Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

lundi 24 mars 2014 à 00h30min

La mécanisation est en marche chez les producteurs du coton du Burkina Faso. En effet, ce vendredi 21 mars 2014 à Bobo-Dioulasso, 300 tracteurs d’un montant de plus de 1,9 milliard de F CFA ont été remis à l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPC/B).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

« C’est une importante acquisition historique qui a été possible grâce à la bonne volonté du Président Blaise Compaoré et de son souci permanent à moderniser l’agriculture  », a indiqué le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, lors de la remise, ce 21 mars 2014 à Bobo, des 300 tracteurs à l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPC/B). A l’origine de cette remise, c’est le 27 avril 2013 lors de la rencontre entre le Chef de l’Etat et les producteurs agricoles pendant la Journée nationale du paysan à Banfora que l’UNPC/B avait émis le vœu d’une exonération des taxes et des droits de douanes afin de procéder à la commande de tracteurs pour les mettre à la disposition de ses membres à des prix abordables. Le matériel a été acquis à hauteur de plus de 1 milliard 900 millions de F CFA sans les taxes douanières. L’Etat a donc répondu favorable à la requête des producteurs du coton. L’exonération a coûté à l’Etat la somme de 568 151 737 F CFA. Les tracteurs et leurs accessoires ont été obtenus auprès de la DTE, une entreprise chinoise qui a été retenue suite à un appel d’offres international. Avant la remise, le maire de la ville de Bobo-Dioulasso Salia Sanou, a traduit sa « reconnaissance au président du Faso qui ne cesse d’accompagner les populations, en particulier les producteurs pour un développement harmonieux du Burkina ». Le président de la Chambre d’agriculture du Burkina, Seydou Ouédraogo tient également le même discours. Pour lui, moderniser l’agriculture est aujourd’hui une nécessité. Cette promesse tenue de Blaise Compaoré encourage et réconforte, selon lui, les prises d’initiatives à promouvoir l’agriculture. Une solution innovante pour le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire, Mahama Zoungrana, qui a profité de l’occasion pour inviter les autres organisations à faire autant.

La demande est plus que l’offre

A peine acquis tous les tracteurs ont été achetés par les producteurs. Les demandes, soutient le président de l’UNCP/B, Karim Traoré, sont toujours enregistrées étant donné qu’il était prévu l’acquisition au total de 500 tracteurs agricoles. Le président de l’UNCP/B garde tout de même espoir que les 200 autres, voire plus, seront obtenus incessamment afin de permettre aux « acteurs d’accéder aux équipements agricoles à des coûts préférentiels dans la mise en œuvre de la politique de mécanisation de l’agriculture ». « Si nous voulons réellement développer notre agriculture, il faut que nous la modernisions d’abord. Il n’y a pas une autre voie possible que sa modernisation. Les pays développés ou en voie de développement ont tous des politiques de modernisation de l’agriculture. Il est temps de suivre les pas », indique-t-il. Il y a encore près de 745 demandes alors que seulement 200 tracteurs sont attendus. C’est pourquoi, l’Union entend se retourner vers l’Etat pour d’autres exonérations. L’idée de tracteurs a été positivement appréciée par le Premier ministre. Un premier geste et un acte fort car, dit-il, c’est la première fois qu’une organisation commande autant de tracteurs au profit de ses membres. Cela témoigne, renchérit-il, de sa volonté à augmenter la production cotonnière modernisée. « Nous espérons qu’en injectant 300 tracteurs dans le monde paysan et si les tracteurs sont bien utilisés selon les conseils des techniciens, nous allons assister à un véritable accroissement de la production agricole », foi du Premier ministre. Convaincu que la modernisation de l’agriculture passe par sa mécanisation, la mesure pourra donc être étendue à d’autres commandes qui vont arriver très bientôt.

Des critères de sélections assez solides

Les tracteurs sont de différentes catégories avec des accessoires complémentaires. Il y a des tracteurs à 80 chevaux qui coutent 12 millions de F CFA. Les 80 chevaux sont à 10 millions, les 50 à 8 millions, et enfin les 40 à 7 millions de F CFA. Les critères de sélection des producteurs acquéreurs sont entre autres : être membre d’un Groupement des producteurs de coton (GPC) ne disposant pas d’impayés, disposer d’une capacité de production d’un minimum de 15 tonnes de coton, avoir une superficie d’au moins 40 hectares, avoir un acompte de 10% pour avoir un tracteur, bénéficier de la caution solidaire de son groupement de producteurs, de l’union départementale ou provinciale. Quant au suivi, une équipe de la DTE résidera au Burkina Faso pour l’entretien de ces équipements. Notons que la journée nationale du paysan 2014 est prévu les 10, 11, et 12 avril prochain à Fada N’Gourma.

Bassératou KINDO

Pour le Faso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 mars 2014 à 12:19, par MOREBALLA
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    C’est quel Chine d’abord ? A ce que je sache le Burkina n’entretien pas de relation diplomatique avec la Chine Continentale. A quel moment cet appel d’offre international a été lancé et dans quel journal ou revu ? Aussi tous les équipements agricoles sont exonérés de taxes douanières. Un tracteur donne un coût de 6.333.333 francs CFA. En appel d’offre normal avec cette quantité , on peut espérer à un coût moyen de 5.500.000 F CFA par unité de tracteur. Voyez vous le Burkina est pauvre et malade de ses hommes. Je pense qu’il y a lieu de dire la puissance du tracteur acquis. Les connaisseurs en déduisent aisément le type de tracteur livré.

    Répondre à ce message

    • Le 23 mars 2014 à 21:45
      En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

      Peu importe la couleur de la chine qui a livré ses tracteurs, l’essentiel c’est l’apport de ces engins dans le développement cultural du Faso. Pour ce qui est du coût et vu l’image des tracteurs je pense que c’est acceptable et c’est cette raison qui justifie aussi le nombre des demandes par rapport aux tracteurs disponibles. Cessons de voir le noir partout. Si tu peux trouver des tracteurs moins que ça, il faut attendre simplement le jour où tu seras au gouvernement pour faire ta proposition. Sinon pour le moment on ne va pas organiser des referendums pour permettre à chaque citoyen de se prononcer sur le coût d’un tracteur.

      Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 13:11, par le citoyen
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Un pays qui n’a pas encore atteint l’autosuffisance alimentaire met la priorité dans la mécanisation de la cotonculture. Certes, le coton est l’une des ressources importantes de notre PIB mais comme le disait un paysan d’un village :" peut on faire la bouillie de coton ?"

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 14:29
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Trois cent tracteurs pour la mecanisation de l’ agriculture mais pas pour la culture du mais ou du mil mais pour la culture du coton qui n’a pas de bouillie pour un peuple qui ne mange pas a sa faim.J’ oubliais que la SOFITEX ne depend pas du Ministere de l’ Agriculture mais de la Presidence. C’est quand meme de l’ or noir- la et depuis quand l’ or a deja profite a son peuple ? Nos autorites sur place ont tres peu compris le develeoppement du pays. Nous n’ irons nulle part avec cette conception extractive de la production. Robert Bates qui avait deja explique comment les gouvernements africains spolient les paysans avaient parle du cocoboard au Ghana, de la Caisstab, en Cote d’ Ivoire, et de la Societe Arachidiere du Senegal. Il avait oublie la CFDT qui est devenu notre SOFITEX qui fixe les prix du kilogramme de coton produit par les paysans et qui leur fixe aussi le prix des intrants ainsi que le prix des tracteurs et des ecrous quand ils sont en panne et souvent, et meme le mecanicien qui parcourt generalement des centaines de kilometres pour fixer quelque chose que meme un reparateur velo peut fixer, tout aux frais du paysan. Quand on parle d’ exploitation des paysans, les gens y voient de la theorie. Pardon, on veut manger, le coton n’a pas de bouillie. Et arretez vos histoires de coton Premiere Ctegorie, 2 eme Categorie car la chemise n’a pas de Premiere categorie deuxieme categorie.

    Derrida2

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 15:17, par Passam Tiendrebeogo
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Pour ma part, j´aurais souhaiter que l´on utilise ces tracteurs pour cultiver autre chose, mais surtout pas le coton qui ne fait qu´apauvrir le sol Burkinabe.
    Qui prend la route Nationale nr. 1 peut constater qu´après la récolte du coton le sol nu est laissé pour compte au soleil qui le frappe, ce qui favorise la formation de la latérite. Les prochaines eaux de pluies n´ont plua la chance de s´infiltrer. Le peu d´humus est enporté par le vent, ce qui est une autre voie d´apauvrissement de nos sols. Tant que nous n´aurons pas d´usines pour transformer notre coton nous-mêmes, il n´est pas conseillé de faire la promotion de cette culture. Cultivons plutôt des produits qui serviront à nourrir notre jeune population, ou bien d´autres plantes qui favorisent la protection de nos sols. Je ne me mets pas sur la chaise d´un donneur de leçon, mais, j´aimerais que nous jettions tous un regard critique sur les investitions faites au Burkina. Ne laissons pas les "bailleurs de fonds" discuter sur l´avenir de notre pays. Tous ceux qui n´ont pas de climatiseur chez eux ou qui sont frappés par les délestations savent que le climat devient de plus en plus chaud dans notre pays. Je ne suis pas convaincu que nous sommes concurrenciel avec notre coton sur le marché international. Protégeons notre environnement et ne courrons pas derrières des sous que nous n´aurons jamais. La meilleure richesse est un environnement sain.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 15:31, par mani
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    C’est ça le développement tout le reste n’est que haine et jalousie . félicitations au gouvernement de blaise compaore

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 15:32, par Jallel
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Oui ! je suggere aux braves paysans de monter les enchères car avec l’approche du terminus et a l’idée du réferendum le pouvoir est pret a tout pr avoir les voix de sn betail electoral...Mais à mon humble avis les cotons ne fera que ns affamer en prenant les terres detinées aux cereales et il ne servira à rien d’avoir de l’argent sans nourriture ! Dans la culture du coton ,il n’ya qe qlq individus qui profitent alors que lorsque les cereales sont disponibles tout le monde est content.Tant qu’il n ’y aura pas d’auto suffisance alimentaire pas de developpemnt ! aucun financement a l’agriculture ceralières encore moins a l’elevage. On prefere importer du lait et de la tomate européens,du riz pourris asiatique...quelle emergence !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 16:07, par sogotele sanou
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    La sale politique d’avilissement du peuple ! la mécanisation agricole ne me semble pas très compatible avec notre écosystème, du reste, de la manière dont elle est vulgarisée.
    L’accompagnement n’est pas pour la préservation de nos biotopes qui sont dégradés à un rythme infernal. Et l’on s’étonne de l’avancée du désert ? Nos pratiques ne sont pas en un mot AMEN. Vous devez revoir votre copie de cette sale politique d’asservissement. Merci de recevoir cette appréciation qui vous déplaise

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 16:20, par sogotele sanou
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Je veux encore vous rappeler que la culture du coton est une spéculation introduite par le colonisateur pour son seul profit.
    Une culture dite de rente tout comme la culture de l’arachide au Sénégal, le café cacao en Côte d’Ivoire.
    C’est la forme la plus servile actuelle de la perpétuation de la colonisation par nous mêmes. Nous n’y sommes aucunement obligés de nos jours de les adopter ; nous pouvons bel et bien les rejeter et cela n’est qu’une simple question de volonté politique. Et comme asservir leurs peuples profite aux gouvernants, il n’est pas encore demain la veille de voir le peuple libéré. Tenez, les surfaces "emblavées en coton" pourraient l’être en céréales et nous y gagnons sur tous les plans. Mais le coton profite mieux à ceux qui nous exploitent qu’à nous mêmes. C’est une question de système.
    Mieux dirai-je, c’est la forme la meilleure d’affamer les masses populaires puisque ce sont elles qui s’échinent à ces travaux, non pas pour une auto suffisance alimentaire, mais pour le service de la MÉTROPOLE avec la complicité de ses servants locaux comme il est dit nettement et clairement dans notre hymne national le ditanyé.
    Dommage que ce soit encore ainsi que nous soyons traités.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 16:58, par Yako
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Voici un geste concret susceptible d,ameliorer la vie des gens et c,est sur cette base que les politiques sont juges sinon avec la petite politique ouagalaise "condensee de politicaille"ne Fait PAS avancer qlq,un.Puis notre petite elite urbaine hautaine pretend que les paysans sont analphabetes X consequent ne savent PAS faire la part des choses politiques.L,essentiel ils savent ou se trouve leurs interets et c,est en fonction de ca aussi qu,ils experiment leur vote,quel mepris !.Bravo a vs pouvoirs publics.

    Répondre à ce message

    • Le 23 mars 2014 à 18:26, par snakedoc99
      En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

      « C’est une importante acquisition historique qui a été possible grâce à la bonne volonté du Président Blaise Compaoré et de son souci permanent à moderniser l’agriculture », a indiqué le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, lors de la remise, ce 21 mars 2014 à Bobo, des 300 tracteurs à l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPC/B).
      N’importe quoi !!!

      1- l’exoneration vient du gouvernement burkinabe et non de Blaise.N’entretenez pas le culte de la persone et rendez a agriculteur tout leur merite.le nom de Blaise ne devrait point etre attache a cette acquisition.

      2-Ces agriculteurs on depense leur argent propre pour l’acqisition de leur materiel,alors ils devront etre plus a vu plutot que le 1er sinistre et ses derieres.voue avez volet la vedette a ces pauves paysans.ca s’appel de la megalomanie et c’est pas responsable.

      Répondre à ce message

      • Le 23 mars 2014 à 20:08
        En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

        Blaise a été élu pour un programme qu’il est soitdisant capable d’exécuter. Blaise est un président c’est à dire chef de l’exécutif mais en aucun cas on doit dire que c’est au nom de Blaise... Il serait temps pour les journalistes de dire que Blaise a fait ceci ou celà ... dans le cadre de son programme... mais en aucun cas, que c’est lui ? Le mélange des genres finit toujours mal entre le culte de la personnalité et ... les exemples ne manquent pas .

        Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 18:16, par Un journaliste
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Les tracteurs et accessoires ont bien été achetés par l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina, avec l’aide d’une banque de la place. Le chef de l’Etat a exonéré. Merci à lui. Mais, le texte de Bassératou ne fait pas ressortir ça. On a l’impression que c’est le PF qui a offert ces tracteurs aux paysans.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 18:28, par AS
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Bonjour,
    Arrêtez de nous dire à chaque action que c’est due à la bonne volonté de Blaise COMPAORE. Il faudra donc nous préciser si c’est l’argent public ou bien l’argent qui provient de la poche de Blaise. Les gens ne sont pas dupes et comprennent les arrières pensées de ce genre d’action. Mais enfin on n’a pas le choix, on es réduit à ça !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 18:46
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    L’article n’est pas termine

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 19:50, par le juste
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    "A peine acquis tous les tracteurs ont été achetés par les producteurs." Ah bon, je ne savais pas que l’on avait des paysans très riches à moins que l’article soit mal rédigé comme d’habitude ou nos funestes agrobusinesman soient caressés dans le sens du poil pour Monsanto et compagnie ? Bref, au delà de l’article, est-ce des tracteurs cadeau ? pourquoi toujours privilégier la filière coton (qui ne se mange pas) au détriment des autres filières céréalières pour la souveraineté alimentaire ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 20:11
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Et, où sont les critères de sélection ???????

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 20:17, par Mnifou
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Soyons serieux LAT, l’exoneration induit un manque a gagner dans les caisses de l’etat et non dans les poches du president du Faso. Dite nous ou se trouve sa bonne volonte si le paysan doit debourser de l’argent pour payer un tracteur hors taxe. Evitons le culte de la personne. Les sacrifices du peuple (exogeneration douaniere) ne peuvent etre considere comme le bon vouloir d’un president. C’est se raisonnement qui revolte le peuple. Je suis depasse quand des intellectuels prostitut leur connaissances et experiences pour se resumer a jouer le role de griot pour un mortel. DITE LA VERITE A NOS BRAVES PAYSANS QUI MERITE MILLE FOIS CE SACRIFICE DU PEUPLE.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 20:42
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Je vois qu’il y’a des gens qui sont fabriqué pour critiquer le bien , or chez eux a la maison y a rien de correcte , le désordre et le reste.mon président c’est une belle initiative

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2014 à 00:40, par ologbana
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    « C’est une importante acquisition historique qui a été possible grâce à la bonne volonté du Président Blaise Compaoré et de son souci permanent à moderniser l’agriculture » De quelle volonté parlez-vous et pouvait-il faire autrement, Mr le Premier Ministre ? Voyez-vous, c’est ce type de prostitution intellectuelle qui grippe toute notre démocratie. Le PF s’est fait élire pour ça ! Après 27 ans de règne sans partage, on devrait avoir honte de parler de quelques 300 tracteurs "repeints" lorsqu’on est conscient de notre retard dans l’autosuffisance alimentaire. Depuis toutes ces années, on aurait pu "disponibiliser" au moins cinq à dix tracteurs dans toutes les communes du BF pour permettre aux producteurs de les louer ne serait-ce que pour agrandir leurs exploitations agricoles. Volonté pour volonté, c’est l’argent de qui ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2014 à 10:12, par Kanzim
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Il faut espérer que cette fois-ci les tracteurs iront réellement aux producteurs. Déjà en 2006 à la JNP à Manga, Blaise Compaoré a promis aux producteurs 2000 motos-pompes et 500 tracteurs. 2 JNP après, le représentant des paysans tout énervé, demandait au même président du Faso où étaient ces tracteur promis et acquis. Tout le monde était embarrassé. Parce les tracteurs ont été effectivement acquis Mais cédés aux fonctionnaires et aux commerçants, à crédit ou "sans payer" pour la plupart. Il faut espérer que ce ne sera plus le cas et espérer aussi que la Chambre des Métiers a été associée, pour assurer le service après vente, par la formation d’artisans réparateurs. Autrement, on risque de voir des cimetières de tracteurs bientôt dans nos campagnes, comme ces pompes de forages abîmées et laissées tel, rendant ainsi des milliers de forages improductifs, en toute irresponsabilité du bailleur et de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2014 à 11:37, par ANTI SENA
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    Je pense que depuis lors ce machin de l’UNPCB est devenu une chose du CDP ou du moins de FRANCOIS Compaoré car cet arriviste de Traore Karim qui etait il ya de cela 4 ans un petit producteur à Ouarkoye du GPC Brigarde qui produisait à peine 3 tonnes a été propulsé à la tete de ce machin,et dont la seule preoccupation c’est de se mettre aux ordres du petit president avec pour recompense son inscriptin sur la liste nationale du CDP ou il echoua,il serait proposé pour le SENA
    Donc retenons ce nom car ce sont des mandatés du cdp pour saper notre lutte

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2014 à 18:54, par SAYD
    En réponse à : Mécanisation de l’agriculture burkinabè : 300 tracteurs pour les producteurs de coton

    il ya plus d une dizaines d annees l inde nous offrait des tracteurs,mais jusquau jour d ojourd hui personne na vu sa poussiere.car ils ont ete recuperres par les gourous pour les utiliser dans leur ferme,AAHH LE FASO...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés