Roch Marc Christian Kaboré : « Nous demander d’aller au référendum, c’est nous demander de prendre des vessies pour des lanternes »

dimanche 27 avril 2014 à 23h51min

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) était face aux populations de Dori pour, précise son président Roch Marc Christian Kaboré, réaffirmer les positions du parti sur la modification de l’article 37, le Sénat, le référendum et pour leur demander d’aller se faire enrôler sur les listes électorales. C’était le 25 avril 2014.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Roch Marc Christian Kaboré : « Nous demander d’aller au référendum, c’est nous demander de  prendre des vessies pour des lanternes »

Comme partout ailleurs où le parti est passé, l’occasion a été celle d’une succession à la tribune. Et les plus attendues des interventions étaient évidemment celles de Simon Compaoré, et de Roch Marc Christian Kaboré. Le MPP dans sa rupture d’avec le CDP et dans sa quête du changement, est venu solliciter le soutien des populations de Dori et du Sahel tout entier, dira le premier. Et d’ajouter que l’expression de leur détermination pour le changement « n’est point la démagogie ».

Quant au second, Roch Marc Christian Kaboré, après avoir relevé de vive voix que lui et ses camarades sont « en rupture totale avec le CDP », il a précisé que leur vision est celle du « changement dans la gestion économique, politique et culturelle de notre pays ». Pour lui, « il est hors de question de réviser l’article 37 pour permettre la continuation du mandat ». D’où l’obstination du MPP dans son opposition au référendum tendant à faire modifier cette disposition constitutionnelle. Et l’explication en est, selon lui, « que le peuple burkinabè a déjà tranché cette question en disant que le président du Faso est élu pour 5 ans renouvelables une fois ». Et d’ajouter, « c’est ce que nous devons respecter ».

A l’endroit de ceux qui disent que les démocrates doivent accepter d’aller au référendum, Roch Marc Christian Kaboré réplique en brandissant le contraire. Pour lui, ce sont bien ceux qui ne sont pas des démocrates qui veulent aller au référendum pour modifier la Constitution. Et de marteler, «  Nous demander d’aller au référendum, c’est nous demander de prendre des vessies pour des lanternes  ».

A propos de la mise en place du Sénat, le MPP, précise son président, est « contre ». L’occasion aura donc été celle de la réaffirmation des positions du parti, des positions déjà connues et qui sont d’ailleurs communes à l’opposition affiliée au Chef de file de l’opposition politique (CFOP). Et pour la suite, le président du MPP a demandé à ses admirateurs du jour, de rester mobilisés, d’aller se faire enrôler sur les listes électorales pour voter massivement le MPP en 2015. Déjà, promesse leur a été faite de revenir les jours à venir pour parcourir chacune des provinces de la région du Sahel ; car, précise-t-il comme pour sensibiliser ses camarades, « C’est à nous de nous rapprocher plus des populations ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés