Crise au SYNTAB : La médiation de Dayama en bonne voie

dimanche 18 mai 2014 à 23h16min

Le Syndicat des Taximen du Burkina (SYNTAB) traversait une crise depuis le renouvellement il y a quelques mois de son bureau, contesté par une partie des membres. Les contestateurs réclamaient la dissolution du bureau, la reprise des élections et les membres du nouveau bureau s’y opposaient, arguant qu’ils avaient respecté les textes. Le blocage était tel que le président d’honneur des taximen, Sébastien Dayama a dû intervenir pour une médiation qui a porté ses premiers fruits ce samedi 17 mai 2014, avec l’engagement des deux parties de se pardonner et de s’en remettre désormais aux propositions de sortie de crise du médiateur.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise au SYNTAB : La médiation de Dayama en bonne voie

Avec la poignée de main ce samedi 17 mai 2014 entre le vice-président El Hadj Oumarou Kiema et le responsable des frondeurs Souleymane Ouédraogo, l’on peut parler de décrispation au Syndicat des Taximen du Burkina (SYNTAB), en proie depuis quelque temps à une mésentente entre membres, consécutive au renouvellement du bureau dudit syndicat. A travers ce geste amical et fraternel, Kiema et Ouédraogo, s’engagent à se pardonner et à laisser leur président d’honneur Sébastien Dayama, médiateur autosaisi, décider des propositions de sortir de crise. Au-delà de leur personne, c’est les membres de leurs groupes respectifs qui s’engagent pour la médiation. D’où la satisfaction du médiateur qui a salué la hauteur d’esprit des membres des deux parties.

Pardon sincère de part et d’autre

Les principaux protagonistes, Oumarou Kiema et Souleymane disent avoir pardonné sincèrement et se disent prêts à accepter toute décision du médiateur. « Je les ai pardonnés sincèrement. Pas de problème entre nous ni demain ni après-demain. On a laissé tout dans les mains du président d’honneur de tout faire pour qu’il y ait des élections transparentes », a indiqué Souleymane Ouédraogo. Et Oumarou Kiema de rassurer lui aussi en ces termes sur la sincérité de son engagement : « Aujourd’hui, c’est un jour spécial. Je suis très content. Monsieur Dayama est notre médiateur, je respecte sa décision et je suis partant pour la décision qu’il prendra ».

Avec ces bonnes dispositions d’esprit des protagonistes, le médiateur espère aboutir à un consensus pour la sortie de crise. Il devrait rencontrer dans ce sens les membres du bureau contesté pour voir avec eux les options à prendre.

De longues tractations

Pour se frayer le passage vers des solutions consensuelles, Sébastien Dayamba a dû user de ses talents de médiateur pour convaincre les plus sceptiques de la nécessité à se donner d’abord la main. En effet, la poignée de main entre Oumarou Kiema et Souleymane Ouédraogo n’a pas été du tout facile à obtenir. Il a fallu de longues tractations ponctuées par des huis-clos et des plénières. Les positions étaient diamétralement opposées. D’un côté il y avait les partisans du pardon comme départ à toute recherche de solutions à la crise et de l’autre, ceux qui étaient avant tout pour la reprise des élections et rien d’autre. Et de tractation en tractation, le principe de pardon s’est finalement imposé à tout le monde comme base de recherche de solutions aux problèmes posés : mauvaise gestion, mésentente, reprise des élections.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés