Décentralisation : Des agents ivoiriens et burkinabè à l’école de la communication touristique

mercredi 9 avril 2014 à 09h36min

Dans le cadre du projet « renforcement des capacités des collectivités du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire dans une logique de dialogue et de construction de la paix par le développement », il se tient à Bouaké en République de Côte d’Ivoire, un séminaire de formation touristique des techniciens de collectivités locales.La cérémonie d’ouverture a été présidée par Konin Aka, préfet de la région du Gbèkè, dont le chef-lieu est Bouaké.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Décentralisation : Des agents ivoiriens et burkinabè à l’école de la communication touristique

La formation de Bouaké vise à améliorer le savoir-faire en matière de communication touristique des acteurs locaux du tourisme en vue de dynamiser et de promouvoir ce secteur d’activités au niveau des communes et des régions de la zone frontalière des deux pays. Les 34 participants sont venus des communes de Korhogo, Bouaké, Bouna, Ferkessédougou, Hiré et Boundiali et des conseils régionaux de Poro, Bounkani, Gbèkè, Tchologo, Bagoué et de Cavally pour la Côte d’Ivoire. Du côté du Burkina Faso, ils sont venus des communes de Banfora, Bobo-Dioulasso et Gaoua, et des conseils régionaux des Cascades, Hauts-Bassins, et du Sud-Ouest. Les directeurs en charge du secteur du tourisme de tous ces conseils régionaux prennent part à cette formation en communication touristique, de même que l’Association des Régions de Côte d’Ivoire(ARCI), l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire(UVICOCI), l’Association des Régions du Burkina Faso(ARBF) et l’Association des Municipalités du Burkina Faso(AMBF).

Bouaké redevenue plaque-tournante de la sous-région

Dans son mot de bienvenue, le représentant du maire de la commune de Bouaké s’est réjoui du choix porté sur sa ville pour abriter cette formation. C’est un signe majeur, a-t-il dit, que Bouaké a réoccupé sa place de plaque-tournante de la sous-région. Il a ajouté que le tourisme transfrontalier est un secteur important que les deux Etats frères et amis gagneraient à exploiter.Pour MonsieurSiama Bamba, représentant le président de l’ARCI, ce projet initié depuis 2010 contribue à renforcer davantage les relations séculaires entre le Burkina Faso et la République de Côte d’Ivoire, au niveau de leur histoire, leur culture et leur économie. Le développement touristique apparaît alors comme un autre facteur de rapprochement entre les deux pays.Le tourisme contribue pour beaucoup au PIB de nos Etats. Il est alors plus que nécessaire d’organiser ce secteur pour le développement de nos collectivités territoriales.La présente formation a été cofinancée par l’Union Européenne et l’Association Internationale des Maires Francophones.

Golleau Isidore TRAORE depuis Bouaké

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés