Rock Marc Christian Kaboré au meeting du MPP à Bobo : « Le changement est devenu une nécessité »

dimanche 2 mars 2014 à 23h14min

Voici le message du président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Rock Marc Christian Kaboré, aux militants du parti lors du meeting du 1er mars 2014 à Bobo-Dioulasso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Rock Marc Christian Kaboré au meeting du MPP à Bobo : « Le changement est devenu une nécessité »

« Le MPP à Sya. Permettez-moi de prendre la parole au nom de la direction politique du MPP pour féliciter l’ensemble de la population de Sya et des Hauts-Bassins pour cette mobilisation des grands jours. Vous faites notre fierté, nous sommes fiers de vous et on vous encourage à rester mobilisés comme vous l’êtes aujourd’hui. Je voudrais également profiter de l’occasion qui m’est donné pour saluer encore une fois tous les partis d’oppositions qui nous ont devancés dans ce combat pour l’enracinement de la démocratie dans notre pays, pour l’égalité de chances, pour une meilleure répartition des richesses dans notre pays. En effet, on ne peut plus tolérer que des richesses soient partagées entre une minorité au détriment du peuple burkinabè.

Nous devrons combattre cette injustice. C’est pourquoi, le MPP a été créé pour plus de justice dans notre pays, pour une égalité de chance pour tous les Burkinabè et pour une meilleure répartition de nos richesses. Nous savons tous que nous sommes un pays pauvre, il n’est pas possible qu’une minorité arrogante continue à nous narguer tous les jours alors que le peuple croupit dans la misère. Nous devons rétablir. Nous disons qu’on a beaucoup parlé de changement. Le changement est devenu une nécessité. Elle est une nécessité sinon nous allons tous périr. Nous devons changer parce que la constitution du Burkina Faso l’autorise. Nous avons, comme mes prédécesseurs l’ont dit (NDLR : Simon et Salif) signé un pacte avec la nation, signé un pacte avec le peuple burkinabè…que nous allons faire un mandat de 05 ans renouvelable une fois. On ne va pas tromper personne en disant qu’aujourd’hui nous allons organiser des referendums quand on a trahi soi-même des engagements qu’on a pris. Parce que, nous allons considérer que le référendum est une trahison du peuple burkinabè, c’est une trahison vis-à-vis de nos autorités coutumières que nous n’accepterons pas. C’est trop facile de dire que si vous êtes des démocrates c’est le peuple qui doit décider. Le peuple a déjà décidé. Il n’a pas besoin de décider deux fois.

C’est pourquoi, camarades militants et militantes de Sya, nous devons rester mobilisés. Parce que nos adversaires veulent passer par la force mais la force ne les appartient pas à eux seuls. Comme on le dit, quand le peuple se met débout, le pouvoir tremble. Et c’est pourquoi nous devons rester débout parce que le pouvoir actuel et son CDP sont ébranlés dans leur fondement et nous ne devons pas les laisser le temps de se relever. C’est pourquoi, je voudrais inviter à travers ce meeting, l’ensemble du peuple burkinabè, de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud à rester mobilisé pour ce combat qui est un combat de la dignité des burkinabè, qui est un combat de l’honneur des burkinabè et qui est un combat pour que nous vivions tous en harmonie dans la paix. Comme je dis, la paix, tous les jours à la télé, à la radio on nous répète, nous voulons la paix. La paix ce n’est pas un mot c’est un comportement. Et je voudrais le répéter ici, parce que nous avons décidé lors de notre assemblée générale de tenir notre congrès au Palais des sports, les 29 et 30 mars 2014, nous avons déposé notre demande.

Cette demande a été acceptée et nous avons reçu la lettre qui nous donnait l’accord. Le jour où nous sommes allés pour payer la réservation on nous a dit que le ministre des Sports a téléphoné pour dire qu’il a une activité le même jour que nous. Et que par conséquent, si on n’a pas encore payé qu’il ne faudrait pas recevoir notre argent. Et que si on avait déjà payé de retourner notre argent. Camarades, restons vigilants mais ne nous laissons pas duper par des déclarations quotidiennes de paix alors qu’on prépare la guerre. Mais nous voulons dire à ceux qui se prêtent à ce jeu-là que demain n’est pas loin. Et que comme on n’aime le dire, si on ne veut pas subir les mêmes conséquences, il faut se comporter correctement vis-à-vis des autres. Parce que demain, si on doit se comporter comme eux, certains vont rejoindre les frontières en vitesse... Nous, nous voulons la paix dans notre pays. Parce que ce qui a été construit pendant 27 ans et 27 ans de pouvoir au Burkina Faso, nous pouvons le réclamer. Nous avons participé à cette construction. C’est clair. Aucun homme solitaire n’a bâti le Burkina Faso. Et au Burkina Faso, personne n’est indispensable. Le peuple mobilisé bâtira le Burkina Faso. Je voudrais également insisté sur le fait que nous avons écouté avec beaucoup d’intérêt les jeunes, les femmes et les anciens. Nous voulons dire aux jeunes de ne pas s’inquiéter. Beaucoup de membres du CDP se baladent pour dire regarder la composition de leur bureau exécutif, c’est des vieux qui sont là-bas, il n’y a pas de jeunes.

Ces gens ne savent même pas respecter les règles de notre parti. Parce que nous avons dit au sortir de l’Assemblée générale que nous avons constitué un bureau exécutif provisoire, sur la base des membres du bureau politique (CDP) démissionnaires. Attendons le congrès on verra qui a rajeuni son parti et qui n’a pas rajeuni son parti. Attendons que nous mettions nos structures et on verra qui a mis des jeunes dans les structures et qui ne les a pas mis. Parce que certains membres du bureau politique ou du bureau exécutif du CDP du Houet, parce qu’ils sont maintenant au bureau exécutif croient qu’ils sont arrivés aux ciels. Et ils se pavanent en disant nous on est jeunes et on est 04 au bureau exécutif du CDP. Quelle honte d’être 4 sur 37. C’est une honte pour la jeunesse burkinabè. Enfin, je voudrais encore vous traduire tous nos remerciements. Et insister encore sur une chose, Salif Diallo l’a dit tout à l’heure. L’arrondissement 04 de Ouaga, la défaite en plein midi. Le CDP à l’arrondissement 04 de Ouaga sonne le glas de la fin du Congrès pour la démocratie et le progrès. Parce qu’il l’a dit, des millions ont été versés là-bas, des motos ont été données, des sacs de riz ont été versés. Et tous ces millions ont donné quoi ? 5 conseillers sur 20. Et je dois préciser encore que le jour du dernier meeting du CDP tout le gouvernement burkinabè était assis là-bas. Pour avoir cette honte publique là. A leur place, j’aurai démissionné de la direction du parti depuis longtemps. Et après ça, on sort à la télé et on dit que ça montre que les élections sont transparentes au B.F. Quel ridicule. Comme on aime le dire, si le ridicule pouvait tuer on allait avoir beaucoup de cadavres. En tout cas, merci au peuple de Sya, on ne va pas vous faire tarder parce qu’il est déjà 18 h. Merci pour votre mobilisation et votre confiance. Travailler à la solidarité entre vous, maintenez les contacts avec les partis d’opposition pour qu’ensemble nous puissions arriver au changement tant attendu par le peuple burkinabè. Merci et bonne soirée. »

Propos retranscrits par Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés