SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

mardi 27 mai 2014 à 03h12min

Les leaders des protagonistes de la crise du Syndicat des Taximen du Burkina (SYNTAB), en l’occurrence Hamado T. Kaboré, président du bureau contesté et Souleymane Ouédraogo, délégué des frondeurs, viennent de signer un accord de paix. C’était dans la matinée de ce lundi 26 mai 2014 à Ouagadougou, sous le regard bienveillant du médiateur Sébastien Dayama, et dans une ambiance bon enfant.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

Menées du 14 au 19 mai 2014 par le médiateur autosaisi, Sébastien Dayama, les négociations entre le bureau du Syndicat des Taximen du Burkina (SYNTAB) et les frondeurs dudit syndicat ont accouché d’un accord dont la signature est intervenue ce lundi 26 mai 2014 à Ouagadougou. L’accord signé par Hamado T. Kaboré et Souleymane Ouédraogo, respectivement président du bureau contesté et Souleymane Ouédraogo et délégué des frondeurs ; est articulé autour de sept points principaux suivants :
- Revue de la liste des membres du nouveau bureau mis en place après les travaux de l’Assemblée Générale des 4 et 5 avril ;
- Revue de l’organigramme du bureau du SYNTAB ;
- Relecture du statut du SYNTAB ;
- Mise en place d’une feuille de route pour le nouveau bureau ;
- Mise en place d’un conseil syndical de sage composé de personnes âgées membres du SYNTAB ;
- Nomination d’un président d’honneur syndical ;
- Nomination d’un chargé de missions.

Aux termes de ces points d’accord, Hamado T. Kaboré est nommé président d’honneur syndical et Oumarou Kiema, précédemment vice-président du syndical, est nommé chargé de missions. En outre, un nouveau bureau d’une cinquantaine de personnes comprenant des membres de l’ex-bureau du SYNTAB et des frondeurs a été mis en place de façon consensuelle. Il est dirigé par un secrétaire général, en la personne de Souleymane Ouédraogo.

Tous pour la paix

Les ex-protagonistes de la crise au sein du SYNTAB se félicitent chacun de la signature de l’accord. A entendre les uns et les autres, la crise est désormais derrière eux et expriment tous leur disponibilité à œuvrer pour la paix. Au médiateur Sébastien Dayama qui leur a permis de retrouver l’entente, les acteurs du présent accord ont exprimé leur gratitude pour ses précieux conseils, son accompagne, sa disponibilité. « La hache de guerre est vraiment enterrée. Il n’y a plus de problème entre nous. Nous remercions le médiateur », confie Souleymane Ouédraogo, ex-délégué des frondeurs et désormais secrétaire général du nouveau bureau du SYNTAB. « Je suis très heureux et je voudrais vraiment remercier le médiateur pour son action », assure aussi l’ex-président du SYNTAB, désormais président d’honneur syndical. Mais, quelle garantie avec cet accord ? « Nous allons prier Dieu pour que la paix qui règne entre nous maintenant perdure et que Satan ne se mette plus entre nous », a rassuré pour sa part, l’ancien vice-président et actuel chargé de missions, Oumarou Kiema. Le médiateur Sébastien Dayama, par ailleurs président d’honneur des taximen, s’est naturellement félicité de l’engagement pacifique des membres du SYNTAB, saluant leur grandeur d’esprit qui a permis de parvenir à cet égard et les exhortant à tourner définitivement la page de la crise et à se mobiliser autour des activités de leur syndicat afin de mieux défendre leurs intérêts communs. « La paix qui règne maintenant au sein du syndicat, c’est vous qui l’avez voulu. Faites en sorte qu’elle règne pour toujours », leur a-t-il indiqué, tout en exprimant sa disponibilité à les accompagner.

Lire aussi : Crise au SYNTAB : La médiation de Dayama en bonne voie

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 mai 2014 à 16:46, par El Hadj YANOGO
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    Bravo à tous ces artisans de paix qui ont travaillé à ramener la la sérénité dans ce milieu. Un big-up spécial à Monsieur DAYAMA pour son initiative. Cette profession est menacée par la concurrence déloyale des taxis motos et l’heure ne devrait pas être à des bagarres inutiles. Nous sommes tous des frères. Les vrais ennemies de notre république sont ceux qui veulent modifier la constitution pour rester éternellement au pouvoir ; ce sont ceux qui, ayant le pouvoir d’État, monopolisent tous les secteurs de l’économie nationale au profit de leur famille, de leur belle famille et des écervelés transformés en griots qui arpentent les escaliers et slaloment les couloirs des Princes rien que pour leur ventre. C’est pourquoi, il est important que nous soyons unis, afin de barrer la route à cette horde de rapaces, à ces bandits de grands chemins et à mafieux vampires. La postérité nous le revaudra ! Par El Hadj YANOGO, e-mail : yanogo60K@gmail.com

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2014 à 16:52, par ayirikem
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    Important de s entendre nous de l association des tricycles nous suivons cette affaire avec bcp d interet

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2014 à 16:52, par El Hadj YANOGO
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    Bravo à tous ces artisans de paix qui ont travaillé à ramener la la sérénité dans ce milieu. Un big-up spécial à Monsieur DAYAMA pour son initiative. Cette profession est menacée par la concurrence déloyale des taxis motos et l’heure ne devrait pas être à des bagarres inutiles. Nous sommes tous des frères. Les vrais ennemies de notre république sont ceux qui veulent modifier la constitution pour rester éternellement au pouvoir ; ce sont ceux qui, ayant le pouvoir d’État, monopolisent tous les secteurs de l’économie nationale au profit de leur famille, de leur belle famille et des écervelés transformés en griots qui arpentent les escaliers et slaloment les couloirs des Princes rien que pour leur ventre. C’est pourquoi, il est important que nous soyons unis, afin de barrer la route à cette horde de rapaces, à ces bandits de grands chemins et à mafieux vampires. La postérité nous le revaudra ! Par El Hadj YANOGO, e-mail : yanogo60K@gmail.com

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2014 à 17:07
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    Quelle honte !!! un arrangement pour étouffer un détournement !!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2014 à 18:13, par ouedassi
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    « Nous allons prier Dieu pour que la paix qui règne entre nous maintenant perdure et que Satan ne se mette plus entre nous », a rassuré pour sa part, l’ancien vice-président et actuel chargé de missions, Oumarou Kiema. ET SI C’EST TOI MÊME SATAN ? Chargé de missions mon oeil ! chargé de missions auprès de François COMPAORE n’est-ce pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2014 à 11:30, par ouedassi
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    « Nous allons prier Dieu pour que la paix qui règne entre nous maintenant perdure et que Satan ne se mette plus entre nous », a rassuré pour sa part, l’ancien vice-président et actuel chargé de missions, Oumarou Kiema. ET SI C’EST TOI MÊME SATAN ? Chargé de missions mon oeil ! chargé de missions auprès de François COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2014 à 13:22
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    Attendez là.....et cette histoire des 100 millions détournés,c’est fini ?Ahh...j’oublie que nous sommes au Burkina Faso de Blaise Compaoré où voler,détourner,piller,se constituer illégalement des cantines de milliards constituent des vertus avec en sus on reçoit des promotions.La preuve,le délinquant incrimé vient d’être bombardé "président d’honneur".Faut t’il en rire ou en pleurer ?Pauvre Burkina,il est temps de se débarrasser de ces pourritures qui nous pourrissent la vie depuis plus d’un quart de siècle.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2014 à 14:38, par FARAD
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    Je cris que les politiciens doivent en faire pareil pour qu’il ait la paix, la vraie paix et une cohésion parfait entre les habitant pour un lendemain meilleur dans un Burkina émergent

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2014 à 16:55, par sidketa
    En réponse à : SYNTAB : La « hache de guerre désormais enterrée »

    Chapeau bas à monsieur Dayama pour cet exploit.Cette crise aurait pu tourner au pire et je félicite les protagonistes pour leur sens elevé du pardon.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés