Corruption : Après les discours, les actes ?

mercredi 19 mars 2014 à 00h13min

Ce mardi 18 mars, une réunion de concertation entre le Premier Ministre, Luc-Adolphe Tiao et les corps de contrôle d’Etat avait lieu au Ministère des Affaires étrangères. Les débats se sont tenus à huis-clos et peu d’annonces ont été formulées. Pourtant, les cas de mal-gouvernance et de corruption sont encore trop nombreux au Burkina Faso et les citoyens attendent des mesures fortes de la part des autorités, notamment en terme de sanctions.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Corruption : Après les discours, les actes ?

À peine trente minutes, c’est le temps consacré, ce matin, par les corps de contrôle et le Premier Ministre a leurs échanges. Réunion « éclair » dont le seul intérêt consistait finalement à entendre les doléances des corps de contrôle présentées par Henri Bruno Bessin, Contrôleur général d’Etat, au gouvernement. Celles-ci se résumaient en trois points, à savoir l’adoption d’un statut des inspecteurs techniques des services, la motivation des corps de contrôle et la mise à disposition de moyens nécessaires à l’exécution de leur mission. En ce qui concerne le Premier Ministre – qui n’a pas souhaité parler à la presse -, on ne peut que saluer le travail de ses « plumes » capables de produire des discours de cinq pages dépourvues de la moindre information importante. Que dire également des cinq minutes accordées par M. Bessin à la presse ? Pas grand chose si ce n’est qu’à écouter ses réponses, on se demanderait presque si ce n’est pas lui qui écrit les discours du PM !

Réponse de Normand

Au sujet de la concrétisation des recommandations des corps de contrôle au gouvernement, M.Bessin nous a, en effet, gratifié d’une superbe réponse de Normand : « Certaines recommandations sont mises en œuvre mais d’autres prennent plus de temps », a t-il déclaré, ne laissant absolument rien filtrer des conclusions de la réunion avec le Premier Ministre. Interrogé au sujet de l’avancement du rapport sur la corruption qu’il avait promis pour le mois de mars, le Contrôleur général d’État a certifié que lui et ses équipes travaillaient dessus. « Nous sommes toujours en mars », a t-il justement rappelé.

Toujours est-il que dans ce contexte, on se demande un peu quel est l’intérêt de convier la presse à une réunion dont elle est exclue et à l’issue de laquelle les journalistes ont le droit de poser seulement trois questions...

Des sanctions qui se font attendre

Bien heureusement, les responsables du Réseau National de lutte anti-corruption (Ren-Lac) se montrent un peu plus volubiles sur le sujet. Contacté par lefaso.net, l’un d’eux a déploré le manque de moyens mis en œuvre par le gouvernement burkinabè en matière de sanctions. En effet, de nombreux cas de corruptions ont été mis en instance mais dorment toujours dans les placards des tribunaux depuis plusieurs années. Par ailleurs, le Ren-Lac, soutenu par plusieurs parlementaires, avait introduit en 2012 un projet de loi anti-corruption que le gouvernement avait promis d’adopter au plus tard fin 2013. Jusqu’à présent, il n’en est rien.

Des malversations de plus d’un milliard de F CFA

Selon le classement de l’indice de perception de corruption publié le 3 décembre dernier par l’ONG Transparency International, le Burkina Faso se place au 83e rang mondial, à égalité avec le Libéria. Si le « pays des hommes intègres » n’est pas au niveau de la Libye ou de l’Ouzbékistan, il n’en demeure pas moins que les détournements de fonds sont encore courants dans certains secteurs, en témoigne le rapport de l’Autorité supérieure de contrôle d’État (ASCE) rendu public le 4 décembre dernier. Ce document faisait, en effet, état de malversations financières relevées notamment dans le département de la Santé qui comptabilisait, à lui seul, un « total à recouvrer » de près de 400 millions de F CFA sur un total général de plus d’un milliard.

Au regard de ces chiffres, les Burkinabè attendent donc des mesures concrètes de la part des autorités car, comme l’a bien rappelé M. Tiao en conclusion de son discours, « la culture de la responsabilité, de l’imputabilité, de la discipline, de la rigueur et de la transparence doit être portée par tous. »

Pierre Mareczko

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 mars 2014 à 18:41
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    C’est dans ce contexte de trouble politique que vous voulez qu’on met en excusion des recommendations !!!
    tous le monde sait que les corrompus sont ceux qui vont les pieds et mains
    pour que le systeme COMPAORE ne s’ecroule pas .
    SI le premier ministre veut mettre du sable dans le BASSI de Blaise alors
    qu’il fasse passer les GUIROS a la barre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2014 à 20:36
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    Gouvernement de L’IMPUNITÉ ,et NOUS SAVONS POURQUOI CETTE REUNION ,n’a pas duré,NE PAS FACHER LES CORROMPUS ,au risque de tt perdre,voila comment on peut resumer cette rencontre entre les CONTROVOLEURS VOLEURS .....

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 01:09, par yiriba soumaba
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    Juste pour dire que la corruption est l’affaire de tous pouvoir comme opposition, salarie ou non salarié, étudiant comme paysan, en effet elle creuse un écart considérable d’injustice à l’encontre des moyens nantis, les pauvres et les sans aides qu’il va falloir corriger par des actions salutaires.
    Sans justice point de développement, ensemble luttons contre la corruption pour plus d’égalité de chance entre tous les enfants de ce beau pays sans distinction
    Que Dieu bénisse le Faso

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 01:34, par Lefils
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    Toujours des discours à n’en pas finir. Ou alors l’ASCE et le REN-LAC ont juste été créés pour divertir ?Sinon que le Burkina est entrain de sombrer dans la corruption ; les Hommes intègres sont devenus une << denrée rare>> et la corruption est en passe d’être légalisée. M. le premier ministre, il est temps de joindre les faits au droit en posant des actes forts ie en sanctionnant les coupables mêmes lorsqu’il s’agit de vos amis politiques...

    Répondre à ce message

    • Le 19 mars 2014 à 06:45, par SOLDIER
      En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

      chacun repondra de ses actes au moment venu et les ennemis de la nation seront chatiés a la hauteur de leurs crimes

      Répondre à ce message

    • Le 19 mars 2014 à 06:58, par Le sage de la Gnagna
      En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

      Du vent ! Monsieur TIAO, arrêtez de nous pomper l’air. On attend toujours vos promesses de faire juger les voleurs de la république. Ils sont plus puissants que vous malheureusement. Le pois soin pourrit toujours par la tête, nous disait Norbert Zongo (suivez mon regard). Commencez par vider les tiroirs du Contrôleur Général et ceux du Ren-lac.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 07:15, par grondeur
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    C’est pas trop clair tout ca ; pour lutter contre la corruption il faut simplement faire des enquêtes auprès des populations pauvres qui sont manipulées par les corrupteurs corrompus. Seul un corrompu peut bien corrompre ; et seul l’argent volé a des pouvoirs néfastes (insolence, orgueil, cupidité, trahison, malhonnêteté etc..)sur l’homme. Remarquez surtout que ces comportements sont contraires quant ils s’appliquent au honnêtes hommes qui vivent de la sueur de leur front...
    Il n’y a que ces voleurs qui peuvent hypothéquer l’avenir de ce pays....
    Des jeunes, la tète vide aidés par des parents d’hier super diplômés mais pauvres par honnêteté se moquent de ces honnêtes du temps...
    Comment peut on se construire une villa de grand standing quant ont a que le BEPC... le privé oui...mais la fonction publique c’est plus que suspect...il suffit de vérifier cela de près et vous verrai que tous s’arrangeront pour être + ou moins honnête...

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 07:32, par freeman
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    en fin de "mandat", a quoi bon ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 09:17
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    Si c’est pour traquer les démissionnaires, vous perdez votre temps. Pour avoir une telle attitude d’honneur, il faut n’avoir rien ou pas grand-chose à se reprocher. Quand je vois l’ancien ambassadeur en France, accusé de malversation quand il était ministre aller en France au titre du CDP, je dis simplement "VIVE LES MALVERSATIONS". Pourtant il faut réagir face à ce fléau.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 09:35
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    On ne peut compter sur ce 1er ministre ni sur le président actuel pour lutter efficacement contre la corruption. Il est même érigé en système de gestion au plus haut sommet de l’état. Il suffit de voir les immeubles, villas de luxe qui poussent comme des champignons à Ouaga malgré la pauvreté galopante... et autres sociétés avec des prêtes noms. Heureusement, ce régime, à bout de souffle, sera balayé fin 2015 avec l’espoir cette fois d’avoir un président intègre et qui fera de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 10:58, par KONAN
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    Monsieur le premier ministre merci pour cette initiative car le peuple a toujours besion de ça. Vive le gouvernement burkinabé et a bas les jaloux

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 15:36, par BAMS
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    Après les discours, les actes. Quels actes ça ? Tous sont des voleurs à commencer par la tête et les contrôleurs.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mars 2014 à 22:08, par Le sage
      En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

      Mon frère, un peu de respect pour les gens, surtout lorsque vous avancez des choses que vous ne maîtrisez pas. Ne traitez pas les contrôleurs d’Etat et leurs premiers responsables de voleurs alors qu’ils n’ont rien fait. En avez-vous des preuves ? Ils pourraient vous convoquer devant les tribunaux hein ?!ou b ien ? Ils ont fait leur travail et ont transmis le rapport à la Justice. Il reste à la justice de faire le sien. C’est tout.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 16:29
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    TOUS POURIS ,TOUS POURIS ,C’est de l’exterieur ,qu’on voir le nineau de la corryption au burkina .L’ADMINISTRATION BURKINE EST POURIE DE L’INTERIEUR ,et il sera tres difficile d’extraire la pue de la tete des agents ,la police et la douanes st des greniers de la corruption ,ils n’ont aucune gene pr se remplir les poches ,,,,

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2014 à 18:54, par Amadoum
    En réponse à : Corruption : Après les discours, les actes ?

    Si M. Guiro avait ete arrête, je suis sur que la corruption aurait pris un coup dur. Mais encore faut-il que les dirigeants aient le courage et la decence de faire ce qui est correct et bien pour toute la nation.

    Au moins l’article a mentionne M. Guiro.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés