Situation nationale : Des représentants d’Ambassadeurs africains à la rencontre de l’opposition politique burkinabè

samedi 17 mai 2014 à 02h29min

Après les Ambassadeurs de l’Union européenne en début de matinée, c’était au tour de représentants d’ambassadeurs africains (ivoirien, nigérian, ghanéen, sud-africain et sénégalais) de rencontrer en fin de soirée, les ténors de l’opposition politique burkinabè, ce vendredi 16 mai 2014 au siège du CFOP-Chef de file de l’opposition politique. Situation nationale oblige, les échanges ont gravité autour de la question du référendum.

Situation nationale : Des représentants d’Ambassadeurs africains à la rencontre de l’opposition politique burkinabè

L’Opposition politique burkinabè conduite par Zéphirin DIABRE a rencontré des représentants d’ambassadeurs africains accrédités auprès de notre pays afin de leur expliquer leurs préoccupations relatives à la modification de l’article 37 à travers un référendum que le pouvoir veut organiser. Il s’agissait de représentants d’ambassadeurs de cinq (05) pays africains à savoir la Cote d’ivoire, le Ghana, le Nigéria, le Sénégal et l’Afrique du Sud. A ces représentants de représentants diplomatiques africains, les ténors de l’opposition politique burkinabè avec leur tête Zéphirin DIABRE ont réaffirmé leur opposition catégorique au projet de référendum du pouvoir.

« Nous ne serons pas du tout comptables de ce qui pourrait advenir s’il y a un passage en force » dixit Me Benewendé Stanislas Sankara. Telle est sans doute la substance du message que l’opposition burkinabè a livré à l’endroit des représentants des diplomates africains accrédités au Burkina Faso. Ceux-ci ont pris bonne note, à en croire le président de l’Union pour la Renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), et ont réaffirmé leur disponibilité à rester à l’écoute de tous les acteurs politiques au Burkina Faso. Toute contribution venant des pays frères du Burkina Faso « qui pourrait venir renforcer l’ancrage de la démocratie au Burkina Faso » ne serait pas de trop pour l’opposition burkinabè qui, selon Me Benewendé Sankara, lutte pour « l’alternance démocratique ».

Herman Frédéric BASSOLE (Stagiaire)

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés