Centre hospitalier universitaire Souro Sanon de Bobo : Des efforts du gouvernement seraient méconnus du grand public

vendredi 6 juin 2014 à 12h34min

Le gouverneur de la région des Hauts-Bassins a présidé ce mercredi 04 juin 2014 une conférence de presse portant sur l’hôpital universitaire Souro Sanon de Bobo. Assisté entre autres par le directeur régional de la santé et le directeur général de l’hôpital universitaire, les conférenciers se sont exprimés sur des difficultés de l’hôpital. Egalement, ils se sont exprimés sur les efforts que le gouvernement a consentis envers Souro Sanon.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Centre hospitalier universitaire Souro Sanon de Bobo : Des efforts du gouvernement seraient méconnus du grand public

« …Ceci dit, le sujet qui nous réunit est à la fois sensible et d’actualité car il s’agit de la question de santé, notamment de la situation du Centre hospitalier universitaire Souro Sanon (CHUSS) de Bobo-Dioulasso. Comme vous le savez, la santé constitue une préoccupation majeure des populations et la qualité des soins reste une quête permanente en ce sens que tout effort en la matière n’est jamais à la hauteur des attentes », ceci est un extrait de la déclaration liminaire du gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Joseph Nébilma Bakouan. Partageant le présidium avec le président du conseil régional, le Dr Alfred Sanou, le Directeur régional de la Santé Yacouba Savadogo, le directeur général du Centre hospitalier universitaire Souro Sanon, Kiougou Bamogo…, Joseph Nébilma Bakouan et ses collaborateurs ont effectivement échangé avec les hommes de médias sur la situation qui prévaut dans l’hôpital universitaire Souro Sanon. Sous le feu des projecteurs depuis des années et encore plus depuis le sit-in et la marche du Balai Citoyen, Souro Sanon s’est donné pour mission de communiquer pour mieux se faire comprendre. Car à entendre les premiers responsables, beaucoup d’efforts du gouvernement envers Souro Sanou restent inconnus des populations. Ainsi, depuis 2012 et suite à une instruction du Premier ministre,B eyon Luc Adolphe Tiao, une opération de relèvement du plateau technique de Souro Sanon est en vigueur. A terme, cette opération coutera 4 à 5 milliards de nos francs. Pour la seule année 2014, le directeur de l’hôpital dit avoir bénéficié d’un investissement de 800 000 millions de francs CFA. Entre autres projets, il est prévu la création d’une unité de dialyse dans l’établissement.

A propos du manque de personnel et de la communication

Pour le grand public, les médecins du Centre hospitalier universitaire Souro Sanon sont presqu’intouchables. Pour expliquer l’absence ou du moins les difficultés d’accès aux médecins, le directeur régional de la santé et le directeur de Souro Sanon ont évoqué les exigences professionnelles de leurs collaborateurs. Pour la plupart des hospitalo-universitaires, c’est-à-dire enseignants d’université, médecins et chercheurs à la fois, les « docteurs » partagent leur temps entre plusieurs institutions. Ci-fait que le temps qu’ils consacrent à l’hôpital est largement inférieur aux attentes. Aussi, la rareté des spécialistes est un handicap pour Souro Sanon. Des compartiments entiers sont inexistants ou fonctionne au ralenti à cause de l’absence des spécialistes. A l’imagerie par exemple, Souro Sanon a été abandonné par deux de ces trois intervenants. Laissant cette section dans les mains d’un seul hospitalo-universitaire. En ce qui concerne la communication, le conseil d’administration de l’hôpital envisage la création d’un service de communication pour répondre aux besoins.

L’hôpital doit être le dernier

Construit dans les années 1920 pour une population d’environ cent mille (100 000) personnes, l’hôpital de Bobo couvre actuellement une population estimée à cinq millions (5 000 000) de personnes. Pour répondre à cette nouvelle donne, le directeur régional de la santé a laissé entendre que le gouvernement a opté pour le décongestionnement de Souro Sanon. Ainsi, en plus de l’augmentation de l’offre de service dans cet hôpital par de nouvelles constructions, le gouvernement burkinabè a construit des Centre médicaux avec antenne chirurgicale (CMA) et des Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) à Bobo-Dioulasso et dans ses environs. Pour le directeur régional de la santé ces centres devraient être la « porte d’entrée du système de santé ». Malheureusement, c’est avec regret que ces responsables de la santé constatent que l’hôpital est bondé de malades dont les cas auraient pu être traités dans des CMA ou dans des CSPS. Appel est donc lancé à la population de faire de Souro Sanon le dernier recours en cas de maladie

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés