis l’admission du Burkina à la « conformité ». Et, la conciliation des paiements et des recettes du secteur des industries extractives couvrant la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2011 a été conduit par le cabinet Moore Stephens. 18 sociétés minières en phase de production, de construction ou de recherche ont été prises en compte dans ce rapport. L’on retiendra que les sociétés minières ont payé, au titre des taxes, impôts et droits de douanes, environ 109 milliards de francs de francs CFA. Certes, les sociétés minières opérant au Burkina actuellement sont nettement plus nombreuses.

18 sociétés prises en compte

Mais, le consultant a retenu comme seuil de matérialité, les sociétés qui paient au moins 200 millions de francs CFA. Et, ces 18 sociétés paient plus de 98% des impôts, taxes et droits de douanes. L’écart entre les déclarations de paiements faites par les sociétés minières et les paiements reçus par l’Etat burkinabè est de l’ordre de 412 millions de francs, soit une marge d’erreur de 0,36%. Cette marge est acceptable selon la norme ITIE.

Cette activité vise à permettre aux citoyens d’être informés sur les flux financiers entre l’Etat et les sociétés minières au cours de l’année 2011. L’objectif de cette tournée est donc de divulguer et de disséminer le contenu du 3e rapport ITIE-BF couvrant l’année 2011 et relatif aux paiements et aux recettes, issus de l’exploitation des ressources minières.

Cette 1ère sortie a été une satisfaction

Au-delà de l’information et des échanges, ces sorties de terrain devraient permettre de sensibiliser les populations des zones abritant des mines de bien s’imprégner des exigences de l’ITIE et de la nécessité pour elles de se mobiliser pour une mise en œuvre participative de l’initiative.

« Cette rencontre nous permet d’avoir une idée sur ce que peuvent gagner les communes et l’Etat, quels sont les droits des populations concernées », précise Victorine Boussim, chargée de communication à la mairie de Zabré.

« La première sortie de dissémination du 3e rapport ITIE dans la zone minière de Youga précisément à Zabré a été une satisfaction. On avait des inquiétudes au départ parce que l’heure annoncée aux participants à la rencontre n’a pas pu être respectée pour quelques contraintes que nous avons eues à Tenkodogo. Néanmoins, les participants nous ont attendus. On n’a pas eu le nombre total de personnes qu’on voulait mais on a eu le maximum et on a pu délivrer notre message, c’est-à-dire présenter le rapport, discuter avec les participants qui sont venues des villages environnant de la mine, l’administration publique et les représentants de la société civile », soutient Sidiki Guiré, chargé des rapports ITIE et du renforcement des capacités au Secrétariat permanent de l’ITIE.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Nous avons recueilli des propos de certains participants à l’issue de la rencontre.

Abdoulaye Diallo, chef de Youga-Peulh

Ceux qui exploitent la mine de Youga n’ont absolument rien fait pour nous. Au contraire, ils nous créent beaucoup de problèmes. Ils nous ont pris nos pâturages et nos retenus d’eau. Ils nous ont déplacés sans dédommagement. Nous avions fait des cotisations pour forer des puits, et on vient nous déguerpir comme ça, nous interdire l’accès à ces points d’eau. Notre travail, c’est l’agriculture, c’est l’élevage. La recherche de l’or ne nous intéresse même pas. Tout ce que nous voulons, c’est pouvoir exercer ces deux activités sereinement. Et pour cela, il nous faut de l’eau et des pâturages.

Florent Lembi, 2e adjoint au maire de la commune de Zabré

C’est une bonne chose, il y a des choses qu’on ignorait. Nous savons désormais ce qui revient aux communes qui abritent des mines. Si, ça pouvait continuer, ça allait nous aider davantage.
Le maire et moi sommes allés voir les responsables de ma mine parce que les éleveurs de Youga-Peulh ont été déplacés parce que leur domaine faisait partie de la mine. Jusque-là, il n’y a pas de forage pour ces populations déplacées. C’est la mairie qui est en train de chercher des moyens répondre à cette préoccupation des populations.

Kolobandé Kiera, conseiller municipal à Gonsé/Youga

Les responsables de la mine ne veulent pas aider les populations. Donc, ils ne s’entendent pas. Ils ne s’occupent pas des problèmes des habitants du village. Ce qu’ils ont fait, ils ont construit une maternité, une école et collège. On veut qu’ils arrangent la route Youga-Zabré et qu’ils nous aident à avoir de l’eau potable. Comme notre eau est polluée, on souhaite qu’ils nous réalisent des forages ou même des châteaux d’eau pour la population.

Seydou Yabré, habitant de Zabré

L’ITIE, c’est la transparence et c’est ce dont on a besoin. Si on prend l’exemple de la mine de Youga, c’est zéro. La mine de Youga ne s’occupe pas de la population de Zabré. Très peu de jeunes de la localité ont été embauchés par la mine. A Zabré, personne n’est content pas de la mine. Côté social, il faut que la mine revoie sa politique. L’or de Youga est spécial, donc on doit nous traiter spécialement aussi.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 juin 2014 à 20:54, par Alternancier
    En réponse à : Transparence dans les industries extractives : L’ITIE-BF présente le 3e rapport aux populations de Zabré

    On ne fait que parler des impôts et taxes. Mais quid des produits provenant de la vente de l’or ? L’état gagne-t il combien dans la vente de l’or ? Quelles sont les parts d’actions de l’état dans chaque société minières ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2014 à 07:53, par Agathe de David-Native de Youga
    En réponse à : Transparence dans les industries extractives : L’ITIE-BF présente le 3e rapport aux populations de Zabré

    Tout d’abord je tiens a remercier l’ITIE-BF pour le travail abbatu dans un objectif de transparence et d’information de la population. Cependant, je souhaiterais que l’on puisse recadrer certaines informations. La mine est dans la zone de Zabre precisement a Youga et non le contraire. Je rectifie egalement les propos de Kolobande pour dire que la maternite a ete renovee avec le minimum de materiel possible d’autant plus que pour de petites maladies les patients sont toujours obliges de se diriger vers le Ghana ; et pour ce qui est de l’ecole jusqu’a preuve du contraire, ils n’ont ajoute que trois (03) autres classes pour en faire six (06). Donc rien a pratiquement pas change. Aussi, il faut noter que la contribution de la population est demandee pour contruire la mairie. Pourquoi ? Cette contribution devrait etre volontaire et non parce que personne ne veut le faire : les autorites administrative, coutumiere et miniere refusent de faire le necessaire pour contribuer a l’amelioration du niveau de vie des populations. Que dire de la securite et de l’etat de la voie Youga-Zabre ? Nous avons peur d’aller a Youga du fait du manque de securite. Nous avions un beau village mais a present tout est pollue et rien est fait pour aider les villageois. Alors, il est plus que temps que l’on se penche sur de vrais projets durables pour les jeunes. Dites-nous, que deviendra Youga apres la mine ? Une seconde MINE POURA. CORRUPTION QUAND TU NOUS TIENS !!! Je prefere etre succinte car il ya tant de choses a dire concernant la mine de Youga.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés