Hôpital Souro Sanon de Bobo : « Le problème, ce sont les cadavres sans parents »

mercredi 2 avril 2014 à 23h40min

A force de rumeurs et d’interpellations, l’état de la morgue du Centre hospitalier universitaire Souro Sanon (CHUSS) est devenu l’objet de préoccupations pour les Bobolais. Chef du service maintenance du CHUSS, Issa Touré a balayé ces inquiétudes à notre passage : « Il n’y a pas un problème de fonctionnement à la morgue ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Hôpital Souro Sanon de Bobo : « Le problème, ce sont les cadavres sans parents »

La morgue du Centre hospitalier universitaire Souro Sanon (CHUSS) fait l’objet de nombreuses critiques ces derniers temps. Attendue au dernier conseil municipal de la commune de Bobo-Dioulasso, l’équipe de l’hôpital a fait faux bond, renforçant encore les suspicions sur l’état de la morgue.

Interpelés sur la question, des responsables de l’hôpital rassurent « Il n’y a plus de problèmes de fonctionnement à la morgue ». Et selon Issa Touré, le chef de la section maintenance de l’hôpital, la morgue vient même de tirer une épine de son pied. « On vient d’installer deux nouveaux groupes électrogènes ce mardi 01 avril 2014 pour parer aux coupures d’électricité. Actuellement, tous les compartiments de la morgue fonctionnent normalement » assure-t-il.

Odeurs fétides

Le hic de la morgue, ce sont les odeurs fétides que les riverains de l’hôpital décrivent. Un fait que reconnait le chef de la section maintenance : «  le problème de la morgue actuellement ce sont les corps sans parents. Ils arrivent en état de putréfaction et ça, on n’y peut rien ».

D’autres sources de l’hôpital entendent rassurer les Bobolais : « des concertations entre l’hôpital, la commune de Bobo-Dioulasso et les autorités judiciaires travaillent à résoudre ce problème ».

Vraisemblablement, on travaille dans les coulisses pour trouver une solution aux cadavres sans parents (généralement des corps des malades mentaux ou des personnes qui n’ont pas d’attaches connues).

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 avril 2014 à 22:54, par TIENFO
    En réponse à : Hôpital Souro Sanon de Bobo : « Le problème, ce sont les cadavres sans parents »

    Comme le dirait l’autre, « on reconnait le bon maçon au pied du mur ». Après avoir vilipendé ses adversaires politiques, c’est maintenant que le maire Salia Sanou doit montrer que la ville de Bobo a un maire attentif à ses préoccupations en résolvant les inquiétudes des riverains de la morgue. « So yé kènè yé ». À vos marques Mr. le maire. Dans le cas contraire, ayez l’humilité de vous approcher de Simon Compaoré pour prendre des leçons. Oui le même Simon Compaoré du MPP qui a fait 17 ans comme maire de Ouaga et qui s’en est tiré la tête très haute. Des illustres maires et anciens chefs d’état sont venus de Cotonou et d’Abidjan pour s’abreuver à son expérience.
    On ne veut plus de discours fleuves au Faso.

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril 2014 à 07:26, par Le pionier
      En réponse à : Hôpital Souro Sanon de Bobo : « Le problème, ce sont les cadavres sans parents »

      Simon avait des initiatives et de l’autorité. Il prenait des décisions pour le bien de la commune. Mais Salia exécute ce qu’on lui dit de faire. Il ne peut rien initier si ce n’est engager des mercenaires pour tabasser ces adversaires politiques. Attendons de voir. J’avais prévenu les bobolais en 2012 afin qu’ils ne vote pas Salia et le CDP. Je pleure ma ville Bobo ! Quel Maire !

      Répondre à ce message

      • Le 4 avril 2014 à 08:44, par DRANGWELL
        En réponse à : Hôpital Souro Sanon de Bobo : « Le problème, ce sont les cadavres sans parents »

        Je suis un agent de santé qui ai travailler a Souro SANOU et aussi a YALGADO de même que dans certains CHR, s’il vous plait ne politisez pas le débat et ne réglez pas vos comptes avec Salia en lui portant la charge du dysfonctionnement de l’hôpital. Simon n’a jamais rien négocier pour un Hôpital a Ouaga et celui qui a une petite référence d’une quelconque démarche ou déclaration de Simon sur une affaire d’hôpital n’a qu’a nous donner les référencés. Je connais comment la répartition des ressources se faisait au ministère de la santé et le grand perdant du système était l’hopital Souro pas la région je dit l’Hopital .... Si on remet la responsabilité du dysfonctionnement du CHUSS sur Salia et son conseil municipal avec leur budget de moins de 6 milliards la population de BOBO n’en aura que des larmes. Interpelez plutôt le ministre de la santé et le chef du Gouvernement(TIAO)

        Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2014 à 10:23, par gafret
    En réponse à : Hôpital Souro Sanon de Bobo : « Le problème, ce sont les cadavres sans parents »

    Morgue ? Hopital Sanou Souro égale mouroir. Monsieurs les journalistes je vous invite à passer dans cet hopital REGIONAL pour voir l’état des salles, des lits, des toilettes, etc. Salles sans ampoules, sans ventilateurs, lits cassés, mentelas éventrés et j’en passe. Après si vous avez le courage, aidez-nous à interpeller les autorutés de ce pays sur ce mouroir

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2014 à 10:26, par samogomousso
    En réponse à : Hôpital Souro Sanon de Bobo : « Le problème, ce sont les cadavres sans parents »

    Tu parfaitement dit la verité

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés