AU COIN DU PALAIS : Un chauffeur de camion fait deux morts dans un cortège funèbre

mardi 15 avril 2014 à 12h28min

Un chauffeur de camion s’est retrouvé, ce vendredi 11 avril 2014, devant le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso pour homicide involontaire, défaut de maÎtrise et dégradation de biens immobiliers.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les faits remontent au 13 octobre 2012, lors d’un voyage qu’il effectuait de Bamako à Bobo-Dioulasso. Ce jour-là, à 35 km de la cité de Sya dans le village de Tiara, alors qu’il roulait à plus de 80 km/h, il a croisé un cortège funèbre. Selon le Tribunal, il a perdu le contrôle de sa direction, parce qu’il roulait à une vive allure et aussi, parce qu’il avait perdu une attention soutenue de la voie. Résultat, deux personnes perdent la vie, au cours de l’accident, avec des dégâts de voitures et de motos. Le tribunal l’a relaxé pour défaut de maîtrise et dégradation de biens immobiliers. Cependant, il a été condamné à une peine d’emprisonnement de 12 mois avec sursis pour homicide involontaire.

.............................................................................................................................................................

3 mois fermes pour vol de 8 bœufs

MD s’est retrouvé devant les juges du Tribunal de grande instance (TGI) de Bobo-Dioulasso, ce vendredi 11 avril 2014, pour vol de 8 bœufs appartenant à BI. Les bœufs de ce dernier, 29 au total, auraient disparu dans la nuit du 15 au 16 mars dernier. Le propriétaire s’est mis à la recherche de son troupeau et fut informé qu’un individu a été apperçu avec 8 bœufs en direction de Bobo-Dioulasso. MD est arrêté par la population de Nanoro, informée sur son passage dans leur localité. La police qui s’est par la suite rendue sur les lieux, s’est rendu compte que la foule a trouvé une arme à feu (un pistolet artisanal et 5 cartouches) sur lui. A la barre, le ministère public l’a accusé de détention illégale d’arme à feu pendant plusieurs heures et avec laquelle il semble avoir menacé la foule. Une assertion balayée du revers de la main par son avocat. Selon ce dernier, si son client voulait user de cette arme, il l’aurait fait, au moment où la population tentait de l’arrêter. Tel n’était nullement son intention, a-t-il affirmé, et appuyant les propos de ce dernier, il a fait savoir que MD a trouvé l’arme sur la route et qu’elle ne lui appartenait pas. Le prévenu, a, lui reconnu avoir vu les 29 bœufs, mais seulement pris les 8 pour les vendre et résoudre ses problèmes. Son avocat s’est appuyé sur cela pour dire que son client n’avait nullement le comportement de celui d’un voleur ordinaire, car malgré les risques du vol, il n’a pris que 8 bœufs parmi les 29. Selon lui, il était submergé par ses problèmes et était uniquement guidé par le souci d’y trouver des solutions. Il a donc demandé la clémence des juges en ajoutant que le prévenu a 56 ans, marié à trois femmes et père d’une vingtaine d’enfants. Le tribunal a constaté que l’accusé est un récidiviste qui a déjà été condamné à 6 mois fermes. Le ministère public a alors requis contre lui, 4 ans de prison ferme. Cependant, le tribunal l’a condamné pour le vol des 8 bœufs à 3 mois ferme, avec la confiscation de l’arme et des minutions.

.............................................................................................................................................................

Des voleurs de motos aux arrest

SD et DO se sont spécialisés dans le vol de motos. Leurs dernières sorties remontent aux 1er février et 18 mars derniers. Ces jours-là, ils se sont rendus à Houndé pour leurs « opérations » et ont ramené leur butin à Bobo-Dioulasso. Pour commettre leurs forfaits, ils utilisent, semble-t-il, un trousseau de clés qui leur permet de démarrer les différents types de motos. Un argument non accepté par SD qui, tout en reconnaissant les faits qui lui sont reprochés, nie avoir un trousseau de clés de tous types pour démarrer les motos. Il déclare avoir ramassé, le jour de leur vol, une clé sur les lieux qu’il a utilisée. Son complice DO a, lui, nié dans un premier temps, avoir pris part aux vols, arguant avoir acheté les motos avec SD, avant de reconnaître y avoir participé, devant le tribunal. C’est d’ailleurs l’attitude de ce dernier qui a permis leur arrestation. En effet, courant mars 2014, la police judiciaire a eu écho que DO avait en sa possession deux motos, alors qu’on faisait cas de disparition d’engins. Elle a donc diligenté son enquête et interpellé DO, puis par la suite, son complice SD. Le tribunal les a condamnés à 24 mois fermes chacun, plus 100 000 F CFA d’amende pour DO.

Rassemblés par
Wurotèda Ibrahima SANOU

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés