Salif Diallo au meeting MPP de Bobo : « La victoire est très proche avec le peuple »

dimanche 2 mars 2014 à 23h14min

Salif Diallo est de ceux qui ont fait une sortie remarquable au meeting du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) tenu le 1er mars 2013 à Bobo Dioulasso. Voici le message du premier vice-président du MPP chargé l’orientation politique du parti.

  Salif Diallo au meeting MPP de Bobo : « La victoire est très  proche avec le peuple »

« …Contre des tentatives de tripatouillages de notre démocratie, contre l’oppression sociale, nous disons non. Nous sommes venus aujourd’hui non pas pour une campagne électorale mais pour organiser la résistance avec vous et par vous contre des tentatives multiformes et multiples de transformer notre pays en un royaume. Nous disons non et non. Filles et fils de Bobo-Dioulasso, la région de Sya a été mainte fois trahie par le CDP. On a promis ici, à la jeunesse de l’emploi et de la démocratie. On a promis aux femmes de l’émancipation, on a promis aux anciens la paix sociale. Le CDP a trahi tous ses engagements et veut encore vous trahir en modifiant la constitution. Nous disons non, le peuple du Burkina dit non à la patrimonialisation de notre pays. Le Burkina dit non à la transformation du Burkina en un royaume, le Burkina n’appartient à aucun clan, le Burkina n’appartient à personne. Le Burkina appartient à tous ces fils et à toutes ces filles.

C’est pourquoi, nous disons qu’ici à Bobo-Dioulasso, la résistance a commencé depuis Guimbi Ouattara et va se poursuivre avec les jeunes, les femmes et les anciens. Ici à Bobo-Dioulasso, on a confisqué le développement des mains des jeunes et des femmes pour donner à 2 ou 3 El Hajj cachés dans la FEDAP/BC. Nous disons, cette organisation fantoche qu’est la FEDAP/BC ne peut faire le Bonheur de Bobo-Dioulasso. Jeunes de Bobo, femmes de Bobo, aujourd’hui nous devons lutter pour la démocratie, contre l’appropriation de l’économie de Bobo par un certain nombre de type d’El Hajj véreux. Aujourd’hui, on nous parle de médiation, on nous parle de transition apaisée. Nous, nous disons que la seule transition apaisée c’est le respect de la constitution. Le respect de la plateforme des syndicats. Le respect de l’opposition. C’est le respect de tous ceux qui veulent qu’il ait des élections transparentes dans ce pays. Et nous, nous disons que la transition apaisée doit commencer maintenant, pas après 2015. Maintenant et maintenant.

Après 2015, c’est le changement, il n’y aura pas de transition après 2015. 2015, c’est le changement radical avec le MPP et le peuple. C’est pourquoi nous sommes venus ce soir dire merci à la résistance des populations du Houet. Résistance qui a commencé avant même la création du MPP. Nous rendons hommage aux partis politiques de l’opposition de Bobo-Dioulasso. Nous rendons hommages aux syndicats qui ont toujours lutté pour le bien-être des travailleurs du Houet. Nous rendons hommage à la jeunesse de Bobo qui refuse et qui refusera de se plier au bon vouloir d’une minorité. Parce qu’aujourd’hui, la vérité est que le CDP est devenu minoritaire au Burkina Faso. Le peuple veut le changement, le CDP veut conserver le pouvoir contre la démocratie, contre la justice sociale, contre les jeunes et contre les femmes. Nous disons non. Et quand un peuple dit non, nous disons ça suffit (3 fois). Le CDP n’a qu’à prendre la brousse parce que le peuple est débout pour le changement. Oui, on nous parle de referendum, mais ce referendum est une escroquerie politique.

Pourquoi ? en 2000, quand les sages, les protestants, les musulmans, les chefs coutumiers, les catholique ont conjuré pour l’article 37 c’était pour éviter l’explosion sociale au Burkina. Les causes existent toujours. Quand on nous dit que la constitution permet de faire un referendum, je vous dis que c’est des analphabètes politiques. Parce que pour interpréter cette disposition de la constitution, il faut repartir aux travaux préparatoires de l’article 37. Monseigneur Anselme Sanou est vivant, le chef de Dioulasso-Bâ est vivant, le Mogho Naba est vivant, les musulmans ou leur représentant est vivant. Ils ont tous dit aux présidents Blaise Compaoré, l’article 37 on l’inscrit pour que tu fasses 10 ans et préserver la paix sociale au Burkina. Sinon, c’est le départ tout de suite et maintenant. Il a dit au stade du 04 août c’est vrai, j’accepte et je demande pardon au peuple pour tout ce qui s’est passé. Aujourd’hui, on nous dit qu’on va recommencer la musique.

Nous disons non. Non à l’escroquerie politique, non à tout tripatouillage de la constitution. Aujourd’hui nous sommes venus vous dire que même si on doit passer sur notre corps, nous allons empêcher que notre pays soit un royaume pour le bien-être de nos enfants. Nous dévons préserver l’avenir démocratique de ce pays pour que le Burkina Faso puisse se libérer, pour que le Burkina Faso puisse s’émanciper. Aujourd’hui, les flatteries, l’argent distribué de gauche à droite ne sert plus à rien. Le peuple est débout, le peuple ira jusqu’au bout. On a vu à Ouagadougou, à l’arrondissement N° 04, ils ont déversé une pluie d’argent, le peuple a dit non.

A Bobo-Dioulasso on dira non. Aujourd’hui nous voulons notre liberté et la démocratie. Nous devons rester unis. C’est pourquoi nous, nous disons que nous rendons hommage aux partis d’opposition qui nous ont devancés dans la lutte pour la démocratie. Nous sommes prêts à nous battre avec tous ceux, des syndicats, des partis politiques, des associations qui veulent le bien-être et la démocratie dans ce pays. Jeunesses de Bobo-Dioulasso, femmes de Bobo-Dioulasso, l’occasion est venue de libérer le Burkina Faso et d’exiger un vrai développement pour tous au Burkina Faso. Je ne veux pas mordre sur le temps. Nous reviendrons quand il s’agira d’une campagne électorale mais aussi nous devons rester débout pour dire non et non.

Ça suffit, ça suffit, ça suffit. Rendez le pouvoir au peuple, le pouvoir au peuple. Donc, désormais il n’est plus question de faire de « quoi » apaiser. Nous on veut la démocratie apaisée et transparente. Nous disons merci au peuple de Sya, merci à la jeunesse de Bobo-Dioulasso. La victoire est très proche parce que vous le peuple vous êtes avec la victoire et bientôt vous verrez que dans ce pays, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest tout le monde est pour le changement et ce n’est pas une minorité qui va empêcher notre peuple d‘avancer. Merci et bon courage à tous. A la victoire ! ».

Propos recueillis par Ousséni BANCE

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés