Bobo : Des présumés braqueurs de la Goutte d’or aux arrêts

samedi 15 mars 2014 à 01h22min

Des présumés auteurs de l’attaque du restaurant Goutte d’Or (22 décembre 2013), dans lequel se trouvait des élus de Bobo-Dioulasso (notamment le maire Seydou Sanou de l’arrondissement 05) sont aux arrêts. Vendredi 14 mars 2014, la compagnie de Gendarmerie de Bobo-Dioulasso a levé le voile sur les faits d’attaque à mains armées et de meurtre reprochés au burkinabè S.H.M (pseudonyme) et à ses trois acolytes de nationalité ivoirienne.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo : Des présumés braqueurs de la Goutte d’or aux arrêts

Pour des raisons de sécurité, de poursuites de l’enquête…, les présumés malfrats arrêtés par la Compagnie de Gendarmerie de Bobo-Dioulasso n’ont pas été présenté à la presse bobolaise. Néanmoins, les actes de criminalité du burkinabè S.H.M et des ivoiriens N.A.J.F, B.I alias O et A.E.H, étaient au centre de la conférence de presse entre gendarmes et journalistes. Aux arrêts depuis un certain temps dans les locaux de la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso (M.A.C.B), les quatre présumés braqueurs sont accusés entre autres, de meurtre vers Cinkansé (frontières Togo-Burkina), d’attaques à mains armées dans les restaurants Volcan (attaque avortée) et Gouttes d’Or (22 décembre 2013 vers 21 h) à Bobo-Dioulasso, de vols des bijoux en or (estimé à 16 millions de F CFA), d’attaque à Adjamé d’un riche commerçant libanais en République de Côte d’Ivoire… Comme arsenal, ces hommes disposaient d’un fusil d’épaule Kalachnikov avec crosse escamotable ; de pistolets (automatiques et local) ; de deux grenades d’artifice en plastique de couleur noir, de gaz lacrymogène… Travaillant en réseau, le chef du gang se donnait le malin plaisir de recruter ses complices en Côte d’Ivoire. Pour chaque attaque, il faisait appel à de nouveaux personnages. Notons que la gendarmerie burkinabè était à la trousse de ces malfrats depuis juin 2013 (suite à l’attaque d’une famille à Bobo). Par ailleurs, l’enquête continue pour les gendarmes qui espèrent arrêter des complices de ce gang qui sont toujours dans la nature.

A l’image d’Antonio Bandéras dans Despérado, ils transportaient leurs armes dans un sac de guitare

Des armes dans une guitare ou dans un sac de guitare ont concouru au succès du film Despérado (1995), du réalisateur américain Robert Rodriguez. Inspirés peut-être par Antonio Bandéras, l’acteur principal du film, H.M, N.A.J.F, B.I alias O et A.E.H utilisaient également un sac de guitare pour le transport des armes devant servir à leurs attaques. Ainsi, ces présumées malfrats pouvaient passer inaperçus, sans être soupçonnés. Débordant d’imagination, ils s’improvisaient également en agent de l’Office national de l’eau (O.N.EA) pour ce qui est des attaques diurne. Autres stratégies d’attaques, ces présumés malfrats détectaient toujours en avance les sites attaqués. D’où, l’appel de la gendarmerie aux citoyens d’appeler des numéros comme le 10 en cas de soupçons.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés