Enseignement secondaire : le Centre d’études, de recherches et de formation islamiques construit un lycée

lundi 23 juin 2014 à 02h59min

Ce samedi 21 juin 2014, a eu lieu au siège du CERFI (centre d’études, de recherches et de formation islamiques) le lancement officiel de la construction du lycée du CERFI. La cérémonie a été parrainée par le professeur Moussa Quattara, Ministre des enseignements secondaire et supérieur. La construction de ce joyau R+3 est un appui que le CERFI apporte à l’enseignement secondaire.

Enseignement secondaire : le Centre d’études, de recherches et de formation islamiques construit un lycée

« L’érection d’un édifice dédié à la transmission de la connaissance représente pour le CERFI et bien évidemment pour tout musulman, un acte hautement symbolique et une œuvre de portée inestimable pour la société, la nation et l’humanité » a indiqué d’entrée Moussa Nombo, président du CERFI. Dans cette dynamique et après un quart de siècle d’existence, de promotion des valeurs islamiques, le CERFI a opté de « semer les graines d’espérance et de miséricorde d’où le lancement de la construction du lycée du siège ».

La construction du lycée répond également à l’ambition du CERFI d’apporter une contribution positive au développement social, culturel et économique du pays, édifier un lycée de référence à travers un enseignement secondaire général avec des valeurs morales et éthiques, enfin avoir un lycée en outre couplé à l’institut musulman d’enseignement et d’éducation (IM2E).

Le lycée s’appellera « Lycée de l’espérance ». Et c’est un bâtiment R+3 qui va abriter cet établissement. Il comportera au total seize classes, deux blocs administratifs, deux laboratoires, deux salles de bibliothèque, deux salles de réunion, deux blocs de toilette et des aires d’ablutions. La direction sera assurée par une administration type classique et pilotée par un conseil d’administration. Le projet nécessite une somme de 676 123 120 francs et est financé par le CERFI et ses sympathisants à travers la coentreprise.

La contribution des personnes de bonne volonté est la bienvenue. Le parrain a donné sa contribution, qui est d’une valeur de 1 000 000 francs. En rappel, le CERFI a été créé en 1989 et commémore ses 25 ans cette année. Le bilan à entendre le président du CERFI est positif car il a atteint un de ses objectifs majeurs qui est la construction d’un espace spirituel à travers les treize régions du Burkina. « L’augmentation rapide des effectifs dans nos établissements d’enseignement secondaire dans la ville de Ouagadougou constitue une réelle préoccupation et l’initiative du CERFI est citoyenne et je tiens à la saluer à sa juste valeur. Je réitère l’appel des responsables du CERFI à l’endroit de leurs membres, des musulmans de façon générale et à tout burkinabé de se mobiliser pour relever le défi contre l’ignorance et je reste disponible à vous accompagner » a souligné le parrain.

Rosine Kaboré (Stagiaire)

Lefaso.net

Messages

  • WATT MOUSS ! Mr le parrain, quel genre d’enseignement dans ce lycée ? Général,ou religieux ? et en quelle langue ? français, arabe, franco-arabe ? Le lycée est situé où ? Accueillera-t-il tous les élèves de toutes confessions sans discrimination ? En tant que musulman et ministre des enseignements et parrain, vous devez nous répondre et nous situer. C’est plus professionnel. On sait que vous êtes fatigué ; mais on ne veut pas se laisser surprendre par vos petites négligences de mandat. Les détails à temps ;

    • Salam,moi aussi je n’ai pas toutes les info sur ce projet du CERFI,une structure d’intelectuels musulmans,cependant j’ai l’impression,chere dame que vous etes condescendante ds votre interpellation du ministre parrain,comme vs l’appelez.ce n’est pas une bonne manière de se renseigner !!!et en quoi le CERFI serait incapable d’offrir une éducation en langue francaise a la population burkinabè ?Fraternellement

    • jeune dame, vous ne connaissez peut être pas le CERFI, mais ces membres sont des fonctionnaires, des cadres de l’administration burkinabé. Ils savent très bien quel type d’enseignement donner à leurs jeunes frères et aux enfants de la nation. Mr Moussa Ouattara est parrain parce qu’il est ministre de l’enseignement secondaire. Et même si c’est parce qu’il est musulman, ou est le problème ?
      L’école classique n’est pas parfaite, elle ne tient pas compte de la dimension spirituelle et même culturelle des élèves. Il est tout à fait normale qu’au delà du programme officiel chaque confession religieuse apporte sa petite retouche.

    • merci de rectifier que l’établissement se nomme le lycée de la prospérité et non de l’espérence, Mme la journaliste. jeunedame seret, merci de l’intérêt que vous accordez au projet du CERFI dont je suis membre. c’est un établissement confessionnel où sera dispensé le programme officiel de l’enseignement général comme il en existe déjà.
      il est ouvert à tout burkinabè sans distinction de religion, de couleur. l’Arabe, l’instruction religieuse musulmane sera naturellement dispensé. le CERFI veut former mais surtout éduquer les burkinabè de demain.

    • Merci Mme la journaliste de bien vouloir rectifier le nom de l’établissement, il s’agit du lycée de la prospérité et non de l’espérance.Jeunedame seret, je vous remercie de l’intérêt que vous accordez au projet du CERFI dont je suis membre. le lycée de la prospérité est un établissement confessionnel où il sera dispensé le programme de l’enseignement général en vigueur dans les lycées du Burkina. il est ouvert à tout burkinabè sans distinction de réligion ni de race
      l’arabe, l’instruction religieuse musulmane y seront naturellement enseignés. le CERFI veut former et surtout éduquer les burkinabè de demain. il faut surtout éviter les amalgames inutiles, le ministre ne fait qu’encourager les bonnes initiatives sans partie prie. Soyons surtout tolérant.

    • jeunedame seret, il faut bien lire l article avant de poser des questions. je sens la haine dans tn ecrit, sinon qu est ce que le ministre a fait de mal ? accompagner des partenaires a quoi a voir avec son age ?

    • félicitations. On a besoin de telles initiative pour former des élites techniquement compétents et politiquement conscient , en vue d’assurer le développement de notre pays.

    • Que la paix du seigneur soit avec vous cher frère. merci pour ces précisions.
      Pourrais-je savoir où sera situé ce lycée ?

      Cher journaliste du faso.net, prière donner les informations essentielles quand vous mettez un article sur votre site. Bien souvent, vos articles sont assez superficiels. C’est là un appel à mieux faire que je vous lance, ce qui est un devoir pour tous.
      Aujourd’hui, faisons mieux qu’hier !

  • Bonjour !
    Je pense que le C de CERFI est Cercle au lieu de Centre comme defini dans l’article. Le projet est bien. Qu’Allah facilite sa réalisation ! Amine

  • Ma crainte est le constat de la montée islamisto-djadiste. De telle lycée peut servir de porte d’entrée de alqaida dans les pays.
    CAT : ouvrez bien les yeux chers africains !

    • Quand la Banque Islamique de développement finance des projets vous ne craignez pas que ça soit une porte d’entrée des djihadistes ; ignorant que tu es, le CERFI a déjà un complexe à Banfora, l’Islam c’est la paix. il ne faut se borner à ce que tu vois à travers les médias comme l’Islam. Penses tu qu’il y a plus terroristes que les occidentaux. Tu sais combien est l’apport du CERFI déjà dans ce pays ? IL ne faut pas cultiver une haine inutile.Je prie Dieu d’accompagner les promoteurs de cette oeuvre.

  • Chapeau bas au CERFI, bravo, je suis Catholique et membres de la JEC aussi ai je souvent collaborer avec les membres du CERFI a l’université. A travers ce lycée, vous venez éteindre une polémique qui avait cour entre étudiant de l’université de Ouagadougou. Certain soutenant que la communauté musulmane avait un apport très faible dans le secteur de l’éducation au FASO : à peine quelques établissements le plus souvent fonctionnant au ralenti. Un ami musulman avait même fait un écrit pour interpeller les riches musulmans qui se contente de donner du sucre en période de ramadan à construire un grand lycée ou tout les burkinabè pourrait se former. Et ce à l’image des lycée Catholique qui sont des références. Ce lycée, c’est du concret.

    • Jeunne dame seret.excusez moi je pense bien que vous vous trompez bien d’interlocutaire car Ouatt Mouss comme l’appelez n’est pas l’initateur ni le propriétaire du projet encore moins son parrai,il n’est que le parrain de la ceremonie du lancement. Donc prenez votre courragz et aller poser vos questions au CERFI qui est le maitre d’ouvrage et maitte d’oeure. vous aurrez tous les renseignements sur le projet et bien d’autres.

    • C’est une excellente nouvelle. Puisse Allah faciliter la réalisation de cet établissement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés