L’UPC dénonce la révocation du consul honoraire du Burkina Faso à Maradi (Niger)

mercredi 14 mai 2014 à 01h00min

A travers le compte-rendu du Conseil des ministres tenu à Bagré le 30 avril 2014, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a pris connaissance de la révocation de Monsieur Nathanaël OUEDRAOGO, Consul honoraire du Burkina Faso à Maradi (République du Niger), qui se trouve aussi être son Directeur National en charge des consultations Electorales.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
L’UPC dénonce la révocation du consul honoraire du Burkina Faso à Maradi (Niger)

L’UPC, tout en prenant acte de ce décret, qui du reste est conforme aux prérogatives du gouvernement, entend dénoncer les raisons fallacieuses qui sont évoquées pour motiver cette révocation. En effet le changement du lieu de résidence du Consul honoraire, comme raison, n’est nullement fondé. Monsieur Nathanaël OUEDRAOGO réside toujours bel et bien au Niger, tout comme son épouse et ses enfants.

Les consuls honoraires n’étant pas des fonctionnaires payés par l’Etat, Monsieur Nathanaël OUEDRAOGO prenait en charge toutes les dépenses du consulat honoraire des circonscriptions de Maradi et de Tillabéry avec ses propres ressources financières. En tant que PDG d’une industrie Agro-alimentaire à Maradi, dont une partie de l’approvisionnement et de la clientèle vient du Burkina, et Consultant-Expert en gestion des projets de développement liés à l’environnement et à la bonne gouvernance locale, Monsieur Nathanaël OUEDRAOGO est appelé à effectuer des déplacements dans le cadre de ses activités au Burkina. Ces activités n’entravaient en rien l’exercice de sa fonction de Consul honoraire, et d’ailleurs tous les Consuls honoraires de notre pays à l’étranger fonctionnent de la même manière, en cumulant l’activité bénévole de consul avec leur carrière professionnelle.

Nous tenons à informer l’opinion que le gouvernement a annulé le passeport diplomatique de Monsieur Nathanaël OUEDRAOGO, alors qu’il était toujours en fonction, et avant que le décret de révocation ne soit pris. Or, l’octroi du passeport diplomatique des consuls honoraires est un droit consacré par la loi et ne saurait relever d’un quelconque pouvoir discrétionnaire. Au regard de tout ce qui précède, il transparaît une réelle volonté de sanctionner Monsieur Nathanaël OUEDRAOGO pour son appartenance à l’UPC, parti d’opposition.

Mais au-delà de cet aspect, notre parti ne peut s’empêcher de noter que cette révocation survient à un moment où la question de la participation des burkinabè de l’étranger à l’élection présidentielle de 2015 est en préparation. Visiblement, le gouvernement commence à faire le tri parmi les consuls honoraires de notre pays, afin de s’assurer des soutiens indéfectibles, disposés à collaborer à toutes les manœuvres.

En tout état de cause, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) condamne fermement toute mesure répressive du régime en place contre les responsables et les militants de l’opposition, dans le seul but de renforcer sa mainmise sur l’appareil de notre pays, et de consolider son pouvoir. Elle réaffirme son attachement aux principes de l’Etat de droit, garant et respectueux de la liberté d’appartenance à des partis politiques légalement reconnus.

Ouagadougou, le 12 mai 2014

Pour le Bureau Politique National de l’UPC

Le Secrétaire Général
Denis NIKIEMA

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés