Marcel KOURAOGO à Adama KANAZOE : "Loin d’être un piège, le référendum est un droit constitutionnel du citoyen "

dimanche 11 mai 2014 à 21h42min

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre interview publié par Lefaso.net le vendredi 8 mai 2014. Interview qui malheureusement comporte plusieurs contre-vérités qui m’obligent pour une question d’éthique politique à les relever en des termes très simples et claires, pour mieux me faire comprendre.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Marcel KOURAOGO à Adama KANAZOE :

Tout d’abord la question de savoir si vous vous attendez à la candidature du Président COMPAORE à cette présidentielle, vous affirmer que « C’est la loi fondamentale de notre pays qui, en son article 37, exclut toute candidature du concitoyen Blaise COMPAORE aux élections présidentielles 2015 ». Je voudrais tout simplement vous rappeler que sur le plan juridique, l’article en question est révisable.

Et puis :
1. la constitution ne se résume pas à l’article 37. Pour votre propre gouverne, sachez que notre loi fondamentale comporte 173 articles ;
2. cette même constitution en ses articles 161 à 165 prévoit les mécanismes et les modalités de sa modification ;

Conclusion, « dura lex sed lex » comme vous l’aviez si bien dit. C’est donc ramer à contre-courant, quand un président de parti politique ose dire de respecter la constitution, tout en foulant aux pieds les principes élémentaires de la démocratie et les valeurs de la République. Autant vous êtes libre de ne pas cautionner la modification de l’article 37 autant il faut reconnaitre d’autres citoyens d’être favorable à la révision dudit article. C’est ce droit à la différence qui donne un sens à la démocratie.

Ensuite, répondant à la question se rapportant à l’organisation d’un référendum, vous dites : « Ce referendum est le plus grand piège de l’histoire électorale du Burkina Faso contemporain. Si le peuple s’y aventure, c’est tout son combat pour le changement qui va ainsi tomber à l’eau ». Nous sommes en démocratie et c’est normal que vous puissiez émettre vos opinions. Mais de grâce, soyons optimistes et moins pessimistes pour l’avenir de notre pays. Convenez avec moi que le referendum est bel et bien une disposition constitutionnelle pour départager les citoyens sur des sujets d’intérêt national. Cf. l’article 49 de notre constitution.

Aussi, voudrais-je vous inviter à vous rendre à l’évidence des faits et principes démocratiques pour nous sortir de l’ornière et permettre à nous autres encore jeunes comme vous, d’hériter d’un pays où il fait bon vivre.

En outre, vous estimez que « le référendum à l’image de toutes les élections remportées par le président Compaoré et le CDP depuis plus de deux décennies sont des leurres, de véritables marchés de dupe. ». Je comprends bien votre allégation à fort relent de frustration et de méconnaissance, puisque votre parti n’a jamais participé à une élection. Donc il est tout à fait normal que vous développez de telles accusations sans fondement. Du reste, je vous informe que depuis 2012, nous sommes à l’heure de la biométrie et la CENI a prouvé, à travers l’organisation d’élections transparentes et crédibles qu’elle mérite le respect.

Enfin, vous déclarez au sujet de notre peuple que « ce peuple-là aspire au changement et est prêt au combat ultime pour sa liberté et sa dignité ». Je note ici des choses très graves pour quelqu’un qui se dit social-démocrate ». De quel peuple parlez-vous ? Pour l’heure, je vous renvoie tout simplement aux résultats des élections couplées de 2012. Avec l’utilisation de la biométrie, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) a confirmé son leadership sur l’échiquier politique national avec 70 sièges de députés sur 127, 12 352 Conseillers municipaux sur 18 527, 318 Maires sur 370 et 12 présidents de Conseils régionaux sur 13. Ces résultats confirment à souhait, l’adhésion populaire à la dynamique nouvelle enclenchée depuis la tenue du Vème congrès du CDP, sous l’impulsion du Camarade Assimi KOUANDA et surtout au programme de son leader, SEM Blaise COMPAORE.

En réalité, votre opposition au referendum cache mal votre impopularité. Vous êtes donc conscient que le peuple ne saurait vous donner sa confiance. Si vous prétendez parler au nom du peuple, ayez d’abord des militants convaincus au niveau de tous les bureaux de vote. En démocratie, c’est dans les urnes que s’exprime la volonté du peuple. De plus, pour nous le combat qui vaille la peine d’être toujours mené est celui du développement pour le bien-être des populations. Alors arrêter de nous distraire avec vos positions politiciennes et opportunistes articulées autour de vos agendas personnelles et égoïstes.

Mon cher ami KANAZOE, vous avez encore du chemin à faire en politique. Alors armez-vous de courage et d’une bonne vision car on y entre pas et en ressortir comme dans un marché de dupe. Bien au contraire, il faut aimer son peuple pour pouvoir se sacrifier pour lui et le servir comme le fait notre Président Blaise COMPAORE.

A bon entendeur, salut !

Marcel KOURAOGO
Secrétaire National Adjoint chargé
de la mobilisation des jeunes du CDP

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés