Secteur minier au Burkina : La fourniture locale des biens et services au centre d’un atelier

mercredi 12 février 2014 à 00h15min

Ouagadougou a abrité ce mardi, 11 février 2014, un atelier de restitution d’une étude sur l’état des lieux de la fourniture locale des biens et services aux sociétés minières. C’est le ministre des Mines et de l’Energie, Salif Lamoussa Kaboré, qui a présidé l’ouverture de la rencontre qui a regroupé plusieurs acteurs du secteur minier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Secteur minier au Burkina : La fourniture locale des biens et services au centre d’un atelier

Car, comme l’a indiqué le ministre Kaboré, l’impact réel de l’exploitation minière sur le développement est au cœur des débats des gouvernants, de la société civile et des compagnies minières. « Tous soucieux de voir les investissements profités le plus possible à l’économie locale ». Du reste, l’article 6 de la convention minière signée par toutes les sociétés intervenant au Burkina Faso dit que « l’investisseur, ses sociétés affiliées et sous-traitants utiliseront autant qu’il est possible des services et matières premières des sources locales ainsi que des produits fabriqués au Burkina Faso ».

Mais, « La perception selon laquelle, les pays riches en ressources naturelles ne bénéficient pas des retombées de leurs exploitations est très répandue. Malheureusement, des exemples autour de nous, confortent d’une certaine manière cette perception », relève d’entrée de jeu, le président de la Chambre des Mines du Burkina, Elie Justin Ouédraogo. Et de rassurer sur les bonnes dispositions d’esprit des miniers : « les opérateurs miniers du Burkina, réunis au sein de la Chambre des Mines, ont choisi de travailler à démontrer que les mines peuvent être source de progrès partagé. C’est pourquoi, notre Association développe des initiatives en partenariat avec tous les acteurs du secteur des mines pour que l’exploitation des ressources minières ait des retombées bénéfiques, équitablement réparties entre les principales parties prenantes à savoir, l’Etat, les communautés locales et les sociétés minières.

Parmi les thématiques dont l’exploration nous permet de voir une meilleure contribution du secteur minier au développement, figure la fourniture locale des biens et services, véritable vecteur de croissance et de lutte contre la pauvreté. C’est ainsi que la Chambre des Mines du Burkina a initié une étude sur "l’état des lieux de la fourniture locale depuis 2007". Plusieurs autres acteurs ont accompagné l’initiative dès le début, en participant à l’atelier intérimaire tenu en marge de PROMIN 2012 ».

« Bâtir une stratégie globale sur la thématique »

Saluant la démarche de la CMB, le Salif Lamoussa Kaboré, l’a exhortée à bâtir une stratégie globale sur la thématique avec tous les acteurs afin que toutes les sociétés minières mettent en place ou renforce leurs politiques internes de promotion de la fourniture locale. Le ministre Kaboré a cité les exemples du Brésil et du Ghana où des accords entre compagnies minières et entreprises locales ont permis de booster l’économie locale. Et d’exprimer la disponibilité de son département à exploiter les résultats du présent atelier de restitution « afin de créer des conditions d’une exploitation minière source de prospérité partagée ».

La Chambre des Mines pour sa part, a déjà mis en place à l’interne, une commission spécialisée pour prendre en charge la thématique de fourniture locale de biens et services. En outre, à en croire le président Elie Justin Ouédraogo, la CMB travaille avec la Banque Mondiale pour la mise en œuvre de son Projet de soutien aux achats locaux du secteur minier en Afrique de l’Ouest. Dans ce cadre, un forum sur la fourniture locale est annoncé pour les mois à venir.

Adama Ouédraogo, directeur général de Sécurité-Energie-Réseaux-Télécoms, se félicite des efforts faits pour accroître la fourniture locale des biens et services aux sociétés minières. En tout cas, les résultats de l’étude présentés ce mardi par le consultant, Pierre Claver Damiba, ne sont pas du tout en faveur des acteurs locaux. Cela pour un certain nombre de raisons. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés