Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

jeudi 27 février 2014 à 00h51min

Le vice-président chargé de l’orientation du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) est incontestablement la vedette du moment. Très en verbe, il accroche aussi bien la foule des militants de son parti que les nombreux journalistes mobilisés pour la circonstance. Habitué des joutes oratoires, il tient son public en haleine en distillant au passage des « vérités crues » dont certains n’oseraient pas chuchoter. Illustration en a été faite lors du premier point de presse de leur nouveau parti le 28 janvier dernier à Ouidi, à leur siège. Il s’est livré à un véritable procès du régime Compaoré qu’il connait comme du bout de ses ongles.

Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

Qui plus que Salif Diallo connait mieux le régime de Blaise Compaoré au Burkina Faso ? Si ce n’est le président Compaoré lui-même, il est difficile d’en trouver. Même pas François Compaoré, le frère cadet par qui la discorde s’est installée entre eux. Quand un tel homme se met à faire le diagnostic du pouvoir en place, ses propos ne peuvent manquer d’intérêt. Sur plusieurs points de la gouvernance du régime, Salif Diallo est implacable. D’abord, il confirme ce que plusieurs analystes politiques appellent « le fond criminel » du régime. « Si demain, on tue Salif Diallo, il y aura d’autres jeunes qui vont continuer la lutte. Les éliminations physiques de Salif, de Simon ou de Roch ne règleront pas les problèmes… Si on nous bute, d’autres Burkinabè continueront la lutte jusqu’à la victoire finale. », clame le vice-président du MPP. Si cette question de la sécurité des démissionnaires du CDP s’invite dans le débat, c’est que le régime en place a très rarement résolu ses contradictions politiques majeures avec ses adversaires par le dialogue sanctionné par un accord politique ou une entente tacite des acteurs. L’histoire politique récente du pays nous en donne des exemples. On se rappelle que dans une situation politique presque similaire en 1991, des dissidents du régime ont connu le martyr. Le Professeur Oumarou Clément Ouédraogo du Parti des travailleurs du Burkina (PTB, parti constitué essentiellement des ex-cadres de l’ODP/MT, le parti présidentiel) n’a pas eu la chance du Professeur Tall Moctar, sortis vivant de la « nuit des longs couteaux » où on a fait parler la poudre, disons des grenades. Le premier responsable du PTB a succombé à ses blessures sur le lieu de l’attentat. Deux ans auparavant, ce sont deux chefs historiques de la révolution (le capitaine Zongo et le commandant Lingani) qui étaient arrêtés, jugés, condamnés et exécutés en 24h, officiellement pour « complot contre la sûreté de l’Etat », mais plus exactement parce qu’ils n’étaient plus en odeur de sainteté avec le régime. Certains disent même qu’en vérité, ils n’ont jamais cautionné le coup d’Etat qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir. Ils n’ont simplement pas eu la lucidité de s’écarter à temps. Le régime est donc un habitué des règlements expéditifs des différends politiques. Lui-même est né de cette tare parce qu’en octobre 1987, ses concepteurs ont délaissé la force des arguments pour l’argument de la force pour s’imposer dans les contradictions qui les opposaient à leurs camarades au sein du Conseil national de la révolution (CNR). La préférence pour des solutions de force daterait même d’avant la proclamation de la révolution. Dans son témoignage lors du colloque sur les « Cents ans d’histoire du Burkina Faso » organisé par l’université de Ouagadougou en 1995, l’ancien chef de l’Etat, Jean-Baptiste Ouédraogo, « le médiateur auto saisi » de la pseudo crise nationale, soutient que dans la soirée du 4 août 1983, vers 19h, il avait trouvé un accord politique avec son ex-Premier ministre Thomas Sankara, pour résoudre la crise qui opposait les deux fractions en lutte dans le Conseil du Salut du Peuple (CSP). Mais moins de deux heures après, les troupes de Pô commandées par le capitaine Blaise Compaoré ont investi Ouagadougou, rendant caduc l’accord. Sauf ce dernier événement, Salif Diallo a été pour les autres, soit acteur soit témoin. Il connait donc les mœurs du régime. Qu’il soit dans le contexte de l’Etat dit d’exception ou dans le cadre de l’Etat de droit, la conception du pouvoir n’a pas véritablement changé chez ses principaux « garants ». C’est une question de force, maquillé dans le langage en « rapport de force ». Depuis 2008, année des émeutes de la vie chère, le rapport de force n’est cependant plus en faveur du régime. C’est ce qui fait aujourd’hui la chance des responsables du MPP. Sinon ils n’auraient jamais osé franchir le pas malgré les fortes divergences qui les opposaient à Blaise Compaoré et ses inconditionnels supporters.

L’article 37, le fond de divergence

« La Constitution d’un pays n’est pas uniquement une question majoritaire… La Constitution, on l’appelle Loi fondamentale parce qu’elle est bâtie sur un consensus minimal. Même le fait minoritaire participe à la Constitution. On ne peut pas changer une Constitution au gré de ses humeurs. On ne modifie pas les Constitutions quand on veut, même quand on est majoritaire… Une Constitution n’est pas comme une loi organique qu’on peut changer au gré des rapports de force. La Constitution est le consensus de tout un peuple qui bâtit son avenir. On ne peut pas se permettre de mettre dans la Constitution, parce qu’on est majoritaire, que le soleil se lève à l’Ouest alors que tout le monde voit que le soleil se lève à l’Est. », assène l’ex-ministre d’Etat de Blaise Compaoré. C’est un véritable cours de science politique qu’il donne à ses ex-camarades du CDP et autres membres du Front républicain. La question qu’on peut se poser, c’est de savoir si Salif Diallo lui-même a toujours défendu ou non cette position sur le caractère « très sérieux » de la Constitution. A la première modification de l’article 37 en 1997, on ne l’a pas entendu ni en 2000 quand la clause limitative a été rétablie. On sait qu’en 2005, c’est Salif Diallo qui a dirigé la campagne présidentielle de Blaise Compaoré alors que sa candidature était contestée par ses opposants et des constitutionnalistes burkinabè. Pensait-il ce qu’il avance aujourd’hui ou bien c’est une évolution positive du personnage ? Lui seul peut répondre, mais il semble sincère quand il affirme que ses camarades et lui se sont battus longtemps à l’interne pour convaincre le président de renoncer à l’idée de présidence-à-vie. C’est ce qui permet à Assimi Kouanda, le secrétaire exécutif national du CDP, de soutenir que ses ex-camarades du parti manifestaient des « ambitions personnelles mal dissimulées » à partir de 2004, l’année d’avant la présidentielle de 2005 où la candidature de Blaise Compaoré était décriée. On sait aujourd’hui que ce qui les oppose fondamentalement à Blaise Compaoré, c’est son obstination à manipuler la constitution pour se maintenir au pouvoir. Cette conception monarchique du pouvoir qui le pousse chaque fois à ruser pour gagner du temps. Dans le contexte de super domination du parti majoritaire, la manipulation des règles constitutionnelles visait plus à contrecarrer les ambitions des rivaux au sein du pouvoir comme Salif Diallo et Roch Marc Christian Kaboré. Ce jeu de dupes ne pouvait durer indéfiniment.

La dénonciation de la duplicité du régime

Autre pique de Salif Diallo contre son ancien système, c’est sur la politique économique caractérisée par une double façade. Il pratique une politique néo-libérale alors que le parti majoritaire proclame son appartenance à la « social-démocratie ». Pour Salif Diallo, ce paradoxe est inacceptable : « Nous avions, toujours à l’interne du CDP quand nous y étions, fait observer beaucoup d’aspects négatifs contraires à la social-démocratie. On ne peut pas se proclamer social-démocrate et pratiquer une politique néo-libérale. Et cela se constate tous les jours dans moult domaines. Et nous avons, par plusieurs fois, à l’interne du CDP, attiré l’attention sur ces pratiques. Nous estimons que, quand on se proclame social-démocrate, on ne peut pas être parfait, mais il faut tendre vers la mise en œuvre de ses convictions… » Pour lui, ce hiatus a fortement contribué « à aggraver la fracture sociale entre le peuple et une minorité qui est aux affaires à la tête du pays ». Salif Diallo est convaincu que les tenants du pouvoir actuel se sont trompés de domaine : « La politique ne se ramène pas à une proclamation de foi ; il faut des actes qui corroborent ces convictions auprès des populations ». Ce qui, à ses yeux, n’est pas le cas aujourd’hui et c’est sur ce différend que lui et ses camarades comptent inscrire leurs divergences avec leur ancien parti.

En prenant une telle position par l’entremise de Salif Diallo, le MPP ramène le débat suscité en juillet dernier par Tollé Sagnon sur les questions idéologiques ou l’alternative à proposer contre l’équipe actuelle au pouvoir. C’est un énorme risque que ce parti prend, car comme ses responsables ne cessent de le clamer depuis leur démission, ils sont tous comptables de la gestion du pouvoir ces vingt-cinq dernières années. Toute critique portée contre la gouvernance actuelle devient une autocritique. Même s’ils n’étaient pas d’accord avec tout ce qui se menait, ils sont co-responsables pour n’avoir pas eu le « courage » de dénoncer publiquement certaines dérives, à défaut de prendre purement et simplement leurs distances. C’est ce qui explique que seul Salif Diallo donne l’impression d’être à l’aise dans cet exercice car, il y a près de cinq ans qu’il s’est mis (ou contraint, c’est selon) à l’écart du système, depuis sa fameuse interview-rupture de juillet 2009 où il dénonçait la « patrimonialisation du pouvoir ». Son procès du régime a donc commencé à cette date et l’épisode actuel n’est qu’une suite. Le reste du feuilleton est encore long.

Abdoulaye Ly

MUTATIONS N°46 du 1er février 2014. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact : mutations.bf@gmail.com ; site web :www. mutationsbf.net)

Vos commentaires

  • Le 26 février 2014 à 10:57, par Mimtiri En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Trop plat comme texte par rapport au TITRE. Qu’a t-il dit exactement de clair ? qui a-ton tué et pendant ce temps lui était où ? Ni lui ni ses ancioens camarades n’ont jamais étét mouillés ? alors donc bravo ! sinon le courage c’est de dire voila ce qui s’est passé, voila ma part de responsabilité. Le reste n’est que jérémiades.

    Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 11:51, par Pagnangdè En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      tu es pressé non ?????????????????????????????????????????
      ça vient

      Répondre à ce message

      • Le 26 février 2014 à 14:44, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

        Comme ton pseudo le dit si tes pas presse non on l’est on a plus de le temps de jouer au Ma tu vue et que peut faire un Mort né comme le MPP .

        Répondre à ce message

      • Le 26 février 2014 à 15:50, par tché En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

        La vérité est simple. Si Salif et le MPP veule dire la vérité au peuple qu’ils viennent sur un plateau de Télé avec des responsables du pouvoir actuel et voila ce que nous les leaders du MPP ont faits voici ce qu’on a proposé pour le peuple et le pouvoir a refusé. La on pourra situer la responsabilité de tout un chacun. Sinon le reste c’est du Bla bla bla

        Répondre à ce message

        • Le 26 février 2014 à 17:46, par d8d8 En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

          il y a un adage nouni qui dit ""celui qui craint le fétiche sait user de ce dernier "" que salif nous dise clairement sa part dans l histoire du FASO vu qu il se revendique le second du régime avant de vouloir accuser les autres

          Répondre à ce message

        • Le 26 février 2014 à 20:26, par Gbeman En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

          Oui tche. Mais c’est plutot les journalistes qui devraient prendre l’initiative d’inviter les acteurs politiques de bords differents sur un plateau de tele. Par ailleus, il n’est jamais tard pour mieux faire. Eux au moins ont eu le courage de quitter le cdp meme si c’est maintenant

          Répondre à ce message

        • Le 26 février 2014 à 22:55, par Ka En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

          par ka, 26 février 13:13
          Notre Humble messie le journaliste Norbert Zongo disait que la vraie opposition de Blaise Compaoré viendra du C .D.P et c’est arrivé avec le fils de la terre de Naaba Kango. Il était mieux que Blaise Compaoré laisse sa peau de caméléons et garder précieusement le fils de Ouahigouya pour sa succession au lieu de miser sur son frère François qui ne sait rien en politique que de distribué le denier publique dans les stations d’essence pour appâter des électeurs. Je ne suis d’aucun parti politique, je suis un burkinabé comme tout le monde qui veut du bien à son pays, j’interviens avec modestie sur les forums des articles qui touchent la vie politique de mon pays, et je vous dis que la peau du caméléon Blaise Compaoré ne changera plus de couleur avec Salif Dallo dans l’opposition. Salif que j’ai côtoié pendant ses passages à Paris et qui avait l’habitude de parler de la politique de notre pays dans les associations burkinabé ou dans les cités universitaire, était une personne qui ne tourne pas sa langue avant de dire la vérité, il aimait trapper sans peur dans les formières. Pour vous dire que c’est vraiment un fils d’Ouahigouya qui vous dit sans gêne sa vérité comme Guiro, qui crie sur les toits qu’aucun juge au Burkina ne peut le toucher, ou tous les dirigeants de notre pays iront au trou avec lui, et c’est le fils d’Ouahigouya qui parle. Salif Diallo était la seule personne à dire, même étant un ministre d’état de son ancien mentor Blaise Compaoré en 2004 que ce dernier se représentant à l’élection présidentielle sera anticonstitutionnel, et cela a donné un débat houleux au sein même de l’équipe Blaise Compaoré, jusqu’à l’intervention des éminents juristes du Burkina comme Somda, Hien N’do et le Pr. Luc Ibriga. Aucun de ces juristes n’a pu contredire la parole de Salif Diallo, qui a eu les félicitions du collège de nos sages référence de notre démocratie et qui ont œuvré à l’instauration de notre article 37. Le Pr. Loada agrégé de droit public disait que le ministre d’état Salif Diallo avait raison et chacun devait s’assumer en respectant à la lettre l’esprit de l’article 37 de la constitution qui interdit Mr. Compaoré de briguer un troisième mandat. La seule personne avec franchise au Burkina qui fera noircir la peau de Blaise Compaoré afin qu’il accepte l’alternance pacifiquement est Salif Diallo qui le connait avec ses faiblesses et ses défauts. Ceux-ci ne sont qu’une analyse d’un simple Burkina qui va l’arrivé d’une incendie qui sera difficile a éteindre au Burkina le pays que nous aimons tous.

          Répondre à ce message

          • Le 27 février 2014 à 09:10, par tchoukroff En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

            Décidément Mr aime se faire des éloges vue que lui même est un fils de Ouahigoya. Cependant ce que tu oublie c’est que le mentor a conditionné l’esprit de ton fils de Ouahigoya pour qu’il pense comme lui et ait les même réflexe que. Le Salif que tu connaissait a accepter mourir pour renaitre en un autre Salif plus domptable et ayant l’envie d’impressionner son maitre

            Répondre à ce message

      • Le 26 février 2014 à 16:29, par psy En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

        Chaque chose a son temps. Les choses évoluent, atteignent leur apogée et chutent. les leaders du MPP sont à la derrière phase.

        Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 11:59, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Vraiment trop plat comme article . Rien de concret arreter de nous distraire avec de telle article nous sommes a leur du ma tu va . Pouaf

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 12:05, par Une victime En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Vraiment trop plat ce que Salif a dit et avec cela il se dit intellectuel. Il doit savoir que ces propos qui tenait en haleine nos aîné dans le temps se révolu. Chaque génération surpasse la précédente qu’il cela bien en tête. On est tous d’accord que nos histoire est semer de victime mais se n’est pas pour cela que l’on va la renier bien au contraire on est fière d’avoir eu ces gars dans notre patrimoine culturel et l’on va toujours se tenir debout quand le nom de ces gars seront prononcer. Salif arrête de remuer le couteau dans la plaie car ce qui est fait est faits et cela doit nous servir de leçons

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 12:19, par eldevert sawadogo En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Oh mon DIEU !Quel déception ?ce Salif ne sait pas qu’il est entrain de se noyer petit à petit.c’est maintenant claire comme l’eau de roche.Ce MPP veut mettre le feu dans notre pays.Mais ce qu’ils oublie c’est que nous somme en 2014 pas en 90 au moment ou il semait sa pagaille.

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 12:27, par le charpentier En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Ce discours me déçoit de la part de Salif en effet c’est cette même politique néolibéral qui a permit a lui salif quand il était ministre de faire ces preuves. Salif nous savons quand politique rien n’est jamais totalement blanc ni totalement noir donc arrête de jeter ton dévolu sur Blaise

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 12:39, par eldevert sawadogo En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      franchement dit c’est trop plat.Et puis entre nous cette génération n’utilise que deux temps dans la conjugaison le présent et futur simple.Le passé nous intéresse pas.vous les enfants des années 50 vous aimez trop les affairages.

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 15:39, par Mamoudou dermé En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      trop de divagations dans tes propos salif et finalement on ne sait pas se que tu veux croncrètement tu a beaucoup parler pour ne rien dire et avec tout ca d autres croit que tu etait un pillons ford du cdp au contraire tu etait un complète nombre au cdp tu viens de nous le faire savoir

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 15:53, par Mamoudou dermé En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Tu viens de nous faire savoir que depuis 2009 tu etait marginlisé au sein du cdp donc tu n a pas quitter ce parti selon ta propre volonté mais c est l aigreur qui t a fait quitter tu n a pas a te plaindre ou en vouloir a blaise mais tu dois t en vouloir a ta propre personne tout simplement tu etais en carence d idées

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 16:04, par eldevert sawadogo En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Entre nous qui est le vrai coupable du régime de Blaise ?C’est Salif en chair et en os.Le MPP qui était le bon perroquet de BLAISE veut se faire le bon samaritain du peuple burkinabé.Restons vigilant.j’apprécie du fait que Blaise a pu se débarrasser d’eux.on peut respirer maintenant.

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 16:04, par Aminata ZIDA En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      ce n est pas maintenant que quelqu un va tuer salif a quoi sa va servir rien de bon parce que sa presence dans un lieu est egale a son absence intellectuellement parlant

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 17:39, par ouedraogo moumouni En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      ce Salif nous prend pour ses enfants enfants ou quoi.Quoi qu’on dise un chat restera toujours le mème aux yeux des souris mème après son pèlerinage à la Mecque.ce qu’il dit ne résous rien.Il n’est saint je vous assure.

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 19:46, par Boureima ouédraogo En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      en réalité vous étiez la vraie plais au sein du gouvernement Blaise il y a quelques années .Blaise étant un militaire disait ce qu’ils pensait être juste mais vous êtes venus vous imposé pour endormir le peuple afin de piller .bien réussit ton coup mais n’oubli pas que si c’est toi qui donnais les idées ,alors les accusation que le peuple clames à l’égard de Blaise devaient en réalité pesé sur vous car vous étiez le cerveau .

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 19:58, par Boureima ouédraogo En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      l’on se sert du passé pour corrigé ses erreurs et amélioré son présent ,du présent pour construire son futur .c’est ainsi que de sa tenue militaire il est passé en homme politique déterminé à construire sa patrie .en un mot seul les imbéciles ne changes pas .un homme de paix disait :laissons derrière soit le passé pour construire l’avenir ! je suis désolé si les fantômes de votre passé vous hantes les nuits .

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 21:27, par Kaboré Ludovic Ismael de Tanghin En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      en réalité salif fait son propre procès car il affirme qu’il était le cerveau des idées au sein du cdp .comme il était l’homme fort ,alors ce sont ses idées qui ont été exécutés !en conclusion toutes les accusations portées sur le cdp son normalement au compte de ce dernier.

      Répondre à ce message

    • Le 27 février 2014 à 14:39, par almamy En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      trop plat peut être, mais pourquoi fermer les yeux sur la nature criminelle de ce régime ? Tout bon burkinabè sait que le régime actuel est issu de l’aile de la terreur du CNR sous Thomas Sankara. cette aile terroriste a fini par guillotiner le père de la révolution burkinabè. Salif fait bien par ce témoignage car les démissionnaires ne sont pas à l’abri d’assassinats qu’on remettra à une justice impuissante pour affaire à suivre. Évitons de nous enfermer dans la violence et aimons la paix au vrai sens du terme. nombreux sont les membres du CDP qui ne sont pas d’accord avec les méthodes militaristes de Blaise et qui ont peur pour leur vie . Tous les dictateurs ou apprentis dictateurs utilisent la paix , la démocratie de façade pour se pérenniser au pouvoir car sans le pouvoir ils ne sont rien que de vulgaires vagabonds de la politique.

      Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 11:04, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    ’’Si on nous bute, d’autres Burkinabè continueront la lutte jusqu’à la victoire finale’’.

    - Ces genres de scènes ne doivent plus prospérer dans ce pays. Si ’’on’’ vous bute, nous allons brûler tout le pays y compris avec ceux qui vous ont buté et leurs commanditaires. S’il y a des gens qui pensent dans ce sens, qu’ils arrêtent vite leur sale besogne car on ne va plus pardonner puisque trop ce sera trop.

    On ne brûlera pas le pays parce que vous avez démissionné et créer le MPP, mais parce que vous êtes des citoyens qui ont droit à la vie comme les butteurs professionnels. Il faut que ce soit compris pas tous ! Y en a marre !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 11:34, par GO En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Non, on ne les buttera pas. Norbert Zongo à donner sa vie pour ça. Il disait qu’il savait qu’on allait le tuer, mais après lui, ils ne pourront plus tuer. Et cela à vraiment sauver le Burkina. On doit vivement lui rendre hommage.

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 11:45, par Madou En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      L’heure de la grenade et de la kalachnikov est révolue.

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 11:57, par Claire En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Salif le politicien se fait des éloge qui va aller butter un gas comme Salif. Nous tous on sait que sa a le verbe cependant lui me même reconnait qu’il ne maitrise pas aussi bien la langue de Molière comme blaise. En plus vue que Salif est gravement malade on va laisser la nature faire son travail. Dans tous les cas nous on sait que le MPP s’arrête après Roch vue qu’ils l’ont créer pour que Roch puisse cela atteindre le pouvoir.

      Répondre à ce message

      • Le 26 février 2014 à 16:38, par YELPIAN En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

        Et toi Claire, tu penses échapper à la loi de la nature. Même dans l’état de Salif que tu prétends connaitre, la nature peut lui faire grâce plus que toi. Regardes toi bien et dans ta proximité immédiate, il y a plus préoccupant que Salif. Occupes toi en d’abord. Sinon tu risques de ne pas être témoin de l’histoire future de Salif.
        Stp acceptes ce conseil gratuit en évitant de toucher au privé des gens à défaut d’apporter des idées réfléchies et constructives pour le vivre ensemble burkinabé.

        Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 12:06, par frere de retour au pays En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      si personne d autre ne connait le régime en place que salif,alors peuple du Burkina ne nous voilons la face c est lui donc le deuxième responsable de tout ce que nous appelons soucis aujourd hui,qu il nous laisse tranquille que peut il dire de nouveau nous le savons auteur de plusieurs actes dans ce pays,,, dégage vieillard !!!!

      Répondre à ce message

      • Le 26 février 2014 à 13:05, par GO En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

        Non, moi je les leur fait confiance car ils n’auront plus droit à l’erreur. Quand des gens sortent pour dire haut et fort qu’ils ont fauté, le peuple peut bien profiter des gens gens là. Ils vont faire de leur possible corriger certains maux qui minaient notre démocratie et c’est le peuple qui gagne. Donc il n’ai jamais tard pour se corriger. De toutes les façons, avec l’alternance, plus personne ne viendra et chercher à s’éterniser au pouvoir.

        Répondre à ce message

      • Le 26 février 2014 à 14:10, par Uncitoyen En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

        frère de retour au pays , je partage votre avis. Et j’ajoute que Salif veut nous faire croire qu’étant donné qu’il connait trèèèèèèèèèèèèèès bien ce régime alors il pense qu’il est incontournable dans la lutte contre ce régime.

        Répondre à ce message

        • Le 26 février 2014 à 19:26, par Golden En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

          vous avez une antipathie naturell pour Salif. Sinon c’est le premier qui a eu le courage de se demarquer du système depuis 2005. Vous n’en faites pas cas. Si vous manquer de jugement objectif, personne en vous lisant ne vous prendra au serieux (esprit limité). Salif se sent bien à l’aise car il a su dire la vérité à qui veut l’entendre meme etant aux affaires. c’est justement ce qui lui a valu cette marginalisation depuis 2006. Aussi, si vous, vous êtes naif, Salif ne l’est. Il ne s’agit pas pour l’instant de deballage qui vous garantira aucunement l’alternance, mais de savoir dire progressivement sans brusquer l’opinion. Au lieu de les encourager, vous preferez la basesse d’esprit avec des critiques unitiles. Retenez qu’il a fallu le geste des RSS pour que le PF daigne faire un petit recule par rapport à l’article 37 et au Senat. Soyons objectifs dans nos analyses et critiques et ne nous laissons pas influencés par l’aigreur

          Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 11:09, par vérité no1 En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Le grand Salif, on est avec vous. 2014 est l’année de notre année. J’aime les gens qui disent la vérité et Salif dit la vérité, donc j’aime l’affaire de Salif.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 11:12, par aliende En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    C’est les crocodiles d’un même marigot qui se connaissent !!!
    Les sorciers ont mangé les âmes ensembles, ils n’ont qu’à tout dire ; nous sauront qui jugé et qui enfermé !!!! Le peuple a le pouvoir !!!
    Seul "Lucky Luc le ventilateur" met le presi au dessus des institutions !!!
    Preuve flagrante d’une immaturité politique

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 11:23, par ho souba papa En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    hun !!! voila un sujet qui va faire tabac ! cent metres plats des internautes....

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 11:42, par Charif En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Salif ne va qu’a même pas nous dire qu’il n’a pas utilisé ce rapport de force. Nous tous on sait que c’est grâce a sa stratégie de "combat éclaire" qu’il a pu restaurer l’image de blaise. Quand les on est assis sur un branche et que l’on mange les fruits tout en coupant la branche l’on ne peut que se retrouver au sol. Salif a contribuer a rendre le militaire civil ce qui est un fait mais pourquoi revenir aujourd’hui sur les origines militaire de ce dernier ?? Le char de l’histoire marchera toujours sur des cadres.....

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 11:54, par Dindon En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Courage Salif dit nous tout ,meme sur la gestion des fonds internationaux donner or aider l peuple ,les millard k ce president pick sur les fonds de developma. Dit nous tout ,eclaire nous Salif

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 12:01, par Goamtenga de Saponé En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Ce monsieur est bluuflar ! Hier seulement, tu étais un gourou qui pendant plus de vingt an aviez traumatisé le peuple du Burkina !

    Pendant qu’il se milliardisait, il dit qu’il attirait l’attention !

    Combien de familles par ta complicité sont détruites !

    Combien d’enfants par ta complicité ont eu leur avenir hypothéqué !

    Combien d’étudiants par ta complicité étaient obligés d’interrompre leur études !

    Combien ... Monsieur Salif DIALLO, taisez vous et brouter les milliards que vous aviez acquis par le sang du peuple ! Trop c’est trop !

    Goamtenga de Saponé

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 12:04, par Noega En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Personne n,en veut a sa vie cet ancien Compaoriaque giotin.Seulement qu,il arrete de se faire passer pour St. Paul AUx portes de Damas.Le cas de Salif ns Fait reflechir c,est le declin d,un homme jadis puissant au point de defier dieu Blaise pour la tour de babel ! Ce nouveau Nemrode pense sincerement proposer qlq chose au pays ?l,assassinat de Lingani/zongo il est avec Djienguere les metteurs en scene lisez les interrogatoires de Lingani apres son arrestation avec ql courage Salif peut ns convaincre qnt a la sincerite de ses prises de positions ?2005 lors de la campagne presidentielle voici SaliF tout puissant sommait les DG des sctes d,etat et prive es a debloquer l,argent pour la campagne comme quoi ils doivent leur situation au Cdp,maches publiques,nommination pour service rendu a son maître a defaut apres campagne moi Salif Je m,occuperai de ton cas..bref Quant l,arrogance rime avec la gabegie c,est les pauvres citoyens qui en font les frais.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 12:21, par Powerfull En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Rester tranquille, buter ne plus à l’ordre du jour.Je surveille de près l’évolution des choses.Nous cherchons un petit hic pour foudre ce régime au fond de la mer.WAIT AND SEE, TIME WILL TELL

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 12:32, par Laguna En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Mr diallo, personne ne vous buttera.le souci des autorité c est butter la pauvreté du pays. Vous etes comptables de tout ce que le pouvoir en place a posé comme acte. Les burkinabe restent lucides.....si après votre demission vous etiez resté dans votre coin je vous respecterai.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 12:58, par Noraogo Stéphane Souly En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Chapeau à Monsieur Abdoulaye Ly, pas pour tout le contenu de son article, mais pour le dernier paragraphe de son article. Pour le petit militant que j´ai été de 1983 à 1987, le choix avait été clair dès le début de la révolution à sa fin tragique le 15 octobre 1987. Parlant de l´argument de la force et non la force de l´argument, nous aurions aimé entendre Monsieur Salif Diallo lui même sur le sujet ! De 1987 à 2014, ce n´est pas un siècle, même si pour certains, y compris moi même c´est quand même beaucoup. En clair tout ce que Monsieur Salif Diallo a eu à dire sous le CNR, sous le Front Populaire ou sous l´ODP/MT jusqu´au CDP, nous pouvons aisément le retrouver ! Soit par des témoins oculaires encore en vie, soit par les écrits de nos organes de presse. Nous apprécions positivement le fait que Monsieur Salif Diallo ait pris plus ou moins ses distances avec le pouvoir du président Compaoré depuis 2009 ! Ne l´oubliez pas, quand des hommes comme Gabriel TAMINI, ou même Salif DIALLO déliraient quant aux raisons des éléments du 15 octobre, nous les avons compris puisque nous étions convaincus et sommes aujourd´hui encore convaincus qu´ils défendaient leurs idées et leurs convictions politiques. Lesquelles faut-il le rappeler avaient comme fondement et socle principal l´argument de la "force violente", et non la force de l´argument ! Je respecte Monsieur Salif Diallo, pour l´avoir maintes fois vu et ecouté quand j´étais délégué CDR au Lycée Philipe Zinda Kaboré. C´est un Homme qui se bat et qui s´est toujours battu pour ses idées. Comment a t-il pu se retrouver avec les fossoyeurs de la révolution ? Comment a t-il pu rester une vingtaine d´années avec un pouvoir dictatorial sinon fasciste, pour enfin subitement nous dire que la patrimonialisation du pouvoir était une mauvaise chose pour le Burkina, quand justement tout le monde au Burkina sait que lui est l´un de ceux là qui ont fait Blaise et son système !? Vous savez c´est le genre de choses qui me mettent hors de moi même ! Il n´y a pas longtemps, lors de la célébration des 20 ème et 25 ème anniversaire de l´assassinat du président Thomas Sankara, il prenait un malin plaisir à jouer le porte-flingue du système Compaoré !
    J´ai dit que je respectais l´homme. Je le respecte toujours, mais je me pose seulement des questions quant á sa crédibilité ! Parlons de la politique libérale du CDP ou du gouvernement. Hé bien aujourd´hui nous nous réjouissons que des hommes ayant appartenu à ce pouvoir dénoncent cette politique libérale du régime. Mais nous n´oublierons pas non plus que c´est cette politique libérale qui a permis à ces derniers d´être aujourd´hui des milliardaires ! Nous nous réjouissons qu´ils aient enfin compris que cela était une mauvaise chose.
    "Si on nous bute il y aura des gens pour continuer la lutte !" Pur mensonge ! Ce Monsieur me rappelle bien un gentil animal qui se nomme écureuil. Dans sa cage il court, court, mais oublie qu´il est dans une cage. Si bien que le soir il croit avoir changé de planète, mais hélas non ! Il n´a pas bougé puisqu´il est enfermé dans sa cage ! Si on les bute, je ne serai pas content, mais je ne pense pas qu´il y ait des Burkinabès qui soient prêts à mourir pour des gens comme Monsieur Salif Diallo ! Never, Nix, Nein !! Vous savez ces Messieurs ont la mémoire courte ! Quand Thomas Sankara a été abattu pour rien au monde, ils ont trouvé des mots pour justifier ce coup de force. À ma connaissance Thomas Sankara n´a pas été milliardaire ! Quand le commandant Jean Baptiste Boukary Lingani et le capitaine Henry Zongo ont été passés sans raison apparente par les armes, les mêmes ont trouvé des mots pour justifier ! Hé bien nous observons toujours ! Si de tels événements devaient encore se passer, sachez que nous allons de nouveau observer, mais il y aura parmi vos anciens camarades du CDP des gens pour expliquer et justifier ce qui s´est passé ! Et croyez-moi ils savent tellement le faire qu´il y aura évidemment des gens pour croire aux salades qu´on va leur raconter ! Vous le leur auriez d´ailleurs bien appris ! Pour que des Femmes et des Hommes offrent leurs poitrines pour ces Messieurs il faudra que beaucoup de conditions soient réunies. Et pour ma part, ces conditions ne sont pas encore réunies. L´une d´elles, et la lus évidente à mes yeux, sera qu´ils nous expliquent quels rôles ils ont joué dans la tragédie sociale, économique et politique du Burkina de ces trente dernières années.
    Qu´ils nous disent ce qu´ils savent des événements du 15 octobre 1987.
    Qu´ils nous disent pourquoi et comment Guillaume Sessouma est peut-être mort !
    Qu´ils nous disent ce qui s´est passé le 19 septembre 1989.
    Qu´ils nous disent ce qu´ils savent de l´attentat sur Clément Oumarou Ouédraogo
    Qu´ils nous disent de ce qu´ils savent des circonstances de la disparition de Dabou Boukary !
    Qu´ils nous disent ce qu´ils savent des événements de Sapouy
    En un mot qu´ils parlent au peule pour se racheter ! Toutes les dictatures ont toujours eu les mêmes caractéristiques. Il y a les "têtes intelligentes pensantes" et les "mains brutes" pour actionner ou appuyer sur la détente ! Trop de choses ont été faites et dites au nom du peuple Burkinabé ou pour son prétendu bonheur, alors qu´en réalité ces hommes depuis le début ne défendaient quelques intérêts égoïstes !
    Cher journaliste, comme vous le dites si bien, le reste du feuilleton est encore long, sinon très long.
    Sans rancune, les salutations militantes d´un frustré de la situation politique de son pays !
    N. Stéphane SOULY

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 13:13, par ka En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Notre Humble messie le journaliste Norbert Zongo disait que la vraie opposition de Blaise Compaoré viendra du C .D.P et c’est arrivé avec le fils de la terre de Naaba Kango. Il était mieux que Blaise Compaoré laisse sa peau de caméléons et garder précieusement le fils de Ouahigouya pour sa succession au lieu de miser sur son frère François qui ne sait rien en politique que de distribué le denier publique dans les stations d’essence pour appâter des électeurs. Je ne suis d’aucun parti politique, je suis un burkinabé comme tout le monde qui veut du bien à son pays, j’interviens avec modestie sur les forums des articles qui touchent la vie politique de mon pays, et je vous dis que la peau du caméléon Blaise Compaoré ne changera plus de couleur avec Salif Dallo dans l’opposition. Salif que j’ai côtoié pendant ses passages à Paris et qui avait l’habitude de parler de la politique de notre pays dans les associations burkinabé ou dans les cités universitaire, était une personne qui ne tourne pas sa langue avant de dire la vérité, il aimait trapper sans peur dans les formières. Pour vous dire que c’est vraiment un fils d’Ouahigouya qui vous dit sans gêne sa vérité comme Guiro, qui crie sur les toits qu’aucun juge au Burkina ne peut le toucher, ou tous les dirigeants de notre pays iront au trou avec lui, et c’est le fils d’Ouahigouya qui parle. Salif Diallo était la seule personne à dire, même étant un ministre d’état de son ancien mentor Blaise Compaoré en 2004 que ce dernier se représentant à l’élection présidentielle sera anticonstitutionnel, et cela a donné un débat houleux au sein même de l’équipe Blaise Compaoré, jusqu’à l’intervention des éminents juristes du Burkina comme Somda, Hien N’do et le Pr. Luc Ibriga. Aucun de ces juristes n’a pu contredire la parole de Salif Diallo, qui a eu les félicitions du collège de nos sages référence de notre démocratie et qui ont œuvré à l’instauration de notre article 37. Le Pr. Loada agrégé de droit public disait que le ministre d’état Salif Diallo avait raison et chacun devait s’assumer en respectant à la lettre l’esprit de l’article 37 de la constitution qui interdit Mr. Compaoré de briguer un troisième mandat.
    La seule personne avec franchise au Burkina qui fera noircir la peau de Blaise Compaoré afin qu’il accepte l’alternance pacifiquement est Salif Diallo qui le connait avec ses faiblesses et ses défauts. Ceux-ci ne sont qu’une analyse d’un simple Burkina qui va l’arrivé d’une incendie qui sera difficile a éteindre au Burkina le pays que nous aimons tous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 14:18, par ABDOUL NAS 1er En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Le seul qui a pu contredire Francois et denoncer des pratiques quand il etait au cdp.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 14:50, par doumia* En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    C’est ma faute, c’est ma très grave faute,,,,,,,, .Il est facile de dire celà. Mais alors pourquoi maintenant ? Vos intérêts (ambitions) sont en perdition ? Au lieu de jéter de l’huile sur le feu, il vaut pour vous de rapporter tout sur un livre. Aussi, mettez votre politique de large rasemblema en marche et donnez-nous votre orientation, nous allons apprécier.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 16:41, par Le Fatotchiè En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Tout ce que je sais et dont je suis sûr comme ma mort,est qu’aujourd’hui nous avons un seul objectif en commun avec les démissionnaires du fameux parti majoritaire:c’est le départ pur et simple des Compaoré de notre pouvoir. Ils ne sont pas les seuls ambitieux de ce pays, ni les plus intelligents et courageux encore moins les plus forts du Burkina.Nous allons par conséquent ensemble conjuguer nos efforts avec les nouveaux opposants nonobstant leur part de responsabilité dans ce que nous dénonçons de nos jours ; pour nous débarrasser de ce système qui tente à monarchiser notre Pouvoir. Que les démissionnaires se rassurent,si jamais un d’entre eux perdait un seul cheveux pour faits politiques, rien ne nous empêcherait de marcher sur Kossyam avant l’échéance de son mandat, quelque soit le nombre de cadavres sur les boulevards.Bravo les démissionnaires ! vous êtes courageux,beaucoup de vos ex-camarades veulent faire comme vous mais ils ont peur parce que ce sont les suivistes.

    Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 18:39, par Kon N’doungtouly En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Je suis pas superstitieux , mais je vois par analyse simple et/ou composée que le dernier mot pour préserver le semblant de paix que nous louons procède de Blaise lui même par le renoncement aux velléités de révision de l’article 37 et de l’installation du SÉNAT ( qu’il soit réformé ou pas )quand le temps départ arrive ,il faut accepter partir , car après plus rien ne te réussi même si tu apportes la lune aux gens, seul ton départ les préoccupe.
      J’admire les démissionnaires du CDP parce qu’ils ne se prennent pas pour des irréprochables dans les méfaits du long règne de Blaise Compaoré ! mais le fait de réaliser que pour le bonheur de ce pays si leur ami commun semble irrémédiablement vouloir s’éterniser au pouvoir ,alors allons du côté du peuple pour donner plus de voix !Ce qui me fait dire pourquoi le Président conscient qu’il est, opte pour une fin de mandat trouble ?

      Répondre à ce message

    • Le 26 février 2014 à 22:39, par Tchoï En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Merci salif.ça va se savoir et tout.Pourquoi les gens sont si pressés.Meme Dieu n.a pas crée le monde en 1 seul jour. Ce dont on est sur Blaise va partir parcequ il est bon.Madiba l.a fait .alpha omar konaré senghor abdou diouf julius john rawlings.
      .......

      Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 17:18, par Gongoni En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Cet article est déjà passé et n’apporte donc rien de nouveau En fait certains journalistes trompent l’électorat en ressortant d’anciens articles déjà publies croyant qu’on s’en rendra pas compte C’est franchement malhonnête vis à vis des lecteurs et FASO net doit éviter ce genre de pratiques qui ne l’honorent pas du tout

    Répondre à ce message

    • Le 27 février 2014 à 04:24, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Il n y a rien de malhonnête mon ou ma cher(e).Lefasonet (re)publie les articles déjà publiés sur papier(mutations)mais n ayant pas été accessibles aux internautes surtout nous autres vivant hors du pays.Sachez que même si vous entrez dans le site du journal mutationsbf.net,vous remarquerez que ce n est qu après la nouvelle publication(nouveau numéro sur papier),que le précédent numéro vous est accessible(normal là aussi ,c est leur gagne pain).Avant donc d accuser gratuitement les autres,prenez la peine de comprendre le processus de publication.Lefasonet aurait été malhonnête s il publiait ces articles avant que l auteur(mutations)ne les ait mis en ligne.

      Répondre à ce message

    • Le 27 février 2014 à 13:00, par Burkinbi En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      Bonjour,
      C’est nous qui avons demandé à notre lefaso.net de publier ces bels articles de mutations afin que nous sommes à l’étranger puissions les lire.
      Merci à lefaso.net !

      Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 19:15, par Salbundu En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Très bel article ! je n’ai pas l’habitude de voir des articles de ce genre. Mr. Abdoulaye Ly a bien posé la situation des ex-CDP et tout au long de l’article on perçoit bien qu’il y a deux périodes et que le lecteur doit faire la part des choses selon ce qu’il entend ou défend. Il n’ a pas de parti pris il présente la situation qu’a vécu certains ténors du pouvoir et leur position actuelle et leur prétention à faire de l’opposition. C’est au lecteur de se déterminer et de faire son analyse en fonction de ses intérêts. BRAVO Mr. LY !

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 19:22, par Par L’ESPOIR En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    du courage a tout les dignes fils et filles de ce pays ; on est pas loin de la victoire. Mais restons vigilants.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2014 à 23:16, par SeuleFasocompte En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    A vous lire chers internautes, je remarque que Blaise et ses ouailles ont opté d’utiliser les réseaux sociaux pour son combat. Malheureusement cela arrive très tardivement, car le ver est déjà dans le fruit. Ce travail sera donc herculien,voir vain parce que qu’il est conduit par des gens sans base politique, même si l’argent ils n’en ont que foutre. La meilleure stratégie à mon avis c’est de tuer la rancœur dans le cœur,travailler sincèrement, équitablement et démocratiquement pour le peuple en fonction des règles et l’orientation que lui-même a fixées souverainement. Je n’ai que le Burkina ! J’aime le Burkina ! Vive le Burkina !

    Répondre à ce message

    • Le 27 février 2014 à 04:17, par Exactement ! En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      En effet, le régime a introduit ses éléments ici pour faire de la propagande ; Il suffit juste de voir les mêmes commentaires répétés sous différents pseudonymes, mais ils perdent leur temps, à l’heure actuelle vanter le régime Compaoré c’est se flatter soi-même et l’inciter à sa propre destruction. Continuez à ignorer l’opinion réelle et vous verrez de vos propres yeux ...

      Répondre à ce message

      • Le 27 février 2014 à 11:22, par EXCALIBUR En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

        Ces Messieurs du Mouvement des Postes perdus MPP, nous prennent tous les burkinabè sauf eux, leurs parents, amis et connaissance comme des idiots. Dites moi, pourquoi n’avez vous pas démissionné quand votre système à :
        - assassiné le comandant LINGANI et le capitaine ZONGO ;
        - assassiné le Professeur Oumarou clément OUEDRAOGO ;
        - assassiné Norbert ZONGO

        Dites moi, si Blaise vous avait maintenu à vos postes respectifs, auriez vous démissionné ? Il est vrais que le Burkina est peuplé d’analphabète et de bétail électoral mais il y a des burkinabè qui sont plus intelligent que vous. Arrêtez de nous pomper l’air. Monsieur DIALLO, le RASPOTINE du régime peut t-il instruire le procès du régime et s’en tirer ?

        Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 07:00, par le reflexe En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Tout ça c’est politique sinon il pouvais et devait au moins empêcher quelque exécution ne nous embaumer pas avec vos sauf de gouvernance

    Répondre à ce message

    • Le 27 février 2014 à 11:08, par DIGNITAS En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

      J’observe trop de ressentiment et de sentiment de vengeance dans les propos.Or,j’estime qu’il est impérieux de mettre en avant les intérêts de la Nation.de penser au devenir du peuple.Ce qui est fondamental aujourd’hui ,c’est de savoir ce que nous comptons laisser aux générations a venir comme héritage,car comme le dit un proverbe chinois"quiconque veut se venger,doit creuser deux tombes".Ce sur quoi doit reposer nos débats,c’est l’avenir de nos enfants et petits enfants et non celui d’un individu:le Burkina avant tout,merci a tous !

      Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 10:50, par Le Sage En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Moi, Le Sage, je vous dis mes deux VERITES que cela vous plaise ou pas :
    - 1. C’est Monsieur François COMPAORE qui risque de contribuer à la chutte de son Grand frère comme Denis YAMEOGO l’a fait à l’époque de Maurice YAMEOGO.
    - Souffrez que Le Président Blaise COMPAORE ait fait preuve de fraternité à toutes épreuves en soutenant son petit frère.
    - Conclusion : J’apprécie énormément celui qui place sa famille au-dessus de tout...

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 10:57, par Franck blaiso En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Bonjour à toue les amis internautes ,

    LE CDP ET LE REGIME ONT PAYER DU MATERIEL INFORMATIQUE EN MASSE ET RECRUTER DES MILITANTS POUR INONDER LE NET DE COMMENTAIRES BIDONS , ILS S’ATTAQUENT à TOUT LE MONDE SANS DISCERNEMENT ,LA MÊME PERSONNE PEUT ECRIRE 20 COMMENTAIRES AVEC DES NOMS DIFFERENTS OU UTILISER LES NOMS EXISTANTS AUPARAVANT ET PIRATENT MÊME DES NOMS , DONC SOYEZ TRES VIGILANTS

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 11:13, par Franck blaiso En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Bonjour à toue les amis internautes ,

    LE CDP ET LE REGIME ONT PAYER DU MATERIEL INFORMATIQUE EN MASSE ET RECRUTER DES MILITANTS POUR INONDER LE NET DE COMMENTAIRES BIDONS , ILS S’ATTAQUENT à TOUT LE MONDE SANS DISCERNEMENT ,LA MÊME PERSONNE PEUT ECRIRE 20 COMMENTAIRES AVEC DES NOMS DIFFERENTS OU UTILISER LES NOMS EXISTANTS AUPARAVANT ET PIRATENT MÊME DES NOMS , DONC SOYEZ TRES VIGILANTS

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 16:34, par SOME En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Bien merci a M Ly qui connaît bien cet épisode et reste objectif dans son article et son analyse. Blaise dès le 4 août 1983 avait voulu faire un coup dans le coup et n’a jamais accepté les rôles mis en place au lendemain du août 1983. Tout le monde le savait à Ouagadougou dans les jours qui ont suivi. Comme tout le monde savait aussi que le coup d’état de Blaise du 15 octobre était une question de jours et que tôt ou tard il tenterait un coup de force.

    A la « défense » (s’il en est besoin !) des deux exécutés (lengani et zongo), je ne suis d’accord quand tu affirmes qu’ils n’ont pas eu la lucidité ; il serait plus exact de dire qu’ils ont pas eu le courage de prendre position et ils ont voulu naviguer comme d’ailleurs l’a fait Pierre Ouedraogo, ancien responsable des CDR. Ils ont été ceux qui ont laissé faire, soit par leur choix pour soutenir Blaise, soit par leur équilibrisme alors qu’il savait très bien ce que Blaise faisait et ce qu’il voulait. Ils ont été à un certain niveau des traîtres et ils savaient bien que tot ou tard leur tour viendrait. Demandez-vous aussi pourquoi seul Pierre a « miraculeusement » échappé à cette purge ? La seule chose qui leur reste : qu’il nous la vraie verité.

    Vous dites : « La question qu’on peut se poser, c’est de savoir si Salif Diallo lui-même a toujours défendu ou non cette position sur le caractère « très sérieux » de la Constitution. »
    Evidemment, la réponse est non ! C’est bien lui qui a fait toutes les manœuvres de manipulation de la constitution comme ils veulent. Ce que tu appelle véritable cours de droit constitutionnel n’est qu’une malhonnêteté intellectuelle maquillée ; Je ne peux souscrire à votre argument de la sincereté de salif diallo ! Jamais ! Il s’est démarqué tôt (comme Diabre pour d’autres raisons !) Parce qu’il voyait tôt la suite à venir et que Blaise lui barrait la route de la présidence en avançant son frère Francois (d’où qu’il parlait de patrimonialisation du pouvoir). C’est un calcul personnel et non pour le bien du pays. Vous analysez très bien la situation et je peux que vous féliciter. Bravo Mr LY c’est cela l’objectivité du journalisme vrai : remettre chaque évènement dansa son contexte pour permettre une analyse vraie et permettre au lecteur de faire lui-même sa propre analyse.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 19:43, par NII WONGO En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    SALIF DILLO EGALE ROCH MARK EGALE SIMON COMPAORE EGALE JUDA.CES VALENT T’ILS LA PEINE D’ETRE ECOUTES ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 20:10, par GHETTO LOVE En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    SALIF DIALLO N"A PLUS RIEN A DIRE ET IL FORCE SANS SE RENDRE COMPTE QU’IL SE HONIT.ON EST FATIGUE DE VOUS LES GARS

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 20:23, par WITIB YANDA En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    CHER SALIF DIALLO,TU AS PERDU TOUTE CREDIBILITE.NOUS SOMMES DESOLES POUR TOI ET TES CAMARADES.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 20:33, par SOUGRI En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    A DEFAUT DE MAINTENIR LEURS PRIVILEGES CES GARS DEMMISSIONNENT DU CDP ET NON CONTENTS DE CA ILS VEULENT INVENTER DES HISTOIRES POUR SALIR LE NOM DE LEURS EX CAMARADES

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 20:38, par ka En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    Je ne jamais mis pied à OUAHIGOUYA, mais toute l’histoire de notre pays passe par la princesse YENNENGA ET SON ETALON OUEDRAOGO la naissance des dignes fils de l’empire mossi qui ne mentent pas au peuple. Yennenga a laissé derrière elle des femmes et des hommes courageux dont leur franchise dépasse les frontières. Je suis plus proche des Compaoré que les Diallo, ou des GUIRO et ne parlons pas des OUEDRAOGO du Nord, je ne suis pas digne de mon approche des Compaoré a cause du président Blaise Compaoré et sa famille qui porte la peau de caméléon et qui trahisse tout le peuple Burkinabé. Quand on nait sur cette terre avec une petite chance d’avoir la santé et à manger comme la famille Blaise Compaoré, on ne tue pas par plaisir des pauvres domestiques ou des frères d’armes ou même des humbles journalistes qui font leur travail, par contre on devait être franc et solidaire pour la paix de tout en chacun. Gardez votre égoïsme monsieur TCHOUCKROFF, car vous êtes un danger pour la démocratie Burkinabé, demandez au président Blaise Compaoré d’accepter l’alternance pour que le Burkina puisse avancer, et que nos enfants aient de l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 20:40, par KA NA TA En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    ces messieurs la on arrivera jamais a les comprendre.vous nous envoyer des infos de nature a nous faire dormir debout.collez nous la paix

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 20:48, par KA NA TA En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    LA FRUSTRATION VEUT JAH SALIF DIALLO,IL N’A QU’A SE RESIGNER SEULEMENT.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 20:54, par KA YA WOTO En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    HOP !SALIF DIALLO !AUTREFOIS CHERIF DU YATENGA,AUJOURD’HUI DALTONE DU BURKINA

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2014 à 21:09, par KALAN TE BAN En réponse à : Situation politique nationale : Salif Diallo instruit le procès du régime

    ils sont vraiment décidés a ternir l’image du CDP hein,heureusement que peu de personnes croient en ce qu’ils disent

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés