Transparence dans les industries extractives : Le Burkina veut renforcer ses acquis

lundi 24 mars 2014 à 22h14min

Pour permettre au Burkina de se conformer à son statut de « pays conforme » à la norme ITIE (initiative pour la transparence dans les industries extractives), la tripartie gouvernement-société civile- secteur privé, est en formation à Ouagadougou, du 24 au 28 mars 2014. L’ensemble des participants prendra connaissance des mécanismes et innovations en la matière. Au menu des échanges également : l’amendement et l’adoption du plan d’actions pour assurer sa mise en œuvre effective au Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transparence dans les industries  extractives : Le Burkina veut renforcer ses acquis

« Le développement de l’industrie minière est à la fois une chance pour le Burkina Faso, mais pourrait le mettre aussi en difficultés, si elle n’est pas bien gérée », a précisé l’ambassadeur Gilles Thibault pour expliquer les raisons de la présence de son pays, la France, aux côtés du Burkina Faso, dans le processus de mise en œuvre de la norme ITIE (initiative pour la transparence dans les industries extractives).

C’était lors de la cérémonie d’ouverture, lundi 24 mars 2014 à Ouagadougou, dans le cadre de la formation sur la nouvelle norme ITIE et la validation du plan d’actions en faveur du Burkina. L’ambassadeur de France au Burkina a en outre décliné les 5 termes de cet accompagnement proposé par son pays. Il s’agira pour la France d’octroyer, à l’en croire, des moyens techniques et financiers au Burkina, en vue de lui permettre de renforcer les capacités de mobilisation des recettes publiques de son secteur extractif. De développer des outils de contrôle et de lutte contre la fraude et la corruption et consolider les capacités de planification et de suivi -évaluation. Enfin, d’améliorer la mise en œuvre des cadres locaux de concertation et de reformer le cadre réglementaire du secteur extractif du pays.

Pour Moussa Dama, représentant du ministre de l’Economie et des Finances, le Burkina qui se hisse aujourd’hui au 4e rang des pays africains producteurs miniers, avec notamment le développement de l’orpaillage, veut faire du secteur extractif, un pilier du développement durable, par la maîtrise et l’ exploitation adéquate des ressources générées par le secteur, d’où son adhésion à l’ITIE.

En rappel l’ITIE, est une initiative issue du sommet mondial pour le développement durable de Johannesburg en 2002 et le Burkina Faso a obtenu sa déclaration de conformité le 27 février 2013.

Puisqu’il s’est officiellement engagé le 24 mai dernier par une démarche tripartie conjointe gouvernement-société civil-secteur privé, avec le soutien de la France à mettre en œuvre les nouvelles normes, le présent atelier veut répondre à l’objectif fixé, selon Monsieur Dakar Djiri, secrétaire permanent de l’ITIE /BF.

Le représentant du ministre s’est dit aussi convaincu par la pertinence du plan d’actions proposé au Burkina, car il aidera à satisfaire à la vision de l’ensemble des parties prenantes. Cette vision commune, qui repose sur 3 défis majeurs à relever, vise à assurer la solidarité entre les générations en garantissant que la richesse, aujourd’hui extraite, bénéficie aux générations futures ; à déployer une réponse globale aux risques sécuritaires et environnementaux entrainant des incidences négatives sur les conditions de vie des habitants à court, moyen et long terme ; de renforcer l’impact du secteur extractif sur le recul de la pauvreté, sur le développement humain et le développement harmonieux et durable de l’ensemble du territoire burkinabè.

Au cours de ces 4 journées de formations, les participants en cerneront davantage les contours selon Moussa Dama. Diverses communications sur l’ITIE, suivies de débats meubleront la formation.

Arba Nadembega

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés