Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

jeudi 27 mars 2014 à 01h21min

De mai à novembre 2013, une étude a été menée dans trois villes du Burkina Faso (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koupéla) sur la mise en œuvre de la Convention Cadre de l’OMS pour la Lutte Antitabac (CCLAT). Les résultats de l’étude ont fait l’objet, le 14 mars dernier à Ouagadougou, de restitution au cours d’un atelier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

Le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays du monde, est concerné par la pandémie du tabagisme qui fait partie des préoccupations de santé publique. Ainsi, dans l’atlas du tabac 2006, la prévalence nationale du tabagisme était de 12,6%, et 600 Burkinabè mouraient par an des causes liées au tabac. Face à la situation, le gouvernement a réagi en ratifiant le 31 juillet 2006 la Convention Cadre de l’OMS pour la Lutte Antitabac (CCLAT). La ratification de la CCLAT a été suivie de l’adoption le 25 novembre 2010 de la loi portant lutte contre le tabac au Burkina Faso. La CCLAT, qui est une disposition essentielle dans la lutte antitabac tant au plan national qu’international, a fait l’objet d’une étude de mai à novembre 2013 et dont les résultats ont été le 14 mars 2014 à Ouagadougou. Il s’agi à travers cette étude réalisée dans trois villes du Burkina (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koupéla) de faire une évaluation de l’application d’un certain nombre d’articles de la CCLAT ; notamment les articles 5.3, 6 et 13.

Résultats pas satisfaisants

L’article 5.3 fait allusion à l’interférence de l’industrie du tabac dans les politiques de santé des pays. L’article 6 est relatif au système de taxation des produits du tabac et l’article 13 a trait à la violation de l’interdiction de la publicité et de la distribution des produits du tabac. Et les résultats de l’étude de façon globale, à en croire SalifNikièma, secrétaire exécutif de l’organisation Afrique contre le tabac (ACONTA), « ne sont pas satisfaisants ». Et d’expliquer : « Comme vous le savez, l’industrie du tabac est trop forte et utilise ses moyens pour contourner les mesures. Il faut un engagement réel du pays parce qu’il y a un certain nombre de points qui sont sensibles ». Toujours selon ses explications, plus les taxes sont élevées, plus la consommation, la demande du tabac diminue. Et cela permet par ailleurs de recueillir de fonds pour mettre à la disposition des différentes structures pour mener bien la lutte antitabac. Or, regrette-t-il, le taux de taxation des produits reste encore faible au Faso. En effet, le pays est encore à 18% alors que le plafond est à 45%. Et c’est l’occasion pour M. Nikièma de lancer un appel aux autorités pour rehausser un peu ce taux autour de 35% et pourquoi pas à 45%.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 mars 2014 à 10:27, par vivre sain
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    La hausse des prix du tabac peut effectivement avoir un impact réel sur les consommateurs. La santé des populations sera préservée et l’Etat engrangera des ressources substantielles

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 10:33, par DOCTOR
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    Ce genre d’enquête est louable, car elle permet de donner de la matière à la lutte anti tabac. Je suis favorable à la hausse des taxes. Mais je suggère également la conduite d’une enquête objective pour mieux situer l’ampleur de la consommation du tabac au BF de sorte à identifier les éléments sur lesquels l’accent peut être mis pour faire changer les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 10:38, par moudou
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    j’ai appris avec sidération, que malgré les effets nocifs du tabac et son impact négatif sur les populations, le même gouvernement qui mène la lutte autorise la création d’une usine de tabac. C’est contradictoire et malsain.

    Répondre à ce message

    • Le 27 mars 2014 à 11:16, par Burkinbi
      En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

      Mon ami Moudou, c’est le signe de mal gouvernance. Aucune logique ne sort du comportement de nos dirigeants depuis quelques temps. Alors que le Burkina est cité en exemple à cause des acquis engrangés dans la lutte, on autorise l’ouverture d’une nouvelle usine de tabac. c’est bête et énervant.

      Répondre à ce message

    • Le 28 mars 2014 à 11:51, par chirac
      En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

      Il faut que chacun de nous se responsabilise un temps soit peu pour préserver notre santé. Le gouvernement ne peu gère guider la population a ta ton car c’est cette population qui va ensuite parler de dictature. En plus chacun a le droit de jouir de ces richesse comme bon le semble et le gouvernement ne peut l’empêcher. Si malgré le fait que le tabac est nocif et que la population continue de fumé alors je suis d’avis que le gouvernement autorise l’implantation d’usine a tabac pour faire vivre l’économie.

      Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 10:39, par PASTEUR
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    bravo pour la qualité de ce travail. si les autorités veulent de la matière pour agir, elles en ont.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 11:10, par Burkinbi
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    "ela permet par ailleurs de recueillir de fonds pour mettre à la disposition des différentes structures pour mener bien la lutte antitabac" CE passage de l’article m’invite à dire que l’Etat manque de volonté pour faire le travail comme il se doit. Au lieu de faire payer des taxes en n’en pas finir aux pauvres fonctionnaires, on peut bien ponctionner sur les énormes marges de bénéfices des firmes de tabac. C’est ça un gouvernement responsable

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 13:29, par Kanzim
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    Internaute moudou, vous avez parfaitement raison. Le Burkina Faso est en train d’installer une usine de tabac chez nous. Il y a un grand opérateur économique, membre et membre d’honneur d’associations et partis politiques aux ordres du régime qui est à l’avant poste de l’économie du tabac chez nous, et dont il préside le conseil d’administration d’une grande structure. Il s’agit bien de M Lancina Diawara. Le tabac tue surtout en milieu jeune, et c’est triste de voir des associations et partis dits de jeunes, qui ne commencent pas avant toute autre chose, par résoudre la question de la survie même du jeune, à savoir la lutte contre les fléaux du tabac, de la drogue et de l’alcool, dont les coûts humains, économiques et sociaux grèvent l’avenir de chaque jeune et du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 19:10, par l’ami du peuple
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    Du courage votre combat est noble. Protéger la santé n’a pas de prix.
    Conseil : n’essayez jamais de commencer à fumer car le tabac rend son consommateur dépendant esclave.
    Aux autorités de privilégier la santé

    Répondre à ce message

    • Le 28 mars 2014 à 11:58, par le producteur de tabac
      En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

      A nos frère et sœur de se responsabiliser et d’arrêter de penser a eux uniquement car quelque soit l’autorité et le pouvoir d’un gouvernement comme le notre, il ne peuvent interdire la vente de tabac dans la société. En effet l’importation du tabac permet de refluer les caisses du gouvernement chaque année donc il serait une bêtise de supprimer l’importation du tabac sans avoir d’autre source de revenu.Il vous appartient a vous mes frère de dire que mon corps est bien trop précieux pour que je détruis de la sorte donc je dis non au tabac.

      Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 19:25
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    Il faut effectivement parler avec des preuves à l’appui. C’est une belle initiative de la part de ACONTA qu’il faut saluer et encourager. Le tabac nous crée trop de nuisances de maladies de morts. Vivement que l’Etat ne melange pas choux et chèvre ; il faut plutôt protéger et promouvoir le maigre capital santé de nos populations que de vouloir encourager des industries meurtrières (industrie du tabac)

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2014 à 19:36
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    Le Burkina Faso dans son système de taxation du tabac distingue trois catégories
    - bas de gamme 17%
    - standard 25%
    - luxe 30%
    Ce qui veut dire que le tabac est accessible ^pour les jeunes et les pauvres surtout le bas de gamme.(indirectement on incite ces groupes à fumer)
    Il faut noter que la limite supérieure du taux de taxation fixée par UEMOA est de 45%, ce qui veut dire que le Burkina Faso n’a pas atteint le plancher.
    Or que aujourd’hui les preuves irréfutables sont là PROUVER que l’augmentation des taxes a deux principaux avantages qui sont :
    - augmentation des recettes fiscales pour le budget de l’ETAT (ce qui est une bonne chose pour les pays au Sud du Sahara qui peinent à trouver les ressources suffisantes pour les chantiers de développement)
    - diminution significative des consommateurs du tabac (ce qui est une bonne chose car le peuple sera moins malade donc physiquement et psychiquement prêt à travailler pour l’essor économique du pays)
    Pour tous ceux qui hésitent contacter OMS ; Cette année la Journée Mondiale Sans Tabac celebree le 31 Mai portera sur l’augmentation des taxes

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2014 à 06:28
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    Je me pose une question : avec tout ce qu’on dit et sait sur le tabac, pourquoi ce produit est toujours en circulation. On constate que le tabac est l’un des produits les accessibles dans notre pays par exemple. De la capitale Ouaga à Kchantari frontière Niger ou d ela capitale Ouaga à Cinkansé frontière Togo, le tabac est toujours là, on peut manquer d’eau du mil du riz du lait bref les produits alimentaires essentiels mais jamais ce poison de tabac ne manque. et ce tabac est aujourd’hui l’un des produits le moins cher (15f 20f le baton de cigarette)
    Nous on veut vivre longtemps, débarrassez nous des produits toxiques comme le tabac

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2014 à 09:36, par KABORE
    En réponse à : Lutte antitabac : Le Faso doit redoubler encore d’efforts

    Du courage dans la lutte mais il faut beaucoup plus de publicité à la télévision et à la radio concernant la nocivité de cette chose qui est le tabac endeuillant des familles chaque année. Bon vent dans votre lutte.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés