Lutte contre le VIH/Sida : Une université d’été sur la gestion des financements

mercredi 23 avril 2014 à 00h11min

Partager des expériences dans une dynamique de conjugaison théorie et pratique pour une gestion plus efficiente des financements dont bénéficient les organisations à base communautaire dans le cadre de la lutte contre le VIH/Sida, c’est à cette fin que se tient une université d’été sous le thème « Financement Basé sur la Performance ». Une université d’été organisée par l’Initiative privée et communautaire contre le sida au Burkina Faso (IPC/BF) en collaboration avec l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP), et parrainée par la Banque mondiale. La cérémonie d’ouverture de cette université – la deuxième de l’IPC - est intervenue ce mardi 22 avril 2014 à Ouagadougou en présence du ministre en charge de l’action sociale, Alain Zoubga.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre le VIH/Sida : Une université d’été sur la gestion des financements

Ils sont au nombre de 80, les participants à cette deuxième édition de l’université d’été de l’IPC. Une édition annoncée pour permettre à une large gamme d’acteurs de la santé publique d’échanger et de partager expériences et résultats de recherche opérationnelle, en ayant le souci de valider et d’étendre ces résultats. En effet, le Financement basé sur la performance (FBP) qui est au centre de cette rencontre, est une approche développée et privilégiée par les PTF dans l’optique de faire améliorer l’accès aux services de qualité ; un accès qui constitue encore une préoccupation pour les services de planification familiale, ainsi que pour ceux actifs dans la prévention de l’infection à VIH et dans la prise en charge des PVVIH (personnes vivant avec le VIH). Il vise également à instaurer des actions plus efficaces dans la quête de résultats véritablement probants à un moment où la mobilisation des ressources est un parcours du combattant.

Pour ce faire, des formations sont annoncées pour être assurées – durant cette université d’été - par des experts du projet FBP (initié par la Banque mondiale) et par des experts de la Direction générale des études statistiques et sectorielles du ministère de la Santé. Toute chose qui devra permettre, à tout le moins, aux participants de renforcer leurs compétences tant théoriques que pratiques. Déjà, le directeur exécutif de l’IPC, Dr Bidiga Aimé Joseph, précise être convaincu que ces travaux serviront à révolutionner leurs pratiques de gestion et à optimiser leurs rendements sur le terrain.

Pour sa part, et avant de les inviter à formuler de pertinentes recommandations à la fin – annoncée pour le 26 avril 2014 - de leur travaux, le ministre Alain Zoubga a tenu à préciser que c’est aussi à eux, acteurs du secteur privé, d’indiquer la voie à suivre dans la définition des choix stratégiques pour contrer le VIH/Sida ; le gouvernement n’ayant aucunement la prétention d’avancer seul.

Quant à la Banque mondiale, elle a, par la voix de Dr Ousmane Haïdara, exprimé ses attentes de cette université, attentes tenant à ce que non seulement « le monde communautaire puisse bien réfléchir sur les différentes stratégies d’approche de financement basé sur les performances », mais aussi qu’il puisse aider sur le terrain, la Banque « à augmenter la connaissance des communautés pour une meilleure santé des populations ». En attendant, la Banque mondiale promet de renforcer ses financements au profit des organisations à base communautaire actives dans la lutte contre le VIH/Sida au pays des Hommes intègres.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 avril 2014 à 17:14, par Manglé
    En réponse à : Lutte contre le VIH/Sida : Une université d’été sur la gestion des financements

    Salut chers "lutteurs" contre le sida
    Je suis très content de voir que ces genres d’initiatives sont prises au niveau du Burkina Faso depuis un certain temps. Il est donc important de renforcer les capacités des OSC intervenant dans le domaine de la lutte contre le sida car la majorité est clouée au sol, n’entendant que les fonds du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
    Cependant, nous suivons avec intérêt le déroulement de ces universitéS d’été et nous déplorons l’identification des participants. Les structures qui doivent participer à cette université ne sont généralement pas au courant. Comment on peut expliquer que l’IPC en tant que bénéficiaire ignore certains réseaux et grosses associations ne participent pas à cette université d’été. Je rappelle donc à l’IPC qu’elle a à un certain moment travaillé à enrôler d’énormes structures pour des activités de sensibilisation , de prise en charge psychosociale des PVVIH. Je vous avoue que c’était du saupoudrage. Vous avez eu le fonds mondial, même si vous ne pouvez pas financer ces associations, inscrivez les dans ces genres d’initiatives afin de leur permettre de mobiliser des ressources pour leurs activités.
    Bref, c’est dommage que vous oubliez ces associations qui vous ont permis d’engranger des résultats qui ont aussi permis que vous soyez aujourd’hui un puissant Bénéficiaire principal. REVOYEZ DONC VOTRE COPIE Messieurs les responsables de l’IPC.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés