Bataillon Laafi 5 : le général Honoré Traoré salue le courage des militaires burkinabè

mardi 8 avril 2014 à 03h09min

Déployés en juin 2013 au Darfour, pour une mission de maintien de la paix, les militaires burkinabè qui composaient le bataillon Laafi 5 ont regagné leur mère patrie en mars 2014 avec le sentiment de mission accomplie mais aussi du regret d’avoir perdu 5 de leurs camarades. Dans la soirée de ce lundi 7 avril 2014, le Chef d’état-major général des Armées, le général Nabéré Honoré Traoré, leur a souhaité la bienvenue au cours d’une cérémonie festive.

Bataillon Laafi 5 : le général Honoré Traoré salue le courage des militaires burkinabè

Les bérets bleus des Nations unies sur la tête, le turban bleu au tour du coup, les militaires avaient fière allure. Rentrés le mois dernier d’une mission de maintien de la paix au Darfour, ces militaires ont été reçus par le Chef d’état-major général des Armées qui a tenu à leur présenter hymself ses félicitations. « C’est d’abord une occasion pour moi de féliciter ces militaires de Laafi 5 qui ont rempli leur mission avec beaucoup de panache à la satisfaction des autorités de l’ONU et burkinabè. Le bilan est bon en dépit des pertes que nous avons enregistrées. Le bataillon a rempli toutes les missions qui lui avaient été assignées », a-t-il indiqué.

Une mission éprouvante

Partis au nombre de 800, les soldats ont dû faire face, le 25 août 2013, à l’austérité de la nature. En effet, de retour d’une mission de sécurisation, une patrouille de 6 Burkinabè a été emportée par des eaux alors qu’ils traversaient le lit d’un fleuve. Cinq vont malheureusement mourir dans cette noyade. Les éléments du bataillon ont aussi été victimes d’attaque de l’ennemi. « Suite aux éléments malheureux qui ont causé la mort de nos camarades, les moyens qui étaient restés sur place étaient sous la sécurité d’une de nos patrouilles qui a été attaquée durant la nuit. Ils ont pu riposter et Dieu merci, il n’y a pas eu de dégâts », a raconté le colonel Diasso Jean Arthur Idriss, commandant du bataillon Laafi 5. Ces obstacles n’ont pas empêché que les soldats burkinabè remplissent leur mission. « Cette mission a été particulièrement éprouvante pour ce bataillon qui a perdu 5 hommes par noyade alors qu’ils franchissaient un lit de fleuve. C’est le lieu pour moi de louer leur courage et le moral qu’ils ont eu pour terminer cette mission dans de bonnes conditions », a tenu à relever le général Traoré.

Passés tous ces longs mois d’anxiété et d’angoisse, les soldats burkinabè ont la joie du devoir accompli. « La mission a été une épreuve opérationnelle qui nous a permis de montrer ce que nous savons faire. Et nous avons aujourd’hui la satisfaction d’avoir pu représenter dignement le Burkina Faso. Le seul regret qui nous anime est la perte de nos camarades. Nous avons une pensée pieuse pour eux », a ajouté le Colonel Diasso. Les membres du bataillon ont reçu des certificats d’excellence pour le travail abattu.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Messages

  • Conséquence : vos soldats doivent alors apprendre à nager, même contre les grands courants !

  • Bravo à nos vaillants soldats qui ont monté très haut ls couleurs de notre pays. Il faut dire que notre armée a toujours montré une bonne conduite et de la discipline depuis qu’elle participe aux missions onusiennes. D’une manière générale, les Burkinabè se sont toujours bien distingué à l’extérieur. Soyons fiers de notre armée.

  • félicitations ! félicitations ! félicitations ! à toutes les forces armées nationales. Merci à vous qui passez des fois des nuits blanches pour notre sécurité ; soit pour traquer les malfaiteurs, soit pour contrecarrer les forces ennemies. Que le bon Dieu vous le rende aux centuples. Nous vous faisons confiance pour votre endurance et votre courage.
    Un appel à tout Burkinabé : au nom des leçons tirées des guerres des autres pays, au nom de l’avenir du Burkina, au nom d’un Burkina émergeant, tous ensemble, asseyons les bases solides de la paix dans notre pays et qui servira pourquoi pas d’exemple aux autres pays ! vive un monde de paix, de solidarité,sans maladies, ni haine, ni faim avec un partage équitable du pain de tous pour tous !

  • soi egalemen benit au nom du Dieu tou puissant.kil vou donne la sante e la force d pouvoir continuer a nous soutenir

  • Paix à leurs âmes . Je suis quand même intrigué par le motif de leur disparition : noyade. N’ont ils pas eu de cours de natation durant leur formation militaire ? Étaient ils munis de gilets de sauvetage au moment de l’opération vus les risques liés à l’environnement ?. Il y’a à mon humble avis des leçons à tirer de ces événements malheureux pour parfaire la formation et l’équipement efficient de nos soldats.

  • Votre pensee me donne la chaire de poule.Faut bien relire le discours du general.Il a laisse entendre quand les elements revenaient d une patrouille de securisation.Meme s ils ont recu une formation en natation,cela ne s applique pas dans tous les milieux.Par exemple quand un navire veut se deplacer,il tient compte de la direction du vent voir meme les vagues d eau.Il en est de meme que les piroguiers.Cela n a rien a voir avec la natation.Y a t il pas un barrage dans votre region ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés