Disparition du juge Salifou Nébié : Le procureur général parle d’homicide et lance un appel à témoins

lundi 2 juin 2014 à 00h51min

Sur le plateau de la télévision nationale le 31 mai 2014, le Procureur près la Cour d’Appel de Ouagadougou, Wenceslas Ilboudo, a fait le point des actions entreprises par sa juridiction pour faire la ‘’lumière’’ sur la disparition tragique du juge constitutionnel Salifou Nébié. L’on retiendra, selon le procureur Ilboudo, qu’il y a eu « une grande évolution » et que la phase décisive est à venir.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Disparition du juge Salifou Nébié :  Le procureur général parle d’homicide et lance un appel à témoins

En rappel, c’est dans la nuit du 23 mai dernier que le juge du Conseil constitutionnel, Salifaou Nébié, a été retrouvé sans vie, sur la route de Saponé. Une semaine après, rien n’a filtré des circonstances, encore moins de ceux qui auraient administré des coups mortels à ce magistrat. Mais, promet le procureur, un médecin légiste français bien équipé viendra pour aider à clarifier les choses. En effet, précise-t-il, « Nous attendons en début de semaine prochaine un médecin-légiste français avec le kit, parce que c’est le matériel qui nous a fait défaut durant toute la semaine. Ce médecin-légiste français viendra pratiquer l’autopsie à ciel ouvert ».

Déjà, le procureur relève qu’il y a eu « une grande évolution », tenant notamment aux « conclusions du médecin-légiste burkinabè » qui aurait été commis dès le lendemain de la trouvaille macabre et qui a procédé à un examen du corps au scanner et a fait des radios. Ses conclusions, selon Wenceslas Ilboudo, offrent de laisser « tomber beaucoup d’autres hypothèses d’enquête pour se concentrer sur la recherche des auteurs et le rassemblement des preuves ». En effet, précise-t-il, « le médecin-légiste a retrouvé des blessures provoquées sur le corps » du défunt. Ce qui, selon lui permet de dire – pour l’instant – que « c’est l’homicide volontaire » qui a été commis.
Autrement dit, Salifou Nébié a été victime d’atteinte – sur sa personne - voulue mortelle. En clair, celui ou ceux qui ont provoqué sa mort, ont voulu mettre fin à ses jours.

« Nous allons désormais nous recentrer vers les éventuels auteurs et travailler à les identifier pour les faire juger », a promis le procureur Wenceslas Ilboudo. Dans ce sens, lance le procureur, « toute personne sachant sur le programme ou les habitudes du juge Nébié » est invitée à contacter « la section de recherches de la gendarmerie sise derrière l’ONATEL » à Ouagadougou, chargée de conduire l’enquête.

Cette structure aurait « déjà commencé à entendre des témoins sur la base des relevés téléphoniques du juge Nébié et sur la base de son programme ». Mais, elle n’a encore « personne gardée à vue ». Et c’est à cette structure qu’il faut confier tout ce que toute personne sait de cette affaire, au lieu de développer « beaucoup de théories dans la rue ou dans la presse », conseille le procureur Wenceslas Ilboudo.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés