Idé Mava, Président de l’union des professionnels du textile et de l’habillement du centre (uprotex-hac) : « uprotex-hac atteindra ses objectifs avec le soutien de ses partenaires »

mercredi 14 mai 2014 à 23h44min

En prélude aux activités de la 5e édition de la Journée de valorisation du textile artisanale (JVA), le président du comité d’organisation, Idé Mava, par ailleurs président de l’Union des professionnels du textile et de l’habillement du Centre (Uprotex-Hac), dans les lignes qui suivent, décline les objectifs poursuivis par son organisation, les ambitions et situe davantage sur l’édition 2014 de la JVA.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Idé Mava, Président de l’union des professionnels du textile et de l’habillement du centre (uprotex-hac) : « uprotex-hac atteindra ses objectifs avec le soutien de ses partenaires »

Sidwaya (S.) : Comment l’idée de la création d’Uprotex-Hac est-elle née ?

Idé Mava (I. M.) : Il faut dire que l’idée de la création de l’Union des professionnels du textile et de l’habillement du Centre en abrégé, Uprotex-Hac, a d’abord été comme tout projet un rêve d’une bonne partie des professionnels du textile. Ce rêve deviendra réalité courant octobre 2005 parce que les stylistes, les créateurs de mode, les tisseuses, les teinturières, etc. en somme, chaque professionnel y a mis du sien. Permettez-moi de signaler qu’Uprotex-Hac a été mise en place grâce à l’encadrement et au soutien indéfectible du Centre de développement des Entreprises, chargée d’accompagner et d’aider les entreprises naissantes.

S. : Quelle est la vision d’Uprotex-Hac ?

I. M. : La valorisation du savoir-faire de nos professionnels au niveau local est notre crédo. Aussi, nous voulons participer aux côtés des acteurs-clés à la lutte contre le chômage et la pauvreté. A travers notre union, nous nous évertuons à donner de la visibilité au travail des stylistes, des créateurs de mode, des teinturières, des tisseuses et même le travail de ceux qui font leur premier pas dans notre domaine.

S. : la 5è édition de la Journée de valorisation du textile artisanale (JVA) est prévue du 29 mai au 1er juin 2014, quel est l’état d’avancement des préparatifs ?

I. M. : Les préparatifs de la 5è édition de la JVA vont bon train. Nous avons déjà envoyé les différentes demandes de soutien et d’aide à tous nos partenaires. Nous avons reçu des confirmations et nous attendons encore des réactions. Je ne peux pas parler de partenaires de la manifestation sans faire un clin d’œil à ceux qui ne ménagent aucun effort pour nous soutenir. Je pense particulièrement à l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et à Helvetas.

S. : Pour l’édition 2014 de la JVA, quelles sont, entre autres, les activités prévues ?

I. M. : Comme menu de cette 5è édition des JVA, nous aurons juste après l’ouverture officielle de la JVA le 29 mai 2014, des conférences-débats, des expositions-ventes, des défilés de mode de couturiers nationaux et internationaux. J’avoue que pleines de surprises agréables attendent tous ceux qui effectueront le déplacement du 29 mai au 1er juin 2014 au Palais de la jeunesse et de la culture Jean Pierre Guingané.

S. : A deux semaines de la manifestation, en tant que premier responsable de l’Union, quel est votre message à l’endroit des membres ?

I. M. : Je demanderai aux uns et aux autres de maintenir le cap de la mobilisation. C’est main dans la main que nous allons atteindre les nombreux objectifs que nous nous sommes fixés depuis la création de notre organisation.

S. : Vous avez parlé d’expositions-ventes. Les prix de vos produits dissuadent par moment d’éventuels clients. Est-ce qu’à ce niveau quelque chose est faite afin de permettre à toutes les bourses de repartir avec un souvenir de la 5è édition de la JVA ?

I. M. : Rires. Toutes les bourses pourront bien sûr repartir avec beaucoup de produits de la 5è édition de la JVA.C’est l’occasion pour moi d’inviter les Burkinabè des villes et des campagnes à venir encourager les créateurs de mode, les stylistes, les couturiers, les teinturiers, les tisseuses. Une variété de produits haut de gamme à des prix étudiés seront proposés aux participants de la cinquième édition de la JVA.
C’est notamment des pagnes tissés à la main, des ensemble-tailleurs, des chemises et boubous tissés. Des jupes, des pantalons, des prêts-à-porter, des accessoires de mode, des objets décoratifs.
La liste de nos produits n’est pas exhaustive. Je profite inviter les professionnels dans le domaine du textile à prendre attache avec le comité d’organisation pour l’occupation des stands.

S. : Votre mot de la fin ?

I. M. : En guise de conclusion, je vais réitérer la reconnaissance de l’Union à l’endroit de tous ses partenaires. Nous saluons à sa juste valeur, la contribution de la presse nationale. Etant donné que la plus belle femme ne peut donner que ce qu’elle a, nous avons l’intention de donner une cérémonie de taille mais sans nous voiler la face, la manifestation sera à la hauteur des moyens mis à notre disposition.

Entretien réalisé par
Kafouniba Christien SOME
kafounibachristiensome@yahoo.com

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés