Le CDP veut s’imposer à New York

mardi 11 mars 2014 à 22h35min

Une délégation du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), conduite par Salifou Sawadogo, deuxième secrétaire adjoint à l’organisation chargé des structures du parti a l’étranger, a rencontré le dimanche 2 mars 2014 les militants et sympathisants du parti de l’Etat de New York. Etaient au présidium, Salifou Sawadogo, Kindo Boukari et Yao Zouakié membre du bureau politique national qui a pris d’abord la parole pour planter le décor.

Le CDP veut s’imposer à New York

La parole a été ensuite donnée à Salifou Sawadogo qui a adressé les salutations du CDP et particulièrement celles d’Assimi Kouanda, le secrétaire exécutif national du parti, aux militants et sympathisants du CDP de New York.

Le Burkina se porte bien sous Blaise Compaoré

Il fera ensuite un tour panoramique de la situation nationale tel un premier ministre qui tient un discours sur l’état de la nation. En effet, selon Salifou Sawadogo, la campagne agricole 2012 – 2013 a été positive avec un excédent céréalier d’un million de tonnes. A ceci s’ajoute les stocks céréaliers. Ce qui lui fait dire que les Burkinabè seront à l’abri de la famine cette année même s’il reconnait que la campagne agricole n’a pas été bonne dans certaines zones du pays. Il a par ailleurs ajouté que le Burkina a produit 600 mille tonnes de coton, ce qui fait du pays le premier producteur de coton en Afrique.

Au niveau de l’éducation il dira qu’il y a eu des progrès considérables. Pour lui il n’y a plus de département au Burkina Faso sans un Collège d’Enseignement General (CEG) et ce grâce à la volonté du président Blaise Compaoré. Le président qui, selon Salifou Sawadogo, a dit que plus jamais un enfant ne doit rester à la maison au Burkina Faso. A l’entendre, c’est cette volonté de faire partir tous les enfants du Burkina Faso à l’école qui explique qu’il y a des écoles paillotes au Burkina. Mais il a assuré qu’aucun enfant ne doit terminer son cycle sous les paillotes. « Beaucoup d’enfants vont à l’université », à t- il dit. Il explique cela du fait que : « le président Blaise Compaoré s’est engagé pour que dans chaque région du Burkina il y ait une Université ». Il a reconnu toutefois que cet objectif n’a pas encore été atteint.

Ensuite il a égrainé tout un chapelet de projets en cours. Il citera comme exemple Bagrepôle, le barrage de Samandéni dans la région de Bobo-Dioulasso, le bitumage d’axe routier Koudougou - Dédougou, la route Ouahigouya frontière du Mali, la route Banfora-Sindou, l’autoroute Cote – d’Ivoire - Burkina Faso qui sera financé par le Qatar, le quatrième échangeur de Ouagadougou, le chemin de fer Abidjan- Ouaga-Tambao-Benin, l’aéroport de Donsin, le projet 10 mille logements . Les revendications syndicales, la fête nationale de l’indépendance qui se tiendra cette année à Dédougou et les cartes consulaires biométriques pour l’ensemble de la diaspora ont été aussi des points évoqués.

Les démissionnaires du CDP sont des francs-tireurs

Le second grand point a été la vie du parti CDP. Il a été d’abord question de la tenue du 5eme Congrès qui a connu le renouvellement des structures et qui a porté à la tête du parti Assimi Kouanda. La frustration ou la colère des démissionnaires tirent ses origines à partir de ce congrès. C’est pourquoi la délégation a tenu à expliquer en long et en large comment les choses se sont passées. De la procédure des renouvèlements des structures en passant par la place accordée aux jeunes et aux femmes dans le parti, tout a été passé au peigne fin.

Parlant des démissionnaires, il dira que les francs-tireurs ont dit qu’il n’y a pas de démocratie a l’intérieur du parti, qu’ils sont contre la mise en place du Senat, la tenue d’un referendum et la révision de l’article 37. Pour Salifou « s’il y avait débat, c’est au niveau du bureau politique national que ça devrait se passer ». Il a par ailleurs dit que les pratiques que les démissionnaires dénoncent aujourd’hui existaient déjà quand ils tenaient les rennes du parti et s’est étonné d’ailleurs que ces mêmes personnes qui ont soutenus hier la mise en place du Senat, le referendum et la révision de l’article 37 s’y opposent aujourd’hui.

Il dira que le Senat faisait partie du programme de campagne du président Blaise Compaoré et qu’il est tout à fait logique qu’il mette en pratique son programme. Il s’insurge contre ceux qui disent que le Collège des Sages a proposé de verrouiller l’article 37. A entendre Salifou, le Collège des Sages est une structure consultative et ne devrait pas avoir une force de loi. « La position du CDP n’a pas changé, nous sommes pour la mise en place du Senat, pour la tenue d’un referendum et la révision de l’article 37 » a t – il dit.

Parlant des médiateurs autosaisis, il dira que si la médiation initiée par l’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo a tourné court ce n’est pas la faute du CDP. Il a affirmé que les longs règnes ont toujours posé des problèmes en Afrique si le passage du témoin n’est pas bien transmis. Il citera les cas de la Cote d’Ivoire et du Togo. Mais il n’est pas sur la même longueur d’ondes avec ceux qui voient en une transition pacifique le prolongement de deux ans du mandat de Blaise Compaoré. A l’entendre la transition pacifique c’est de permettre à Blaise Compaoré de se représenter. « On ne demande pas une transition de deux ans » a – t – il dit avant de conclure que la question sécuritaire qu’on évoque ne tient pas. « Qui a les armes au Burkina Faso pour qu’on demande une sécurité ? » s’est- il interrogé.

Pas de vote mais des « concertations » pour la mise en place des représentants du CDP

Quant à la mise en place des structures du parti, ceux qui pensaient à des votes ont vite désenchanté. La procédure électorale s’est faite « par concertation » pour reprendre les termes de Salifou. En d’autres termes les membres de la section des Etats-Unis d’Amérique et ceux de la sous-section de New York ont été simplement désignés et ovationnés lorsqu’on appelait leur nom.

Une procédure qui n’a pas été du goût de tout le monde à l’exemple de ce militant furieux qui a pris la parole pour dire ceci : « J’aimerais savoir sur quelle base les personnes ont été désignées… le CDP est un grand parti mais ce n’est pas démocratique cette façon de désignation ». Et Salifou Sawadogo de répondre : « Elles ont été choisies sur la base de leur foi au parti et de leur volonté de servir et défendre les idéaux du parti ». Ayant toutefois reconnu qu’un choix est toujours arbitraire, il a demandé aux militants d’accepter et d’accompagner cette équipe. Une réponse qui ne semble pas convaincre ce militant frustré. Par la suite, il soupira, se leva et s’éclipsa de la salle.

Après cet incident, et à notre question de savoir si ce ne sont pas les mêmes pratiques qui ont poussé Roch et compagnie à démissionner du CDP, M. Sawadogo nous répondra : « Moi, je n’ai pas fait autant de distance pour venir parler de démissionnaires, je suis venu pour parler de notre parti, de la mise en place des structures du parti… » Répondant à une question relative aux réactions des internautes sur le net, Salifou Sawadogo dira que des jeunes désœuvrés au Burkina sont payés pour uniquement animer ces espaces dans le but de dénigrer le CDP.

Retenons que la section CDP des Etats-Unis dont les membres seront au complet lorsque toutes les sous-sections des Etats-Unis seront mises en place, a pour Secrétaire général Boubacar Ouédraogo. Ce dernier a pris l’engagement de conduire avec honnêteté le parti et de faire en sorte qu’il sorte vainqueur. La sous-section CDP de New York est compose aussi de cinq membres dont le secrétaire général est Patrick Kaboré qui dit qu’il est bien de militer dans le parti le plus fort. En plus des membres de la section et de la sous-section, il y a des conseillers au nombre de onze. Le conseiller spécial au niveau des Etats-Unis est Yao Zouakié. Il faut aussi noter que le président de l’Association des Burkinabè de New York (ABNY) et le délègue CSBE de New York font tous partie des structures du CDP. Un jeune dans la salle s’en prenait d’ailleurs au président de l’ABNY en lui demandant de démissionner de son poste de président.

Barnabé Bazona Bado à New York
Lefaso.net

Messages

  • Des sections et des sous sections fantoches !! On ne paie pas nous les jeunes désœuvrés pour dénigrer le CDP, nous vivons notre misère de tous les jours sous votre arrogance.Merci Salif pour les éclaircissements que tu nous as apportés. La transition apaisée était de permettre à Blaise de se représenter. Vous êtes forts !!!

  • - BADO, dabii, wèrè maama naaa. Kon tchènè, wèrè maama.

    Si le Burkina est bien sous Blaise, alors revenez vous y installer et contribuer à son développement. Je vous rappelle que le PNUD a son siège là-bas, là d’où vous écrivez ce torchon et c’est ce même PNUD qui a classé Le Burkina avant-dernier pays au monde sur le plan du développement. Les 2 pays dévancés par le Burkina étaient en guerre.

    Ce Salifou SAWADOGO qui est allé vous pomper l’air là-bas ne peut même pas mobiliser 15 personnes dans son propre village. Donc si vous croyez aux fables qu’il est venu vous raconter, c’est votre affaire ! En attendant, nous au pays on lutte pour que le pays soit totalement libéré des griffes de la Famille et Cie et de la Compaorose. Vous avez certainement oublié tous les crimes de sang et les crimes économiques commis dans ce pays ! N’est-ce pas ?

    - Est-ce que BARACK OBAMA dans le pays duquel vous vivez peut oser revendiquer la modification de la Constitution américaine pour demeurer éternellement au pouvoir ! Si vous répondez à cette question par OUI, alors je vous donne raisons pour votre position à l’égard de Blaise COMPAORÉ.

    - Est-ce que BARACK OBAMA dans le pays duquel vous vivez nomme à lui tout seul près de la moitié des membres du Sénat américains ? Si vous répondez à cette question par OUI, alors je vous donne raison pour votre position à l’égard de Blaise COMPAORÉ.

    Mais si votre réponse est NON à toutes ces 2 questions, alors foutez-nous la paix !

    Par Kôrô Yamyélé

    • BIEN DIT KORO YAMYELE, CES GENS DEVRAIENT RENTRER AU PAYS VOIR COMMENT LES CHOSES SE PASSENT AU LIEU DE SE CONTENTER DU VERBIAGE D’UN EMISSAIRE QUI NE CONNAIT MEME PAS SON PROPRE VILLAGE, QUI VIT EN BOURGEOIS EN VILLE. VOTRE AG NE COMPTE QUE 10 MEMBRES MOINS L’EMISSAIRE, C’EST TOUT COMME BURKINABE A NEW YORK ? ET FAIRE UNE MISSION POUR RENCONTRER 10 BONHOMMES, C’EST CHER PAYE CA....

    • Vraiment pourquoi ne pas montrer toute la salle dans la photo

  • Il faut que Salifou soit logique dans son argumentaire. Il dit que les longs règnes ont toujours posé problème en Afrique si la transmission n’est pas bien assurée. Il oublie que ce qui fait que la transmission de pouvoir n’est pas bien assurée, c’est parce qu’il y a eu long règne et qu’il y a des générations qui ont été sautées. Lui-même qui parle , c’est parce qu’il n’a pas d’ambitions. Imagines toi, un enfant qui naît en 83, où Blaise était déjà aux affaires, aujourd’hui, il a 31 ans, un cadre de l’administration et il ne voit pas comment lui peut venir au pouvoir.

    • Décidément, Salif grouille pour son CDP moribond. Mème au pays de l’oncle SAM, il met un bureau que lui il fait confiance sans vote comme il n’ y a pas de démographie au CDP. Déjà la réaction du jeune dans la salle montre que juste après le départ de la délégation, ce groupe aura trop de difficultés pour mobiliser.On ne tient pas ce genre de discours à des intellectuels vivant aux USA à l’ère de l’internet et espérer leur action pouvant octroyer un tripatouillage de la constitution.CDP, arrêtez de gaspiller vos ressources, suivez le scenario 1 que propose la médiation.Le peuple n’est plus analphabète comme dans les années passées, vos manœuvres les ont éclairer.Q ue DIEU bénisse le Burkina

  • Voyez-vous çà ? Et avec ça, le CDP pense recueillir la confiance du peuple ? Il dit, reconnait et jure « qu’un choix est toujours arbitraire » et que « cela fait partie des pratiques du CDP ». Ne donne-t-il pas raison aux RSS du MPP ? Alors que je pensais que le CDP (nouvelle version) était venu pour moderniser et mieux démocratiser le parti et le pays, lui Salif nous laisse entendre autre chose. Comme quoi on chasse le naturel et il revient au galop. Quant aux désœuvrés dont il fait allusion. Désœuvrés qui se font payer pour dénigrer le CDP. Qui de ceux-ci mange chez lui, profite de ce qu’il a engrangé depuis le temps que Mr. RMC l’a coopté dans le Bureau National du CDP et au Gouvernement ? De telles choses ne devraient pas sortir de la bouche d’un Politique responsable. Pourquoi sont-ils désœuvrés ? N’est-ce pas parce que « Eux, politiques dirigeant » au lieu de soucier de l’emploi des jeunes préféraient investir les fonds du pays ailleurs et pour cela, on citera en exemple le cas des fonds du FAPE dont la gestion de par ses faits a été mitigée sous son "patronimat". Que pourra-t-il nous en dire de ce Fonds gracieusement mise en place par SEM le Président du Faso pour aider les Jeunes à l’emploi ? Merci à lui quand même pour nous avoir ouvert enfin les yeux, sinon une fois de plus sur leurs « Ambitions » et leurs « Programmes » à venir. Il déçoit plus d’une personne et j’ose espérer que les compatriotes des États-Unis seront assez matures pour bien décrypter les confidences de Monsieur Salif SAWADOGO. Bien merci.

  • Felicitation CDP. Avec vs la democratie grandira et people Burkina pourra etre libre d’exprimer son opinion personnel, notmamment par referendum...

  • Voyez-vous çà ? Et avec ça, le CDP pense recueillir la confiance du peuple ? Il dit, reconnait et jure « qu’un choix est toujours arbitraire » et que « cela fait partie des pratiques du CDP ». Ne donne-t-il pas raison aux RSS du MPP ? Alors que je pensais que le CDP (nouvelle version) était venu pour moderniser et mieux démocratiser le parti et le pays, lui Salif nous laisse entendre autre chose. Comme quoi on chasse le naturel et il revient au galop. Quant aux désœuvrés dont il fait allusion. Désœuvrés qui se font payer pour dénigrer le CDP. Qui de ceux-ci mange chez lui, profite de ce qu’il a engrangé depuis le temps que Mr. RMC l’a coopté dans le Bureau National du CDP et au Gouvernement ? De telles choses ne devraient pas sortir de la bouche d’un Politique responsable. Pourquoi sont-ils désœuvrés ? N’est-ce pas parce que « Eux, politiques dirigeant » au lieu de soucier de l’emploi des jeunes préféraient investir les fonds du pays ailleurs et pour cela, on citera en exemple le cas des fonds du FAPE dont la gestion de par ses faits a été mitigée sous son "patronimat". Que pourra-t-il nous en dire de ce Fonds gracieusement mise en place par SEM le Président du Faso pour aider les Jeunes à l’emploi ? Merci à lui quand même pour nous avoir ouvert enfin les yeux, sinon une fois de plus sur leurs « Ambitions » et leurs « Programmes » à venir. Il déçoit plus d’une personne et j’ose espérer que les compatriotes des États-Unis seront assez matures pour bien décrypter les confidences de Monsieur Salif SAWADOGO. Bien merci.

  • VOILA UN QUI NE PEUT PAS MOBILISER 20 PERSONNES CHEZ LUI ET C EST LUI QUI PARLE DE REFERENDUM.

    • Que de la spéculation pour dire que vous avez peur de perdre. La vrai la défait n’est pas la pire des échecs les gars la défaite est ailleurs que je vais me faire un réel plaisir de vous laisser trouver là où elle se trouve.

  • Ceux qui ont participé à cette rencontre à New York doivent en être sortis tous constipés et avec de la nausée, à force d’écouter de telles inepties. N’inversez pas les rôles : on sait qui a l’habitude de payer les malfrats ou plutôt les mal famés pour accomplir ces sales besognes avec votre argent dont nul n’ignore la sources. De grâce, arrêtez ce comportement de mépris envers le peuple. Passer de la duperie à l’arrogance ; c’est narguer le peuple.

  • Décidemment, les gens du CDP ne tirent pas leçon de ce qui leur arrive :
    1. On met en place une structure en désignant les membres par avance sans consulter les participants, ce qui a révolté plus d’une personne au Burkina avec le listes de candidature imposes
    2. On ne rompt pas avec le langage arrogrants et méprisant : on paie des jeunes désoeuvrés (oui pourquoi sont-ils désoeuvrés ? Qu’avez-vous fait pour leur trouver l’emploi). En plus on confound ses propres pratiques avec celles des autres : qui paie des gens pour les instrumentaliser ? Le CDP, n’est-ce pas)
    Pour finir, la mobilisation ce n’est pas aux USA qu’il faut aller la faire mais ici au secteur 15, à Guirgho, Tougo, Kpere, Boala, Giuaro, Tasmakat, Tagou, et j’en passe.
    Ne gaspillez vos ressources inutilement car ça va vous servir pour la traverse du desert.

    • Je pari qu’on a coopter les plus corruptibles là bas ; ce Salif va bientôt descendre de ses nuages, il n’ y aura ni référendum, ni modification de l’article 37 et Blaise partira au plus tard en 2015.

    • C’est juste dommage que des gens vivant dans cette ville acceptent de telles pratiques aux antipodes de la démocratie. Un signe qu’ils n’ont rien appris de la démocratie malgré leur présence aux USA. C’est même inquiétant !

  • Ils st au pays de Barack OBAMA et ne comprennent tjrs pas ce qu`est la DEMOCRATIE ou du moins ne veulent pas comprendre car ayant garde la MANGECRATIE dans leur ptite tete depuis le bercaille....Oh DIEU sauve nous

  • Continuez a divertir le monde. OBAMA lui vous attend au tournant. Gelez vous biens et vous conduire à la CPI.

  • Je trouve vraiment que certains sont allés aux états unis mais ne savent pas ce qu’ils doivent rapporter à leur pays. On se lève, on cri que l’on veux aller aux states. On y arrive et on pense que c’est uniquement pour accumuler de l’argent. Ce n’est pas du tout cela. Il faut ramener des idées. Je suis surpris que quelqu’un qui a vécu de longues années aux USA puisse soutenir un tel projet du CDP. L’alternance est pourtant le socle de la démocratie. Ils vivent aux états unies mais on dirait qu’ils n’ont jamais quitté les non lotis de Ouaga. C’est pour cela que beaucoup ne peuvent plus revenir car ils ne se sont pas enrichis intellectuelement. Ils veulent rentrer avec beaucoup d’argent alors qu’il faut chercher à rentrer avec des idées.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés