Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

jeudi 20 février 2014 à 02h30min

En dépit des efforts faits par les pouvoirs publics et les partenaires en faveur de l’éducation nationale, la région de l’Est du Burkina reste particulièrement frappée par le manque d’infrastructures scolaires. D’où le recours à des solutions de fortune

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

« Venez, venez voir là où nous travaillons. Venez constater vous-mêmes les conditions dans lesquelles nous sommes obligés de donner les cours et comment les enfants se débrouillent ». L’instituteur de l’école A de Bansoudi dans le secteur 11 de Fada N’Gourma est indigné et en colère. Quatre piquets en fer surmontés de tôles en bon état, d’autres, très usagées, complétées par des morceaux de seccos servant de clôture, quelques tables bancs sur lesquels s’entassent les élèves, d’autres par terre, une table sans chaise pour l’instituteur, voilà ce qui tient lieu ici de classe où se déroule la formation de base de l’élite Burkinabè de demain. « Comment voulez-vous qu’on donne le meilleur de nous-mêmes dans des conditions pareilles sous un hangar ? Et ça dure depuis de années  », fulmine le directeur de l’école, Apollinaire Salembéré, en poste depuis 2012.

Après la grève nationale du 5 octobre 2013 contre le transfert du préscolaire du ministère de l’Action sociale et du postscolaire du ministère de l’Enseignement secondaire vers celui de l’Education nationale et de l’alphabétisation, les enseignants de la région de l’Est ont organisé une autre grève les 28, 29, 30 octobre, cette fois-ci, contre la persistance des écoles sous paillottes. Dans le secteur 11 de Fada, les écoles ABC de Bansoudi compte au total 15 classes dont deux sous paillottes comme on les appelle, et un effectif de près de 1000 élèves.

Selon le directeur de l’école, on dénombrait 256 classes sous paillotes dans le Gourma et le nombre devrait augmenter en 2013-2014. « La tendance n’est pas à la baisse et c’est ce qui nous inquiète et nous énerve surtout que dans le même temps, on vient nous inspecter comme si on travaillait dans des conditions normales », explique un des instituteurs officiant sous le hangar. Son collègue ajoute : « Vous ne pouvez pas imaginer ce qui se passe ici. Comme il n’y a pas de porte, des gens viennent ici la nuit déféquer ou faire du n’importe quoi, et le matin, nous sommes obligés d’arriver tôt, le temps de faire le ménage, débarrasser la salle de choses que les enfants ne doivent pas voir ».

Les conditions dans lesquelles les instituteurs de ces établissements accomplissent leurs missions deviennent particulièrement difficiles quand la météo se dégrade avec des températures basses ou que l’harmattan se met à souffler comme c’est le cas actuellement. En début d’hivernage, quand l’orage se profile à l’horizon, ces braves instituteurs n’ont d’autre choix que libérer les enfants et les inciter vivement à rentrer chez eux le plus vite.

En pleine polémique sur la pertinence ou pas de mettre en place un sénat, la politique s’est vite invitée dans la causerie. « Les gens-là veulent mettre de l’argent dans le sénat pendant que nous, nous demandons des moyens pour apprendre aux enfants à lire et écrire », poursuit-il. Révolté par ce qu’il considère comme absurdité dans les choix prioritaires du gouvernement, il nous confie qu’au-delà de leurs fonctions d’instituteurs, ils ont été amenés à faire un travail de sensibilisation auprès des enfants pour qu’ils acceptent de suivre les cours dans les conditions qui sont les leurs.

A environ 500 mètres de Bansoudi, on tombe sur l’école Ticonti, plus démunie que sa voisine. Ici, l’école A compte trois paillotes, l’école B comprend 12 classes, paillotes comprises, certaines n’étant d’ailleurs pas terminées, obligeant les instituteurs et les élèves à se réfugier sous des arbres.

C’est avec une froide colère que le directeur de l’école, Frédéric Bassono décrit les conditions dans lesquelles lui et ses collègues se démènent pour instruire les gamins (Voir vidéo). Les promesses faites par les autorités nationales et municipales pour améliorer leur quotidien, il ne veut plus en entendre parler. « Vraiment, ce n’est pas facile. Vous-mêmes, vous voyez comment se déroule notre stage. Mais comment on va faire, puisqu’on n’a pas le choix ? », commente, résignée, une des deux institutrices stagiaires en poste dans cette école en partie à ciel ouvert.

De loin, on se dit que les élèves qui fréquentent l’école Sarbongou C, construite en parpaing, sont des privilégiés, mais comme on sait, les apparences sont trompeuses. Il suffit de pénétrer à l’intérieur de ce bâtiment érigé en 2009 grâce aux bons soins d’un fils de la région et ses amis Américains, pour découvrir le dénuement dans lequel les usagers des lieux acquièrent le savoir. Ils sont moins bien protégés que leurs camarades des paillotes de Bansoudi. Le bâtiment qui abrite les trois classes, n’est pas couvert, et c’est sous des hangars érigés en son sein et qui menacent de tomber, que les cours sont dispensés. « Au départ, ça devait être six classes, mais finalement, il n’y a que trois et les travaux ne sont même pas terminés », explique une voisine de l’établissement. Malgré son état d’inachèvement, environ 300 élèves ont été inscrits dès l’ouverture de l’école, les parents ayant été rassurés quant à la finition des travaux pour l’année suivante. Mais il ne s’est rien passé, et personne ne sait si et quand les travaux reprendront. « Vu l’insécurité qui règne dans les classes et les promesses non tenues, les parents ont préféré retirer leurs enfants. Il ne reste pas plus de 90 élèves actuellement, ceux dont les parents n’ont pas les moyens de les inscrire ailleurs ou qui ont une confiance aux capacités pédagogiques des enseignants », explique un instituteur de l’école. L’année prochaine, une quatrième classe sous hangar devrait être ouverte pour faire face au nombre important d’enfants en âge d’aller à l’école.

Dans la chronique du gouvernement du 15 octobre 2013 publié dans la presse ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, Koumba Boly/Barry a annoncé que « la résorption des salles de classe sous paillote se fera en trois (3) ans avec la construction de 1 443 salles chaque année. Le coût total du projet est estimé à 37 827 216 000 F CFA ». Nos confrères de Sidwaya qui étaient du voyage présidentiel aux Etats-Unis en septembre 2013, rapportent que lors de son séjour, Blaise Compaoré s’est rendu à Winchester où il a visité une usine qui construit des bâtiments mobiles à des prix très concurrentiels comparativement aux bâtiments conventionnels. A la fin de la visite, il aurait confié que cette industrie « pourrait apporter une réponse rapide aux besoins en infrastructures des pays africains ».

En attendant l’exécution du plan du ministère de l’Education nationale et l’éventuelle importation de la potion magique de nos cousins Yankees, les enseignants, élèves et parents doivent donc encore prendre leur mal en patience !

Joachim Vokouma ;

Lefaso.net (France)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 février 2014 à 10:18, par aziz
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    carton rouge pour nos dirigeants qui pensent à tout sauf à l’essentiel ; si c’est ça l’emergeance alors là nous sommes mal partis.
    Aux filles fils du Gourma je lance un appel il faut faire qlq chose ns devons avoir honte.

    Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 10:58, par Wendpagnangdé
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Pour un Burkina émergent !!! Ils n’ont pas cessé de nous dire que tous était prioritaire. les 4x4 tout comme les ministères 5 étoiles. voila que nos frères et sœurs étudient encore sous des paillotes. Bah oui normal pour un Burkina émergent pour la classe dirigeante.

      Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 11:45, par Demo
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Je n’ai pas encore fini de pleurer depuis la lecture de cet article...bien que je ne me faisis pas d’illusions sur les réalités de mon pays...cela ne fait qu’augmenter ma colêre contre Blaise et ses amis qui ont pris en ôtage le devenir de toute une nation depuis 27ans juste pour réaliser leurs propres rêves satidiques...On nous rabâche á tout vent les gros mots "Burkina émergent","developpement avec Blaise par là","Paix et stabilité par ci"...et voici la vraie réalité que vivent des millions de burkinabé au quotidien...
      Vivement que l’on chasse ce Monsieur et sa bande en 2015...Vive le changement.A bon entendeur,salut.

      Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 17:25, par l’homme
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Il ne faut qu’a même pas exagérer les choses, le burkina fait face a une expansion démographie de façon exponentielle c’est dix dernière année ce qui fait que les classes que le gouvernement avait mis en place ne peuvent plus contenir les enfants qui viennent maintenant par millier pour ne pas dire par centaines. Mais il faut reconnaitre que les burkinabé ont eu idée ingénieuse en attendant de trouver un solution définitive pour palier a ce problème. La création de ces écoles sous paillotes va permettre aux enfants qui n’ont pas pu gagner les infrastructure locales de s’instruire. L’état ne peut pas tout faire chère camarades ! il appartient a nous burkinabé de contrôler les naissance afin de ne pas multiplier ces infrastructure archaïque. Vive le peuple burkinbé et vive l’état burkinabé

        Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 17:25, par romeo toé
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        mon cher DEMO,est ce démon tu voulu dire ? Cela serait très fondé vu ta réaction ,mais bon ce n est pas la mon souci ,tu c est même les pays qui ont les budget qui double voire triple le notre on encore des écoles pareilles ,je t informe sur une chose ta colère envers Blaise a belle et bien été grande tu ne pourras rien faire ce qui fait de ta colère une colère irréfléchie ;et puis l entretein d une ecole s initie par les fils des localités concernées alors si des gens n aiment leurs origines c est la faute a qui ?longue vie a BLAISE sur le trône encore ,demo ta colère va encore durer courage ,,,fils du gourma a vous la tache !!!

        Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 12:31, par André-Eugène ILBOUDO
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      S’il y a une personne à la Présidence qui lit parfois les forums, SVP bien vouloir faire suivre. (Ne me traiter pas de quelqu’un qui a du culot). Je voudrais suggérer à Monsieur le Président, une idée parmi tant d’autres. Qu’il organise une visite présidentielle dans le Gourma. Bien sûr tous les fils de la Région qui comptent vont se pointer. Il instruit la Police et la Gendarmerie de noter minutieusement les occupant de tout véhicule 4X4 (personnel, para étatique, ou fond rouge) qui viendrait à la rencontre. ( Il comptabilisera aussi ceux qui oseront ne pas se présenter à la rencontre). Lors de la rencontre avec les forces vives de la Région, il demande au Protocole de citer nommément et publiquement les noms et il demande (il demande poliment, dis-je) à chacun de faire en sorte que dans 6 mois chacun construise et inaugure une école de trois classes dans son propre village ou le village d’à côté. Que les fils s’entendent et lui fassent la liste des villages avec école sous paillote et attribuée à chacun. De retour à Ouaga, il demande à un de ses conseillers, notamment Monsieur François, Conseiller pour les affaires sociales et économiques (je crois) de lui faire le point tous les deux mois. Et qu’il attende !!! Le PF doit prendre l’argent où il se trouve au lieu de se casser sans arrêt ses méninges.

      Répondre à ce message

      • Le 19 février 2014 à 16:19
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Si Blaise Compaoré a permis à des fils de ce pays de se constituer des pactoles indécents par le vol,le pillage de nos ressources communes,ce n’est pas à eux de construire des écoles mais c’est un des rôles régaliens de l’Etat burkinabè.Si par ton intervention tu recherches à récupérer notre argent que ces délinquants ont volé pendant le règne minable de ce piètre président,il n’y a pas mille manières mais une seule à savoir que nos magistrats qui sont aussi pourris se doivent de retrouver leur dignité pour les traduire devant les tribunaux afin de récupérer notre pactole.Ainsi nous pourrions construire des milliers de classe au lieu de compter sur ces pilleurs pour qu’ils viennent encore fanfaronner devant des citoyens honnêtes comme s’étaient des mendiants.

        Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 06:47, par Burkinabé Emergeant
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Le Gourma est "loin" peut-être pour un déplacement présidentiel. Moi j’ai vu à Loumbila une école sous paillote. Je n’ai pu qu’admirer le courage des enseignants et des élèves et proposer un sourire embarrasé à mes accompagnateurs étrangers s’étonnant de ce qu’il existât de telles structures à seulement 30 minutes de la capitale. C’était en mi-décembre 2013. Ma fierté en a pris un sérieux coup...

        Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 17:10, par Lumière
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Souvent certains accusent à tord et à travers le gouvernement. C’est vrai que le gouvernement est responsable de tout. Mais il faut aussi comprendre que le développement d’une région ou localité dépend tout d’abord et en grande partie des fils et filles de la région ou de la localité. Le gouvernement ne peut pas avoir des yeux sur tout ce qui se passe c’est pourquoi le pays est découpé en régions, provinces, communes, départements, villages. ET ses découpages sont gérées en grande partis par les fils et filles de la localité. C’est au fils et filles de la région de soulever les problèmes étatiques de la région au niveau de l’Etat. par exemple es ce que un maire d’une commune a réalisé des projets dans sa commune et l’Etat a dis ? L’Etat ne fera que félicité même s"il n’est pas du parti au pouvoir. D’ailleurs les régions et communes disposes des fonds pour ça. Il ne faut pas attendre que l’Etat vient tout faire à votre place.

        Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 21:16, par linge sale
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Je vois que vous n’avez pas tourné au Faso ! sortez un peu et vous serez dégouté.

        Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 13:20, par ArnoldDrive
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Le Burkina émergeant, dans le chef lieu d’une region du Burkina on continue de prendre des cours dans des classes en paillote. Que dire alors des villages enclavés. C’est simplement scandaleux. Je suis un fruit de l’école cette ville. Dans les années 80, il n’y avait pas d’école en paillote a Fada ville. Ce qui veut dire que la construction de classes n’a pas suivi la démographie. Triste et très révoltant.

      Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 17:53, par kez’iutiqeruiuqbngfiqzr qzuaiu i
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Dans les années 80 la population burkinabé n’était pas d’environ 16 millions il ne faut pas l’oublier. En plus être instruit en plein air ne veux pas forcement dire que l’on ne va pas réussir tout dépend du niveau de l’instituteur. Je suis même pres a parier que ces enfants sont mieux instruits que les enfants qui se trouvent dans les écoles publiques vue leur nombre peu élevé

        Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 15:48, par moyenga
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      j’en ai pleuré car cela me rappelle les années 60 quand j’allais à l’école. 50 ans plus tard je n’imaginais pas que cela existait encore. honte à blaise et à sa clique

      Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 18:50, par tché
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Et voici ton erreur tu pense que c’est Blaise qui a géré le pays depuis 1960 ? Tu dis reconnaître l’école sous paillote il y a plus de 50 ans et tout à coup c’est la faute à Blaise. Et les autres présidents qui l’ont devancé es ce qu’ils ont fait ? Peut être que Blaise lui même a connu et a étudié dans des écoles sous paillons et jusqu’à ce qu’il grandisse et devient président il y avais des écoles sous paillotes. Donc la faute ne revient pas à Blaise uniquement mais la faute revient à tous les burkinabé

        Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 16:00, par Patrick
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      QUE CROYEZ VOUS CEST LEBURKINA FASO EMERGENT. SI LES POLITICIENS TROUVENT DES SOLUTIONS A TOUS CES MANQUEMENTS QUE CROYEZ VOUS QU ILS VONT BRANDIR POUR AVOIR DES PRETS OU SUBVENTIONS INTERNATIONALES POOUR GARANTIR LEUR COMPTE EN SUISSE TE AUTRES PARADIS FISCAUX ?N EXAGERONT PAS . IL FAUDRAIT BIEN QUE LES UNS SOUFFRENT S ILSNE VEULENT PAS REVENDIQUER. OU SONT LES CONSEILLERS DE CE VILLAGE ? QUE VONT ILS QUAND LEURS COLLEGUES POLITICIENS DES GRANDES VILLES VIENNENT LEUR DISTRIBUER DES BILLETS DE BANQUES ? LES HABITANTS DE CE VILLAGE SONT LES INSTIGATEURS DE LEUR PROPRE MALHEUR . QUI LITTERA A LEUR PLACE.

      Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 21:34, par issouf ouattara
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Les idées sont la ,mais la volonté n’y est pas.je pense que le gouvernement doit laisser tombé les gros discours et passé a l’action.

      Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 17:43, par ZARATA
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Effectivement il faut les burkinabé arrêtent d’avoir pour seul activité les sport pratiquer au lit et pense a ce qu’il peuvent faire pour palier a ce problème

        Répondre à ce message

      • Le 20 février 2014 à 18:09, par yésuma
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        Belle initiative ! franchement blaise est un gars envoyé par Dieu pour dire au burkinabé qu’ils sont misérable. Regardez ! les classes sont bourré, les élèves continuent d’affluer et les maitre font ce qu’il peuvent mais c’est pas facile. Il faut que les gars arrêtent de mettre les enfant au monde a tous bouts de champs. le moment où les bouts de bois de Dieu était une source de trésors au regard de la main d’œuvre qu’elle apporte est révolu. Dégorgeons nos enfants des classes bourré pour qu’il puisse avoir un instruction de bonne qualités. Vive le pouvoir, vive blaiso

        Répondre à ce message

        • Le 1er mai 2014 à 06:44, par andams54@gmail.com
          En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

          Mon cher ami, tu ignores beaucoup de choses. Le developpement demographique du burkina n’est rien devant celle des autres pays mais aucun peuple n’endure la misere des burkinabe. Tu me diras que le burkina est pauvre cela aussi est archi faux. 80% des richesses du burkina sont entre les mains de 20% de la population. Aussi s’ajoute la corruption, l’injustice, l’impunité, le vol et ce que vous connaissez. Merde a la fin. Vive le changement ! A bas les idees ignorantes comme les votres ..

          Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 22:09, par komi Bertrand
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      je pense qu’ont doit pas accusé le gouvernement,le vrai problème du Burkina c’est l’augmentation de la population,la vrai solution c’est le planning familiale.

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 16:28, par ouoba bawaba
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Les gars soyez réalistes et sachez que le gouvernement ne peut pas tout faire en même temps et le Burkina ne peut pas se construire en 27 ans de gestions. Vous imaginez qu’il y’a combien de villages au Burkina ? et vous pensez que le Burkina peut mettre combien de temps il ne se reste que pour donner une école et un centre de soin à chaque village ? Et ne parlons pas des collèges et lycées qu’il faut donner à chaque département et commune. Sans même aborder d’autres chantiers plus costaux dans les villes, chefs lieux de régions, chefs lieux de provinces, vous pensez que le gouvernement peut faire tout ça juste en 27 ans de gestion ? Un peu de réalisme les gars.

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 17:43
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Quels efforts des gouvernants M. le journaliste ????

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 18:04, par awa paré
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Une gestion n est pas du tout facile comme certain le pensent et sachez que le gouvernement n a occulter aucune region c est dieu qui est fot

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 19:41, par Tous responsable
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      C’est le problème du Burkina et de l’africain en général. on pense que le gouvernement doit tout faire pour nous à notre place et nous même es ce que nous faisons pour nous même en parlons pas de ce que nous faisons pour le gouvernement. Au lieu de travailler pour le pays chacun a une petite idée derrière la tête de travailler dans l’effet afin de voler ou de détourner aussi comme les autres ou comme les aînés. Et apres chacun accuse le gouvernement. Non nous sommes tous responsables de cette situation des ecoles sous paillote au Burkina

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 21:38, par l’Homme intègre
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      même à quelques kilomètres de la grande capitale ouagadougou plus précisement à Nabadogo(sur la route de bobo dioulasso), il y’a également une école de la sorte. donc on ne peut pas parler d’émergence au Burkina Faso si ces situations ne sont pas régularisées...

      Répondre à ce message

      • Le 21 février 2014 à 10:24, par le clacheur poli
        En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

        le problème n’est pas le fait de prendre son cours dans une écoles sous paillotes. Il ne faut pas se cambrer sur les futilités. Regarder a l’UO les étudiants prennent les cours dans les amphis ce qui est bien selon vous. Mais il faut vous demandez il sont combien dans ces amphis et par dessus il faut se poser des questions sur la qualité des cours. Est ce que les cours sont donné de façon a ce que la moyenne des élèves puissent comprendre. Donc vrai problème n’est pas de prendre des cours dans les écoles sous paillotes mais est ce que la qualités de l’enseignement qui en ressort répond aux normes

        Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 10:19, par DEB
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est vraiment cela la réalité du Burkina Faso que le CDP refuse de voir en face. Au lieu de s’attaquer à de tels problèmes fondamentaux de la nation, ces politiciens du CDP et apparentés veulent créer un SENAT à 6 milliards et faire un référendum inutile. Du reste, au lieu d’acheter des LAND CRUISER aux députés et ministres, pourquoi ne pas mettre cet argent dans ces infrastructures scolaires pour l’avenir de nos enfants et de la nation ? Enfin, les journalistes doivent faire plus d’efforts pour montrer comme cet article, les souffrances des populations Burkinabè royalement ignorées par les politiciens du CDP au pouvoir qui font croire au monde que tout est rose au Burkina. Courage aux journalistes qui s’efforcent de parcourir le Burkina profond pour révéler la face de la croissance économique chanter par les autorités du Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 11:12
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Merci Fasonet, vous faites du bon boulot ; je ne suis pas journaliste, mais je sais que ça, c’est du journalisme ; on est dans le burkina réel, pas à ouaga 2000 ou à kwamé nkrumah. Si par semaine, vous pouvez publier des articles comme ça, ce serait bien et le peuple vous est reconnaissant déjà ; parce que ça met les dirrigeants qui parlent au hasard devant leurs responsablités et le monde entier voit ce qu’il y a au burkina. Bravo à vous !!!!

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 17:52, par Lum
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Ne soyons pas aigris. Pourquoi vouloir que l’élite vie comme un villageois ? Dans la sous région les fonctionnaires et les élus vivent largement mieux que ceux du Burkina mais ça ne veut pas dire que ces pays sont plus développé que le Burkina. Donc c’est pas parce que nos députés ont des Land Cruiser qu’il y a toujours des écoles sous paillotes ? Et si tu penses que c’est en privant l’élite burkinabé de ses privilèges que le pays va se développer tu te trompe. Au contraire c’est ça qui va développer plus la corruption car chaque élite va tendance à voler pour payer sa propre voiture.

      Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 10:51, par sidpayété
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est ainsi que travaillent et apprennent les braves enseignants et les enfants (avenir de notre pays)dans un Burkina Faso où on veut toujours faire croire que tout est rose. Je sius du domaine et je sais de quoi je parle. On ne peut que se revolter de constater que ce qui devrait être la vraie préoccupation dans ce pays ne l’est qu’au bout des lèvres. La réalité est là et tous ceux qui ont du mal à croire n’ont qu’à entrer dans le vrai Burkina Faso et ils comprendront.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:08
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    c est l emergence en marche a Ouaga 2000. et le reste doivent se cherche

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:11, par L’intègre
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est ça les réalités de notre pays. Si vous pouviez faire le tour dans toutes régions ça nous aiderait à mieux comprendre l’ampleur de la situation. ça c’est bafoués les droits des enfants (futures bâtisseurs du pays). Monsieur Marc Rubin,représentant du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF)au Burkina Faso,j’espère que vous êtes au courant.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:14
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Triste réalité du Burkina Faso soit disant émergent... mais, c’est en réalité, l’image de notre mauvaise gouvernance avec plus de 2 décennies au pouvoir de Blaise Compaoré et de ses sbires qui se construisent des palaces comme villa et des immeubles à 5 étages et plus à Ouagadougou pour "recycler" ou "blanchir" leurs différents deals. Il est grand temps d’avoir un changement à la tête de ce pays si on veut résoudre les problèmes basiques de la population comme la santé, l’éducation...

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:15, par kiakia
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    j’ai l’impression que les dirigeants réduise le Burkina à Ouagadougou ! on ne peut avoir connaissance de cette situation et dormir tranquille à kossyam !le changement doit se faire dans les domaine politique, économique, social...
    quand on résume son champ de vision a Ouagadougou et bobo, on peut alors être prêt a versé des milliards dans des sénat et dans l’organisation de referendum et sortir gaillardement dire qu’on aime son peuple ! il que Blaise accepte faire un bilan de ses 25ans de règne, de ce qu’il aurait pu faire en 25ans si l’argent était allé là ou il fallait, si la corruption n’avait pas atteint une telle proportions ! en claire c’est 25ans d’échec si on devait mettre les acquis et les échec dans une balance.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:19, par AD
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Merci de montrer le vrais visage du Burkina émergeant aux yeux du monde. Cela permettra à tous de comprendre la rage du peuple contre la mise en place du sénat et la dictature de ce pouvoir autocrate. Hier c’était nos vaillants étudiants qu’ étaient dans la rue pour réclamer la réparation d’un micro qui les empêchent de prendre les cours depuis des mois dans le local qu’ils partagent avec des objets d’arts. Et comme nos autorités aiment à satisfaire leur egos avec des exemples pris des états unies . ils trouveront toujours quelque chose à dire. Sauf que la bas l’education est vraiment un droit et cela est perceptibles C’est simplement révoltant tous ces scenarios quand on sais que la plupart des rejetons de ces mêmes politicard sont dans de grandes universités occidentales sous le dos du contribuable burkinabè qu’ils ont consciemment réduit au conditions de bétails électoraux.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:25, par yves de jersey
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    la realite du burkina c’est nest pas ceux seulement qui vivent en ville mais ceux aussi qui sont en zone rurale . ils sont aussi des burkinabes necessiteux ,eau potable , electricite , telephone pour les cas urgence .des classe conformes .
    bonne chance a l’emmergence et un seul homme peu diriger le burkina faso la personne c’est Blaise Compaore .hahahhaha

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:26, par Burkinbi
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Bonjour,
    C’est malheureusement ça l’immergence au Faso !!!
    Et dire que l’argent du SENAT aurait pu fournir à ces enfants une école pour apprendre !!!
    Quand, je pense à tous ces politicards qui ne pensent que par leur pense, leur égo c’est vraiment ridicule !!!
    Réveillons, Nous chers concitoyens, réclamons des Institutions fortes au lieu d’un home Fort.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:41, par Nobga
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est dur et même très dur mes braves enseignants. Au nord, c’est encore pire car c’est sous des arbres, assis à même le sol ou sur des cailloux que se déroulent les cours. La préoccupation du moment de nos autorités, c’est conserver le pouvoir à tout prix et même au prix du sang. L’éducation, la santé, le minimum pour assurer la survie de la population (se nourrir, se désaltérer, se vêtir et pourquoi pas se déplacer ?...) demeurent les derniers des soucis de ceux qui nous gouvernent depuis plus d’une trentaine d’année.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:47, par somma
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    dire kon pense a des tablettes pour les elèves !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 11:48, par Wend-Kouni
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Il y a la solution mes frères, regardez du coté de la cantine de 2 000 000 000 retrouvée chez quelqu’un, il y en a d’autres qui n’ont pas encore été retrouvées !!! Trouvons les et finançons les écoles pour la vraie émergence !!

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:00, par Koana
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Voila les reportages que l’on doit nous montrer, c’est ça le Burkina Faso. je demande à le faso.net de faire un documentaire au plan national sur ces écoles en paillotes. il suffit de demander le concours des uns et des autres. demande a ce que les gens vous envoient les images de ce genre d’école à travers le pays. et vous avant de publier vérifier l’existence réelle et les endroits précis ou se trouvent ces écoles paillotes pour éviter tout désagrément.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:02, par kiakia
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    j’ai l’impression que les dirigeants réduise le Burkina à Ouagadougou ! on ne peut pas avoir connaissance de cette situation et dormir tranquille à kossyam !le changement doit se faire dans tous les domaines politique, économique, social...
    quand on résume son champ de vision a Ouagadougou et bobo, on peut alors être prêt a versé des milliards dans des sénats et dans l’organisation de referendum et sortir gaillardement dire qu’on aime son peuple ! il faur que Blaise accepte faire un bilan de ses 25ans de règne, de ce qu’il aurait pu faire en 25ans si l’argent était allé là ou il fallait, si la corruption n’avait pas atteint une telle proportion ! en claire c’est 25ans d’échec si on devait mettre les acquis et les échec dans une balance.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:14, par basil
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    merci faso.net, c’est vraiment triste mais c’est aussi ça la realité

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:23, par changeons
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    article très édifiant pour ceux qui refusent de voir la réalité. Pendant que nos enfants font l’école sous les paillotes, le CDP veut un SENAT dont chaque sénateur sera vachement payé à plus d’un million par mois. Chers dirigeants actuels, membres du CDP, ayez pitié de notre peuple. Ne le sucez par comme des vampires.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:24, par Le Burkina L’intégrité
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Félicitation au journaliste qui a fait ce reportage. Ce n’est qu’un pan des réalités que vivent nos chers enseignants et leur élèves dans le Gourma en particulier et le Gulmu en général.Et quand on sait la commune de cette ville est gérée depuis sa création par le CDP, j’avoue que le bilan est des plus maigres.Au lieu de se soucier du devenir de nos enfants, tout ce qui préoccupe ses politiciens, c’est leur ventre.Pourtant des structures comme le FICOD sont présentes pour accompagner la collectivité en terme d’infrastructures.Que fait donc la commune ? Parlant des infrastructures scolaires saviez vous que près de 90% des élèves admis au CEP dans cette ville sont condamnés à poursuivre leur scolarité dans le privé au secondaire ? Le lycée Diaba Lompo étant pratiquement le seul établissement public d’enseignement Général de la localité.Je ne parle pas du lycée communal dont la capacité d’accueil des classes ne dépasse pas 30 à 40élèves.Il ya lieu que l’Etat trouve une solution à toute cette situation car combien de parents peuvent payer les frais de leurs enfants dans le privé ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:26
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Et avec cela ils tienne coûte que coûte a mettre un SENA en place il non même pas honte dirigent bon a rien....

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:32, par compaoré
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    si vous voyagez vous saurai que le Burkina vit grâce aux ONG implantées un peu partout même dans les régions minières.nos élus ont trouver leur slogan : l’Etat ne peut pas tout faire.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:42, par LAYIRI
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    il semble qu’il n’y a pas suffisamment l’argent au Burkina pour faire face à cette situation.

    Pourquoi pas faire un referendum pour savoir si ces maîtres et éleves veulent faire les cours sous paillote ?
    ou encore faire cours avec des tablettes ?
    ou encore des cours en anglais ?
    ou encore des bénéficier du continuum ?
    Franchement , notre pays est devenu un laboratoire de la banque mondiale ou toutes les hypothèses de systèmes d’éducations sont testées et verifiées.
    Avant toute extrapolation vers les autres pays du TIES(1/3) MONDE’

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:49, par La vérité
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est ça l’émergence du Faso réel. Donnons lui les 2 ans de "lenga" afin qu’il puisse construire ces écoles puisque les 27 ans n’ont pas suffit avec la résolution de la crise ivoirienne, malienne, ... Dans le cas contraire comme l’a suggéré le bobo, donnons le pouvoir à Jamila puisque selon ce dernier le pouvoir se trouve dans les gènes. Du n’importe quoi. Qu’Allah sauve notre Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:53, par SOME
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est malheureusement la réalité quotidienne de la vie au bukina. Les mots de l’instituteur résume tout seuls la vraie vie du burkinabe ordinaire. Surtout nous devons un respect absolu à ces instituteurs qui se dévouent car ils sont les vrais constructeurs du pays, les vrais patriotes et non ces voleurs qui s’accaparent du pouvoir d’état pour vivre grassement sur le dos des miséreux ! Les écoles de ces élèves et instituteurs n’ont rien à voir avec les palais de kosyam ou les hôtels de ouaga 2000. C’est pourquoi Thomas sankara faisait venir les ambassadeurs et autres dans les villages pour voir la réalité du pays et non les discours hypocrites des salons climatisés des hôtels de luxe.
    Nous avons nous mêmes suivi les cours dans ces conditions mais depuis des décennies d’indépendance, on en est toujours au même point de départ : on n’est même pas parti. L’Afrique noire était vraiment mal parti comme l’avait bien vu René Dumont en 1963. Le défi fut relevé sous la révolution avec Thomas Sankara qui avait décidé que la toute première priorité des priorités étaient l’éducation de nos enfants : il avait décrété la gratuité de l’éducation pour tous jusque pour les adultes et dans nos langues traditionnelles. L’enseignant était en honneur ! Les villageois étaient motivés et avaient construit eux-mêmes les écoles, etc. Sankara avait vendu les mercedes et cadillac et autres voitures de luxe des ministres et président et autres directeurs pour construire des écoles… Quelle différence avec aujourd’hui !
    Merci bien à M Vokouma qui a bien décrit cette réalité et de nous rappeler d’où nous autres on est venus car malheureusement nous avons tendance à oublier cela dans nos 4x4 land cruisers et nos villas climatises d’où nous méprisons ceux qui ont fait ce que nous sommes
    Alors pourquoi aller donner de l’argent à des entreprises américaines alors que les élèves ne demandent rien d’autre qu’un minimum et qu’il suffit de leur donner les moyens en beaucoup moins cher ? Combien coûterait des briques confectionnées par nos artisans eux-mêmes avec nos matériaux locaux qui sont adaptés et qui coûtent moins cher et qui donnent du travail aux gens sur place et de la dignité d’avoir contribué au devenir de leurs propres enfants et d’avoir construit leur propre pays au lieu de les soumettre encore à la mentalité d’assistés ? « Il est normal que celui qui te donne a manger te dicte ce que tu dois faire » (Thomas sankara) Ou est notre dignité et notre responsabilité ? Il ne sert à rien de déclarer partout consommons burkinabe comme l’avait fait sankara et par derrière tout torpiller : quand nous vivrons en africains, nous vivrons dignes, c’est encore sankara qui le dit. L’émergence ne viendra que de nos enfants bien formés au lieu de casser l’éducation et leur avenir comme on l’a toujours fait depuis.
    A tous ceux qui viennent faire leurs gros discours avec de gros français, souvenez vous que c’est grâce au courage, à l’abnégation, aux sacrifices des enseignants comme Monsieur Salembere et ses collègues que vous en êtes là. Respect et félicitations et honneur à eux !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 12:54, par YADGA
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Bravo M. le journaliste. Vous avez fait un travail très remarquable.Je suis sûr que vos lecteurs sont prêt à vous accompagner financièrement pour ce genre de reportage.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 13:05, par Raogo
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Oui, c’est çà le faso de Blaise Compaoré. Le prix du billet d’avion ouaga-paris AR, le séjour et la bouffe de Franklin Nyamsi aurait suffi à payer des tôles pour protéger cette école en saison de pluie. Je ne parle même pas des charges du MLNA qui auraient bâti n écoles.
    Quand on appartient à un pays aussi démuni que le Burkina et surtout quand on est dirigeant c’est un crime de dilapider ainsi les sacrifices du contribuable.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 13:27, par Eric
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Pardon, ca c’est une école à ciel ouvert cher collègue. Néanmoins soyez au service de nos pauvres frères.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 13:51, par BD
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Merci beaucoup pour cet article qui parle des réalités du pays. Est ce que vous pouvez laisser votre contact afin de voir dans quel mesure nous pouvons vous aider ? Merci

    Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 23:15, par le gourmand
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Bonjour BD et merci de compatir à notre douleur. J’avoue que même responsable que je suis c’est tout de même les réalités de notre système éducatif. Alors si vous ne voulez pas vous servir de l’adresse de ce mail, trouvez là l’adresse de la Direction Provinciale en charge de l’éducation dans le Gourma et si pouvez vraiment faire quelque chose n’hésitez pas et ces petits enfants vous seront reconnaissants. dpeba2010@yahoo.fr

      Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 13:58, par yé !
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Honte au journaliste qui a pondu cet écrit ! Pendant qu’on essaie de montrer aux yeux du monde que nous sommes devenus un pays émergent, toi tu vas remuer le couteau dans la plaie en montrant que tout n’est pas rose ici. Au lieu d’aller faire tes photos a Ouaga 2000 ou à la cité de l’impunité, tu vas dans les zones que l’on veut cacher. Tu gagnes quoi dans ça ? Tu as quoi contre Blaise même ? Il t’a fait quoi ? D’ailleurs ce n’est même pas une photo du Burkina. Çà là si c’est pas Somalie donc c’est Niger. Ou peut-être Mali. Oui c’est certainement Mali, y a eu la guerre la-bas, qui a détruit les classes. Gens de la Communauté internationale, ne lisez pas l’article de ce scribouillard. Et si vous avez lu, n’en croyez rien ! Venez a Ouagadougou voir vous-même : on a ouaga 2000, on a la cité de l’impunité, on a Kwame n’Krumah (une rue hein, pas le personnage), y a fespaco, y a siao, y a village artisanal... Qui a dit que Burkina n’est pas développé ? Jaloux-là !

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:13, par Femme debout
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est cela la reelle actualite du faso.Merci au site de recentrer le debat.Des exemples similaires souvent seront bien venus.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:28, par KONAN
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    c’est pas la faute de nos dirigeants c’est la faute a nous tous notre contribution doit aussi compter si nous voulons tous laissé a l’ETAT ca sera pas facile car l’etat a besion d’nu accompagnement de son peuple

    Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 19:16
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Et, pourtant si c’est de leur faute car préfère détourner l’argent du peuple pour se construire des villas futuristes ou digne des milles et une nuit ou des immeubles qui n’auront rien à envier à Doha au Qatar. C’est beau l’émergence pour les grands voleurs aux cols blancs... Faites un tour à Ouaga 2000 ou dans différents quartiers, et vous comprendrez que ceci appartient à X ou Y et qu’il émarge comme fonctionnaire de l’état ; cherchez l’erreur messieurs, mesdames

      Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:33, par Le Peuple
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Le Burkina emmergent de Blaise Compaoré ! Lol !. dramatique ! Disons plut le Burkina immergent !

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:42, par Raso
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Faudrais inviter Nyamsi et les autres griots qui nous sortent des chiffres fantaisistes à visiter ces réalités du Faso émergeant..

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:44, par Pinot
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Au regard de l’argent que les partenaires techniques et financiers nous ont donné dans le cadre du PDDEB, il est impensable de voir une telle situation aujourd’hui. Tous ceux qui ont volé l’argent du PDDEB, on les connait. Certains ont été enlevés sous la pression des PTF, sans poursuite judiciaire bien sûr. Si tu ne veux pas être inquiété, il suffit de dire que tu vas rembourser et le tour est joué. Même si tu ne promets pas de rembourser, c’est la même chose. Tu dors tranquille. D’autres continuent de voler. Tous jouissent du fruit de leur forfait, tranquillement. C’est cela le Burkina de l’émergence, version Blaise Compaoré. Et avec ça, une telle équipe veut rester au pouvoir à vie, en prime à la situation que nous vivons. C’est à croire que le peuple burkinabè est masochiste.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:50, par Sekren9
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Une image vaut 1000 mots ! Après ça qu’on ne vienne pas parler de renforcement de quelle que démocratie que se soit !!! C’est du concret ! Bravo pour les images choquantes ! Si en pleine ville c’est comme ça, je vous laisse imaginer comment c’est dans les campagnes ! Montrez également nos hôpitaux, nos maternités en particulier. Le Burkina Faso est un pays pauvre ! Utilisons nos maigres ressources avec efficacité ! Après 25 ans de gouvernance on ne devrait plus avoir de telles choses. Hélas...

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:50, par Kanzim
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Il y a des moments où la colère pousse parfois à imaginer des actions violentes pour que les voleurs cessent d’être ceux qui gouvernent et ceux qui sont leurs complices, c’est à dire ces intellectuels et politicards qui nous pompent l’air sur la paix, le civisme et autres balivernes, comme si le Burkina ne risquait pas de disparaître en ce qu’il a de bien, c’est à dire par la ruine et la perte de ses enfants. Il y a aussi des moments où l’on se demande si c’est la peine de pleurer un esclave qui ne s’assume pas, mais qui au contraire renforce ses chaînes en votant justement pour que les mêmes voleurs reproduisent l’indigne, c’est à dire les écoles sous paillote telles que décrites par cet article. Ensuite on parlera de performances, puis de justice et d’équité, jusqu’aux nations unies avec des rapports bidons. On regardera du côté des Nations Unies, comme si l’éducation de nos enfants ne relève pas avant tout de notre devoir régalien. Merci au journal qui nous rappelle qu’il est loin, ce jour où on dira chacun, que le Burkina commence à sortir de l’eau. Honte aux pouvoirs, en leurs spécificités et rangs confondus. Honte aux griots du pouvoir. Honte à ceux qui se taisent quand il faut parler. Honneur à la presse qui informe et éduque, la vraie presse comme Le Faso.net, qui ne se gargarise pas de louanges à tous ces voleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 14:59, par Inoussa verite USA
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Dieu benisse lefaso.net de montrer aux yeux du monde pourquoi on ne veut pas du SENAT budgetivore et inutile, car le Burkina a d’autre priorites dont l’une est presentee dans cet article. Plus irresponsible que ce pouvoir en place, tu meurs.Le Malheur a frappe le Burkina au soir du 15 Octobres 1987 quand le leader visionnaire Thomas Sankara a ete assassin. Mais l’espoir est permis : 2015 est a cote.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:00, par saydou
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    que le budget du senat soit alloue a consolider l’ecole Burkinabe.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:01, par mzs
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    cela est monnaie courant quant on fait le tour du pays. comment peut on rester insensible face a de telles realites et pire encore voulant vail que vail intaurer un soit disant senat.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:06, par patriote
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Je penses qu’il faut relativiser les choses et aussi éviter le populisme dans les commentaires. Il est claire que les conditions dans lesquelles les enfants apprennent ne son pas des meilleures mais il faudra voir les progressions enregistrées au plan national (nombre de nouvelles écoles, nombre de salle de classes construites ou réhabilitées, nombre de paillote normalisée ...). Je vis depuis 10 ans au Sénégal où il y a eu deux alternances politiques et démocratiques et un sénat (supprimé par l’actuel régime), mais ils y a une centaines de paillote (appelé ici abris provisoire). C’est l’occasion d’attirer l’attention sur les autorités que malgré les acquis il y a toujours des défis à relever mais c’est indécent de se servir de la situation difficile des populations pour faire de la politique politicienne. Supposons qu’aujourd’hui, Blaise annonce publiquement qu’il annule la mise en place du sénat. Pensez-vous que toutes les paillotes du pays seront normalisées ? Pensez-vous que le problème d’accès au services sociaux de base seront réglés à jamais ? Pensez-vous le chômage des jeunes sera résolu ? Si c’est ça, autant supprimer l’assemblé nationale aussi pour investir directement dans les infrastructures sociaux ......

    Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 17:32
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      mon frère,on parle de mal gouvernance et toi tu nous parle d’alternance pour justifier la démission de nos gouvernants. tu crois que si thomas sankara était toujours au pouvoir,on allait voir cette situation honteuse et inhumaine ? nous voulons des dirigeants intègres qui s’occupent du bien-être de son peuple au lieu qu’ils passent leur temps à se constituer des guiros,des bunkers,des v8 etc..... sur le dos du même peuple ! pour moi,ces gens sont des criminels.

      Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 19:10
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Tu dis bien une centaine de paillotes au senegal mais au burkina ce sont des milliers.ce n’est meme pas évident que koumba connaisse le nombre.

      Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 20:49, par personna
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Mr Patriote je comrends que ces images et leurs propos des forumistes te conviennent pas comme tout ce qui est contre le pouvoir en place mais reconnais que c’est indigne des slogans qui se chantent tous les jours. Après tu viens encore rabattre les oreilles des gens avec ces oui, il ya des progrès, ya ceci ya cela ! mon frère il faut toujours faire une balance sinon même sous hitler l’Allemagne a fait des progrès. La réalité est que le progrès ne profite pas au plus grand nombre, les chances d’en profiter sont pas non plus grandes au contraire dimunient si bien que la situation générale est pire que ce que les populations connaissaient il ya par exemple 30 ans.
      C’est tout simplement honteux ; c’est la preuve que notre classement à l’indice DH n’est pas faux comme on essaie de nous faire croire.

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 04:53, par professeur
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      .Vous parlez d’une centaine d’abris provisoires ,nous en avons plus de 4000 cette année au Burkina cette année ;ici aussi c’est dit abris provisoires mais quant on y est depuis 6 ans vous convenez avec nous que ça pose problème.Aussi au Sénégal ,ces abris sont très bien faits contrairement à ce que nous connaissons ici.

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 11:50, par Paa liingba
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Voila, ça c’est un gars du CDP qui n’a plus aucun sens de la réalité. Certains meme dans ce parti justifient les écoles sous paillote en disant que meme le SG de l’ONU BAN KI MOON a fait école sous paillote.Mais ils oublient que 50 après c’est des choses qui n’existent plus dans son pays la Coréé du Sud. Ils n’ont plus de Coeur, plus rien ne les émeuts. J’ai gros sur le Coeur. Ya pire école sous paillote que çà. J’en ai vu non loin de Ouaga ou les enfants de 7 ans sont assis sur des tronc d’arbres dans des hangard des fortune. Exposés au frois, a la poussieres et a toute sorte de risqué possible. Chaque jours que Dien fait, les villageois et les enseignants écrivent aux projets, ONG et sociétés qui sont dans leur localités pour demander des toles, des briques pour faire des murets pour les enfants. Pendant ce temps, on nous parle de Sénat de ceci ou de cela. D’ccord que la non mise en place du sénat ne va pas résoudre tous ces problemes du jours au lendemain, mais on aura le sentiment que nos maigres ressouces sont utilement investies. Et nous sommes decides a ouvrir l’oeil sur la fin de la mal gouvernance.

      Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:13, par guire ali
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    les mairies et partenaires fixent des abris en tubes ronds bâchés en attendant des solutions définitives

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:29, par Yeux rouges
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    J’ai véritablement honte. C’est ca l’émergence ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:31, par ka
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Les dépenses annuelles d’un sénat peuvent construire 100 écoles dans notre pays. Au 21e siècle dans notre pays, avec des villas de 150 millions de francs CFA l’unité au quartier Ouaga 2000, nos pauvres enfants fréquentent encore dans des classes à paillotes. Mr. le président Compaoré, Mr. le premier ministre, il est temps d’accepter l’alternance pour une équipe qui fera avancer le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:52, par la juste
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Félicitations pour cet article. Les images parlent d elles mêmes. Ce que vous avez oublié de dire c est que ces enfants ne mangent généralement pas à midi puisqu’il n y a pas de cantines scolaires. Ça fait pitié

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:55
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Ouchhhhhhh.....vous êtes entrain de verser à terre le visage émergent de la Compaorose.Vous ignorez que quand ces suceurs de sang évoquent le mot "émergent",ils ne parlent que d’eux-mêmes.Ces voyous de la république font la honte de tout un pays.Tchurrrrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 15:59, par Tounsida
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Ridicule tout ça ! bien sûre que vous le saviez pas. je n’ai lu que le titre de l’article. il aurait fallu titrer, le vrai visage de l’école burkinabè. Et tant pis. puisque tous autant que vous êtes, vous pensez que le Burkina se limite à Ouaga et Bobo, c’est bien.... De toute façon c’est votre choix et vous voulez continuer. Et bien, CONTINUEZ

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 16:02, par Sylvestre de Burkina ntic
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    On peut mettre à contribution nos experts locaux dans la construction de salles de classes préfabriquées et coûtant moins chères ; On peut faire pousser des bambous et construire pas mal de maisons comme au Vietnaan. et je vous rassure que le bambou est solide et pousse vite.
    il faudrait que l’on repense de façon différente les choses. le problème, quand un projet ne coûte pas des milliards, ça n’intéressante personne.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 16:10, par wendemy
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    mais que croyez vous. c’est maintenant vous remarqué cela ? n’oubliez pas que nous sommes au Burkina fason.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 16:17, par Non au Sénat
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Ce sont ces genres d’information que nos journalists doivent parfois publier au lieu de poster des articles comme ceux du "foulosophe" franklin nyamsi.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 16:30, par rakis1er
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    décidément, nos dirigeants ne se soucient pas de l’éducation des enfants de pauvres, ils sont tout de même des burkinabè en ce que je sache. Chapeau à vous mes braves soldats de l’éducation, vous méritez mieux que ça. trop c’est trop, il faut que ça change. NAN LARA AN SARA !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 17:08, par Henri
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Mille merci à ce journaliste. Que tout burkinabè sans distinction sache que ce n’est qu’à travers l’alternance qu’on comprendra si Blaise a travaillé en 28 ans ou pas ? si le régime change ça nous permettra de voir ce que la nouvelle équipe reprochera à l’ancienne, et ce qu’elle nous proposera de meilleur.Si d’ici 5ans on constate que Blaise avait vraiment travaillé on le rappelle en 2020 pour nous sauver et ça ne dépasse pas ça.merci encore pour ce reportage

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 17:12, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    - Mes amis, ce sont les parents d’élèves qui sont des vauriens !

    Sinon ici chez nous dans notre petit village, on avait une école sous paillote. Nous l’avons détruite, on a construit une maison en banco large avec des pieux pour soutenir et le toit est en double pente dépassant légèrement les 4 murs d’enceinte. les pieux sont plantés dans le sol le long des murs à l’intérieur. On a couvert cette double pente de chaume (paille). et Hop ! Il fait frais même dedans lorsqu’il fait chaud dehors, disent nos enseignants.

    Nous avons fait ainsi 3 bâtiements de la sorte et espacés l’un de l’autre pour garder le calme. On a négocié avec le service d’Agriculture qui avait des maisons d’encadreurs en ciment inoccupées pour que nos 3 enseignants y logent en attendant.

    - Aujourd’hui on a une Ecole flambant neuve de 6 classes avec toutes les comodités, les magasins, les toilettes, les logements des maîtres et 2 forages ! C’est les suites du PDEEB car notre village était programmé.

    - Donc dans l’Est, il appartient aux parents d’élèves d’être moins fainéants et de bouger un peu en attendant que l’Etat s’en mêle car l’Est ne constitue pas à lui seul le Burkina Faso. L’Etat va laisser quelle région et puis vous aider vous seul ? Faites quelque chose d’abord !

    D’ailleurs un proverbe gourmantché dit : ’’La poussière des pieds vaut mieux que la poussière des fesses’’. Autrement dit qu’ils bougent eux-mêmes d’abord, qu’ils courent arranger ce qu’ils peuvent au de regarder l’Etat partout ! Que la poussière de leurs pieds se dégagent au lieu de s’assoir et se lever après pour dépoussiérer ses fesses avec quelques claques des mains !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 19 février 2014 à 23:34, par le gourmand
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Bonjour KORO YAMYELE et merci pour cette part de vérité également. Je suis au Gourma et ce que vous dites est très vrai. Aide toi et le ciel t’aidera. Mais mieux que cela ; que là où il y a des écoles construites et équipées que mes parents de YAMBA, MATIACOALI etc. acceptent y envoyer mes chers petits frères et surtout qu’ils cessent de sortir les filles de l’école pour les marier à 14, 15 ou 16 ans.

      Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 10:31, par Pinot
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      Vous voulez dire que nous devons payer nos impôts et ensuite aller chercher de l’argent ailleurs pour construire les écoles nous mêmes ? A quoi ça sert alors de payer nos impôts ? Pour que les ministres mangent à leur fin ? Dans un Etat, les ressources publiques servent à couvrir les charges publiques. Si un gouvernement ne peut pas même pas garantir l’accès de nos enfants à l’éducation, est ce qu’il y a d’autres commentaires à faire que de demander leur départ immédiat ?

      Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 17:35
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    ¨HONTE ET HONTE NATIONALE, APRÈS 26 ANNÉES DE RÈGNE VOILA OU NOUS EN SOMMES. QUE CET ARTICLE CIRCULE A TRAVERS LE MONDE ENTIER AFIN QUE L’OPINION INTERNATIONALE COMPRENNE LA JUSTE LUTTE DU PEUPLE BURKINABÉ EN DÉTRESSE. PAUVRE GÉNÉRATION SACRIFIÉE, QUE DIEU VOUS VIENNE EN SECOURS ; CHERS ENSEIGNANTS RÉARMEZ VOUS DE COURAGE ET D’ESPOIR, LA DÉLIVRANCE EST PROCHE, VOUS MÉRITEZ DES DISTINCTIONS HONORIFIQUES . "BLAISE COMPAORE VOICI TON BURKINA IMMERGEANT"

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 17:40, par Nêkobi le Neveu
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Vous comprenez maintenant pourquoi moi je ne crois pas aux politiciens ? Combien de candidats aux législatives, municipales, présidentielles ont fait des promesses à ces pauvres populations ? Combien de FCFA les membres du gouvernement élus députés (en commençant par le PM) ont utilisé pour organiser des meetings de remerciement ? Combien ils ont donné à leurs fraudeurs qui ont montré toute leur "compétence" lors des élections ? Ne me parlez donc plus de politique. Allons tous prier pour ces enfants pour que, au bout de cette galère sans espoir, ils puissent trouver quelques ailes pour voler plus haut que leurs parents dans la vie future.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 19:30, par le citoyen 3
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    dans un burkina emergent ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 20:13, par Armand
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Avant de critiquer le gouvernement, que chacun fasse les enfants par rapports à ses moyens et paye des impôts. Toujours facile de refuser d’assumer ses responsabilités et d’accuser le gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 20:34, par Sayouba Salam Sanfo
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Merci a notre cher site d’information lefaso.net. Continuez d’aller vers les sans-voix pour qu’ils soient entendus. On nous parle de paix, est-ce que ces enfants peuvent dire qu’ils sont en paix ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 21:19, par le gourma
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    pauvres educateurs

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 21:25, par JAMES KENNY
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Ainsi donc vous êtes surpris par l’existence des écoles sous paillote ?. Cet article ne révèle que le sommet de l’iceberg. Je suis dans le domaine et croyez mou si vous vous basez sur les statistiques publié par le MENA vous ne verrez jamais la réalité qui prévaut. Souvenez vous du récent voyage de COUMBA aux USA, elle nous avait sorti des chiffres a couper le souffle tellement ils sont beau. Mais du vent rien que du vent. Allez dans les villages de Banfora vous verrez pire.

    Répondre à ce message

    • Le 20 février 2014 à 00:52, par legran
      En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

      c’est ça les réalités du pays dans l’enseignement. ex : l’école de mon village dans ioba précisément (pouleba)a 5 classe en pierre taillé,les trois premières ont été construite en 1986 par les braves villageois au temps de SANKARA,jusqu’a nos jour la 6 est sous paillote. pensez-vous que ce régime a besoin d’hommes instruits ? regardé les effectifs des élèves,les conditions d’études des étudiants et comment sont traités ces braves enseigents qui ont décider de partager leur savoir. que le tout puissant nous aides à se décharger de se jougle que nous portons depuis 1987.

      Répondre à ce message

  • Le 19 février 2014 à 23:42, par bknb
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    avec ça on veut qu’on donne lenga. cas mieme comme dirait l’autre. faite également in tour au sahel en cette période d’harmatan ou en début avril.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 05:04, par Tien Tigui
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Au Burkina, c’est comme si l’on a perdu le sens des priorités ! Beaucoup croient en une émergence en traversant Ouaga 2000. La vraie émergence ne se fera pas sans ces enfants !

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 08:28, par L’étudiant
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Où sont passés ici les enfants de blaise qui nous pompent en disant avec papa blaise le BF va bien, avec tonton blaise, la paix, avec l’oncle blaise, l’émergence. Où êtes-vous ? ces images sont le reflet de la qualité de l’éducation au BF, aucun rendement ne possible. Le groupe d’étudiants du cdp qui sont pour une revision de l’article 37 pour leur papa puisse demeurer chef de l’Etat, on attend leur réaction ici. Qu’il nous justifient ou expliquent pourquoi en 2014 nos enfants, nos petits frères et soeurs qui sont le BF de demain doivent étudier dans ces condition.Peuple conscient, léve-toi et soit le maitre de ton destin. Barre la voie à ces fauves qui t’ont assez succé. VIVE LE PEUPLE.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 09:20, par tahi
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    La seule solution c’est d’emmener Djemila la fille du président qui fait des études aux Etats unis, les enfants de Sanou Salia maire de BoBo, les enfants de Tiao le premier ministre voir ces écoles en paillotes, puisque ces enfants dites enfants de supers dirigeants sont l’avenir du Burkina de demain.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 09:27, par le sage
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    On ne se rend pas compte de la place de l’éducation dans le progrès des nations ! On ne se rend pas compte des effets de la culture de la médiocrité dans la déformation des jeunes ! La situation précaire de ces enfants et celle de leurs enseignants est de nature à cristalliser le sentiment d’injustice dans les différents compartiments de l’éducation : des écoles huppées privées pour les uns, des taudis pour les autres ; des enseignants en surnombre dans les classes et dans les inspections pour les uns, des classes et des CEB sans personnel pour les autres, des inspecteurs entassés dans les directions centrales et déconcentrées tandis que des CPI font fonction de CCEB avec des moyens plus que limités, etc. Où va -t-on ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 09:58, par paz
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Dans mon village près de Banfora, l’école est resté de même depuis la révolution, le manguier que j’ai planté a l’âgé de 10 ans sur l’ordre du président Thomas Sankara a eu la chance plus que les élèves qui y fréquentent en 2013, car le puits que nos parents ont creusés pour l’école fonctionne à merveille, tous les manguiers plantés par les élèves de cm1 en 1984 ont été bien arrosés mieux que les élèves et le bâtiment oubliés par l’état. En 27 ans de règne, aucun représentant du président Blaise Compaoré n’a pensé à notre école. Des élus promettent mais ne tiennent pas leurs promesses dès qu’ils sont dans les bureaux des mairies. C’est vrais l’émergence du Burkina se situe entre OUAGA et BOBO. Il est temps qu’une équipe avec un programme élargi sans égoïsme prenne le relais pour un Burkina qui avance de long en large.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 10:12, par Max
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Nos dirigeants sont tout sauf nos dirigeants ! Ils sont à la solde de l’Occident qui leur garantit un pouvoir à vie, leur octroient des prêts qui se retrouvent en Suisse, tout cela à condition qu’ils acceptent le pillage des ressources en faveur du même Occident. Et ce même Occident viendra faire l’air étonné quand il y a des troubles, quand il y a des guerres, quand on s’oppose aux gouvernements fantoches.

    A bas le sénat, à bas les dépenses inopportunes ! Vive le peule burkinabè intègre !

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 10:52, par Somlare
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    SAVIEZ vous qu’il y a au jour d’aujourd’hui une classe en paillotte à Ouagadougou.
    Si non je vous invite à visiter l’école NIOKO B de Ouagadougou ROUTE DE FADA APRES ECHANGEUR DE L’EST ET à 100 mètres du collège NABA YENDE.

    Allez constater de visu.
    ce n’est pas la peines de vous enfoncer dans les confins du Burkina pour voir celà.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 11:55
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    QUE CEUX QUI SONT POUR LE REFERENDUM ET LE SENAT AU BF AILLENT INSCRIRE LEUR ENFANTS DANS LES ECOLES SOUS PAILLOTTES. HAANNN !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 12:12, par BEN
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    plz MR, IL FAUT ESSAYEZ DE PUBLIER AU MOIN LE CONTACT DE CERTAINS RESPONSABLES
    DE CES REGIONS RECULER, SI DIEU PEUX NS AIDER A EXPEDIER NE SERAIS CE QUE JUSTE UN PETIT TOIT POUR METTRE LES ENFANTS A L,ABRI ??? CA NE SERS A RIEN DE MONTRER CES IMAGES SI CA NE SERT PAS A AIDER CES PAUVRES ENFANTS. QUI ON PEUX CONTACTER FRANCHEMENT ??? PUBLIER DES NETWORK FIABLES DIEU PEUX TOUCHER DES AMES SENSIBLES

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 12:19
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Chers frères, jouez balle à terre, car l’écrit ne révèle qu’un problème aussi vieux que l’école moderne, à l’image du plus vieux métier du monde lorsqu’on en parle. Donc, on ne pourra pas faire disparaitre les classes sous abris précaires (ou paillotes si vous voulez) à l’image de la corruption qu’on ne peut pas éradiquer. Cessez donc vos plaintes et autres jérémiades qui n’ont pour seuls objectifs que de banaliser les efforts du gouvernement. Pour vous en convaincre, rappelez vous que Ban Ki Moon, actuel SG de l’ONU, a déclaré lui-même lors de sa visite au Burkina qu’il a fait son école primaire dans les mêmes conditions que les enfants qu’on exibe dans l’écrit. Ce qui ne l’a pas empêché d’être au service du globe terrestre. Qui vous dit qu’une nouvelle équipe au pouvoir peut mieux faire ? Je vous renvoie aux statistiques scolaires de notre chèr Burkina, hier Haute Volta, pour apprécier plus objectivement les efforts fournis en matière d’éducation : à notre prise d’indépendance le taux de scolarisation tournait autour de 5%, mais on n’a pas massacrer le colon comme vous le faites actuellement, puis en 1983 (coup d’Etat CNR) il était moins de 30%, en 1987 il se situait dans les 40%, aujourd’hui sous le CDP il faut aller chercher dans les 90%, avec une perspective de 100% entre 2015 et 2020. Pour les ministères en charge du système éducatif national, les situations des paillotes sont perçues comme une forme de réussite, de performance car cela indique l’impact de la politique de l’EPT prônée, l’effet d’une mobilisation sociale efficace ou le mythe des zones réfractaires à l’école du blanc est tombé. Fallait-il refouler ces enfants pour qu’ils restent à la maison au motif qu’il n’existe pas de classe construite ? A vous de méditer ! webmaster, à toi de jouer.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 12:35, par MARION
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    l’avenir de ce pays tient donc qu’a si peu moi j’ai mal quand j’entend que des enfants assoifés d’apprendr sont laissés dans des classes de fortune et avec ça vous voulez que ls enfants aient l’amour.Pensé a eux quand vous envoyés vos enfants en France

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 12:44, par SKB
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’est déshonorant. Pendant que les enfants du peuples sont en train de peiner pour jouir d’un droit qui leur est constitutionnellement reconnu, certaines personnes nous rabâchent les oreilles avec l’histoire d’un référendum concernant l’article 37. Combien coûte un référendum ? Avec cette somme, combien de salles de classes être construites ? Combien d’enfants seront mis à l’abri des intempéries comme le vent, la pluie etc.? Combien d’enfants du peuple pourront être mis à l’abri des morsures de serpents et des maladies comme la conjonctivite (du fait de la poussière) ?
    En rappel, aux termes de l’article 18 de la constitution du 2 juin 1991, l’éducation est un droit pour tout burkinabé. Alors, en respectant la constitution et en économisant les sous du référendum, on pourra permettre d’autres burkinabé de jouir pleinement d’un de leurs droits constitutionnels.
    Que tous ceux qui sautent pour parler du référendum réfléchissent un peu à la situation de ces milliers d’enfants parmi lesquels, on pourra avoir de futurs ministres, présidents d’institutions voire même président. S’ils accumulent des lacunes du fait de leurs conditions d’apprentissage, que deviendra le pays ? Tous ceux qui aiment le Burkina doivent se départir de ceux gars qui prônent l’organisation d’un référendum pour l’article 37. Mettons l’argent de ce référendum dans l’éducation de nos enfants, la santé, la lutte contre l’insécurité, l’amélioration des conditions d’études dans nos universités et écoles supérieures, les conditions de vie et de travail des travailleurs burkinabé. Vivement que le Président nous épargne d’un référendum inutile. Que le Tout-Puissant habite en lui.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 14:22
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    ainsi donc, vous filtrez ce qui ne vous arrange pas, j’ai envoyé un post pertinent sur les efforts du gouvernement tout en indiquant que les paillotes sont un critère de performance qui invite à plus d’abnégation, un peu comme quand quelqu’un est décoré. eh bien vous avez filtré mon post qui allait être une colle à tous ces oiseaux de mauvais augure qui broyaient du CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 14:43, par SOME
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    les commentaires par ci par la font plaisir car la majorité de mes compatriotes sont restes conscients de la situation de leur pays et des moyens pour les resoudre. Mais ce qui me desole c’est seulement que quand Sankara etait là et avait lancé la bonne volonté pour avancer de quelques pas, on n’a pas suivi et on l’a laissé seul jusqu’a etre assassiné comme un poulet Et apres on se plaint... Il faut etre consequent avec soi meme et se prendre en charge : si on ne s’implique pas pour avoir ce qu’on veut comme bien pour soi et les autres, on aura que de la merde. Chacun merite son sort. L’esclave qui ne se bat pas pour sa liberté ne merite pas qu’on ait pitié de lui, (thomas sankara). aujourdh’ui certains crient mais personne ne veut agir pour changer les choses : le changement , c’est chacun de nous qui le cree.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 15:59, par Petit Papy
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Vous savez ce qui est enervant ce sont les fils de cette region qui dorment , sinon à Ziniaré , ya pas classe sous paillote.Permangate , où es-tu ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 17:26, par ZOROME ISSA
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    WAI C’EST UNE REALITE EN AFRIQUE.C’EST PAS AU BURKINA SEULEMENT QU’ON VOIT CA.C’EST PAS LA FAUTE AU GOUVERNEMENT CA

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 17:35, par YANDOYA
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    C’EST PAS SURPRENANT CA.COMPRENEZ QUE NOUS NE SOMMES PAS UN PAYS DEVELOPPES MAIS UN PAYS EN PLEINE EMMERGENSE

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 18:02, par mobutu
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    ça ce n’est rien, venez au sahel et vous verrez pire. malheureusement certains ne veulent pas qu’on en parle et dieu seul saitt pourquoi

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 19:30
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    je m’etonne encore que beaucoups’indignent comme s’ils decouvraient cette situation pour la premiere fois ! c’est l’état general de notre societe actuelle au burkina emergent ! Quand sankara sous la revolution avait vendu les voitures de luxe des directeurs, des ministres, de la presidence etc pour construire des ecoles, c’est parce qu’il voyait la situation. Il y en a qui se plaisent a critiquer la revolution sans meme savoir ce qui a été tenté. Revoyez ce que ceux qui nous gouvernent aujourdh’ui ont dit pour justifier l’assassinat de sankara. Voila aujourdh’ui la difference au bout de 26ans de regne sans partage par rapport a a peine 4 ans de gouvernement revolutionnaire avec sankara alors qu’il n’avait meme pas les moyens. Quelle difference ! ca c’est la realité !
    aujourdh’ui on fait comme en europe, sans reflechir par rapport a la realité sociale du burkina : certains etaient joyeux parce le conseil des ministres avait decide de mettre des tablettes a l’ecole : allez donner des tablettes a ces eleves sous les paillottes et faites venir les cameramen et envoyez ca dans vos chaines TV amies en europe. Comme ca on vous donnera encore d’autres sous a detourner. Comme ca vous ferez marcher leurs entreprises et diminuer leur taux de chomage. et vos enfants, ou plutot les enffants des paysans eux ils creveront de faim avec des tablettes sur leurs beaux genoux : Le burkina faso est emergent et la democratie est en marche. Et quand vous sortirez a l’etranger vous montrerez ainsi que le burkina aussi est un pays developpé, !
    Sankara etait là pour son peuple et les plus faibles. On a dit que sankara n’etait pas bon pour le pays et on a accepté de le laisser tuer. S’ils sont là au pouvoir, c’est parce nous on l’a voulu ! on a dit que sankara n’etait pas bon ; voila : aujourdh’ui ceux qui sont bons sont là au pouvoir ! Alors de quoi vous plaignez vous ? Nous meritons nos dirigeants !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 19:34, par Hakika
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Voilà la réalité du MENA, on reçoit les fonds pour l‘éducation et ces gains sont détournés si non pris pour d‘autres activités,puisque ces bailleurs ne suivent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2014 à 21:06, par linge sale
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    Depuis maintenant plusieurs année les projets se suivent, les reformes aussi mais les mêmes problèmes demeurent ! Quel pays ! a-t-on envie de s’écrier. si j’étais enseignant, je ne dispenserais jamais un cours sous une paillote encore moins sous un arbre. Même dans les camps de réfugies ça ne se passe pas comme ça. je sais où se trouvent les classes manquantes. Allez y voir à ouagda 2000, les classes sont là ! Elles s’entassent les unes sur les autres, d’autres encore sont sous la terre mais personne ne les fréquente. Quel pays ! Enseignantes et enseignants du Faso levez-vous !

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2014 à 15:00, par ONU
    En réponse à : Education : Ecoles sous paillotes dans le Gourma, l’autre visage de l’école burkinabè

    En voyant ces images de J. Vokouma le representant du Faso-Net en France, je me suis dit que depuis ce 15 octobre 1987 à 16h20, le sang de THOMAS SANKARA qui a couler dans un pavillon du conseil de l’entente à balayer tous les espoirs de voir des vrais écoles dans nos villages. Je me rappelle qu’à chaque visite dans un village Thomas demandait ou se trouve l’école, ses discours commençaient par les écoles, car il disait que l’avenir du Burkina était dans les mains des enfants, et l’éducation scolaire complétait une formation politique sans une déviation idéologique. Les écoles étaient la première préoccupation de THOM. A présent la première préoccupation de nos dirigeants est leurs villas de OUAGA 2000. Que nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés