Bande sahélo-sahélienne : Des experts civils et militaires à la recherche de solutions aux menaces transnationales

vendredi 30 mai 2014 à 00h10min

L’amicale de la communauté du Centre d’études stratégiques pour l’Afrique (CESA) du Burkina Faso, l’ambassade des USA au Burkina, le CESA ont organisé conjointement un symposium sous le thème : les menaces transnationales dans le Sahel et les opérations de maintien de la paix. C’est la salle de conférence du ministère de la défense nationale et des anciens combattants qui a abrité les travaux, ce 28 mai 2014. A travers cette thématique, des experts civils et militaires ont mené la réflexion en vue d’apporter des esquisses de solutions à des problématiques sécuritaires de la bande sahélo-sahélienne. Ils se sont également penchés sur les opérations de maintien de la paix.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bande sahélo-sahélienne : Des experts civils et militaires à la recherche de solutions aux menaces transnationales

Ce symposium se tient dans un environnement international caractérisé par les bouleversements rapides de la géopolitique mondiale. « L’analyse de la géopolitique mondiale laisse percevoir un large spectre de menaces dont certaines surpassent les frontières nationales et le cadre des institutions politiques constituant ainsi pour les Etats et l’humanité entière un cancer qui se propage et qui semble s’être donné la vocation de remettre en cause l’ordre économique et politique mondiale ainsi que l’ordre interne de certains Etats. Les Etats africains et particulièrement ceux du Sahel sont confrontés à des défis complexes au triple plan économico-financier, politique et sécuritaire. Mais, tout en reconnaissant l’intimité des liens entre la sécurité, le développement et la paix, on ne saurait de nos jours réfuter la prépondérance stratégique de la dimension sécuritaire sur les autres », souligne le chef d’Etat-major général des armées du Burkina, le général de division Honoré Nabéré Traoré lors de la cérémonie d’ouverture de la rencontre.

Ainsi donc, le décor du symposium est planté. L’exacerbation des menaces transnationales est plus qu’une réalité. Pire, les menaces ne se limitent plus aux seuls domaines de la défense et de la sécurité. Mais, elles s’étendent aussi aux sphères politico-diplomatiques, économiques, informationnelles… Toute chose qui entraine un « décloisonnement qui complexifie la problématique et partant l’élaboration de stratégies de lutte efficaces ». Pourtant, il nous faut bien rechercher des voies et moyens de lutter efficacement contre ces fléaux qui remettent en cause la stabilité des Etats vulnérables, notamment ceux de la bande sahélo-sahélienne.

« Quand vous serez en train de discuter de ces questions et de les disséquer, gardez à l’esprit à quel point il est vital pour la région que le Burkina soit un pays sûr et sécurisé », a rappelé Tulinabo Mushingi, ambassadeur des USA au Burkina.

Opération de maintien de la paix : Près de 3000 burkinabè sur le terrain

En organisant ce symposium, L’amicale de la communauté du CESA du Burkina entend apporter ainsi sa contribution au gouvernement burkinabè dans la lutte contre les menaces sécuritaires transnationales. « Nous regorgeons en notre sein d’experts civils et militaires, nous allons mettre tout ça en commun pour apporter effectivement notre contribution », soutient la présidente de l’amicale, Fatimata Vicens.

Le CESA (Centre d’études stratégiques pour l’Afrique) est une université créée par le congrès américain. A l’issue des formations, chaque Etat africain met en place une amicale. Celle du Burkina a été mise en place depuis 2007 et compte en son sein des ministres, des députés et des ambassadeurs… Bien que qualifié d’une des plus dynamiques, le chef d’Etat-major général des armées ne semble pas très satisfait de son fonctionnement. C’est pourquoi, il a lancé : « Je voudrais saisir le prétexte de cette rencontre pour souhaiter un souffle nouveau à l’association de la communauté du CESA du Burkina Faso qui semble s’être endormie depuis quelques temps ».

Au cours dudit symposium, les experts ont échangé sur les menaces transnationales, mais aussi sur les opérations de maintien de la paix. Dans le cadre des opérations de maintien de la paix, le Burkina compte actuellement près de 3000 hommes sur les différents théâtres d’opération. Ce symposium devrait proposer des voies et moyens d’amélioration des conditions de préparation des différentes troupes, ainsi que des solutions logistiques afin de leur permettre d’être suffisamment efficaces sur le terrain. Toute chose qui permettra de faire rayonner davantage l’image du Burkina à l’extérieur.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés