Microfinance : La gendarmerie révèle un cas d’escroquerie

mercredi 26 mars 2014 à 00h12min

Lors de son point de presse du 25 mars, la section de recherches de gendarmerie de Ouagadougou est revenue sur un cas d’escroquerie portant sur l’exercice illégal de la microfinance par des individus de nationalité étrangère dont Moussa Ben Ali, revendeur et Coovi Stéphane, consultant en management de projet

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Microfinance : La gendarmerie révèle un cas d’escroquerie

Les investigations menées par la section de recherches de la gendarmerie ont permis d’interpeler les responsables de la structure de microfinance dénommée « Projet d’Appui aux Groupement d’Intérêt Commun » (PAGIC) le 20 mars dernier. Interrogés sur les faits qui leur sont reprochés, ils réfutent être les géniteurs du projet mais décrivent qu’il s’agit d’une activité régulière propre à l’association « Groupe d’Action pour le Développement de l’Entreprenariat (Groupe ADE-ONG) dont Antoinette Naré serait présidente.

Par ailleurs Moussa Ben Ali et Coovi Stéphane prétendent être les représentants de la « Fondation Afrique Développement » (AFD) dont le siège serait en Belgique. C’est ainsi que ces escrocs ont réussi à convaincre Antoinette Naré à créer son association (GROUPE ADE-ONG) pour ensuite obtenir le récépissé n °2014OOO159/MATS/DGLP/DOSOC le 12 février 2014.

Femmes du secteur informel comme « public-cible »

C’est par ces manœuvres que ces deux indélicats ont réussi à agir sous le couvert de l’association GROUPE ADE-ONG pour créer leur projet illégal (PAGIC) en recrutant un personnel administratif composé de 45 animateurs sociaux chargés de mobiliser les populations dont les salaires vont de 60 à 200 000 F CFA , avec des primes octroyées pour chaque groupement inscrit - les femmes du secteur informel sont leur public-cible. Ils sont ainsi parvenus à faire inscrire 345 groupements sur leur registre contre le paiement des frais d’adhésion.

Pour ce faire, ils ont ouvert deux guichets à proximité des marchés de katr- yaar et paglayiri. Les promoteurs du PAGIV apparemment doués dans l’escroquerie, entendaient faire fortune pour disparaître ensuite avec les recettes des adhérents.

Au regard de tous ces faits, la gendarmerie appelle la population à observer encore plus de vigilance pour ne pas se laisser duper par des escrocs et invite donc à signaler toutes structures financières non crédibles aux services de sécurité en appelant les numéros verts suivants : 1010, 17, 80001145, 16

Minata TOE (Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés