Recrutement de 2 500 opérateurs de kits par la CENI : Le visage hideux du chômage des diplômés sans emploi mis à nu

vendredi 11 avril 2014 à 02h42min

Le recrutement des 2500 operateurs de kits de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) qui a démarré ce 10 avril 2014, a dévoilé une fois encore la triste réalité du chômage dans notre pays. Nombreux d’entre les milliers de candidats venus de diverses régions du Burkina, s’étaient, depuis l’avant-veille, rassemblés au stade du 4 Août pour y passer la nuit, afin de s’assurer le dépôt de leur dossier, selon des témoignages. D’autres par centaines continuaient ce jour, à affluer sur les lieux dans l’espoir d’être retenus à l’issue de la sélection, malgré les jets de gaz lacrymogènes et coups de matraques, pour maintenir l’ordre.

Recrutement de 2 500 opérateurs de kits par la CENI : Le visage hideux du chômage des diplômés sans emploi  mis à nu

Certains des dizaines de milliers d’étudiants et chômeurs tenant à déposer leur candidature pour les postes d’opérateurs de kits de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), en vue de l’enrôlement biométrique des électeurs, essayaient de forcer l’espace quadrillé, pour être aux premières lignes. C’est par des jets de gaz lacrymogènes que les forces de l’ordre tentaient à leur tour de les décourager et de maintenir l’ordre, occasionnant des bousculades et des fuites dans tous les sens.

Aussitôt arrivés, Certains repartaient chez eux déçus par la mobilisation monstre qui se présentait. Tandis que d’autres par tous les moyens, ne voulaient laisser échapper la chance d’empocher les 400 milles francs CFA, à l’issue des deux mois de service d’agent recenseur. Revenant ainsi à la charge pour récupérer leur rang perdue dans la course.

Jusqu’à 9 h, Lankoandé Rolande, Diplômée de Sociologie, venue pourtant à 3 h du matin à l’en croire, attendait dans une file.

Selon elle, c’est l’organisation qui fait défaut : « L’organisation n’est pas bonne. Je pense qu’on pouvait organiser ça en ligne ou du moins décentraliser. Regardez tout ce monde, comment nous allons nous en sortir ? Les gens sont venus de toutes les provinces à part ceux qui sont à Bobo et environnants qui déposent à Bobo. Tout le reste doit venir à Ouaga pour déposer.  », explique-t-elle.

La police fortement déployée sur les lieux, a dû poser des barricades sur les deux côtés de l’artère principale, à proximité du stade, afin de réglementer la circulation, fortement perturbée par les attroupements divers de candidats et les longues files d’attente qui s’étendaient jusqu’aux portes de l’INJEPS et de la cité universitaire « chinoise ».

«  Il y en a qui sont arrivés, qui ont dormi au stade ici pour pouvoir déposer. Tout cela montre qu’au Burkina il n’y a pas de travail pour les jeunes. On nous parle de mesures sociales, ça, ce n’est rien que pour les ruraux. Tous ceux qui sont ici ont au minimum le Bac, chôment et on nous parle de Burkina émergeant !  », conclut Lankoandé Rolande, avec un air dépité.

« Le taux de chômage est tellement élevé, et la jeunesse souffre. Il y a trop de misère. Si les gens avaient des emplois, il n’y aurait pas beaucoup de monde ici aujourd’hui » a affirmé à son tour Sawadogo Boubacar, étudiant en 2e année de SEG à l’université de Ouagadougou d’avis avec son prédécesseur.

« C’est pour les 400 000 F CFA là seulement, On a même laissé les cours pour venir ici… », ajouté t’il, avant d’être interrompu par un jet de gaz lacrymogènes, nous dispersant.

Cette révélation, nous incite à faire un tour au campus, puis sur le site du SIAO, où cette promotion prend des cours. Sur place nous constatons effectivement des salles de classes à moitié vidées de leurs occupants habituels, très probablement au Stade du 4 Aout, pour espérer être parmi les 2500 recrus de la CENI.

Vers 11 h, quand nous sommes revenus au stade du 4 août, ce sont des forces de l’ordre qui collectaient eux-mêmes les milliers de dossiers par lots dans les files, afin de les transmettre aux agents réceptionnistes.

Arba Nadembega

Lefaso.net

Messages

  • Le vrai visage du régime Comparé !!!! Le grand chômage !!!!

    • dans tous les pays du monde sache que l’État a toujours eu un grand soucis avec les jeunes surtout la question du chomage.et puis vous oubliez que le Burkina est en grande partis composé de jeune.pensez vous que le gouvernement peut aider tous ce monde ?on le veut bien mais c’est difficile !l’avènement de la CENI est aussi un système pour permettre permettre aux jeunes de souffler un peu.

    • Merci Mr le ministre pour votre contribution.

    • vous pouvez mieux faire.es tu a l’aise quant tu parles d’occasion pour souffler. doit-on attendre des occassions de recrutement a courte durée et a chaque election pour se soulager ?dit moi qu’elle est cette structure a part la ceni qui a deja recruté autant de personne ?si ce que vous dite est exate,il faut multiplier les occasion de recrutement.si non jusqu’a ce que tu ne me prouve le contraire la ceni recrute du personel pour un but donné(les preparatifs des election)et jamais comme tu la dit pour souffler les milliers chomeur.

    • Et si le gouvernement ne les aide pas qui va les aider ?Tous les pays du monde font tout pour pallier au chômage,surtout à celui des jeunes.Quesque ton gouvernement que tu défend aveuglement a fait pour nous la jeunesse ?J’ai du mal à croire qu’il ya des intélectuels qui soutiennent encore ce régime.Bon,de toute façon rien ne prouve que tu en est un.

  • Ça fait vraiment pitié de voir l’état du chômage au Faso (bien que le Faso n’est pas le seul pays africain concerné par ce fléau). Cela montre aussi la mauvaise gestion des ressources du pays. Pour trouver du travail au Faso, il faut avoir son parent dans le CDP, sinon bienvenue dans le cercle des chômeurs pour au moins 5 ans. Vivement un changement de régime pour qu’on puisse expérimenter d’autres methodes de gestion.

  • Du courage vous. 400 000 francs en deux mois pour un chômeur ? Le jeu en vaut la chandelle.
    Je crois que les Burkinabé devraient s’ouvrir d’avantage aux TIC. Il faut eviter ces attroupements qui troublent l’ordre public par des recrutement en ligne. C’est aussi la voie que devait choisir les maires fraudeurs, accrobates en trafic de pracelles par la publication numerique des listes des bénéficiaires indûs, ça nous permettra au moins d’économiser nos stocks de lacry qui nous sera plus utile dans les mois à venir.

    • Cher... C’est une bonne idée d’utiliser les TIC comme tu le propose. Mais encore faut-il avoir du courant pour allumer un ordinateur dans un cyber pour ceux qui n’ont pas d’ordinateurs portables avec connexion internet. Pardon j’oubliais que vu nos conditions économiques (nous étudiants)c’est encore un luxe de posséder un ordinateur portable, encore moins avec une connexion. Moi je propose qu’il y ait plus de bureau pour le dépot des dossiers et que les bureaux soit dispercés un peu partout en ville en attendant l’émergence.

  • C’est aussi cela le probleme de l’Afrique (ou du copier/coller). Voyons voir, comme on dirait. On veut un enrollment biometrique des electeurs (ce qui en soit est une technologie de pointe). Les candidats aux postes d’agents enrolleurs doivent venir s’aligner pour deposer leur dossier, ce qui est une des approches les plus archaiques. Comment se fait-il qu’un pays qui veut organiser un enrollement biometrique de ses electeurs ne puisse pas concevoir un systeme qui permette aux candidats de deposer leurs dossiers en ligne..... oubien par la poste !!! Debut de reponse : nous n’avons pas pense nous meme l’enrollement biometrique, autrement on aurait pense le depot de candidatures bien avant.

    • Et les timbres qu’ils doivent payer pour augmenter nos recettes ? Vous oublier que nous sommes un pays à fort taux d’impÖts ?

    • qu’est ce qui vous etonnes ?c’est une manière pour l’Etat de se faire un maximum d’argent a travers l’achat des différents timbres.au minimum il faut 600f par dossier.si non qu’a meme les NTIC sont la pourquoi et l’on clame haut et fort que le burkina est un pays emmergent.quelle honte

  • Continuer le burkina est entrain de descendre. En bas du seuil de la pauvrete.

  • Et on nous parle du Burkina émergeant !!! L’ARNAQUE

  • La CENI avait-elle besoin d’ ouvrir ce recrutement à tout le monde, étant donné que selon le communiqué, 2500 des 4000 agents recrutés en 2012 ont un avantage sur les autres candidats ?

  • Un étudiant n’est pas un chômeur car il fait partie de la population inactive. Et cette population inactive est composée des retraités, des étudiants.... Donc pour moi ce nombre de personne alignées pour s’inscrire n’indique en rien le visage du chômage au Burkina. Avant que les internautes ne réagissent par rapport à un message il faudrait d’abord qu’une lumière d’intelligence brille sur leur front et qu’ils ne se laissent pas guider par leur émotion dans les analyses on gagnerait en ce qui concerne le nombre de réactions sur le forum.

    • En tout cas !!! dans tt les pays developes du monde un etudiant doit travailler parallelement a ses edutes sauf au Burkina !

    • Oui mon intello, comme tu es si intellectuel ! Alors un étudiant inactif vit de quoi ? De son son inactivité. Dans cet article ce sont des étudiants qui évoquent leur galère, le chômage, si tu veux le manque d’emploi après les études.On te parle d’une réalité du pays donc arrête de nous pomper l’air en insultant l’intelligence des gens.

    • c’est a partir de cela que l’on peut veritablement chiffrer le taux du chomage au Burkina..Il faut signaler aussi que l’organisation de la reception des dossiers est un sabotage.Pourquoi la CENI n’a t-elle pas prévu beaucoup de guichets de reception ?Avec seleument trois guichets était-il possible vu le nombre des candidats..reconnaissons qu’il ya mauvaise à quelque part.

    • Très bonne remarque et analyse. Cette foule n’explique pas forcement le taux de chômage au Burkina Faso, mais plutôt la misère du peuple Burkinabé. En effet, mise à part la souffrance des étudiants, nombreux sont ceux là qui n’ont pas de travail décent pour subvenir à leurs besoins primaires. Avec une investigation plus poussée, on verra que certains employés de la fonction publique en font partie. Je profite de cette occasion pour interpeller au futur président du Burkina(l’actuel a montré ses limites), qu’au delà des beaux discours, seuls vos actes seront appréciés par la jeunesse Burkinabé, et il n’y aura pas de négociation sur la question du bien être du peuple. Le peuple a soif et faim.

    • puisse Dieu te pardonner ta mauvaise foi évidente

    • ce ne pas du tout intelligent ce que vous venez de dire. bientot nous seront en mais,les depot des dossiers pour les candidatures au concours directs s’approchent.faites y un tour.si vous vraiment conscient,vous reviendrai sur votre message. reflechissons un peu !!!!!!!!!!

    • monsieur BKG je pense que nous n’avons pas la même conception du chômage ,veuillez lire la définition dans le dictionnaire "période d’inactivité professionnelle due au manque de travail ".. ce qui illustre parfaitement la situation que vous voyez là sur les photos :..... le manque de boulot

    • C’est tout simplement bête comme méthode de recrutement.. Comment en 2014 on peut encore faire aligner des milliers de personnes juste pour un dépôt de dossier ?? franchement ce pays fait pitié ! Il suffit simplement de mettre un formulaire en ligne.. Tout le monde y gagne.
      Si c’est l’argent des timbres aussi que l’état souhaite récupérer on peut comprendre, mais là aussi il suffit de demander à ce que les candidats scannent la demande..
      Ce pays a vraiment son avenir derrière lui !

    • Ah enfin quelqu’un de raisonnable, voyez-vous comment la presse passe souvent a côté et a tendance a tous mettre sur le dos du régime en place. Les monsieurs de la presse, un rappel a l’ordre et au devoir se fait sentir. Merci l’aîné, sans votre point de vu, je ne saurais imaginé les réactions a suivre.
      Merci BKG

    • BKG, loin d’être contre votre point de vue, il faudra cependant nuancer pour ce qui concerne notre cas ici au Burkina. La plupart des étudiants sont des véritables chercheurs d’emploi. pour vous en convaincre, remarquez que nombreux sont ceux qui postulent au concours directs et certains depuis même le secondaire et ça m’étonnerait qu’ils soient des plaisantins.Par conséquent la plupart ( sauf quelques uns) sont des chômeurs et cela n’a rien de contraire à la définition du chômage donnée par le BIT.

    • ne te fis pas au definitions normatives pour nous embeter.va au dela de ça.le dictionaire definit un chomeur come....................
      c’est bien une definition normative.mais tw au regard de la realité tu dois depasser cette definition.

  • Pourquoi la ceni n’a pas songé a faire son recrutement dans les régions ? Regardez la pagaille ainsi née ? Et les risques d’accidents sur les trajets ? Il faut décentraliser ! A l’avenir il faut plutôt être prévoyant en travaillant de concert avec les gouverneurs de Régions lorsqu’il s’agit des recrutements de masse. Tous ces jeunes entrain de déferler sur Bobo-Dioulasso et Ouagadougou montrent l’ampleur du chômage au Burkina Faso. Et nos autorités qui se soucient plus de soigner leur image par des meetings de siècle !
    Et que fait la ceni de l’outil informatique ? Ficelez le profil souhaité, mettez-le sur votre site web, publiez cela dans les journaux en communiquant votre site web au lieu d’ameuter tous ces jeunes désespérés et les exposer ainsi aux risques de maladies en les concentrant sur un point fixe.

  • PNVB, venez à notre secours pour absorber ce grand nombre de jeunes. volontaires pour 2014 et 2015

  • Oui, au Burkina Faso, on a des chômeurs très endettés.

  • C’est triste ce spectacle. C’est le véritable visage du système COMPAORE.
    Il faut que la CENI évolue avec les TIC, les inscriptions pouvaient se faire en ligne et seul les candidats présélectionnés seront convoqués pour les entretiens ou vérification physique de leur diplômes.

  • Je vous assure que ce désordre à la base va se répercuter jusqu’aux élections !
    Si les TIC existent, c’est pour éviter ces genres de découragement !
    Les piliers de ce régime sont pourris et c’est la même jeunesse, affamée, dépouillée et déboussolée, qui les aident à toujours construire sur les dit-piliers !
    Et après on parle de BURKINA ÉMERGENT ! Aïe, mon œil !!!

  • Je pense que Lajeunesse doit savoir choisir leur quand de futur en 2015

  • ça coutait quoi à la CENI de reconduire le recrutement en ligne qui a été fait en 2012 ?

  • La CENI veut mercantiliser les dépôts à travers la fiscalité,sans quoi rien ne justifie l’emploi de ce procédé rustiquement mécanique.

    • Espérons qu’il n’y aura pas de magouilles et qu’aucune place n’est réservée.Pas de bras longs cette fois-ci.Faites les choses en toute impartialité.

  • Ici au Burkina, les jeunes souffrent trop. Le gouvernement ne fait absolument rien pour diminuer le nombre de chômeurs. Ils ont des comptes à des montants faramineux à l’extérieur du pays, leurs enfants ont déjà leur avenir garanti et ils ne savent même pas comment les gens de "débrouillent" pour essayer de manger ne serais ce qu’une fois dans la journée... De grâce vous, gouvernement du Faso, créer des usines, des entreprises, des sociétés pour enrailler le taux de chômage. On sait que vous avez les moyens de le faire, ayez la volonté. Nous aussi, nous sommes les fils de ce pays. Pourquoi l’Etat ne crée pas des champs nationaux, cela pourrait engloutir pas mal de jeunes...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés