Rock Audacien Damiba, conseiller conjugal : « La saint-valentin devrait être une vie de tous les jours »

vendredi 14 février 2014 à 00h12min

Le 14 février, c’est dans quelques heures. Cette date est considérée dans de nombreux pays du monde comme la fête des amoureux, la saint-valentin. Comme la saint-sylvestre, l’événement, qui suscite de plus en plus d’engouement sous nos tropiques, fera encore sûrement des heureux et des malheureux dans les couples, tous n’étant outillés pour affronter efficacement les aléas de la vie à deux. Avec Rock Audacien Damiba, conseiller conjugal, nous avons échangé sur cette célébration de la saint valentin, sa signification, les meilleures manières de la vivre pour renforcer la vie en couple.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Rock Audacien Damiba, conseiller conjugal : « La saint-valentin devrait être une vie de tous les jours »

Lefaso.net : Dans deux jours, c’est la saint-valentin, un événement qui est de plus en plus célébré dans notre pays, notamment en villes. En tant que conseiller conjugal, est-ce une bonne chose ?

Rock Audacien Damiba : Merci pour l’occasion de parler de cette fête, la St Valentin comme on l’appelle, la fête des amoureux. En réalité c’est une déformation, c’est plutôt la fête des amours que des amoureux. C’est-à-dire que tout un chacun est interpellé sur l’occasion de manifester son amour non seulement pour son conjoint ou sa conjointe, mais de façon très large, pour notre entourage, tous ceux qui vivent avec nous. Initialement, la St Valentin n’était pas vraiment une affaire pour les célibataires. Mais, avec le temps l’événement a pris d’autres tournures. Cela a commencé par un jeu de cache-cache où les gens comme un peu on fait le cache-cache maintenant, les gens se cachaient et puis chacun courait pour voir qui il va trouver. Quand vous trouvez, vous dites voilà, Dieu fait bien les choses. C’était un jeu courant, avec le temps, cela a pris d’autres tournures. Mais, en tout cas, le principe est bon, puisque c’est l’occasion de démontrer son amour pour son prochain, pour son conjoint ou sa conjointe en particulier. Mais, on ne devrait pas attendre seulement un 14 février pour manifester son amour pour celui qui nous est cher, la St Valentin devrait être une vie de tous les jours.

Lefaso.net : La saint-valentin revêt donc un intérêt pour les couples…

Rock Audacien Damiba : Bien sûr, et c’est ça qui révèle son caractère particulier et j’allais dire, très important. si une fois dans l’année, les partenaires conjugaux, peuvent manifester de façon particulière leur amour, les uns pour les autres, leur attachement ; si ce jour est mis à profit pour se donner de nouvelles idées, pour encore parler de la vie du foyer, voir qu’est-ce qui a marché, qu’est ce qui n’a pas marché, et prendre de nouvel envol, je dis c’est une très bonne chose. Parce que, il faut le faire de temps à autre, s’asseoir de temps en temps entre conjoints, faire un bilan de la vie, voir ce qui a marché, ce qui n’a pas marché et prendre de nouvelles décisions, de nouveaux engagements.

Lefaso.net : Bien que l’évènement en lui-même ne relève pas de nos cultures…

Rock Audacien Damiba : Oui, ce n’est pas dans nos cultures. Mais, vous parlez aujourd’hui de culture, quelle est vraiment notre culture ? Nous sommes dans un monde, comme on le dit, devenu un village. La St Valentin, ce n’est pas dans nos mœurs, c’est des choses importées mais qu’est-ce que nous n’importons pas, nous en Afrique et particulièrement au Burkina Faso ? Mais, pour moi ce n’est pas ça un mal, à partir du moment qu’on peut prendre quelque chose d’ailleurs, qui arrange, et qui peut apporter un plus.

Lefaso.net : L’événement St Valentin n’a-t-il pas quelque part des effets pervers ?

C’est là mon regret. Si pour la St Valentin, les gens vont jusqu’à s’endetter pour faire plaisir à l’autre, là c’est le revers de la chose. Si on aime, on doit quand même aller avec décence, faire ce qu’on peut. Après tout, je dis une fois encore, la façon dont on exprime son amour l’un pour l’autre à la St Valentin en offrant des fleurs par-ci, par-là, qu’est-cela signifie pour nous Burkinabè ? On devrait pouvoir manifester autrement son amour pour son conjoint, pour sa conjointe, pour sa bien-aimée. En tout cas, l’effet pervers serait de s’endetter. Et un autre coté pervers que je vois souvent, c’est que la St Valentin est mise à profit non pas forcement pour manifester son amour pour son époux ou son épouse mais les gens font des envolées dehors pour le deuxième bureau, pour la copine dehors, délaissant celle qui est à la maison ou celui qui est à la maison, là c’est vraiment le côté pervers de la chose.

Lefasonet : Vous avez parlé de cadeau, qu’est ce qui est plus adapté comme cadeau pour un couple burkinabè ou africain, au lieu que ce soit la fleur qui ne représente, généralement pas, grand-chose pour l’Africain ?

Rock Audacien Damiba : Au-delà des fleurs et autres qui ne disent pas grand-chose pour nous, il serait bien pour le couple par exemple de faire une sortie, de se retrouver à deux, et même avec les enfants, autour d’une table, un petit repas ensemble, vraiment dans l’intimité, question de vivre vraiment notre amour l’un pour l’autre. C’est le meilleur des cadeaux, en tout cas comparé aux fleurs qu’on donne et qui peuvent se faner. Une sortie des époux à l’occasion du St Valentin, c’est comme une grosse fleur parce que là chacun va se remémorer ce jour-là, cette sortie-là, ce qu’on a eu à se dire, ce qu’on a eu à faire ensemble, je pense que cela accroche mieux qu’une fleur qu’on vient jeter sur la table. Ou alors, on peut offrir un cadeau, au-delà de la fleur, peut-être, pourquoi la mariée ne pourrait-elle pas coudre une chemise spécialement ce jour-là, et vice versa pour le conjoint(e). Quelque chose que lorsque je porte, cela me rappelle le geste de mon épouse, de mon époux. Je pense que les cadeaux, ce n’est pas exclu, mais il faut voir quelle est la valeur du cadeau.

Lefaso.net : Au-delà des cadeaux, quels conseils pouvez-vous, de façon générale, donner aux couples en pareil évènement

Rock Audacien Damiba : A cette occasion, on devrait profiter pour une fois encore, vivre intimement notre relation conjugale, c’est l’occasion de s’asseoir pour manifester nos sentiments l’un à l’égard de l’autre. Ce devrait aussi être l’occasion de faire un bilan de notre vie conjugale, qu’est ce qui a marché, qu’est ce qui n’a pas marché et même faire des prévisions, faire des projets pour la prochaine fête de St Valentin et qu’à ce jour on puisse dire, l’année dernière voilà ce qu’on avait arrêté de faire ensemble, voilà ce qu’on a réussi, ce qu’on a pas réussi, comment faire pour que les choses réussissent. Je pense vraiment que c’est une bonne opportunité pour renouveler notre amour l’un pour l’autre, pour faire des projets ensemble, pour prendre des engagements ensemble. En cela, je salue la fête de la St Valentin.

Lefaso.net : Vos conseils sont-ils aussi valables pour le 8 mars qui s’annonce ?

Rock Audacien Damiba : Ecoutez, la fête des femmes, la fête internationale des femmes, j’aurais souhaité qu’on décrète aussi une fête pour les hommes. Mais, pour moi, en réalité, cette fête de 8 mars, bien qu’on dise c’est la fête des femmes, est aussi pour l’homme parce qu’il n’y a pas la femme sans l’homme et vice versa. A cette fête, en principe, les hommes devraient se montrer encore plus actifs. Et si une journée est dédiée à la femme, le plus important, pour moi, c’est que ce jour-là, en tant qu’époux, je puisse me dédier à mon épouse. Que ce jour-là, elle sente vraiment qu’elle a un mari et pas n’importe lequel. En cela, je dis bienvenue à la fête de 8 mars, mais que cela soit vraiment une fois encore, une occasion de renforcement de la vie du couple.

Lefaso.net : Un ultime conseil aux couples à l’occasion de cette saint-valentin ?

Rock Audacien Damiba : Simplement rappeler que la vie du couple, le mariage en lui-même est la chose la plus sacrée et qu’on n’a pas le droit d’en faire ce qu’on veut. C’est quelque chose de sérieux, le mariage peut nous faire vivre, comme il peut nous faire mourir. Mais dans le principe, on se marie pour vivre et non pour mourir. C’est dire que j’encourage les couples vraiment, à faire de ce lien-là, un lien très fort qui nous amène à mûrir et comme j’ai l’habitude de le dire, dans le mariage, nul ne doit chercher à tirer l’autre par le bas mais plutôt à le tirer par le haut. C’est-à-dire que dans le lien du mariage, nous devons faire en sorte que notre épouse soit promue. Que par mon langage, mes actes, mon comportement, cela amène l’autre à se sentir vraiment chez lui et à vivre et à bien vivre. Il ne faut pas que le mariage amène plutôt l’un ou l’autre à regretter. Au contraire, il devrait pouvoir dire, si c’était à refaire, je le referai.

Entretien réalisé par Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés