Sécurité alimentaire au Burkina : 1,3 millions de personnes en situation de risque

samedi 22 février 2014 à 00h47min

Le coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel, par ailleurs sous-secrétaire général des Nations Unies, Robert Piper était en visite au Burkina du 17 au 21 février 2014. Durant son séjour, il a rencontré les partenaires principaux du Burkina Faso afin d’échanger sur la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel et le Plan stratégique 2014-2016. A la fin de sa mission, il a tenu une conférence de presse, le 21 février 2014, pour faire le point de cette visite au Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sécurité alimentaire au Burkina : 1,3 millions de personnes en situation de risque

20 millions de personnes sont en situation de risque d’insécurité alimentaire dans la région du Sahel, dont 1,3 millions au Burkina ; 5 millions d’enfants souffrent de malnutrition sévère aigue dont 500 000 enfants au Burkina. Aussi, la région enregistre 700 000 réfugiés dont 35 000 vivent au Burkina. C’est dire à quel point la situation humanitaire est préoccupante dans cette région. Et, elle ne s’améliore pas vraiment depuis les 12 derniers mois. C’est pourquoi, Robert Piper et le ministre burkinabè de l’action sociale et de la sécurité sociale ont lancé un appel à l’aide pour la région du Sahel à la communauté internationale.

La région du Sahel a besoin de 2 milliards de dollars pour faire face à la situation alimentaire en 2014. Mais, le Burkina a fait des progrès importants, selon le sous-secrétaire général. Et la situation est moins catastrophique dans notre pays comparativement aux autres Etats de la région. Le nombre de personnes à risque a diminué de 500 000 en une année, à en croire Robert Piper. Le budget a donc décru de 21% et le montant à rechercher est de 109 millions de dollars pour le Burkina.

La malnutrition persiste

Le taux d’enfants malnutris est également passé de 10,9% en 2013 à 8,2% cette année, a laissé entendre Pascal Karorero, le représentant résident du PNUD au Burkina. Mais, si le taux a diminué, ce n’est pas le cas lorsqu’on s’en tient au nombre d’enfants atteints de malnutrition sévère aigue qui tourne autour de 500 000. Pire, les chiffres sont en hausse dans certaines provinces. Et, comme il fallait s’y attendre, ce sont les régions du Sahel, de l’Est, du Centre-Nord qui sont les plus touchés. Qu’à cela ne tienne, les tendances sont positives au Burkina. « Mais, il y a de l’espoir au Burkina » car le gouvernement accorde des financements importants dans ce domaine.

Mais, eut égard aux liens étroits entre les différents pays du Sahel, il serait impossible de résoudre les problèmes dans un pays de façon isolée, en occultant les autres.

C’est pourquoi, le plan stratégique 2014-2016 comprend trois volets : le soutien aux Etats dans la gouvernance, le soutien à la sécurité et la gestion des frontières et le soutien dans la résilience et phénomène de vulnérabilité. C’est dire que l’accent sera mis sur la coopération régionale.

Parlant des refugiés maliens vivant au Burkina, ils seraient environ 35 000. Il n’y a pas de mouvements significatifs pour le retour. « Donc, on continuera à les accompagner en 2014  », note Robert Piper.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 février 2014 à 14:42, par kalifa
    En réponse à : Sécurité alimentaire au Burkina : 1,3 millions de personnes en situation de risque

    Mr le journaliste, au Bf il y a un ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale et un ministère de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. Quand à votre article, il est truffé de contradictions notoires. Ayez le courage de dire que la situation alimentaire est déficitaire au lieu de tourner en rond pour ne pas frustrer le régime Compaoré. Au lieu que le régime prenne à bras le corps le problème de santé et de l’alimentation qui est du reste les besoins élémentaires de l’homme, il se plait à vouloir organiser des référendums et des modification de la constitution pour se maintenir au pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2014 à 21:45, par LE PEUPLE
    En réponse à : Sécurité alimentaire au Burkina : 1,3 millions de personnes en situation de risque

    bien dit. ayez le courage d dire que la situation est catastrophique. lune des raisons est les aides nous maintienent en bas. elles n’arrangent q le gouvernement et autres chefs car ces aides ne sont jamais utilisées en totalité pr resoudre le probleme. par exple pr un marché d 50 millions il ya 10 millions qi repartent chez l’attributeur, 10 millions comme benefice d lentreprise ayt executé le marché, 5millions pr les ptit agents agglutinés autour des beneficiaires. au finish cest 25 millions qi parvienent aux pauvres beneficiaires

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés