Présidentielle 2015 : A 21 mois du jour J, des OSC en ordre de bataille pour l’instauration d’une « grande civilité politique »

mardi 4 mars 2014 à 23h48min

A l’initiative du Diakonia, une trentaine d’organisations de la société civile (OSC) actives en matière de démocratie et de droits humains ont animé, hier, un forum autour du thème : « La société civile, force de propositions dans le dialogue social pour des élections apaisées en novembre 2015 : veille démocratique et mise sur agenda des véritables préoccupations citoyennes ». Les conclusions - recommandations et feuille de route - des échanges ont fait l’objet d’un point de presse.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Présidentielle 2015 : A 21 mois du jour J, des OSC en ordre de bataille pour l’instauration d’une « grande civilité politique »

Les élections de novembre 2015, faut-il encore le rappeler, constituent un important virage démocratique dans notre pays. Un virage qui nécessite une préparation conséquente et des actions proactives aussi bien par les acteurs politiques que par les acteurs de la société civile. Cela s’impose comme un impératif, surtout dans un contexte de crise entre acteurs politiques comme c’est le cas actuellement. Selon Luc Marius Ibriga, les OSC ne peuvent pas attendre qu’un éventuel climat de violence s’installe avant d’agir. Pour lui, il est du devoir de la société civile de travailler à ce que l’ensemble des acteurs intègrent et la culture de l’Etat de droit, et l’idée qu’ils doivent respecter les règles du jeu. D’où le forum de ce 3 mars 2014 dont l’objectif est de faire en sorte « d’avoir des élections apaisées », afin que ceux qui remporteront ces élections prennent le pouvoir pour gouverner et que ceux qui auront perdu intègrent l’opposition.

Impliquer la société civile

A l’occasion, des communications sur des sous-thèmes ont été servies. En effet, le Pr Augustin Loada a animé une communication sur le sous-thème « Alternance démocratique ou transition politique : Enjeux manifestes et latents ». Un autre sous-thème, « Les modes de prévention et de gestion des conflits sociaux : Modes ad hoc et modèles institutionnels », a été animé par M. Chrysogone Zougmoré du MBDHP. Ont aussi fait l’objet de communication, les sous-thèmes « Les modes d’expression citoyenne et d’influence des politiques publiques », « Feuille de route pour des élections apaisées en novembre 2015 », respectivement par Siaka Coulibaly et Mariam Liehoun du GERDDES. Des communications qui ont fait suite à des échanges nourris à l’issue desquels les OSC recommandent :

-  Au gouvernement, d’impliquer la société civile dans la révision en cours du code électoral ;
-  A l’Assemblée nationale, de suspendre l’examen du projet de relecture en cours de la loi 10/92/ADP portant liberté d’association afin de prendre en compte le point de vue des bénéficiaires que sont les organisations de la société civile ;
-  Une attention particulière du gouvernement sur la question des principaux secteurs de développement, sources de conflits que sont la gestion des ressources minières, la gestion du foncier urbain et rural, la conquête et la gestion des pouvoirs de proximité ;
-  La relecture de la loi portant organisation des manifestations publiques, en vue de supprimer certaines dispositions considérées comme liberticides par la société civile ;
-  A la CENI, une diligence dans la révision du fichier électoral en vue de la tenue effective des élections présidentielles de 2015 ;
-  Aux acteurs de la société civile et aux chefs coutumiers, de plaider pour un statut pour la chefferie traditionnelle.

« Une grande civilité politique pour des élections apaisées »

Pour la mise en œuvre effective de ces recommandations, les OSC entendent non seulement susciter l’adhésion des partis politiques au code éthique en lien avec les élections et l’engagement à le respecter, mais aussi élaborer et faire adopter par la société civile, un plan de communication politique sur les élections de 2015 en langue nationale. Elles envisagent, en outre, d’organiser des concertations avec les partis politiques engagés aux élections avec la CENI, avec le gouvernement autour des questions électorales, avec les chefs coutumiers et religieux et avec les jeunes. Par ailleurs, elles comptent assurer une observation indépendante dans le cadre de la révision des listes électorales, dans le cadre de la campagne électorale et au cours du déroulement du scrutin.

En sus, les OSC envisagent d’assurer la promotion de l’éducation à la citoyenneté, de faire une étude sur le contexte national, de renforcer les sondages et les enquêtes d’opinion, d’élaborer un cahier de doléances citoyennes contenant les aspirations profondes des citoyens, de dupliquer l’actuel forum aux niveaux régionaux et national. Toutes ces actions constituent une feuille de route dont le suivi – avec le soutien de partenaires techniques et financiers - devra permettre, espère le Pr Ibriga, d’instaurer «  une grande civilité politique ». Et d’ajouter, « S’il y a une grande civilité politique, il n’y a pas de raison que nous n’ayons pas des élections apaisées  ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés