Lutte contre le grand banditisme : Des malfaiteurs et des faussaires dans les filets de la Police judiciaire du Centre

vendredi 16 mai 2014 à 00h12min

Ce mercredi 14 mai 2014 à Ouagadougou, le Commissaire de police Alexis Hienet ses plus proches collaborateurs du Service régional de la police judiciaire (SRPJ) du Centre,ont animé un point de presse relatif à deux affaires. La première est le démantèlement d’un réseau de malfaiteurs et la seconde celui d’un groupe de faussaires. Les présumés coupables au nombre de 19 et le fruit de leurs forfaits ont été présentés à la presse.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre le grand banditisme : Des malfaiteurs et des faussaires dans les filets de la Police judiciaire du Centre

De nos jours l’on assiste à une recrudescence du grand banditisme aussi bien dans les confins du Burkina que dans les zones urbaines. Ouagadougou, la capitale n’est pas épargnée du fléau. Et l’arrestation et la présentation à la presse ce mercredi 14 maide malfaiteurs d’une part et de faussaires d’autre part par le Service régional de la police judiciaire (SRPJ) du Centre, confirme les faits. Le premier réseau démantelé comprend 15 personnes dont l’âge va de 15 à 34 ans avec une majorité de moins de 20 ans. Le second groupe, celui des faussaires est composé de 5 personnes dont une reste encore introuvable.

Ils avaient élu domicile sous les arbres d’un bas-fond

C’est le 11 février 2014 que le SRPJ a été alerté de la présence insolite d’individus suspects, présumés auteurs de multiples vols, sous les arbres du bas-fond du quartier Tampouy, où ils avaient élu domicile. Ainsi à la diligence d’une équipe d’investigations de la police, un individu nommé Nikièma Ablassé qui avait en sa possession un couteau et un pied de biche, a été interpellé le 16 avril 2014 à minuit. Il s’est avéré par la suite que cet adolescent de 15 ans est un membre d’un groupe de malfrats qui cambriolaient les domiciles, les kiosques et les boutiques, volaient les engins à deux roues et commettaient d’autres attaques à main armée. C’est donc fort de cette information que l’équipe d’investigations lance l’assaut le 25 avril sous les arbres du bas-fond. Cette opération permettra de mettre la main sur 06 individus et par la suite 15 personnes dont deux récidivistes connus du système judiciaire. Ces malfrats sévissaient dans les quartiers de Tampouy, Nonsin, Kilwin, Rimkieta et celui de Bissighin. Les fruits de leurs délits comprennent entre autres des téléphones portables, un trousseau de 23 clés passe- partout, des machettes et un pistolet artisanal, des vélomoteurs. Rappelons que le cerveau de la bande des 15 est Oumarou Kindo, apprenti chauffeur âgé seulement de 19 ans.

Ils auraient eu 10 millions de francs CFA si le plan avait fonctionné

La seconde affaire présentée par le Commissaire Herman KIMA, est relative au démantèlement à Ouagadougou d’un groupe de 05 faussaires dont 04 ont été mis aux arrêts, tandis que le cinquième est toujours en cavale.

En effet, c’est le 30 avril dernier que les services de la police ont été informés que deux individus avaient en leur possession des faux billets de dix mille (10 000) franc CFA. Rapidement, le même jour les présumés auteurs au nombre de quatre (4) sont interpellés. Une cinquième personne du nom de Sylvain introuvable est activement recherchée par les services. Selon le Commissaire KIMA, deux des faussaires OUEDRAOGO Karim et ILBOUDO Paul, seraient venus de la Côte d’ivoire après moult échecs dans leurs tentatives de fabrication de faux billets. Au Burkina Faso, ils s’associèrent à OUEDRAOGO Adama et à ILBOUDO Jean Edouard pour mieux agir. C’est ainsi qu’ils réussirent à fabriquer deux (02) faux billets de banque de dix mille (10 000) francs CFA et un (01) faux billet de cent (100) Dollar. La police a également saisi un sac contenant plusieurs papiers en coupure de billets de banque qui auraient une valeur de 10 millions de nos francs.
Les présumés coupables des deux affaires présentées seront déférées à la justice pour répondre de leurs faits mais en attendant, le Commissaire Alexis Hiena remercié « la population pour l’étroite et franche collaboration » qui permet aux forces de sécurité de mieux agir pour le bien de tous. Il les a par ailleurs invités à continuer dans cette lancée en signalant toute situation suspecte en appelant les numéros verts 17, 16 et le 1010.

Herman Frédéric BASSOLE (Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés