Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

dimanche 15 juin 2014 à 21h19min

L’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) a tenu ce 14 juin 2014 son premier meeting à la Maison du peuple de Ouagadougou. En tant qu’organisation de la société civile active, l’ODJ veut par cette manifestation prendre toute sa responsabilité face à la situation nationale. C’est la raison du rassemblement de ce samedi 14 juin 2014. Ainsi, elle appelle les jeunes ouvriers, mineurs, paysans, artisans, commerçants, tous les jeunes sans distinction aucune, à une révolution pour parvenir à une amélioration de leurs conditions de vie.

 Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

C’est une ambiance bon enfant qui a prévalu ce jour 14 juin 2014 à la maison du peuple de Ouagadougou. Il est 8 h lorsque les jeunes arrivaient des quatre coins de la ville de Ouagadougou. Mais, finalement c’est à 9h moins le quart que le meeting commença et sera essentiellement de l’animation. Banderoles et pancartes en main, on pouvait lire les inscriptions suivantes : "vive la révolution nationale démocratique populaire", "non aux détournements des fonds publics", "non au référendum, non au chômage des jeunes"… ils veulent ainsi exprimer leur mécontentement au régime en place.

Les manifestants fustigent le pouvoir, en premier lieu le président du Faso car n’étant pas satisfait de la gestion des ressources humaines et financières du pays et exigent le changement. Les crimes commis tels les assassinats de Norbert ZONGO, Dabo Boukary, récemment du juge NEBIE et bien d’autres doivent, à les entendre, être éclaircis et les coupables condamnés.

En rappel, l’ODJ est une organisation patriotique et révolutionnaire née en décembre 2000 dans le feu de la lutte du collectif des organisations démocratiques de masses et partis politiques (CODMPP), suite à l’assassinat du journaliste Norbert ZONGO et ses trois compagnons. Depuis lors, elle s’est engagée à défendre fermement les intérêts de la jeunesse populaire et à lutter avec détermination pour l’avènement d’un changement véritable en faveur du peuple et de la jeunesse populaire en particulier du Burkina Faso.

Elle se fait le porte-parole de tous les jeunes issus de toutes les couches sociales à travers leur plateforme adressée au gouvernement. Les jeunes exigent un appui de l’Etat pour l’apprentissage et la formation, la création de centres de formations, la suppression de l’IUTS et de la TVA sur les prêt bancaires, l’accès aux terres, l’éradication de l’analphabétisme, la suppression de la contractualisation et du volontariat, l’allègement des barrières douanières, la suppression de monopoles de fait, reconnaissance des droits de grève aux stagiaires et élèves des écoles professionnelles etc. Ainsi, l’ODJ compte multiplier les efforts afin de se faire mieux entendre.

Rosine S. KABORE

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 juin 2014 à 06:43, par Robert En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

    Blaise COMPAORE a intérêt à abandonner son idée de référendum et à se retirer tranquillement en 2015 parce que avec l’arrivée de ces jeunes sur le terrain, les choses vont se corser vraiment. La plupart de ces jeunes sont proches du Parti Communiste Révolutionnaire Voltaïque (PCRV). Ce sont des jeunes bien formés et aguerris à la lutte. Quand ceux-là s’engagent, ils ne lâchent rien. A coup sûr, ils vont entrainer avec eux la grande masse des étudiants et des élèves puis qu’ils comptent de nombreux militants en leur sein. L’ODJ est présente dans la plupart des provinces du Burkina, dans les zones minières et la campagne. Très certainement les puissantes organisations syndicales et de défense des droits de l’homme qui ont fait trembler le régime après l’assassinat du journaliste Norbert ZONGO en 1998 vont être de la partie. Le camp de l’opposition au référendum est entrain de se renforcer. Merci et Bravo les jeunes. La bataille va être rude et dure mais nous y arriverons.

    Répondre à ce message

    • Le 16 juin 2014 à 14:19, par pcrv En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

      Bravo de sortir de l’ombre. TIBIRI , tu vois que la clandestinité ne paie pas.Il faut avoir le courage d’assumer ses positions communistes et revolutionnaires officiellement. Cest là où le PCRV a pêché si bien que plus de 36 après sa création, aucun de ses leaders historiques n’a pu se reclamer de ce parti officiellement. Si on cache ou refuse de revendiquer son appurtenance à une structure, comment peut on vehiculer les ideologies et les valeurs prônées par cette dernière ?
      Bon vent à toi André

      Répondre à ce message

    • Le 16 juin 2014 à 20:49, par le woudy En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

      Voila une organisation de la société civile qui n’a encore rien rien compris,ils faut que les uns et les autres comprennent que la mobilisation des jeunes doit se faire dans le seul but de donner la jeunesse cette place qu’il lui faut dans in pays qui est composé majoritairement d’elle.Il ne faut pas qu’on tire encore la jeunesse vers cette opposition qui ne va sans doute pas faire l’affaire des jeunes aucune.

      Répondre à ce message

    • Le 16 juin 2014 à 20:54, par la vie d’un sage En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

      Depuis combien de temps cette organisation de la société civile existe et depuis rien,même pas les jeunes sont au courant de quelque chose alors qu’on prétend que la chose leur est destiné.Cette jeunesse doit savoir qu’elle est la seule a pouvoir changer les choses au pays des hommes intègres,et cet changement doit se faire sans l’opposition.

      Répondre à ce message

  • Le 15 juin 2014 à 11:43, par Ka En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

    La jeunesse est l’avenir du monde et vous en fait partie. La jeunesse à changer les pays comme l’Egypte et la Tunisie avec leur persévérance, leur innocence, et de vouloir changer les choses a été entendu. Vous aussi, vous le pouvez en étant ferme dans vos revendications.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2014 à 10:36, par NELSON En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

    Merci à l’ODJ pour ce premier acte. je pense que la mobilisation doit continuer. il faut que l’ODJ soit plus présente sur le plan national pour porter haut la voix de la jeunesse révolutionnaire dans notre pays.

    Répondre à ce message

    • Le 16 juin 2014 à 15:29, par Le scorpion En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

      Voici des jeunes conscients que pour un changement véritable, il faut la pleine liberté, l’indépendance. Le Burkina Faso ne sera pas épanouit si l’on se limite à une révolution de palais. Il faut chasser l’impérialisme pour pouvoir instaurer les fondements d’un développement qui puissent prendre en compte les intérêts socioéconomiques et culturels des burkinabès. Ces ex-dignitaires du régime de la 4ème république doivent comprendre qu’ils sont autant responsables des misères du peuple que ceux qui y sont toujours et qu’ils devront rendre compte tôt ou tard. Pour l’heure, bravo à l’ODJ pour son engagement et vive la jeunesse consciente, patriotique et révolutionnaire de l’Afrique.

      Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2014 à 15:08, par Ka En réponse à : Société civile et la situation nationale : L’ODJ tient son premier meeting à Ouaga

    A tous les jeunes du Burkina y compris les représentants des partis politique, jeter un coup d’œil sur les messages de l’assassinat du Juge NEBIE ne serait-ce que sur Faso-net et B24 dans 550 messages exprimés par ceux qui peuvent avoir accès a l’internet, 100% condamne le président Blaise Compaoré de lâche et qui assassine sans raison apparente. Sankara Thomas et ses compagnons même s’il a fait des erreurs comme tout être humain ne faisait que son rôle de faire mieux pour son peuple et non pour sa personne, Norbert Zongo ne faisait autre que son travail de journaliste et informer ce qu’il ne fallait pas caché au peuple qui a élu son représentant et veut la franchise de la part de ce représentant, NEBIE était inoffensifs et refusait un conseil constitutionnel qui se tournait vers un referendum de farce. Soutenir se représentant meurtrier par plaisir et qui veut s’éterniser au pouvoir est être criminel comme lui. Soutenir un président c’est soutenir les bonnes actions que ce dernier fait pour ce qui est mieux pour le peuple, le président du Faso après tous ces crimes qu’il assume sans remord ne mérite plus le respect de tout le peuple Burkinabé. Les rues et les meetings seront la seule arme des Burkinabé pour que l’alternance naisse au pays des hommes intègres. Jeunesse Burkinabé, l’avenir du Burkina est dans vos mains et non celles d’un assassin.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés