La question de l’esclavage : Un sujet sensible, selon le Pr Maurice Bazemo

dimanche 18 mai 2014 à 23h14min

« La question de l’esclavage pendant la colonisation au Burkina Faso », c’est autour de ce thème que l’historien Maurice Bazemo a animé le 16 mai 2014, une conférence publique dans la salle de conférences du Centre national des Archives. L’esclavage avant, pendant et après la colonisation française, le Pr Bazemo en a retracé les points saillants. L’on en retiendra que l’esclavage est aujourd’hui un sujet sensible, tant ses conséquences sociales et politiques sont nuisibles et perdurent.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La question de l’esclavage : Un sujet sensible, selon le Pr Maurice Bazemo

Sur fond d’ethnocentrisme à dominance culturelle, presque toutes les sociétés du Burkina Faso ont, foi du Pr Bazemo, vécu avec des esclaves. Ceux-ci étaient acquis soit par la razzia au moyen de chevaux, soit par l’achat ou le troc. « La guerre dite sainte ou djihad » a également été menée pour l’obtention d’esclaves. C’étaient de véritables richesses aux mains des sociétés esclavagistes, en l’occurrence les sociétés hiérarchisées tels que les Mossi, les Peuls et les Touaregs. En effet, les esclaves accomplissaient des fonctions économiques en termes non seulement de main-d’œuvre pour les travaux champêtres, mais aussi de monnaies d’échange contre le sel, les étoffes, les chevaux, les cauris.

Des fonctions sociales et politiques, les esclaves en remplissaient également. En effet, des jeunes filles ayant été victimes de razzia ont satisfait à des besoins de mariage ; les femmes nobles étant en nombre insuffisantes à l’époque. Certaines familles qui n’avaient pas eu de garçon, en achetaient parmi les esclaves. Des esclaves servaient de garde rapprochée des chefs dans certaines sociétés. Il y ‘en a eus aussi qui assuraient la police des marchés, qui accomplissaient des fonctions de bourreaux, qui assuraient la garde des épouses du roi.

S’insurgeant contre cette pratique esclavagiste, le colon a toutefois adopté une attitude paradoxale. Avec l’instauration de l’impôt de capitation, certaines familles se sont vues obligées de vendre certains de leurs enfants, « surtout des filles » selon le Pr, pour s’acquitter de cet impôt auprès du colon. Cette vente ayant été perçue comme cautionnée par la puissance colonisatrice, des réactions n’ont pas tardé. En effet, des querelles entre la Gauche et la Droite en France métropolitaine, ainsi que la pression des autres pays européens hostiles à la pratique de l’esclavage, ont suscité la prise en date du 12 décembre 1905, d’un décret consacrant l’abolition totale de l’esclavage dans les possessions territoriales françaises en Afrique, dont le Burkina Faso.

Les esclaves sont désormais encouragés à fuir leur maître, une amende de 500 à 5000 F ou une peine d’emprisonnement est prévue à l’encontre de ceux qui tenteraient de réduire leurs semblables en esclavage. Cette dynamique de fermeté contre la pratique de l’esclavage a été soutenue par les Pères Blancs à qui étaient confiés les esclaves libérés par l’autorité coloniale. Ces derniers étaient reçus dans des « villages de liberté » crées à Ouagadougou, à Bobo-Dioulasso, à Lokhosso (en pays Lobi) et à Ouahigouya.

C’est ainsi que la pratique de l’esclavage – du moins dans sa forme flagrante - a été supprimée. Mais, et à en croire le Pr Bazemo, les sociétés esclavagistes ont tenté – sans succès – de se révolter contre cette suppression. En tout cas, elles ont refusé d’envoyer leurs enfants à l’école du Blanc ; seuls les enfants d’esclaves y étaient envoyés. Et la suite, c’est que ces enfants d’esclaves sont très vite devenus les premiers auxiliaires du colon et servaient d’intermédiaires entre ce dernier et leurs anciens maîtres obligés de composer avec l’autorité coloniale. En cela, le Pr Bazemo dira voir « une véritable revanche de l’histoire ».

Toutefois, dit-il reconnaître, des formes d’esclavage sont toujours pratiquées dans certaines contrées du Burkina Faso et de l’Afrique. De l’avis de l’historien, seule l’éducation peut permettre d’éradiquer complètement la pratique et les penchants esclavagistes à conséquences encore multidimensionnelles. En effet, le seul fait de dire que l’autre est descendant d’esclave est de nature à lui nuire tant socialement que politiquement. Il convient de se garder de tels propos pour un climat de paix et de cohésion sociale. Et le moins que l’on puisse dire au sortir de cette conférence, c’est qu’elle aura été l’occasion pour un public qui n’a pu être contenu par la salle, « de revisiter un pan de l’histoire de notre pays », comme l’a relevé le Directeur général du Centre national des archives, le Pr Hamidou Diallo.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 mai 2014 à 00:27, par M saam-neeme
    En réponse à : La question de l’esclavage : Un sujet sensible, selon le Pr Maurice Bazemo

    Merci Professeur pour la reflexion. Courage pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2014 à 07:10, par KPZ
    En réponse à : La question de l’esclavage : Un sujet sensible, selon le Pr Maurice Bazemo

    Chapeau bas à mon Pr, qui a un don de communuication hors du commun. Les etudiants "tirent" les cours mais j m’en souviens, ils resistent à la tentation lorsqu il s’agit des cours de ce Pr, des cours sur l esclavage ou sur l’histoire generale de l’antiquité, avec en prime, la democratie version athenienne.

    Pour revenir au contenu,l’actualité du sujet tient à la necessité de combattre le nouvel esclevage dans sa forme visible comme dans celle plus insidueuse de l’esprit. Pour la forme visible que l’on peut observer en Afrique de l’Ouest et-foi de l’article-, au Burkina Faso, ceci est à l’antipode d’une democratie où les "sujets" des royautés deviennent des citoyens, dans son acception civique.

    Le nouvel esclavage est entretenu par les chaines de l’esprit. Dans ce sens, il convient de revisiter nos traditions et nos coutumes pour en expurger les relents esclavagistes.

    En theorie, le Burkinabè, que dis-je l’Africain, est un etre libre, egal en droits à ces concitoyens. La legislation en la matiere est abondante, mais combien en sont conscients.

    L’ecole republicaine et les formations politiques doivent contribuer par l’education et la sensibilisation, à faire émerger un Burkinabè nouveau, respecté dans sa dignité d’homme et de citoyen, un Etre confiant en lui-meme et en son avenir...

    KONSIMBO, Papapoussi.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2014 à 08:24, par Anita Manour
    En réponse à : La question de l’esclavage : Un sujet sensible, selon le Pr Maurice Bazemo

    A tous ceux qui pratiquent l’esclavage au Burkina de nos jours, sachez qu’un jour viendra, où les esclaves prendront réellement conscience. le conseil que j’ai à vous donner, c’est de commencer à vous habituer à la daba , la houe, les bœufs de traits ainsi que toutes les autres formes de travaux domestiques.
    un jour viendra aussi, où les "esclaves" auront le droit de s’assoir sur les mêmes tables-bancs que leurs "maîtres". N’est-ce pas de la ségrégation à l’égard de ces autres enfants dits descendants d’esclaves et la violation de leurs droits ? Et monsieurs les journalistes, qu’attendez-vous pour dépeindre ces réalités des faits de cet autre Burkina ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés