CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

dimanche 11 mai 2014 à 21h40min

Les responsables du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) sont vraisemblablement décidé à mettre le holà aux usurpations des titres, notamment celui de Professeur, par les enseignants-chercheurs. Le secrétaire général du CAMES, Professeur Bertrand MBATCHI, vient en effet de prendre une note dans ce sens.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

Apparemment, rien ne sera plus comme avant dans l’usage des titres ou grades par les chercheurs et enseignants-chercheurs de la zone du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES), dont le secrétaire général du CAMES, Professeur Bertrand MBATCHI vient de prendre une note portant « Respect des titres par les chercheurs et enseignants-chercheurs ».

« Les maitres de conférences éviteront désormais de se faire appeler Professeur. Ce titre étant réservé uniquement aux Professeurs titulaires. De même les Maîtres de recherche et les Directeurs de recherche ne devront plus se faire appeler Maître de Conférence ou Professeur », précise la note du SG du CAMES datée du 3 mai 2014.

Les enseignants agrégés aussi concernés

Les enseignants agrégés sont aussi concernés par la présente note du CAMES adressée aux membres du Comité Consultatif Général (CCG). « En ce qui concerne les admis au Concours d’Agrégation, les articles 13 et 14 respectivement des accords relatifs au Concours des Sciences juridiques et à celui de Médecine stipulent que « les candidats admis portent le titre de Maitres de Conférences Agrégés, avec mention de la spécialité » », indique la note du Pr MBATCHI.

La présente décision fait suite à une recommandation de la réunion du CCG tenue en juillet 2013 en N’Djamena au Tchad et qui demandait aux chercheurs et enseignants-chercheurs de respecter l’usage des grades du CAMES, en fonction de leur inscription sur les listes d’aptitude.

La mesure sera-t-elle respectée sur le terrain ? Rien n’est moins sûr, surtout que la note du SG du CAMES ne mentionne aucune sanction en cas de violation de la directive. En tout cas, elles sont nombreuses, voire très nombreuses les personnalités du monde de l’enseignement et de la recherche, en particulier celles exerçant des fonctions politiques, qui se font pompeusement appelées Professeurs alors qu’elles sont parfois loin de ce grade.

Il est aussi vrai, à leur décharge, que ce sont parfois les communicateurs, mal renseignés ou à dessein, qui contribuent à semer la confusion dans l’opinion au point qu’aujourd’hui l’on ne sait plus véritablement qui est Professeur et qui ne l’est pas.

Grégoire B. BAZIE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 mai 2014 à 19:58
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Les academiciens, bagarre de titre là vs donne quoi ? affaire de fierté de negre quittez dans ca.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 14:14, par YES WE CAN
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      MON PROFESSEUR DE MATHEMATIQUE DU SECONDAIRE S’APPELLE COMMENT ? MAITRE SECONDAIRE OU MAITRESSE SECONDAIRE

      Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2014 à 13:33
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      C’est parce que ce sont des academiciens que ca pose probleme ? Un caporal ne peut pas se faire appeler sergent ni un adjudant ne se fait appeler lieutenant ni un capitaine ne se fait appeler colonel.Ni un capitaine ne se fait appeler General de Division. Meme au Mali, quand ca se passe, on rectifie ca vite.

      On n’ avait pas besoin de l’ arbitrage du CAMES pour mettre fin a l’ imposture. De meme il faudra clarifier les detenteurs des phd et des doctorats troisieme cycle. Il faut preciser les precisions.

      Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 20:09
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Très bien dit, comme cela les Colonels ne vont plus exiger d’être appelés Général.
    Que les journalistes se mettent à l’oeuvre car généralement c’est les politiques qui facilement s’arrogent ce titre alors que souvent ne se préoccupent même pas du fonctionnement de leur labo, ni de la formation des thésards.
    Pour votre information
    Les conditions pour bénéficier du titre de Professeur
    1. être un Maître de Conférences des Universités
    2. publier des articles scientifiques
    3. avoir surtout formé au moins un Docteur
    4. être inscrit sur la liste des fonctions de Professeur Titulaire du CAMES.
    Je félicite au passage le Dr Jérémie OUEDRAOGO, Directeur de recherche, Ministre des ressources animales pour son humilité. Il a toujours respecté ces appellations. Malgré qu’il est Directeur de recherche depuis fort longtemps n’a jamais usurpé le titre de Professeur.
    Je ne comprends vraiment pas ceux qui se sentent complexés et veulent coûte que coûte cette appellation.
    Le titre de Dr est largement suffisant.

    Répondre à ce message

    • Le 11 mai 2014 à 23:37, par Kalil
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Désormais tous unis au Burkina Faso pour appeler tous ceux qui enseignent dans les Universités PROFESSEUR ; On va même appeler les ETP comme ça. Il y’en a qui sont plus consciencieux que des soit-disant professeurs. Au lieu d’ouvrir le système pour faire évoluer les jeunes, ils sont dans un conservatisme insensée. Nos Universités sont très pauvres en ouvrages : cela n’est pas une priorité. Ce qui importe c’est "gbangban" de grade. eh, CAMES, eh Afrique !
      Émancipez vous de la tutelle française.

      Répondre à ce message

      • Le 12 mai 2014 à 09:13
        En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

        Le Pr MBATCHI, la plus célèbre de ses publications est citée 52 fois dans le monde entiers depuis sa publication en 1984. C est Google scholar qui le dit . C est celui ci.

        M’Batchi, B., & Delrot, S. (1984). Parachloromercuribenzenesulfonic Acid A Potential Tool for Differential Labeling of the Sucrose Transporter. Plant physiology, 75(1), 154-160.

        Le CAMES doit faire face à la fuite des docteurs vers les systems anglosaxones (Afrique du Sud, Kenya, Ghana, ...).

        Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 08:33, par Marcus
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Il ne faut pas parler de ce que tu ne connais pas. Dr Jérémie n’est pas directeur de recherche depuis fort longtemps. Renseigne toi avant de faire des appréciations partisanes. Bonne journée.

      Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 12:37, par Wendpagnangdé
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Oulala un Directeur de recherche n’a rien à envier à un professeur pour la simple raison que ces deux titres représentent le plafond dans deux domaines qui sont la recherche et l’enseignement. Le chercheur doit être fier de ce titre tout comme l’enseignant du sien. En France par exemple les chercheurs préfèrent CR ou Dr suivant leur catégorie au lieu de Pr (A chacun son titre) !

      Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2014 à 11:19, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      - DR JÉRÉMIE ? Et que fout-il devant un ministère au lieu d’aller enseigner à l’U.O. Les étudiants ont besoin d’eux dans les amphi et non comme ministres !!!

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 13 mai 2014 à 13:38
        En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

        Le peuple a besoin aussi de Yacouba et de Blaise dans l’ armee. Le peuple a besoinDjibril a la gendarmerie. Le peuple a besoin de Bedouma Yoda pour gerer tomber nos industries. Le peuple a besoin de Tiao pour ecrire a Sidwaya. Le peuple a besoinde Fatou Djendjere a la police pour servir les contraventions. Le peuple a besoin de Bembabmba a a BCEAO pour nous defendre. Le peuple a besoin de Baba Hama a la RTB. Le peuple a besoin de Issa Konate au champ pour encadrer les paysans. Je continue ?
        Pourquoi les gens en veulent tant aux enseignants ?

        Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 20:13, par Oulele Gnangue
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Rien de ridicule que cette note du CAMES. Au lieu de lutter pour l’independance du CAMES qui est toujours de nos jours sous le controle de la France, on s’attarde sur les titres.
    Je pense que le CAMES doit rapidement revoir ses vieux textes et les actualiser pour suivre les evolutions de la science et la recherche. Les vielleries auxquelles le CAMES s’inspirent doivent etre jettees a la poubelle.
    Dans le systeme anglo, associate Professor (maitre de conference et maitre de recherche) et Professor (Professeur titulaire) ont le droit de se faire appeler Professor.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 20:21
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Ainsi donc, le Président d’honneur du PAREN retrouve quel titre ? Ce qui est sûr, il n’a jamais été professeur d’université !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 20:22, par Verictus
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Je trouve que ce sont les memes qui siegent au Cames qui ont entretenu ce amalgame. Il nya pas de mal a se faire apeler Professeur quand on enseigne a l’Universite. Meme au Lycee les enseignants ont le titre de Professeur Certifie. Ceux qui n’enseignent plus depuis des annees pour cause de politique ou autres raisons personnelles ( plus de 2 ans ) sont ceux la qui ne meritent pas ce titre meme s’ils l’ont porter auparavant. La loi devrait faire en sorte que ce titre revienne a ceux qui enseigne sans interruption et qui sacrifie 60% de leur temps a la formation et la recherche pas aux enseignants-politiciens ou autres. Alors que le Cames deploi son arsenal sur d’autres terrains de combat comme celui de faire reconnaitre ses diplomes a l’etranger surtout dans les pays anglo-saxons. Aucune Universite de l’espace Cames n’est liste dans les 500 Universites au Monde. Et l’on se bat pour des grades et titres. Qu’on evaluent les Professeurs titulaires , d’autres n’ont pas plus de 3 publications ou articles (svt rien) scientifique dans pubmed central pendant que des docteurs et directeurs de recherche en ont des centaines.Ils accumulent les fonctions. Et le plus grave c’est que a partir de ce titre plus rien ne se passe , ils ont atteint leur limites et font de la bureaucratie et ne veulent plus aller a la retraite. Aux Usa on entre comme Assistant professor et on garde le titre Professor jusqu’a emeritus. Quel Professeur emeritus on a dans sur l’espace Cames ? Qu’on laisse tranquille ,les directeurs de recherches, Maitres de recherche ils font plus que beaucoup de nos soi disants Professeur Titulaire. Que le Cames les evaluent au lieu de s’occuper des grades justes pour rester au devant de la scene meme a l’approche de leur mort.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 12:57, par mongonsi
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Mon frère je suis parfaitement d’accord avec toi mais il faudra te renseigner sur certains prof titulaire de l’Ufr/ SVT et tu verras que certains ont plus d’une quinzaine d’articles. Bye et CAMES yako pour vos soit disant titre.

      Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2014 à 11:15, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      ’’Ceux qui n’enseignent plus depuis des annees pour cause de politique ou autres raisons personnelles ( plus de 2 ans ) sont ceux la qui ne meritent pas ce titre meme s’ils l’ont porter auparavant’’.

      - VÉRICTUS, excatement ! Je suis entièrement de ton avis ! C’est comme ces ASSIMI KOANDA qui circulent partout où il y a un meeting du CDP et de sa queue la FEDAP/BC, mais qui est totalement absent de l’amphi alors même qu’il est ’’Prfesseur’’ d’Histoire pendant que les Etudiants de 1ère Année Histoire de l’U.O. viennent de se taper 11 mois sans un seul cours ! Doit-on gratiffier encore ce type du titre de PROFESSEUR ? Non ! Il n’en a plus la qualité. Il a le parchemin mais il est perdu désormais.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2014 à 13:43
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Un capitaine qui n’est plus dans l’ armee cesse - t- il d’ etre capitaine ?

      Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 20:38, par Kibora
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Le CAMES est une confrérie de SORCIERS. Voilà des gens qui copient MAL les français. Vous prenez le vieux système français et vous fatiguez les gens ici. En France, dès que tu es engagé avec ta thèse comme enseignant tu es Maître de conférences. Ici on t’engage avec la thèse en tant que professeur des lycées et collèges avant de te nommer Assistant.
    Vous organisez l’agrégation dans certains domaines tout en sachant que c’est un système vilipendé même en France, seul en occidental où il ya encore l’agrégation. Lors des concours d’agrégation vous (PROFESSEURS) êtes traités comme des scolaires par les BLANCS (français), alors que vous êtes souvent mieux éclairés qu’eux.
    DISONS NON à l’arriération. Le CAMES est contre la promotion de la jeunesse en Afrique. Il faut que tous les jeunes enseignants et chercheurs se réunissent pour appeler le CAMES à la raison. Halte aux concours d’AGREGATION !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 20:56
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Merci de l’information. Pour être plus précis la lettre aurait due être publiée. En tout cas, je comprends maintenant pourquoi un de nos maîtres à Bobo continue de mettre sur son cachet Docteur Sawadogo Apollinaire, professeur agrégé en gastro-entero-hépatologie. Quelle modestie ! Par contre des chercheurs comme les Basile Guissou et les Jean Bosco Ouédraogo se font appeler Professeur alors qu’ils sont des directeurs de recherche. On ne peut pas être professeur si on n’est pas enseignant. Même si les infirmers sont contents quand on les appelle docteur, ils ne signent pas docteur. Donc même sans sanction, il est fait appel à la conscience de chacun. Sinon Bado Laurent aura raison même à la retraite d’exiger qu’on l’appelle Professeur alors que son grade est celui envié par d’autre de maître-assistant ! Je voulais toutefois préciser que le texte sur les emplois des enseignants chercheurs et chercheurs en ce qui concerne les hospitalo-universitaires dit que les maîtres de conférences agrégés ont le titre de professeur agrégé.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 21:09
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    Encore des querelles inutiles et ridicules !! A force de vouloir rester les seuls en Afrique, on sort des notes sans queue ni tête. Venez en Amérique du Nord (Canada et USA,...) vous verrez des Professeurs avec des maîtrises qui sont des références dans leur domaine ! J’ai honte des intellectuels africains, seuls responsables du sous développement de mon continent. Que change un titre dans les capacités et les compétences d’un individu ?? Cogitez à comment sortir l’Afrique de la misère, au lieu de refléchir à comment barree la route aux autres !!! Je pense sincèrement que si le rôle de cette institution se résoud à ça, elle est une coquille vide !!!

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 02:14
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Cette institution est reconnue pour son affairisme, son favoritisme,... il est temps qu’on la supprime purement et simplement !!! Le CAMES est pris en otage par des vieux intellectuels dépassés qui sont fiers de dire je suis le seul dans mon domaine !! Et après, et c’est pas sûr ! Des intellectuels de haut volt son obligés de rester en occident à cause de ses vieux caïmans aux yeux gluants tapis dans leur mare attendant de les nuire !!! Quelle honte ! Quelle honte !! Pensez-vous que ceux qui portent le titre Prof sont ceux qui le méritent ? certainement pas ! Au du moins pas ce qui concerne l’Afrique !!

      Répondre à ce message

      • Le 12 mai 2014 à 14:22, par grave
        En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

        d’accord avec vous c’est une institution qui n’a pas droit de cité. comme d’habitude il faut bloquer les petits frères en créant des textes inutiles. Pourquoi nous le africains ne réfléchissons pas "à comment faire avancer nos nations" mais réfléchissons plutôt ’à comment bloquer les autres lorsque j’ai le naam. Aie Aie pauvre de nous africain

        Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 02:20
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Cher Prof Bertrand Mbatchi, votre nom n’évoque rien dans le monde scientifique, même SG du CAMES, même Prof titulaire !! Il existe des titulaires de licence dans le monde qui brillent 1000 fois mieux que vous !! En somme, arrêtez de nous pomper l’air, on en a marre !!!

      Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 20:44, par blaso
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Peut on avoir l’adresse de ce maitrisard qui est une référence dans son domaine ?
      Merci pour votre précision cher éclairé, nous on savait pas ça woh.

      Répondre à ce message

    • Le 18 mai 2014 à 03:26
      En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

      Les "professeurs" avec maitrise en amerique du nord sont de gros complexes. Je sais de quoi je parle. Si j’ avais les moyens, aucun petit Maitrisard n’allait se faire appeler Prof. C’est quel bordel ca.Le systeme francais est mieux meme a cet egard.

      Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 21:12, par Lo
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    phénomène très fréquent en médecine et en droit où après le succès à l’aggreg
    on n’hésite pas à changer la signature des mails.

    Il était temps car très exagéré.

    Dans l’armée, sous-officier = sous officier
    officier = officier
    officier supérieur = officier supérieur

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 21:13, par cequejenpense1
    En réponse à : CAMES : Fini les usurpations du titre de Professeur ?

    C est bien mais moins important. Je pense que le plus urgent ces la publicité que font les ecoles et universités privées autour de la reconnaissance CAMES. Elles disent etre Membre du CAMES et affirment delivrer des diplômes reconnus CAMES quand bien meme elles n ont qu un ou deux diplomes reconnus sur plus de cinq. Les nouveaux inscrits qui découvrent la tromperie après paiement des frais d inscription ne sont pas remboursés lorsqu ils demandent à quitter l établissement. C est une situation tres frequente au Senegal par exemple avec les ecoles superieures qui ouvrent comme des boutiques.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2014 à 22:08, par Nyansi LeCantiniste
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    Que ces malades du CAMES aillent se faire enculer. Voyez vous, le système inefficace francophone va nous tuer. On passe le temps a épiloguer sur des épiphénomènes plutôt que de s’attaquer aux vraies questions. Toute personne qui enseigne a l’université est professeur, un point c’est tout. Pour juger de l’inopportunité de cette note bancale vous constateterez que les géniteurs du communiqué n’ont pas proposé une alternative. Est-ce a dire qu’on ne doit plus donner un titre aux enseignants d’université qui ne sont pas encore professeur titulaire ? Aux États Unis ou on s’occupe plus de l’efficacité que de ces beitises de titres a me faire rigoler, on fait plutôt la différence entre Dr et Professeur. Tout enseignant a l’université a le titre de "Professor", mais le titre "Doctor" n’est donné qu’à ceux qui ont effectivement,t un doctorat. Car la-bas, beaucoup de gens enseignent sans pour autant avoir le doctorat. Cela ne les empêchent pas d’être même plus professeur dans les fait et les recherches que nos francophonisants inefficaces qui dorment mal parce qu’on appelle leurs jeunes collègues "Professeur". Déjà qu’il n’y a rien dans le métier, permettez au moins au gens de ce consoler avec ce titre vide. Et dire qu’ils sont allés prendre du temps pour discuter de cette bêtise, si la honte pouvait tuer, prrrrr, what a sham and a shame !

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 01:26, par Dikôutassou
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      Je constate hélas que le CAMES est toujours sous l’influence d’intellectuels médiocres qui ne finissent pas d’étaler leurs bêtises aux yeux du monde. Plus royalistes qu’eux, tu meurs de crise cardiaque. Dans les pays qui ont inventés ces diplômes et ces titres, on ne rencontre nulle part ces inepties.

      La communauté universitaire a encore en mémoire le sort réservé aux titulaires du doctorat de 3ème cycle obtenu pour la plupart en France où il n’existait pas encore le doctorat actuel appelé "Doctorat unique" ou "nouveau régime". Ces complexés du CAMES ont décidé que pour être candidat au grade de Maître de Conférences, le titulaire du doctorat de 3ème cycle doit nécessairement être titulaire en plus, du "Doctorat unique". Vous ne pouvez pas vous imaginer le drame qu’ont vécu ces "malheureux" dont le tort est d’avoir obtenu plus tôt, un diplôme qu’ils n’ont pas inventé, appelé 3ème cycle. la conséquence la plus insupportable est de voir les étudiants qu’ils ont enseignés, revenir dans la même université avec le "nouveau doctorat" dit supérieur au 3ème cycle, passer allègrement en quelques années (puisqu’ils ne sont pas tenus d’être titulaires d’un autre Doctorat) de Maître-assistant à Maître de conférences et Professeur titulaires, narguant ceux-là même qui les ont enseignés. Ces derniers, découragés ou révoltés par cette injustice, optent certains pour l’obtention du nouveau Doctorat dans des conditions difficiles, d’autres pour l’attente de la retraite avec le seul premier grade de Maître-assistant. Il est vrai qu’à l’origine, ceux-ci étaient tenus de préparer ce que l’on appelait le Doctorat d’État après le 3ème cycle. Mais celui-ci est supprimé il y a belle lurette.

      Et voilà qu’aujourd’hui une autre trouvaille de ces mêmes intellectuels, celui d’empêcher contre toute logique, des collègues de porter le même titre qu’eux. Aucune logique dis-je et je prendrai rien que l’exemple qui concerne le Maître de conférences et le Professeur titulaire :

      1. Lisez bien le décret portant organisation des emplois dans les universités du Burkina Faso et signé par le Président du Faso, le Ministre des finances, le Ministre des enseignes secondaires et supérieurs, etc. Vous verrez qu’il n’y a aucune différences entre les attributions du professeur titulaire et ceux du Maître de conférences. Tous sont habilités à diriger des thèses de Doctorat. De plus, dans ce même décret, il est stipulé que le Maître de conférences porte également le titre de Professeur. Mais ceux-ci n’entendent pas cela de cette oreille, arguant que ces dispositions sont internes (au pays) et qu’eux s’en tiennent au CAMES qui est international. Ils oublient que c’est leur employeur (l’État) qui crée les postes et les nomme et non le CAMES. S’il dit donc que c’est comme cela ça doit être comme cela.

      2. Ces mêmes médiocres dits Prof titulaires chantent à qui veut les entendre, qu’ils constituent les Généraux" de l’université (en comparaison avec les Généraux de l’armée). Là aussi, ils ignorent que dans le grade de Général, il y a des subdivisions : Général de division, Général de corps d’armée, Général d’armée, etc. Ainsi, comme diraient les Ivoiriens, "les moutons se promènent ensemble mais ils n’ont pas le même pris" : les généraux se côtoient, mais savent qui est plus gradé que qui et se respectent plus que nulle part ailleurs. Pourquoi donc ces seuls Prof Titulaires des universités constitueraient à eux seuls la seule catégorie de généraux sans les Maîtres de conférences ? Pourtant c’est simple. On peut bien admettre les dispositions suivantes pour les signatures :
      - Professeur GOAMA, Professeur titulaire (PT),
      - Professeur BOUANGA, Maître de conférences (MC),
      - Professeur NOAGA, Professeur Agrégé (pour les hospitalo-universitaires).

      Mais la médiocrité du nègre et son égocentrisme ne peuvent admettre cela......
      Dommage pour l’Afrique !!!!!!

      Répondre à ce message

      • Le 12 mai 2014 à 12:55, par dircab
        En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

        Merci Dikôutassou pour ton analyse éclairée. Je suis parfaitement d’accord avec vous.

        Répondre à ce message

        • Le 18 mai 2014 à 03:56
          En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

          Moi j’ ai aime le raisonnement de Dikoutassoujusqu’ au moment ou il a commence a defendre les profs 3 eme cycle. Pourquoi tu veux lutter pour des individus qui ne savent pas se battre ?Les profs du secondaire qui savent se battre, quand on a cree le CAPES et les jeunes maitrisards (encore que eux meme ils avaient la maitrise, ce que bcp d’ enseignants ages n’ avaient pas et ne pouvaient meme pas avoir), ils se sont mis sur leur pattes de derriere pour dire que si le CAPES etait venu a leur temps, que eux aussi ils allaient avoir le CAPES. Que ya pas moyen laisser leurs eleves qu’ ils ont enseignes venir les commander. Ils ont fait du boucan et ainsi, sont venus a bout de l’ etat ; l’ etat a donne le CAPES gratos a eux tous, meme aux soulards qui n’avaient plus lu une page depuis des annees. C’est ca on dit savoir defendre ses interets. mais qu’ est-ce que nos docteurs 3 eme cycle qui ont etudie en france ont fait quand on a parle de these unique ? Ils se sont tus et chacun se plaignait avec sa femme. ce sont des garcons bien eduques. Ils n’ aiment pas se devaloriser en faisant du mankan. Et c’est la meme qu’ il y a eu le grand manquant pour eux.Je connais au moins 5 qui veulent meme aller faire la these Unique encore mais ou meme avoir la bourse ? Sinon ils allaient aller ajouter deux paragraphes a leur ancienne these et metre dix appendix de remerciementst et le tour etait joue. Beaucoup vont mourir Maitres Assistants et je ne les plains pas. Tu penses que s’ ils avaient dit niet, ca allait se passer comme ca ? La loi n’est pas retroactive, quand meme. Donc, quand toi Dikoutassou, tu raisonnes bien et puis je te suis, faut pas venir en arriere gater mon coeur en ajoutant l’ histoire de petits bourgeois qui voudraient qu’ on lutte pour eux. Laisses- les mourir Maitres Assistants ou meme Maitres- Assistes. Ils le meritent.

          Pas de pitie pour les canards boitilleux.

          Répondre à ce message

      • Le 12 mai 2014 à 18:44, par YO
        En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

        Je partage partiellement votre analyse, surtout celle concernant certains anciens (il y en a qui sont corrects à mon avis) qui ont bénéficié de bourses pour faire leur doctorat d’Etat en France et qui, une fois au commande comme ministres ou assimilés n’ont rien mis en place comme alternative. Chacun devait se débattre comme il peut pour s’en sortir.
        Mais je pense que vous êtes injuste vis à vis des jeunes qui ont fait la thèse unique et une carrière rapide. Ils n’y sont pour rien dans la situation des titulaires du 3ème cycle. J’en suis un et je ne me suis jamais senti "nargué" par mes anciens étudiants plus gradés que moi aujourd’hui. Je suis plutôt fier d’eux.

        Répondre à ce message

        • Le 18 mai 2014 à 03:37
          En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

          Yo, c’est bien genereux d’ etre fier d’ eux, mais saxhe que la plupart sont des hypocrites qui jouent aux humbles devant vous mais qui se vantent d’ etre au sommet a tel age. Ouvrez l’ oeil et le bon. Les jeunes d’ aujourd’ hui sont plutot mal eleves. Faites attention a la naivete.

          Répondre à ce message

      • Le 18 mai 2014 à 03:45
        En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

        Dikoutassou, tu as trop raison meme. Au Burkina, les gens preferent qu’ on diminue meme leur salaire si en diminuant leur salaire l’ autre va se retrouver en categoire inferieure. Le burkinabe n’ aime pas le burkinabe. C’est pourquoi quand il est dnas une organisation internationale, si on ouvre un poste la- bas, ne tente meme pas de compteir car il va te kpatra avant meme la compulsion des dossiers. Regarde meme les inspecteurs du secondaire et les conseillers pedagogiques du secondaire. Ils sont tous du corps d’ encadrement n’est-ce pas ? Mes les inspecteurs ont tout fait pour tenir leur CAIES a part. Il a fallu que les conseillers bataillent fort pour tenir aussi leur "CAIES" a part. Qui est fou car ca fait 20mille balles par jour pendant une semaine a BOBO. Dites,. quels problemes d’ encadrement les inspecteurs peuvent avoir que les conseillers n’ ont pas ? Mais ces memes inspecteurs se retournent pour pleurnicher parce que les Profs d’ universite demandent a ce qu’ on les renvoient de la categorie P4. Au lieu de lutter pour que les assistants commencent meme en P6, ils luttent pour qu’ on retrograde les inspecteurs. ca s’ appele le complexe de la miserabilite. Pitie des pitie. Ces memes inspecteurs ont lutte pour que les indemnites de logement des conseillers restent a 30 mille francs alors que eux ils ont 50000f. Ils oublient que zero = zero. Burkinabe, pardon, utilisz vos energies pour avancer pas pour devancer (les autres).

        Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2014 à 01:31, par Elohim
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    Le cames est une structure dictatrice. Ya til ce genre de designation en europe ou au usa ? Jamain et pr koi cela en afrique ? Linitiative est venu de no faux intellectuels africains,arogants,qui par le hasard des choses s st retrouve ala tete et oeuvrent pr bloker le chemin des jeunes plu outilles.Que ces viellards de la vielle ecole aillent se reposer. A bas le cames ! A bas le SG ! A bas le present comuniké !

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2014 à 06:19, par BaYelmSida
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    Il faut alors les dispositions du décret n°2011-033/PRES/PM relatives aux notions de titre académique ! En effet, il est clairement mentionné entre autre que le maître de conférence porte le titre académique de professeur et le professeur titulaire, le titre de professeur titulaire.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 06:50, par JGP
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      Il suffit de googler le nom et le prenom du scientifique pour voire combien il pese sur le plan scientifique. Ce n’est pas une note qui va regler cela. Les titres s’equivalent et les chercheurs donnent des cours dans les universites au meme titre que les enseignants dit chercheurs. Pourquoi ne pas les appeler les chercheurs chercheurs-enseignants ? Mais bof chacun connais sa valeur intrinsèque et c’est le plus important.

      Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 07:30, par Daouda
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      Et si ce Professeur et son CAMES commençaient surtout à s’occuper de la déliquescence de nos universités, que de la question minable de titre. C’est cela le plus important pour vous ?

      Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2014 à 07:54, par Frédo
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    Eh oui !!!,une note de trop pour décourager les enseignants qui ne font pas allégeance à des régimes politiques et qui refusent d’être des obligés de quelques dirigeant du CAMES ni même de se prostituer intellectuellement !!!!
    Pour rejeter en bloc cette note au contenu insensé et humiliant pour nos braves enseignants,nous, étudiants consciencieux appelons l’ensemble des étudiants des Université à appeler désormais n’importe quel enseignant de nos universités "Professeur",surtout quand il est titulaire d’un Doctorat !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2014 à 08:30, par naz
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    je crois que le titre importe peu !!a l’universite on a des maitres assistants qui assure mieux leur cours par rapport aux prof titulaires

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 11:39
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      Messieurs du cames vous avez beaucoup de boulots :
      - les infirmiers voire des tradi-praticiens se font appeler DOCTEURS.
      - et que dire des profs de lycée et collèges ? sont-ils seulement des enseignants ?
      Heureusement que vous ne descendez pas aussi bas sinon vous aurez des crises cardiaques !

      Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 12:04, par Youpi
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      Je suis parfaitement d’accord avec toi. Il faut se méfier de ces titres qui tendent à déifier des gens bizzarre.

      Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 12:23, par De Balzac
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      Pour les titres académiques, le CAMES peut travailler à éviter les frustrations. Il suffit d’uniformiser les choses et prendre le Doctorat comme seul référentiel. On dira par exemple : Dr. Salif KABORE, Assistant en chimie-analytique. S’il passe au grade de maître-assistant, on dira Dr. Salif KABORE, Maître-assistant en chimie-analytique ; s’il passe le grade de Maître de conférence, on l’appellera Dr. Salif KABORE, Maître de conférence en chimie-analytique et ainsi de suite. Cela évitera de compliquer les choses et polémiquer la dessus. Le problème se pose également et autrement avec le doctorat en médecine ou en pharmacie, qui est une thèse d’exercices sanctionnant la fin d’études en médecine ou en pharmacie du doctorat recherche. Pendant que dans le système anglo-saxon on est en train d’oublier les étapes d’assistant pour aller directement à maître-assistant, voire Maître de conférence, nous on préfère le conservatisme car les aînés sont passés par là, donc tout le monde doit subir la même chose.

      L’autre problème dans nos universités actuellement, il est formellement interdit à un titulaire d’un Master II professionnel de faire de la recherche, alors que dans les pays anglo-saxons, le débat est clos depuis longtemps. A l’Université de Ouagadougou par exemple, il est interdit aux étudiants titulaires de Master II professionnel de s’inscrire en thèse et la situation est bloquée car pour quelqu’un qui a fait un Master II professionnel à partir de la Licence, on lui demande de revenir faire une Maîtrise d’abord avec de s’inscrire en Master II recherche pour espérer aller en thèse. Ce qui est encore pire, c’est que la Maîtrise n’existe plus avec le système LMD. Du même coup, on bloque le système et on passe le temps à crier au manque de compétence dans tel ou tel domaine. On est alors tenter des se poser la question avec Ki-ZERBO, à quand l’Afrique ?

      Répondre à ce message

    • Le 12 mai 2014 à 14:25
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      merci mon frère cela est vrai. comme disait un Taiwanais le noir bloque le noir

      Répondre à ce message

      • Le 13 mai 2014 à 11:16, par StephSan
        En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

        je pense que c’est à travers tes qualités (publications surtout) qu’on s’assume. au départ ce même cames a fait de certains professeur titulaire dans certains pays ouest africain afin que ces gens puissent former la nouvelle génération alors que ces derniers n’ont publié ni articles, ni ouvrages. si l’on part dans ce sens, ils ne devraient pas avoir le grade de maitre assistant n’en parlons pas celui de professeur. dans tous les cas, nous sommes fières de nos enseignants d’université surtout ceux ayant le doctorat et nous continuerons de les appeler ’’Professeur’’.

        Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2014 à 19:22, par YO
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    Recommandation pour recommandation, je crois que le CAMES devrait travailler à proposer un salaire plancher pour ses experts (inscrit sur ses listes d’aptitude). Ce salaire plancher serait opposable à toutes les universités publiques ou privées adhérant à son système d’évaluation.
    Cela dit, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Je trouve que son système d’évaluation est partiel en ce sens qu’il consacre uniquement les aptitudes. C’est certainement une dimension objective de la compétence, la plus facile à évaluer mais doit-on pour autant multiplier par zéro les autres dimensions de la compétence.
    Malgré tout, le CAMES reste la meilleure chose qui soit arrivée à nos systèmes d’enseignement supérieur. Imaginez ce que seraient les décorations, je veux dire les grades universitaires, sans le CAMES ! Dans le meilleur des cas, moitié pour les méritants, moitié pour les courtisans politiques

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2014 à 21:09, par abefo
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    C’est vraiment dommage pour le CAMES. Allez plutôt à l’essentiel. A savoir agir pour un système universitaire plus performant et adapté au développement socio économique de l’Afrique. Voulez vous que les gens se mettent à rectifier cent fois dans la journée à chaque fois qu’on les appele "professeur" ?
    laissez ces débats, je voulais dire ces "combats" et concentrez vous sur les vrais questions. L’université de notre sous région est en crise et à la recherche de repères.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2014 à 11:01, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    - MESSIEURS DU CAMES, le petit peuple n’a que foutre de vos titres et de vos diplômes !!!! D’ailleurs vous ne servez à rien sauf à faire des recherches de complémentation pour des chercheurs européens et américains. Vous auriez pu vous valoriser en réveillant les universités mortes de vos pays respectifs. Vous venez ici étaler votre orgueil et votre vantardise alors même que vous vous absentez aux cours dans vos amphi. Pourquoi ici au Burkina moi j’appelerai quelqu’un PROFESSEUR alors qu’il s’absente à ses cours devant ses étudiants ??? Pourquoi le ferai-je ? Je ne ferai pas parce qu’il ne le mérite pas simplement. Bande de mange-mils et de MAFIOSIS !!!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2014 à 12:34, par k
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    Professeur MBATCHI, rien qu’à côté de votre institution, il y a un responsable d’un institut qui signe Pr. Est il Pr ? Sinon, merci de le lui dire gentiment pour qu’il arrête d’usurper ce titre. Il peut bien gérer l’institut sans mettre le Pr. ces confrères lui rendront son titre. Mais de là signer Pr et que certains susurrent qu’il n’est pas Pr c’est pas beau à entendre. Bref, juste pour dire à nos Pr et autre de bien travailler et de laisser cette querelle de titre. Sur les campus, quand vous rencontrez un Dr, certains veulent qu’un certains respect leur soient donnés parce qu’il sont De ou Pr etc. N’importe quoi ? Il est mieux de respecter les personnes quelque soit son titre et nous serions efficace.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2014 à 14:46, par Verictus
      En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

      J’ai apprecier vos reactions et cela prouve que beaucoup de gens sont concernes par ce qu’ils font la haut ces dieux de l’Olympe Africain au Mont Cames. Ces gens la mettent leurs amis sur les articles de leur etudiants pour passer en grade et dans des revues qui ne sont meme pas cotes sur net. Les memes themes de recherches depuis 50 ans : extrait phenolique de tel plante, propriete proliferative d’une autre. Mon Dieu et quand tu viens avec un sujet nouveau on dit il nya pas d’argent et quand tu trouve l’argent on dit il nya pas de materiel et quand tu trouve du materiel on dit que le comite d’ethique ne veut pas. Les ghanaiens, Nigerians et sud-Africains ne sont pas aux cames mais ils ont leur systemes qui marchent tres bien. Ah , nous les francophones toujours a courir derriere les titres. Le journal du cames n’apparait meme dans Pubmed une entite comme le cames pendant que des universites du Nigeria ou du Ghana ont leurs journaux dans NCBI. Je suis vraiment decu de leur basseses. Il faut simplement ete purement laisser chaque Universite recruter ses enseignants en fonction du grade. Donc si un Directeur de recherche est recrute a l’universite de ouaga ( meme comme enseignant auxilliaire) il aura le titre de Professeur auxilliaire en genetique par exemple ou Professeur associe de genetique.

      Répondre à ce message

      • Le 18 mai 2014 à 04:19
        En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

        Veritus, es verdad. Du habst recht. Tiene razon. Vous avez raison. Vous avez dit vrai. Moi j’ ai etudie aux Etats- Unis. je connais bien le systeme americain. La- bas, Il n’ y a pas de CAMES et pour monter de grade, c’est tres rigoureux. On prend en compte les evaluations des etudiants sur 5 ans pour voir si la tendance est au progres ; on prend aussi en compte vos publications litteraires. Les publications dans des revues obscures ne comptent pas ; et on regarde aussi le nombre de citations pour voir l’ impact que votre travail a eu sur la communaute scientifique ; on regarde aussi votre contribution a la communaute. L’ alliance du gown(la toge) et de la town(la cite), c’et trs important. Un prof d’ universite(meme s’ il a la licence et il enseigne a l’ universite, I don’t care how and what somebody wants me to call things_je me moque eperdument de comment quelqu’ un veut que je designe les choses) ; donc un prof d’ universite doit etre actif dans sa communaute afin que son savoir ne soit pas theorique. Mais regardez actuellement le debat sur l’ avenir du Burkina. Ils sont combien de profs d’ universite a se mouiller les pieds a part Etienne Traore Mamadou Sawadogo, magnez- vous. Ne vous contentez pas d’ etre brillants intellectuels. Si on allume la bougie, on ne doit pas la mettre sous le boisseau.
        Mais le probeleme de nos profs, c’est le systeme francais qui est inefficace. On parle beaucoup, surtout en roulant mal les rrr pour singer le Parisien et faire savoir a Ndaoua que lui n’ a jamais pris l’ avion alors qu’ il a pris l’ avion grace aux 5 francs 5 francs des gens comme Nadaoua. On palre bien donc mais on ne sait pas agir.
        J’ oubliais meme d’ ajouter qu’ aux USA, il y a meme pas de CNRS ou autres CNRST mimetiques. I y a une multitude de fondatiosn comme la Ford Fondation, La Rockfeller Fondation, Melon Fondation, Natioal Science Fondation/NSF, Woodrock Wilson Fondation, Rotary Fondation, etc. Si tu veux faire de la recherche, tu ecris un projet et tu soumets et s’ ils trouvent le projet bien, ils financent. Mais 33% de la cagnote, c’est pour toi le principal Investigateur (PI) et le reste va a ton universite. Donc les universites elles meme ont de l’ incitation a ce que vous gagniez ca. C’est une des raisons pourquoi les chercheurs trouvent la- bas. On met a leur disposirion les sous pour faire leur travail. Mais en afrique, ceux qui ont les moyens mettent leur argent a la disposition des politiciens. Vous savez pourquoi ? Si vous ne savez pas, vous n’ avez pas merite de lire mon poste.

        Répondre à ce message

  • Le 8 février 2015 à 12:51, par Tchipandi ya Kueza
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    Heureux débat que celui du grade au CAMES. Je pose simplement quelques questions à Sieur MBATCHI.
    - Est-il logique qu´un Maître de Conférences signe, par exemple, Dr Tartampion, Maître de Conférences ?
    - Pourquoi est-il habilité à diriger les thèses de doctorat ?
    - N’existe t-il pas des Professeurs de rang B dans votre machin chouette CAMES ?
    - Au fait pourquoi le CAMES ne tient-il pas compte du doctorat nouveau régime en ses spécificités au lieu de le fourguer dans le doctorat unique qui ne veut rien dire ?
    - Pourquoi les grands professeurs ajoutent-ils la mention "titulaire" ? N’est ce pas en référence au professeur en second ?

    derriere ces questions se dévoile une irrationalité développée par certains grands profs gabonais qui ne veulent surtout pas que la nouvelle classe leur soit collègue. De toutes les façons, qu’ils le veuillent ou pas, ils seront obligés de les côtoyer. Et bien sûr le Pr Titulaire MBATCHI est gabonais donc... Du reste, ces hauts gradés sont toujours entrain de prendre des dispositions pour rendre plus difficile l’accès aux grades.
    Merci au Pr titulaire Louis Marc ROPIVIA qui appelle ses jeunes collègues Maître de conf. Pr. Pour ma part, je signerai toujours Pr en précisant, Maître de Conférences.
    j’en assumerai les conséquences mystérieuses. LOOOOOL

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 20:02, par Zeus
    En réponse à : CAMES : Pour un usage réglementé des titres.

    A mon avis ce débat n’a pas lieu d’être.
    Toutes nos Universités manquent de personnel qualifiés et on veut en écarter certains.
    A ce que je sache comme l’ont signifié certains devanciers dans ce forum, le général de brigade, le général de division, le générale de corps d’armé sont appelés GENERAL,
    le lieutenant colonel et le colonel sont appelé COLONEL.

    Pourquoi l’enseignement de rang B aurait il le droit de s’appeler Dr et Directeur de Recherche n’aurait pas le droit de s’appeler Professeur quand on sait que ces éminents chercheurs ENSEIGNENT également dans les mêmes universités que nos valeureux professeurs les fruits de leurs recherches.
    Que le CAMES reconnaissent le MERITE au lieu de faire de la PROPAGANDE.
    Les gens veulent évoluer certes en connaissance mais aussi en reconnaissance.
    Je voudrais toutefois féliciter le Pr MBATCHI d’avoir ouvert cette boîte de Pandore.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés