Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Premier Congrès Ordinaire de l’UPC : Le discours de clôture de Zéphirin DIABRE

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 23 juin 2014 à 23h19min
Premier Congrès Ordinaire de l’UPC : Le discours de clôture de Zéphirin DIABRE

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a tenu ce week-end son premier congrès ordinaire qui a vu la reconduction de Zéphirin DIABRE à sa tête. Nous vous proposons l’intégralité du discours de clôture de ce congrès. Document

Mesdames et Messieurs les représentants des partis politiques des pays frères et amis,

Mesdames et Messieurs les responsables des partis politiques de l’Opposition Politique,

Mesdames et Messieurs les responsables des partis politiques de la Majorité,

Mesdames et Messieurs les représentants des missions diplomatiques et des organisations interafricaines et internationales,

Mesdames et messieurs les représentants des organisations de la société civile,

Autorités civiles, coutumières et religieuses,

Chers amis de la presse,

Distingués Délégués venus des provinces,Mesdames et Messieurs les Congressistes,

Militantes, Militants, sympathisants de l’Union pour le Progrès et le Changement,

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs,

Au nom des instances dirigeantes de l’Union pour le Progrès et le Changement, je voudrais à nouveau vous souhaiter à toutes et à tous une chaleureuse bienvenue dans cette enceinte de la maison du peuple, à l’occasion de la cérémonie de clôture du premier congrès ordinaire de notre parti.

D’emblée je tiens à noter combien votre fidélité et votre soutien à notre parti, se traduisent par la double présence de beaucoup d’être vous, partis politiques nationaux, délégations étrangères, déjà venus à l’ouverture, à nouveau ici à cette clôture.

Au-delà de la grande marque de considération que cela indique, j’y vois un intérêt fort pour le contenu de nos travaux, et une attente aussi forte pour les conclusions qui en sortiront et dont le déroulé dans les années à venir, constituera le vécu quotidien de notre parti.
A tous, nos remerciements et notre reconnaissance.

Chers camarades,

Trois jours durant, répartis en quatre ateliers, vous avez visité laborieusement les différents chantiers qui vous ont été soumis. Pour en avoir été parfois le témoin, je sais que les débats ont été animés mais enthousiastes, parfois longs mais toujours riches, nourris par le souci constant qui vous a habités, d’offrir le meilleur à notre parti.

Vous avez examiné à la grande loupe le rapport d’activités du bureau politique national. Votre jugement est pertinent. Vos recommandations sont encore plus pertinentes. La direction politique fera de son mieux pour éviter à l’avenir les insuffisances que vous avez notées. Elle s’engage à mettre en œuvre les recommandations que vous avez formulées, et dont un premier examen révèle combienelles contribueront grandement à renforcer notre parti.

Mes chers camarades,

Le deuxième grand chantier que vous avez examiné, c’est celui de nos textes fondamentaux. Brillamment enrichies par les différentes contributions qui puisent leur source dans votre expérience de terrain, les statuts et le règlement intérieur qui régiront désormais notre organisation, seront des outils puissants et des sentinelles indomptables de notre gouvernance.

Il est impérative que sans aucune perte de temps, que la mise en place de structures se poursuive et s’approfondisse. Nos comités de base seront plus larges, nos sous sections plus diversifiées, nos sections plus fortes et nos fédérations plus fédératives.

Mais plus que la mise en place formelle, c’est l’animation et lefonctionnement qui ferons la différence. C’est pour cela que j’exhorte tous nos cadres, tous nos responsables de comités de base, de sous-section, de section et de fédération, à vivre en véritables animateurs de leur espace politique, à rassembler, à prêcher, et à convaincre le plus grand nombre.

En application des nouvelles dispositions statutaires, il vous a plu d’élire de nouveaux organes dirigeants, un Bureau Politique National et un Secrétariat Exécutif Nationale.

Je salue d’emblée l’excellent travail de rénovation, de rajeunissement et de féminisation de notre parti que vous venez ainsi d’accomplir, en droite ligne avec la vision politique de la direction du parti, et le souhait fort de notre base.

L’UPC dispose désormais d’une nouvelle armée de jeunes et de femmes, prêts à diriger son combat.

Vous avez aussi procédé à un ravalement technique et à une professionnalisationde nos statuts, en réponse au souhait formulé par la direction, qu’en plus de continuer à être un parti contestataire indomptable, nous soyons de plus en plus gestionnaire, pour être techniquement prêts à servir l’alternance et le changement.

Tous les membres du nouveau Bureau Politique National et du nouveau Secrétariat Exécutif National se joignent à moi pour vous remercier très sincèrement, pour la grande marque d’estime et de confiance que vous venez de manifester à notre endroit.

Beaucoup plus que des honneurs dont il faudrait se vanter, nous recevons ses nouvelles responsabilités, non pas comme des honneurs dont il faudrait se vanter, même comme un sacerdoce dont il faut souffrir.

J’exhorte les responsables des différents secrétariats à se mettre rapidement au travail, pour préparer notre parti à ses combats futurs, et mériter la confiance qui vient d’êtreainsi placée en eux.

Mes chers camarades,

Ce congrès revêt déjà pour nous un caractère historique, parce que vous avez proclamé haut et fort votre appartenance à la grande famille libérale, et plus précisément au social-libéralisme.
Notre vision de la politique, de l’économie, et de la société se nourrit de la force de nos convictions et de la philosophie qui les guident.

Pour nous, le moins mauvais système politique qui soit, pour reprendre une expression qui traine dans beaucoup de bouches, c’est celui de la démocratie libérale, celle de la liberté de pensée, d’association et d’action dans le cadre de lois justes ; celle de la confrontation libre des idées et opinions ; celle des élections libres, pluralistes et transparentes ; celle de la séparation rigoureuse des pouvoirs ; celle de l’égalité des citoyens devant la loi. Nous sommes heureux de constater, qu’après avoir expérimenté plusieurs formes de systèmes politiques, dont il appartient du reste aux historiens et autres analystes de dresser les mérites et les insuffisances, la démocratie pluraliste, la démocratie libérale est devenue l’aspiration des peuples à travers le monde, et c’est au nom de la liberté de vivre, d’être et de choisir que les peuples organisent les ruptures historiques.

Notre vision de l’économie est celle d’un équilibre intelligent entre l’état et le marché.

Notre pays aux besoins d’un état qui assure la pleine sécurité des citoyens, fournit l’éducation et la santé à tous afin que les uns et les autres aient les aptitudes pour participerpleinement au processus de production, assure l’égalité des chances, protège notre environnement, garantit le libre exercice des libertés, établit les règles de l’économie et corrige les distorsions et les inégalités. Mais notre pays a aussi et surtout besoin du génie de ses entrepreneurs, d’une classe dynamique de gens qui osent et tentent, d’un climat de la liberté d’entreprendre qui est essentielle pour produire, innover et avancer, de la liberté de transaction être acteurs économiques, de l’égalité des opérateurs économiques devant la loi et devant les marchés de l’Etat.

On ne choisit pas être l’état et le marché. On concile l’état et le marché. Dieu merci, c’est ce modèle économique qui est plébiscité, et nous devons être fiers d’en être les porte-drapeaux.

Tout en évitant de verser dans une arrogance mal à propos, nous devons départir de tout complexe.

Nous sommes tous et nous serons tous au service exclusif de notre parti, de ses militants et sympathisants, de ses principes, de ses idées, de sa vision, et surtout, de son intérêt politique.

Si nous avons collectivement créé l’UPC, c’est pour conquérir et exercer le pouvoir d’Etat, et gérer le Faso selon notre vision et nos principes, au service de l’ambition que nous nourrissons pour notre pays. Parce que notre force à nous tous seule ne nous permettra pas de réussir ce challenge, nous comprenons la nécessité tactique, de nouer parfois des alliances. Mais soyez convaincus que jamais, nous ne sacrifieront notre identité, nos principes, notre vision, ni ne renoncerons à notre objectif stratégique telle que proclamé par nos textes fondamentaux.

Chers camarades,

Je suis immensément honoré par votre décision, de me confier à nouveau les rênes de notre famille politique. J’en mesure l’honneur et la servitude. Comme je l’ai indiqué depuis le début, j’ai fait don de ma personne à l’UPC. Autant que mes capacités physiques, morales et intellectuelles le permettront, et aussi longtemps que votre confiance me sera accordée, je n’économiserai aucun effort pour mériter votre confiance, et faire demain de l’UPC, la première force politique de notre pays.

Comme vous j’ai le regard rivé sur notre objectif. J’ai à cœur notre ambition commune. Dès que les lampions de nos assises éteints, le combat va reprendre. Il va reprendre dans le cadre de l’UPC, tant beaucoup reste à faire.

Il va reprendre aussi dans le cadre de l’Opposition, avec notre combat à tous cotre les organisateurs de référendum pour des pouvoirs à vie, qui sont obligés d’utiliser la musique et les vedettes pour réunir la jeunesse.Hier comme aujourd’hui, nous allons même ce combat avec constance et détermination.

Notre congrès s’est terminé dans la même ambiance doublement studieuse et enthousiaste dans laquelle il a débuté.Forts de notre enrichissement collectif, nous avons déjà 2015 à l’esprit, année d’alternance, année de changement.
2015, c’est l’année de l’élection présidentielle et le rendez-vous historique de l’alternance. En tant que parti majeur de notre échiquier politique, l’UPC ne peut pas rater ce rendez-vous.

Dans le cadre de l’opposition politique, la question de notre stratégie commune sera bientôt déjà tranchée.

Pour nous préparer décisivement au combat, nous nous réunirons bientôt en congrès extraordinaire, pour désigner notre candidat, et décliner notre projet social libéral pour le Burkina Faso.

D’ici là, à vous tous venus des quatre coins du BF pour donner un nouvel élan à notre parti, à tous les congressistes qui représentent fièrement l’UPC à travers le monde, je souhaite un bon retour à la maison, tout en vous sachant prêts, engagés, déterminés pour les combats futurs.

Sur ce, je déclare clos le premier congrès ordinaire de l’Union pour le Progrès et le Changement.

Ouagadougou le 21 Juin 2014

Je vous remercie

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
Marche du 29 novembre 2018 : Paul Kaba Thiéba charge les organisateurs
CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT : Pour un secteur plus compétitif et plus professionnel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés